Épisode 56

6 minutes de lecture

Pikachu


C’est le matin. Tiplouf et moi, nous marchons le long du centre-ville. Depuis que Milobellus a passé une annonce en ligne, toute la ville à virer sens dessus dessous. À tous les coins de rues, des Pokémon s’entraînent à l’autodéfense et beaucoup de nouvelles recrues ont rejoint la guilde, qui se trouve maintenant officiellement à l’Académie Pokémon. Du moins, pour les prochains mois, parce que Milobellus préfère attendre la fin de l’hiver pour que l’on commence la construction de notre quartier général.

Cependant, l’église est en pleine rénovation et cela ne devrait pas prendre trop de temps à terminer, d’ici les premières neiges. Dans trois jours, ce sera Halloween et j’ai cru comprendre que cette nuit-là, Roigada pense que les membres de la secte vont se dévoiler au grand jour et tenter quelque chose d’abominable. Nos visites dans les donjons mystérieux sont donc interrompus pour une durée indéterminée.

— Pikachu ? me demande Tiplouf, alors que nous passons devant le restaurant des Ronflex.

— Qu’est-ce qu’il y a, Tippy ?

— J’ai peur… Papa et Maman ne sont toujours pas rentrés… On n’a reçu aucune nouvelle d’eux depuis des semaines… Crois-tu qu’ils faisaient partie des gens tués par le culte ?

— Je ne sais pas… Vous m’avez pourtant dit que ça prend longtemps pour se rendre à la Crevasse des Cadoizo, pas vrai ?

— Oui… Peut-être qu’ils sont vivants… Mais ça ne m’empêche pas d’être terrifié à l’idée que ce culte se soit dissimulé parmi les nôtres…

— Au moins, Nidorina en a choppé un.

Quand nous avons appris que Qulbutoké était celui qui nous a trahi, beaucoup ont voulu chasser sa famille de notre ville. Milobellus est intervenu et a fait fouiller la maison pour assurer à tous les Pokémon présents dans cette émeute qu’ils étaient innocents. Finalement, ils n’ont rien trouvé chez les Qulbutoké directement… mais lorsqu’ils ont fouillé le petit garage où l’ancien partenaire de Nidorina passait la plupart de son temps… Ils ont découvert le badge de Nidoking, planté dans le mur, comme un trophée.

— Et son fils a été innocenté, ainsi que les autres membres du Fléau Pourpre, ajouté-je.

— Et dire qu’au début du mois, on pensait qu’on allait tous se faire tuer par un groupe de gamins qui se faisaient passer pour eux. Pfft… J’aimerais retourner en arrière. Là au moins, on n’avait pas peur de mourir à tout moment.

— D’ailleurs, on ne voit plus Toxizap nulle part depuis l’incident. Il s’est passé quoi ?

— J’ai entendu dire que les Salarsen avaient quitté la ville avec leur enfant pour aller vivre à Goélise Ville. Les gens n’arrêtaient pas de les huer chaque fois qu’ils sortaient de chez eux et les petits à l’académie étaient très méchant avec Toxizap. Les Persian, de leur côté, ont intégré la guilde et se rachètent en travaillant pour la conciergerie. J’ai entendu dire qu’ils avaient été renvoyés de leurs précédents emplois…

J’ai de la peine pour ces familles. Elles vivaient déjà dans la misère quand tout ça a commencé et là ils ont dû changer de travaux ou bien de villes pour être un peu plus heureux. Je me demande comment leurs enfants vont prendre ces nouvelles lorsqu’ils reviendront de leur mission forcée avec Givrali et Prinplouf.

— En tout cas, Pikachu, si nous survivons à tout ça… j’aimerais qu’on continue nos recherches pour restaurer ta mémoire. Je sais qu’on t’a beaucoup quand tout ça s’est produit dans la ville, mais je n’oublie pas que tu aimerais rentrer chez toi.

— Ça va… J’ai l’impression que je vais être coincé ici, encore un bon bout de temps. D’ailleurs, Roigada ne m’a jamais dit ce dont il voulait me parler, le jour de l’explosion.

— Je sais… Il est très occupé depuis l’incident. Je crois que sa priorité actuelle est justement de faire en sorte que nous survivions la nuit d’Halloween. C’est toujours une soirée plutôt folle pour nous, les Pokémon. On dirait que nous sommes enivrés par la puissance de la lune et la folie de la soirée. Tout le monde se déguise, normalement… mais j’ai l’impression que nous n’aurons moins envie de s’amuser, ce soir-là.

— Si au moins, on pouvait organiser un truc pour les gamins…

— Mouais… On pourrait toujours suggérer aux responsables de l’Académie Pokémon d’organiser une danse pour les plus jeunes, mais les parents d’élèves ont déjà décidé qu’ils passeraient les maisons avec leurs enfants et rentreraient avant le couvre-feu. C’est là où les grosses fêtes commencent, tu vois ?

J’opine du chef. C’est un peu comme dans mon monde, je crois. Depuis quelques années, on a des couvre-feux pour empêcher les plus vieux d’embêter les enfants. Le but de la fête avant était de faire peur pour gagner de bonbons, mais les adultes s’en sont mêlé et les enfants sont désormais protégés. Je peux comprendre pourquoi ils ont fait ça, mais cette fête a perdu tout son sens, d’après moi.

— En tout cas, je suis content que tu aies recommencé à me parler, soupiré-je avant de lui faire une moue. Tu m’as manqué, méchant.

Tiplouf rougit timidement et fait une pichenette sur le pif. Ouille !

— Ça va, c’est fini tout ça. J’ai beaucoup pleuré mais ça va mieux maintenant. Je n’avais juste pas les bonnes priorités à la bonne place, c’est tout.

Alors que je me frotte le nez, il poursuit :

— Par contre, est-ce moi ou tu t’es beaucoup rapproché de Frex, ces derniers jours ?

— Ouais… Il est cool. Il joue un peu le rôle d’un grand frère et moi d’un petit frère, juste pour délirer. J’aime bien discuter avec lui, il est zen. Lucario me fait rire aussi. Il est un peu timide avec les gens qui ne font pas partie de notre guilde. J’ai l’impression qu’il a peur qu’on le maltraite parce qu’il n’est pas comme les autres loups de son espèce.

— C’est vrai qu’ils sont marrants ces deux-là. Je ne sais pas comment Roigada a choisi de jumeler les équipes de tout le monde, mais il a vu juste en nous mettant avec eux.

— Je me demande ce que nous pourrions faire pour aider nos collègues, ce soir. Je n’ai rien de mieux à faire… T’aurais pas une idée derrière la tête ?

Tiplouf fait signe que non. Par contre, on a reçu un message plus tôt pour aller rejoindre sa sœur au parc avec les autres. Elle aimerait qu’on passe un peu de temps ensemble afin de nous détendre un peu. On ne fait que ça, stresser depuis des jours. Elle a raison. Ça nous ferait du bien de juste s’amuser un peu, entre amis.

— Viens là, dis-je à mon ami pingouin, avant de le prendre par la patte et le tirer vers moi pour lui donner un câlin.

Il est plutôt surpris, mais je lui frotte alors la tête comme il m’a fait une fois dans son lit. Il éclate de rire alors qu’il me chatouille avec ses plumes.

— Pffft… des vrais gamins, marmonne une voix derrière nous.

On se retourne vers Bulbizarre qui est venue nous rejoindre. Elle est accompagnée de Marill, qui a voulu se joindre à nous pour notre matinée au parc. L’Académie Pokémon est fermée jusqu’à nouvel ordre, de toute façon. Elle en profite. Je me demande pourquoi elle porte des verres fumés, puisque nous sommes en automne. J’imagine qu’elle aime se donner un genre. Jamais je ne comprendrais les filles.

— Alors, vous venez ? nous demande la souris bleue. J’ai très envie de jouer à la bouteille…

— La bouteille… ? demande Tiplouf, confus. C’est quoi ça ?

Il me fixe du regard, comme s’il s’attend à ce que je connaisse la réponse.

— Minute… Tu plaisantes, j’espère ? je formule en l’observant.

Il fait signe que non. Je me tape le front. Oh misère…

Annotations

Recommandations

Anaïs Sieffert
Quand on a de l'ambition, on peut toujours atteindre nos objectifs et changer notre destin !
26
0
0
26
Marine Desvoivre
Comment empêcher une future apocalypse lorsqu'on ne croit pas au dieu égyptien et que l'on est une simple mortelle ? Chloé se remémore tout ce qui lui est arrivé depuis le premier jour de son retour chez elle au déclenchement de toutes ses catastrophes. Une histoire tellement inimaginable et effroyable. Mais tout cela n'est rien, comparé à tout ce qui l'attend encore...
27
34
659
73
A.C. Crossway
Un livre mal rangé, des souvenirs flous, une vague d'angoisse. Il en faut peu à l'homme pour tomber dans la paranoïa.
32
23
4
12

Vous aimez lire TeddieSage ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0