Épisode 22

5 minutes de lecture

Flamiaou

Pikachu était sur le point de consulter les nombreuses requêtes sur le babillard quand je suis arrivé à l’entrée principale du QG, un rouleau de parchemin dans le petit sac que je portais sur le côté. Je nous ai déniché un emploi qui devrait justement convenir à la Team Pancakes. Tiplouf m’a contacté ce matin pour que je fasse des recherches avec Pikachu, mais j’avais déjà pris une longueur d’avance avant qu’il ne me téléphone.

La guilde nous a fourni des smartphones, à Pikachu et moi, qu’on transporte dans nos ceintures respectives. On a même reçu des foulards avec nos badges de grades, mais ceux-là nous attendent dans la salle de boutique de notre guilde. Seulement, nous n’avons pas encore eu le temps les chercher.

— Pas la peine de vérifier, dis-je avant de m’asseoir près de Pikachu. Toutes les meilleures missions ont été prises. J’ai quand même réussi à nous trouver quelque chose de facile, mais bien payant. On nous a engagé pour retrouver un Pokémon perdu dans la Zone d’entraînement. Le client va nous payer cinq cents Pokédollars et quelques projectiles.

— Wow, c’est un bon prix pour une requête de notre rang.

— Oui, mais les autres membres de notre guilde sont beaucoup plus expérimentés, alors ils avaient de meilleurs choix et salaires ailleurs. J’ai décidé de prendre celle-là pour que tu puisses t’entraîner encore un peu.

— Encore ?! Mais ça fait déjà trois fois qu’on visite ce donjon…

— Et ce ne sera pas la dernière fois. Il y a toujours des gens qui ont besoin de notre aide.

Pikachu baisse les oreilles, découragé. Il s’est beaucoup amélioré depuis notre première sortie. Tiplouf et moi, nous pensons qu’il va bientôt apprendre une nouvelle capacité. On aimerait pouvoir lui acheter une Capsule Technique, mais nous n’en avons pas encore les moyens. Une attaque puissante dans son arsenal ferait toute la différence, lors des prochains combats. Mon ami s’approche et tire le rouleau de parchemin de mon sac.

Avis de recherche : un jeune Mimitoss se serait aventuré trop près de la zone d’entraînement, formule Pikachu. Je paierai quiconque ira retrouver mon fils et me le ramènera en vie ! Signé, Aéromite. Eh bah ! Ce sera ma première mission de secourisme.

— Et sûrement pas la dernière. Souvent, les civils s’aventurent trop près de nos bois pour y cueillir des champignons ou des fruits sauvages. Ils ne font pas attention aux barrières du donjon mystérieux et se font absorber par celles-ci.

— Pourtant les bois sont bien protégés depuis quelques jours, non ?

— Sans doute, mais tu oublies que Bekipan Ville n’est pas la seule communauté dans le coin. Un peu plus au sud, il y a un petit village agricole avec qui on fait parfois des échanges. Eux n’ont pas de Guilde Pokémon, proprement dit, mais Milobellus y envoie quelques représentants pour certains contrats.

— Donc, cet Aéromite doit venir de là-bas…

— T’as tout compris. Durant cette période de l’année, beaucoup de Pokémon Insectes rôdent près des bois, justement parce que les champignons poussent en abondance dans cette température et ils se nourrissent beaucoup de fongus et petits fruits en tous genres.

— Donc, c’est une bonne saison pour la Guilde…

— Et tous ses compétiteurs…

Je soupire avant de reprendre le parchemin que j’enroule pour ensuite le mettre dans mon sac. Pikachu et moi, nous sortons alors du QG, parce qu’on a promis à Tiplouf d’aller le rejoindre après avoir terminé nos recherches.

En cours de route, Pikachu me demande :

— Des compétiteurs, tu disais ?

— Oui. La Guilde Pokémon de Bekipan Ville n’est pas la seule dans la région. Papa me l’a expliqué quand il travaillait encore dans le secteur. Il me disait souvent que Milobellus a plusieurs rivaux, des habitants du Ranch Meuh Meuh à ceux de Poképolis.

— Le Ranch Meuh Meuh… ? Mais c’est quoi ce nom ridicule… ?

— Un clan surtout agricole, à l’ouest d’ici. Ils sont reconnus pour leur excellent lait et leurs produits laitiers. Ils sont au moins une centaine à vivre là-bas et ils ont même une petite guilde rien qu’à eux. À défaut d’avoir un nom de village, ils ont adopté celui de leur ranch.

— Je vois… je croyais que toutes les guildes travaillaient ensemble…

— Elles font partie d’une union, oui. Mais chaque guilde a ses propres tarifs et spécialités.

— Ah… et quelle est la nôtre ?

— Le secourisme, bien sûr, mais Bekipan Ville a toujours été reconnu comme le centre nerveux de la région. Ici, on trouve de tout dans nos marchés. C’est pourquoi les marchands paniquent quand on doit fermer boutiques pour quelques heures. Il y a beaucoup de visiteurs par ici qui achètent beaucoup de nos produits et ils comptent sur nous pour tellement de choses… Je peux comprendre pourquoi Canarticho veut vendre sa boutique. Maman disait tout le temps que le centre-ville peut être stressant…

— Ah… Elle travaillait dans quoi, ta mère ?

— Elle vendait des bijoux pour la vieille râleuse de Corboss. Parfois, elle en fabriquait. Les bricoles de cette communauté sont très populaires, tu vois ?

— Je commence à m’en rendre compte…

Pikachu décide de ne plus rien dire. Il a posé assez de questions. Nous quittons la rue principale et nous enfonçons dans la ruelle qui mène au cottage de Tiplouf. C’est beaucoup plus calme par ici et sur la plage.

En ville, on entend des travaux un peu partout, car des Triopikeur et d’autres ouvriers remplissent des tunnels ou bien construisent un nouveau bloc d’appartements. J’ai remarqué aussi qu’il y a de plus en plus de gens par ici, depuis quelques jours. Pas étonnant que nous vivons désormais dans une petite ville et non un bourg.

— On n’a pas tellement vu Milobellus, depuis l’incident, remarque Pikachu. Que crois-tu qui lui est arrivé ?

— Les Pokémon en ville racontent qu’elle a fait fuir plein de représentants du Conseil et qu’elle en cherche des nouveaux. Je crois qu’elle doit passer des entretiens, si ça se trouve.

— Et le maire, il fait quoi dans tout ça ? Lui, je ne l’ai jamais rencontré.

— Euh… bonne question…

Je regarde un peu dans le vide, avant de lui répondre :

— Il va bientôt prendre sa retraite. Milobellus va sûrement prendre le relai jusqu’à ce qu’on nomme un nouveau maire. Il travaille à son poste depuis plus de quinze ans, en fait.

— Ah. Il est si vieux que ça ?

— Oui. On raconte qu’il est né la même année que Dracolosse. À savoir que notre guilde n’existe que depuis cent vingt ans, alors que Bekipan Ville est vieille de deux siècles.

— Fiou ! Ça en fait beaucoup à retenir…

— Ne t’en fais pas. Tout le monde dans cette communauté tient beaucoup à notre héritage. C’est pourquoi on en parle surtout en bien, aux invités comme aux nouveaux venus. Mon grand-père était un historien, en fait. C’est lui qui m’a tout appris avant qu’il ne meurt.

— Oh… mes condoléances, Flammy.

— Ne t’en fais pas, Blues. Ça fait trois ans de cela qu’il a levé les pattes, comme on dit. Il doit sûrement s’amuser au Paradis, aux côtés de Mémé.

— Décidément, ce surnom me colle à la peau…

Je fais mine de ne pas l’écouter. Mon attention se tourne plutôt vers Tiplouf, près du verger. Celui-ci est en train de ramasser des baies pour Riolu. D’ailleurs je me demande ce qu’il fait là, lui. N’était-il pas à l’infirmerie de la guilde, plus tôt ?

Cependant, je remarque un détail anormal avec mes yeux de félin. D’étranges ronces sortent tout à coup du sol, près de leurs pattes. Tous deux poussent des cris effrayés, alors que le bol de baies tombe par terre et le tout roule partout. Mon cœur fait un bond, alors que je m’élance vers eux, telle une fusée.

— Eh ! Attends-moi ! me crie Pikachu derrière moi.

Annotations

Recommandations

Anaïs Sieffert
Quand on a de l'ambition, on peut toujours atteindre nos objectifs et changer notre destin !
26
0
0
26
Marine Desvoivre
Comment empêcher une future apocalypse lorsqu'on ne croit pas au dieu égyptien et que l'on est une simple mortelle ? Chloé se remémore tout ce qui lui est arrivé depuis le premier jour de son retour chez elle au déclenchement de toutes ses catastrophes. Une histoire tellement inimaginable et effroyable. Mais tout cela n'est rien, comparé à tout ce qui l'attend encore...
27
34
659
73
A.C. Crossway
Un livre mal rangé, des souvenirs flous, une vague d'angoisse. Il en faut peu à l'homme pour tomber dans la paranoïa.
32
23
4
12

Vous aimez lire TeddieSage ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0