Épisode 26

6 minutes de lecture

Pikachu

Le Créateur est un sadique. Non seulement il a créé ces labyrinthes dans l’espoir de nous rendre fous, à force de nous jeter des pièges partout et des Pokémon sauvages qui veulent nous anéantir constamment ; il se fiche aussi de nous une fois qu’on perd trop de temps dans un étage. Nous nous sommes fait expulser du donjon mystérieux, car nous n’arrivions pas à retrouver notre chemin vers la sortie. Si seulement c’était plus évident, tout ça. Mais non… il a fallu qu’on se fasse jeter hors de son casse-tête pour la première fois depuis que j’ai commencé à comprendre comment survivre là-dedans. Tiplouf et Flamiaou sont tous aussi frustrés que moi, mais n’osent pas me le dire.

Marisson, quant à lui, a décidé de reprendre la route pour Poképolis. Il est en ce moment en train de faire ses adieux. Le soleil va bientôt se coucher et le donjon va changer à minuit.

— Es-tu certain que c’est ce que tu veux, Marisson ? demande Flamiaou à notre nouvel ami. Ça serait cool si tu devenais un membre permanent de notre équipe.

— Désolé les gars, mais j’ai déjà promis à mes parents que j’irais vivre avec eux. On remettra nos aventures dans les donjons, à une autre fois, j’imagine.

— Dommage, je commençais à m’habituer à ta présence, commente Tiplouf. Mais bon, Mimitoss ne va pas se faire sauver tout seul. On y retourne dans quelques minutes.

— Ça ne sera pas nécessaire, dit soudain une voix derrière nous.

Nous nous tournons en direction d’un tout autre groupe qui vient de sortir de la Zone d’entraînement. Je reconnais le Maraiste et le Machoc de notre guilde. Ils sont accompagnés de Mimitoss qui, tout effrayé, se cache derrière le Pokémon aquatique.

— Ah, vous étiez là-dedans, vous aussi ? commente Tiplouf. Comment se fait-il qu’on ne vous a pas vu, dans ce cas ?

— Nous sommes entrés après vous pour vous dire que Monsieur Roigada vous recherche, dit Maraiste. Mais par le plus grand des hasards, nous sommes tombés sur ce petit qui était perdu. C’est le Pokémon que vous recherchiez, non ?

Tiplouf, résigné, sort le rouleau de parchemin du sac de Flamiaou avant de le tendre à Maraiste. Ce dernier ne sait pas quoi dire, il est bouche-bée.

— La prime vous revient, dans ce cas, insiste mon ami pingouin.

— Mais nous n’avons pas cherché à voler votre tâche ! déclare Machoc, perturbé.

— Ça ne fait rien… La loi, c’est la loi. Vous avez trouvé l’enfant de ce client, la prime vous revient. Fin de la discussion.

— Très bien… soupire Maraiste. Nous vous revaudrons ça un jour, Team Pancakes.

— Aéromite doit mourir d’impatience au QG, remarqué-je. Nous sommes quand même là-dedans depuis des heures.

Tiplouf et Flamiaou hochent la tête, alors que Marisson soupire de soulagement. Au moins, notre incompétence d’aujourd’hui n’aura pas été en vain. Après qu’ils nous ont salués, Maraiste, Machoc et le gamin Mimitoss s’éloignent alors que nous encaissons notre échec.

— C’est la première fois qu’on me vole une mission qui m’était assignée, boude Tiplouf qui s’assoit par terre, dépité. C’est dégueulasse… On était si bien parti, pourtant…

— On va devoir travailler sur notre sens de l’observation, soupiré-je. Nous avons tournés en rond pendant une bonne quinzaine de minutes et c’est ce qui nous a fait propulser hors du labyrinthe. Et le pire dans tout ça, c’est que nous avons vu l’escalier à la dernière minute.

— Ouais, remarque Flamiaou. Nous n’aurions pas dû passer trop de temps à chercher pour des Pokémon sauvages à combattre. Notre priorité était justement de trouver Mimitoss.

— Je crois qu’on avait tellement peur de se faire sauter dessus qu’on a oublié l’essentiel de notre visite, continué-je. La prochaine fois, on saura.

— La bonne nouvelle, c’est que tu es en train de nous rattraper en niveau de combat, formule Flamiaou avant de me donner une tape amicale sur l’épaule.

J’esquisse un sourire. Il dit vrai. J’ai de moins en moins de difficulté à combattre les Pokémon sauvages depuis que je m’entraîne avec ce groupe. Tiplouf pouffe de rire alors que je l’aide à se relever. Il semble heureux qu’au moins, nous avons ressorti quelque chose de positif de cette mission. La prochaine fois, on fera mieux.

Marisson se racle la gorge, derrière moi et attire notre attention.

— Désolé les gars, mais c’est le temps pour moi de partir. N’oubliez pas que quelqu’un veut vous rencontrer. Merci encore pour les baies, Tiplouf !

— Ah ouais… Roigada veut nous voir, formule mon ami pingouin pour lui-même.

— Fais gaffe à ne pas te perdre cette fois, commente Flamiaou pour taquiner Marisson.

Le Pokémon Plante met ses pattes derrière sa tête et glousse timidement. Il recule alors, nous salue d’un signe de tête, puis plonge dans la terre, devant lui avec la capacité Tunnel. Nous décidons donc de nous éloigner de la forêt. Je suis tout engourdi et j’ai hâte qu’on soupe. Flamiaou aussi a un peu mal aux pattes, à force d’avoir marché. Tiplouf, quant à lui, a un peu de peine d’avoir échoué notre mission.

— Ce n’est pas grave, Tippy, on se reprendra demain avec d’autres requêtes, lui dit notre collègue chat. Au moins, nous avons récolté quelques objets qui pourront nous servir dans les donjons. Faudra qu’on fasse le tri de tout ça, une fois que je serai dans ma chambre.

— Moi, je dis qu’on devrait tenter notre chance dans un nouveau donjon à partir de demain, réplique Tiplouf. Nous sommes devenus trop forts pour la plupart des Pokémon sauvages qui traînent dans la Zone d’entraînement. Ça serait une bonne occasion pour Pikachu d’en apprendre un peu plus sur de nouvelles espèces.

— Un nouveau donjon ? répété-je. Tiplouf, nous n’avons atteint que le cinquième étage une seule fois depuis que nous nous entraînons ici.

— Le but n’est pas de faire tous les étages, Pikachu. C’est surtout pour nous entraîner contre des adversaires plus puissants. Qui sait ? Peut-être pourrons-nous accomplir quelques requêtes au passage.

— Je vois… Par contre, il faudrait vraiment que vous m’expliquiez un truc. Pourquoi avoir donné notre parchemin à Maraiste et Machoc, s’ils n’avaient pas appliqué pour cette mission ? On aurait quand même touché à la prime, non ?

Tiplouf secoue la tête et me répond :

— Ça ne fait pas partie du code d’honneur de notre guilde. La prime doit toujours revenir à celui ou celle qui trouvera notre cible en premier. Voilà pourquoi je dis que c’est la loi.

— Ouais, mais on vient de perdre cinq cents pièces d’or, se plaint Flamiaou. On aurait pu s’acheter un très bon repas avec ça.

Notre chef d’équipe lève les yeux au ciel et râle un bon coup avant d’accélérer le pas.

— Eh !? Où vas-tu, Tippy, demande notre ami.

— Au QG, les gars ! On a un rendez-vous important avec Roigada. Ne l’oubliez pas !

— Ah ouais… Tu viens Pikachu ?

J’opine du chef et tous trois, nous décidons de nous rendre en ville afin d’aller à la rencontre de notre supérieur. Sur le chemin du retour, nous nous arrêtons devant la ferme de la famille à Tiplouf. Par-dessus une haie qui nous sépare du cottage, un Pokémon Électrique est assis sur une chaise berceuse et lit la gazette du jour. Il s’agit d’une espèce de créature féline, dont la fourrure dorée ressemble étrangement à des pics. Il porte des lunettes de lecture et fume une pipe à tabac alors qu’il nous observe d’un drôle d’air.

— Où courez-vous comme ça, les jeunes ?! nous demande-t-il, après avoir retiré sa pipe.

— Voir notre supérieur, mon oncle ! Attends-nous pour souper ! On revient !

— Ouais, bah ! Si vous voyez ta sœur, dites-lui de revenir au cottage ! Ça fait plus d’une demi-heure que je l’attends avec les ingrédients ! Je ne peux pas préparer le souper sans ça !

— D’accord, mon oncle ! À tout de suite !

Annotations

Recommandations

Anaïs Sieffert
Quand on a de l'ambition, on peut toujours atteindre nos objectifs et changer notre destin !
26
0
0
26
Marine Desvoivre
Comment empêcher une future apocalypse lorsqu'on ne croit pas au dieu égyptien et que l'on est une simple mortelle ? Chloé se remémore tout ce qui lui est arrivé depuis le premier jour de son retour chez elle au déclenchement de toutes ses catastrophes. Une histoire tellement inimaginable et effroyable. Mais tout cela n'est rien, comparé à tout ce qui l'attend encore...
27
34
659
73
A.C. Crossway
Un livre mal rangé, des souvenirs flous, une vague d'angoisse. Il en faut peu à l'homme pour tomber dans la paranoïa.
32
23
4
12

Vous aimez lire TeddieSage ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0