Épisode 30

5 minutes de lecture

Bulbizarre

Tiplouf n’arrive pas à dormir et moi non plus. J’ai passé ma chambre à Flamiaou pour la nuit et Tonton Voltali dort dans la chambre de nos parents. Mon frère observe le téléphone à toutes les quinze minutes, comme s’il s’attend à ce qu’on nous donne des nouvelles de Pikachu ou bien de nos parents. Il a tenté de communiquer sur leurs smartphones, mais il n’y a aucun réseau, par là-bas. Vers minuit, j’ai envoyé un texto à Marill qui vit à deux quartiers de maisons d’ici. Elle avait beaucoup de peine, car l’un des membres de la guilde était l’un de ses cousins. Elle ne m’a pas dit qui c’était, mais j’ai eu de la peine pour elle. Moi, je suis assise devant mon frère et je somnole. J’ai même emmené mon doudou que j’ai étendue sur mon bulbe pour le tenir au chaud.

— Tu n’es pas obligée de rester avec moi, si tu ne le veux pas, dit Tiplouf.

— Non, ça va. C’est quand même un ami… Il est sympa Pikachu… Je lui ai parlé un peu…

— Non, vraiment, j’insiste. Tu devrais aller te reposer.

— Regarde qui parle. Tu es exténué…

— Je me tiens réveillé au café !

— Nous sommes ados… Nous ne devrions pas stresser autant…

Il ne répond pas. Il sait que j’ai raison. Le stress est mauvais pour la santé, de toute manière.

— C’est bête… ajouté-je après avoir baillé. J’attendais votre retour avec impatience pour vous annoncer un truc important… Mais ça ne me semble plus une aussi bonne idée que ça.

— De quoi parles-tu ?

— Je voulais vous annoncer que je rejoins votre équipe, au souper. Mais je crois que Roigada va me demander de me retirer…

— Qu’est-ce qu’il a à voir là-dedans, lui ? Minute… Rejoindre notre équipe ?!

— Ouais… C’était son idée. Il veut que j’étudie les donjons mystérieux avec lui.

— Mais que fais-tu de ton avenir à l’Académie ? As-tu au moins pensé d'attendre au retour des parents pour prendre une décision pareille ?!

— Parait qu’ils étaient d’accord avec la proposition de Roigada. Ça fait des mois qu’il veut faire de moi son apprenti, à ce qui paraît.

— Mais pourquoi Papa et Maman ne m’ont rien dit ?!

— J’sais pas… T’auras qu’à leur demander toi-même à leur retour.

Je consulte alors mon smartphone et lis toutes les infos qui passent sur PokéBook, en live. Le taux de morts s’élève à trente-sept, y compris des civils qui étaient en visite près du quartier-général de la guilde. Milobellus est sortie d’affaire, ce qui semble une bonne chose. Les titres des gazettes de demain risquent d’être choquants.

Mais c’est quoi cet endroit ?! Ce n’est plus du tout le Bourg Bekipan de l’époque de Dracolosse !

Ouais, mais ça fait longtemps qu’il est mort, Mamie. La nouvelle boss est cheloue, d’après ce qu’on dit, mais elle est riche à craquer. Ça doit être pour ça qu’ils ont voulu la buter, les tueurs.

Arrête de dire des sottises et retourne te coucher ! Tu as école, demain !

Je lis plein de conversations comme ça dans le fil d’actualité. Il y en a des moins beaux, avec des commentaires assez dégueulasses et d’autres qui insultent carrément les membres de la guilde pour être trop paresseux et désorganisés. Je préfère fermer mon téléphone pour ce soir. J’espère que la journée de demain sera mieux.

— Tu comptes faire quoi pour tes études, sinon ? me demande Tiplouf.

— Roigada m’a dit que j’ai déjà assez de crédits pour mon diplôme. À partir de demain, si je le souhaite, ils me donneront les crédits de ce semestre en plus du prochain, rien qu’en travaillant pour la guilde. Il m’éduquera personnellement lorsqu’il sera de passage au QG… Enfin… Ça ne risque plus d’arriver, puisque le sommet de la guilde est partie en fumée…

— Mouais… Ça risque d’être un problème. Beaucoup de nos collègues de travail avaient des salles rien qu’à eux pour planifier leurs aventures, leurs missions et j’en passe. Ce sont principalement les plus grosses équipes de la guilde. Et maintenant, tous ces souvenirs sont partis en fumée… C’est triste.

— Tu vas me trouver cruelle de dire ça, mais je suis contente que Papa et Maman ne faisaient pas partie de ces victimes, soupiré-je.

— Moi aussi je le pense… Il y avait tout de même des parents là-dedans. Plusieurs Pokémon sont devenus orphelins à cause de ce crime monstrueux.

— Sur PokéBook, il y a des gens qui mettaient Fléau Pourpre en hashtag… T’imagines ? Même les autres villes de notre région croient que c’est eux.

— Je ne crois pas qu’ils seraient assez bêtes pour revenir à Bourg Bekipan après tout ce temps. Pas après qu’on ait commencé à augmenter la sécurité de…

— Bekipan Ville, corrigé-je.

— Flûte. J’ai du mal à m’habituer.

Tiplouf baille alors et s’étire les ailes en l’air. Dehors, à travers la fenêtre, on peut déjà voir les premiers rayons du soleil qui est en train de se lever. Nous avons passé la nuit éveillée.

— Tu l’aimes autant que ça, ton Pikapika, pas vrai ? demandé-je, curieuse.

Mon frère baisse les bras et me toise, choqué. Je crois que j’ai touché à une corde sensible.

— Mais… mais non ! Tu racontes des bêtises ! Il est mon ami, voyons !

— Arrête, Tip… Je t’ai vu le serrer dans tes bras et tu pleurais autant que la fois où tu as demandé à ce qu’on t’achète une sucette et maman t’as dit non.

— J’avais que sept ans, je te signale… Pourquoi me rappelles-tu toujours ce souvenir ?

— En fait, tu as toujours été un gros pleurnichard, soupiré-je. Mais pour Pikachu, tu pleures beaucoup plus fort que d’habitude.

Tiplouf me boude et croise ses ailes, alors qu’il fixe le téléphone sur la table.

— Sais-tu au moins s’il est gay ? ajouté-je. Parce que plus tôt tu sauras, mieux ce sera. Au moins tu ne perdras pas ton temps à espérer qu’il t’aime en retour.

— As-tu besoin d’être si décourageante, des fois !? râle-t-il.

Tout à coup, on peut entendre notre oncle crier depuis la chambre de nos parents :

Eh ! C’est pas un peu fini, ce tapage !? Y’a un vieux Pokémon qui essaie de dormir, ici !

Je pouffe de rire et couvre ma bouche, gênée. Tiplouf rougit timidement. Nous optons pour baisser le ton. Tonton Voltali est toujours bougon quand on le réveille. Ça m'était complètement sorti de la tête avec la conversation en cours, mais il nous a souvent gardé quand nous étions plus jeunes.

Mon frère décide de consulter son propre smartphone alors que j'opte pour me lever de ma chaise afin d'aller m’installer sur le divan du salon. Je vais essayer de dormir un peu, pendant que je le peux encore. À mon réveil, je vais aller faire un tour à la guilde et voir si je ne pourrai pas les aider dans quoi que ce soit. Après tout, on a déjà reçu un texto de l’Académie Pokémon, stipulant qu’il n’y aurait pas d’école, demain.

— Tu te couches ? demande Tiplouf, tout bas.

— Ouais… Tu devrais faire pareil…

Il secoue la tête. Quel entêté, celui-là !

C’est bête, mais j’ai oublié mon doudou sur ma chaise… Pas grave, je n’en ai pas besoin. Je profite du chauffage électrique du salon pour me sentir un peu plus à mon aise. Je ne supporte vraiment pas le froid.

Alors que je ferme les yeux, je ne peux m’empêcher de me demander qui étaient les nombreuses victimes dans cette explosion. Je vais me sentir cruelle de penser ça, mais une partie de moi aurait bien aimé qu’Arcko fasse partie de cette liste.

Cependant, une chose est sûre… Bekipan Ville sera en deuil pour un bon moment…

Annotations

Recommandations

Jean-Marc GACHAN
Liban : A Momentary Lapse of Reason.
Liban : Bref épisode d'une guerre sans raison apparente, sauf, selon moi: le mauvais œil...
Sur demande de mon psychiatre : écrire la cause de l'angoisse et de l'obsession et de la paranoïa, précis, concis, le strict minimum...
22
6
0
4
Anaïs Sieffert
Quand on a de l'ambition, on peut toujours atteindre nos objectifs et changer notre destin !
26
0
0
26
Marine Desvoivre
Comment empêcher une future apocalypse lorsqu'on ne croit pas au dieu égyptien et que l'on est une simple mortelle ? Chloé se remémore tout ce qui lui est arrivé depuis le premier jour de son retour chez elle au déclenchement de toutes ses catastrophes. Une histoire tellement inimaginable et effroyable. Mais tout cela n'est rien, comparé à tout ce qui l'attend encore...
22
29
326
73

Vous aimez lire TeddieSage ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0