Épisode 57

5 minutes de lecture

Tiplouf


Comment se fait-il que Pikachu sache ce qu’est le jeu de la bouteille et pas moi ? Je boude alors que nous marchons dans le parc. Ma sœur et Marill se sont un peu moquées de moi quand je leur ai dit que je pensais que le but, c’était de chercher une bouteille quelconque et de la briser. Et quand elles m’ont dit les vraies règles, j’ai eu envie de pleurer tellement j’ai honte de mon manque de connaissances en matières de fêtes.

Nous pouvons voir une énorme masse beige et bleue qui ronfle devant les balançoires du parc, alors que des jeunes Pokémon bondissent sur le bedon du pauvre Ronflex qui ne semble pas se réveiller. Lucario est assis sur un banc de parc et discute avec Matoufeu. Je me sens un peu jaloux que ces trois-là aient évolué avant moi. Mais d’un certain côté, je ne sais pas si j’ai envie de ressembler à ma mère.

— Encore en train de dormir, celui-là ? fait Pikachu quand nous arrivons près de nos amis.

— On a passé la nuit dernière à visionner des films d’horreur, pour se préparer au 31, réplique Lucario. Il n’a pas fermé l’œil du tout, mais moi j’ai fini par m’endormir vers deux heures du matin, pour me réveiller à quelques reprises quand il poussait de petits cris. Ses parents lui ont passé un savon au lever.

J’ai de la difficulté à imaginer que Ronflex soit effrayé par les films d’horreurs, lui qui arrive à défoncer des arbres avec tant de facilité… Il doit sûrement être le genre de Pokémon qui a peur des fantômes… Quoi que c’est un peu normal pour les créatures de son élément.

Lucario poursuit la conversation :

— De toute façon, rien ne le réveille quand il dort, sauf si on lui passe de la bouffe près des narines. Alors là, je vous garantie qu’il se réveille. Donc si vous avez envie de jouer au tremplin avec son bedon, ça ne lui dérangera pas. Même qu’il apprécie cela quand il est réveillé. Donc, faites comme bon vous semble.

— Vous formez vraiment un drôle de couple, remarque Marill. Mignon, mais drôle.

— Merci, ma belle ! Très joli tes lunettes de soleil.

— Oh, je sais ! Elles sont tellement classe, tu ne trouves pas ?

— Meuf, elles sont parfaites pour ton style. Les mecs doivent être fous de toi au lycée, non ?

— Arrêtez, vous allez me faire vomir, grogne Bulbizarre.

J’adore notre dynamique. Lucario n’arrive pas à garder son sérieux trop longtemps avec nous. Il aime faire des blagues et s’amuser autant avec son partenaire qu’avec les filles avec qui il s’entend bien. Un peu plus et Marill va lui proposer de lui faire une manucure. Je suis certain qu’il accepterait, tellement il est… unique en son genre.

Pikachu se penche alors un peu vers moi et me chuchote, du coin de sa bouche :

— On dirait vraiment un de ces vieux clichés comme on en voit à la télé… Pas vrai ?

Je hoche la tête et il reprend sa position normale. Matoufeu descend du banc de parc pour venir à notre rencontre. Celui-ci s’étire et sort un son de sa bouche qui ressemble au mélange d’un miaulement et d’un bâillement. Ensuite, il s’étire.

— Ronflex est cool, les gars, mais il me donne trop envie de dormir…

— Et si on jouait à chat perché ? propose Pikachu.

Je regarde mon protégé du coin de l’œil, il fait de même et nous regardons alors Matoufeu pour lui dire en même temps :

— C’est toi le chat ! (C’est toi le chat !)

— Eh ! J’ai pas dit oui !

Trop tard pour lui, nous avons déjà pris la fuite. Bulbizarre décide de rejoindre la partie. Matoufeu doit se résigner à se retourner et à compter jusqu’à vingt, afin de nous donner une chance d’aller nous cacher. Évidemment, on va essayer de se limiter aux bordures du parc. Je vois déjà Pikachu qui part se cacher derrière l’énorme panse de Ronflex. Je décide d’aller me dissimuler derrière le toboggan. Parfait pour ma silhouette, puisque je suis petit. Au loin, je vois ma sœur se cacher derrière un gros tronc d’arbre.

— Prêt, pas prêt, j’y vais ! lance mon meilleur ami.

Alors que je l’observe qui fouille déjà un peu partout, je suis en train de me souvenir à quel point lui et moi, nous aimions passer du temps ici, lorsque nous étions gamins. Mais bon, on grandit. Bientôt, nous serons des adultes et les gens d’enfants seront de l’histoire ancienne. S’il y a bien une chose que j’ai appris, ce dernier mois, c’est que je vais devoir cesser de me comporter en gamin, si je souhaite que mon équipe me prenne au sérieux.

Je remarque que Lucario et Marill sont toujours en pleine conversation, alors que les gamins sautillent toujours sur le bedon du gros Pokémon. Je vois un Ptiravi, un Pichu et un petit Mélo. Leurs parents ne sont pas trop loin. Elles sont assises sur un autre banc, en face de celui de nos amis. Matoufeu se dirige en direction de Ronflex. Pikachu l’a remarqué et contourne délicatement l’énorme nounours aux oreilles pointues. Je crois qu’il s’est échappé, car Matoufeu ne l’a toujours pas repéré.

C’est bizarre quand même qu’une partie de cache-cache ou chat perché peut nous faire oublier tous les petits tracas de la vie. Je suis excité de voir qui va…

— J’t’ai trouvé ! C’est toi l’chat ! me lance Matoufeu.

Perdre le premier… Merde. Je m’élance à sa poursuite en sortant de ma cachette et je lui coure après, mais il est trop rapide pour moi. Je me retourne alors pour grimper le long du bedon de Ronflex et je me sers de lui comme tremplin afin de repérer Pikachu.

Je bondis mon ami jaune et je lui lance :

— C’est toi le chat !

Ensuite, je prend la fuite en faisant apparaître de la glace sous mes pattes, donc je me sers comme patinoire. Je pouffe de rire alors que Matoufeu m’accuse de tricher. Et pendant plus d’un quart d’heure, nous nous traquons tous au moins une fois, en employant nos capacités pour nous échapper ou bien pour taquiner nos camarades. Vers la fin de notre session, nous nous allongeons tous sur le bedon de Ronflex, puisque les gamins sont partis. Lucario et Marill viennent nous rejoindre. Mine de rien, c’est vrai qu’il est confortable, ce Pokémon…

— C’est bon ? Vous vous êtes épuisés ? demande notre ami loup, amusé.

— On peut dire ça, ouais, fait Bulbizarre. J’ai fait mon jogging pour la journée…

— Tu dis ça et t’as déjà fait d’énormes de progrès depuis le début d’octobre, je remarque à ma sœur. On dirait que tu as beaucoup maigri.

— Je suis du même avis, déclare Pikachu. Tu sembles en pleine forme.

Bulbizarre rougit timidement et se gratte la tête avec une liane qu’elle vient tout juste de sortir. Je remarque que ma sœur porte de moins en moins de maquillage. Depuis qu’elle se tient avec la Team Pancakes, elle ne fait que ses cils et rien d’autres. Je trouve aussi qu’elle a pris beaucoup en assurance. Je suis content que Pikachu et elle soient en bon terme. Elle ne voulait rien savoir de lui, lors des premiers jours. Pour moi, c’est un bon progrès.

Alors que nous sommes en train de discuter de tout plein de choses en même temps, Ronflex se réveille en sursaut et s’exclame :

— Non Maman ! Je ne porterais pas ce tutu rose pour la photo de famille !

Nous tournons tous la tête vers son visage, et il se rendort aussitôt. Malaise...

— Au fait, Lucario ? demandé-je. C’était quoi votre dernier film d’horreur ?

— La Ballerine à la Tronçonneuse, quatrième partie.

— Ah ouais… Ceci explique cela…

Annotations

Recommandations

Jean-Marc GACHAN
Liban : A Momentary Lapse of Reason.
Liban : Bref épisode d'une guerre sans raison apparente, sauf, selon moi: le mauvais œil...
Sur demande de mon psychiatre : écrire la cause de l'angoisse et de l'obsession et de la paranoïa, précis, concis, le strict minimum...
22
6
0
4
Anaïs Sieffert
Quand on a de l'ambition, on peut toujours atteindre nos objectifs et changer notre destin !
26
0
0
26
Marine Desvoivre
Comment empêcher une future apocalypse lorsqu'on ne croit pas au dieu égyptien et que l'on est une simple mortelle ? Chloé se remémore tout ce qui lui est arrivé depuis le premier jour de son retour chez elle au déclenchement de toutes ses catastrophes. Une histoire tellement inimaginable et effroyable. Mais tout cela n'est rien, comparé à tout ce qui l'attend encore...
22
29
326
73

Vous aimez lire TeddieSage ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0