Épisode 61

6 minutes de lecture

Qulbutoké

Si vous trouvez cette lettre dans cachée sous mon matelas, c’est que je suis mort. Les flics ne penseront pas à vérifier ma chambre parce que tout le reste de la maison est propre et j’ai tout rangé ce que j’avais de compromettant dans ma grange. Ma femme et mes enfants ne savaient rien de mes activités secrètes. De toute façon, mon épouse a toujours été une fidèle croyante d’Arceus et jamais je n’aurais voulu la choquer en lui apprenant que je faisais partie d’une secte différente de la sienne.

Je ne regrette pas mes choix. Je savais qu’en devenant un disciple d’Yveltal, c’était tout ou rien. Je croyais en cette cause. Le Grand Prêtre nous a élevé et relâché dans le monde. Un jour, quand la civilisation serait assez avancée, nous serions chargées de la détruire, mes frères et moi. Nous sommes des milliers, nous sommes une fratrie. Grâce à l’usage d’internet et de l’électricité, nous avons gardé contact dans les années modernes et nous nous sommes rassemblés. Des cellules ont vu le jour un peu partout à travers la planète et nous avons enseigné nos doctrines à de nouvelles recrues.

J’ai quelques collaborateurs qui vivent à Bekipan Ville et je vous souhaite bonne chance pour les retrouver, car ils ne se laisseront dévoileront pas facilement. Le jour de la fauchaison approche à grands pas et je suis triste de ne pas pouvoir assister à ce qui s’en vient. Du sacrifice de mon sang, j’offre ma vie au Destructeur, le seul et l’unique Dieu qui mérite de gouverner notre monde. De vos cendres renaîtra le monde, un monde sans corruption, un monde sans technologie, un monde sans ces fichus donjons mystérieux…

Voyez-vous, le Grand Prêtre nous a dit un jour que les labyrinthes du Créateur représentaient la forme ultime de toute technologie, ce que déteste par-dessus tout le Destructeur. Il est de notre devoir d’y mettre un terme. Quand nous aurons récolté suffisamment d’âmes, nous pourrons ramener Yveltal parmi nous. Dès lors, vous connaîtrez la vérité. Vous connaîtrez la fin du monde et sa renaissance. Et nous tous, nous ne serons plus de ce monde depuis longtemps.

Il est temps pour moi de faire mes adieux. Cela risque d’en choquer plus d’un, mais malgré le fait que j’ai dévoué ma vie au culte, je me suis quand même fait de bons amis à Bekipan Ville. Nidorina, avec qui j’ai fait la guerre du Golfe Poké, par exemple, était l’une de mes meilleures complices dans la Guilde Pokémon.

Le soir où j’ai assassiné le Maître Dracolosse, sous les ordres du Grand Prêtre, elle a failli me démasquer alors que j’ai pris la fuite dans les couloirs. Ce fut grâce à un complice dans cette affaire que son fils et ses collègues se sont ramassés dans la salle du Maître, car ils avaient reçu l’ordre de s’y rendre, pendant que Nidorina ferait sa ronde de minuit. Ce coup avait été orchestré dans le but de mettre toute la guilde à dos sur son fils. Tout ce que j’ai eu à faire, c’est volé le badge de Nidoking alors qu’il avait le dos tourné dans la salle des douches et discuter de mon plan à mes acolytes. Un jeu d’enfant.

Ensuite, il y a eu ce charmant couple de Florizarre que je n’ai pas hésité une seconde à tuer, le jour où ils ont commencé à enquêter sur la marque de mon culte – une marque qu’on plaçait à des endroits bien cachés de tous, pour communiquer notre présence entre nous. À mon plus grand regret, l’enfant des Florizarre a survécu. Je n’aurais peut-être pas dû peindre notre marque sur le mur de sa chambre, par contre, parce que j’ai vu ce maudit Givrali entrer dans la maison, pour ensuite sauver cette satanée Bulbizarre.

Pourquoi avais-je peint la marque ? Je ne sais pas… C’était ma façon à moi de dire à Yveltal que je pensais à lui, lors du sacrifice qui a tué ce couple et qui devait prendre la vie de ce bébé. J’ai tenté de la tuer par la suite, mais elle était surprotégée par le Givrali et la Prinplouf qui l’ont pris en adoption. J’aurais pu me débarrasser d’eux et de leur bébé Tiplouf, pendant que j’y pense, mais je me suis dit qu’il valait mieux que notre culte se fasse discret pour quelque temps, dans le bourg.

Ainsi donc, les années se sont écoulées tranquillement alors que mes acolytes et moi, nous étions de plus en plus nombreux à avoir intégré la Guilde Pokémon de la Bekipan Ville. Quelques-uns parmi eux font même partie du Conseil, mais je sens que Milobellus va tous les virer à un moment ou à un autre, d’ici Halloween. Comment je le sais ? Ils m’en parlent parfois lorsqu’ils viennent aux rencontres dans les égouts, durant la nuit…

Les autres attendent sagement la fauchaison pour se révéler au grand jour… Et quand cette nuit arrivera, le sang coulera à flot dans nos rues. Les flammes consumeront la terre, les désastres naturels viendront les uns après les autres et tous nos disciples vaincront cette maladie immonde qu’est devenu la technologie. Nous retournerons à l’état sauvage, tels que nous avons été créés. Ce sera un moment glorieux pour tous les Pokémon…

À mon épouse, je lègue notre maison, même si je sais qu’elle ne vivra pas longtemps et me rejoindra sûrement, bien au chaud, dans le néant accueillant de mon Maître Yveltal. À mon fils, je lègue ma pipe, lui qui n’arrêtait pas me la voler en cachette. À mes filles, je lègue ma collection de disques de musiques préférés, ceux que je jouais chaque soir en les berçant, toutes petites. Aux autres personnes qui liront cette lettre, je vous souhaite une mort rapide et sans douleur, si possible. De toute façon, notre massacre n’a pas pour but de faire souffrir les gens, mais de les délivrer de ce cauchemar qu’est l’ère de l’électricité.

Si par le plus grand des hasards, l’un de mes acolytes lisait ce message, s’il vous plaît, brûlez ma grange et jeté son contenu hors de la ville. Épargnez la maison de ma famille jusqu’au tout dernier jour de ce monde. Ah et prenez soin de bien nourrir notre prochain sacrifice. Même si elle une prêtresse d’Arceus, elle en demeure pas moins une excellente source de vie pour notre Dieu. Son énergie devra probablement être utilisée lors du 31. Ne me décevez pas, mes frères et sœurs. Le Grand Prêtre veille sur nous, comme je vous ai traité comme ma propre chair.

Mmm… que pourrais-je dire de plus ? Je suis certain que Nidorina sera celle qui découvrira mon secret en premier. Comment ? Je ne saurais dire. Elle a toujours été la plus débrouillarde de toutes les femmes de la conciergerie, depuis tout le temps que je la connais. Je ne serais même pas étonné si nous décidions de nous battre à mort. C’est une femme de fort caractère, mais aussi d’une force étonnante. Si nous n’étions pas si proches elle et moi, j’aurais sûrement été capable de la tuer, lorsqu’elle a commencé à mentionner la marque d’Yveltal, il y a des années. Mais je n’ai jamais ressenti la force de le faire. Je crois… je crois que j’ai toujours eu un très grand respect pour cette Pokémon. Voilà pourquoi il m’était impossible de l’éliminer. J’espère cependant qu’elle trouvera la force de pardonner à son fils, si un jour il devait revenir parmi nous. Après tout, je suis le seul responsable de ce qui est arrivé à Dracolosse.

Mais qu’est-ce que je raconte ? Vous allez tous mourir de toute façon… Si ce n’est pas le 31 octobre, je peux vous assurer que la fauchaison aura lieu… et ce sera glorieux ! Peu importe le nombre de jours que ça prendra… notre Dieu reviendra… et mon âme sera sienne ! Amen !

Annotations

Recommandations

Anaïs Sieffert
Quand on a de l'ambition, on peut toujours atteindre nos objectifs et changer notre destin !
26
0
0
26
Marine Desvoivre
Comment empêcher une future apocalypse lorsqu'on ne croit pas au dieu égyptien et que l'on est une simple mortelle ? Chloé se remémore tout ce qui lui est arrivé depuis le premier jour de son retour chez elle au déclenchement de toutes ses catastrophes. Une histoire tellement inimaginable et effroyable. Mais tout cela n'est rien, comparé à tout ce qui l'attend encore...
27
34
659
73
A.C. Crossway
Un livre mal rangé, des souvenirs flous, une vague d'angoisse. Il en faut peu à l'homme pour tomber dans la paranoïa.
32
23
4
12

Vous aimez lire TeddieSage ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0