L'ami ailé /2

2 minutes de lecture

Zephyr fit les présentations, et ils embarquèrent le corps de Talixan, auquel Pelon voulait rendre rapidement hommage avant de l'enterrer derrière chez lui. Il laissa entendre que la mort du vieux chasseur allait frapper durement ses nombreux amis, mais ce fut son seul mot sur le sujet. Leur lien était visiblement très fort, car le jeune homme semblait aussi marqué que Zephyr par sa disparition.


Une fois arrivés, il leur intima de rentrer se reposer chez lui pendant qu'il disposerait du corps. Les deux jeunes gens marquèrent un arrêt devant la façade du petit bâtiment à un étage, dont les murs de pierre rétrécissaient en montant. Un style typique des flancs des montagnes, mais rare aussi bas en plaine. Le toit était particulièrement frappant, avec ses planches de bois que laissait à peine deviner une couverture de feuilles de pinski séchées, une plante géante des hauteurs qui assurait une étanchéïté sans faille.

Alors que Pelon engageait sa charette sur un chemin longé de multiples box de chevaux, ils entrèrent timidement dans la maisonette. L'intérieur était chaleureux, à la mode locale, avec profusion de peaux de mouton et de petits meubles en chêne ou en bouleau. Ils décidèrent de se laisser tomber sur un tas de peaux qui leur tendait les bras, et y trouvèrent rapidement le sommeil.

C'est l'odeur du repas qui les réveilla, et Pelon les invita à le rejoindre à table, où il s'était déjà installé en compagnie d'un oiseau. Ce dernier sautilla à leur approche, et émit un petit chant de crécelle.

- Un traquet ! reconnut Zephyr.

- Je vous présente Tric le Traquet, confirma Pelon avec un geste cérémonieux. Il déjeune toujours avec moi. C'est un ami, et il va nous être précieux, vous allez voir.

Il exposa alors son plan : Tric pouvait parcourir de longue distances en vol, et si on lui fournissait une description détaillée des zagarites et de leur chariot, il pourrait sûrement les identifier sans se faire remarquer. A charge ensuite pour eux de le pister, sachant que Pelon disposait de chevaux puissants qu'il mettrait à leur disposition. Personne autour de la table ne savait ce qu'il conviendrait de faire s'ils parvenaient à retrouver les zagarites, mais ils décidèrent de tenter leur chance, en se réservant d'improviser le moment venu.

Zephyr était tout surpris de retrouver en Pelon l'optimisme sans crin de Talixan. Il avait beaucoup pleuré ce dernier, pensant que sa mort scellait irrémédiablement son sort et celui de son royaume. Mais peut-être le vieux chasseur n'avait-il pas dit son dernier mot, selon ses propres termes, en le dirigeant vers Pelon. Et derrière Pelon, vers ces mystérieux "amis" qui semblaient pouvoir se mobiliser à volonté pour leur cause...

Il décrivit donc pour Tric et Pelon le chariot couvert, les zagarites encapuchonnés et les cavaliers. Un doute surgit cependant lorsqu'il se remémora les difficultés de Talixan pour repérer les bandits. Une sorcière parmi eux les rendait invisibles aux regards en journée. Il fallait les chercher de nuit, à la lueur de leur feu de camp.

- C'est plus compliqué, mais pas infaisable, répliqua Pelon en fixant son traquet. Il cherchera de nuit, puisqu'il le faut. En parcourant les quelques routes qui mènent d'ici aux passes dans la montagne, il a toutes ses chances.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Ryuu

Notre histoire prend place dans un monde où l'être humain devait trouver sa place au milieu d'êtres bien plus grand que lui. Des êtres immortels, peu nombreux, mais ils les dominaient en puissance. Ces êtres vivaient dans deux monde distinct, un peuple des cieux et un des abimes. Ne vous y trompez pas, ils n'étaient ni bons ni mauvais, simplement chacun se jouait des tracas des humains à sa manière. Ils ne faisaient que pousser un domino par-ci ou par-là et regardaient jusqu'où se répendait l'onde de choc.
Les humains les connaissaient, ils faisaient ce qu'ils pouvaient, tantôt des offrandes, tantôt des luttes à milles contre un, mais cela ne changeait rien. Les immortels faisaient ce qu'ils voulaient. Ne croyez pas les humains malheureux, ils naissaient dans ce monde, toute leur vie se déroulait dans ce décor qui leur semblait tout à fait normal. D'autant plus qu'une immortelle des abimes s'intéressait à eux. Elle leur parlait, échangeait avec eux. Au début elle les étudiait, mais à force de voir les générations s'enchainer pour toujours avancer vers l'avenir malgrés tout ce qu'ils subissaient, elle se prit de passion à essayer de les comprendre. Miséricorde fût-elle nommée par les humains, son nom réel était inaudible pour eux. Elle les vît redoubler d'inventivité pour pallier à leur condition d'humain. Tout en passant l'un après l'autre.
Il faut savoir que les immortels ne voyaient pas le monde et le temps de la même manière. Des années pour les hommes ne paraissaient qu'un battement d'ailes pour les immortels. Les sentiments aussi n'étaient pas les mêmes, l'attachement, la perte, le souvenirs étaient des conceptes étranger aux immortels. Miséricorde elle même semblait difficilement faire différence entre un humain et un autre.
Poussée par la curiosité, elle envouta un homme qui venait la voir souvent pour ressentir ses émotions. Tout d'abord elle sentit sa fascination pour elle même, sa joie de vivre et de faire sa vie tout les jours, mais bientôt s'ajouta l'ombre de la mort, la peur de la fin, de n'être qu'une broutille dans ce monde de force infinie, la tristesse de tout ceux partis, vaguement balancées par la joie de ceux qui viendront, mais suivie par la mélancolie de ne pas pouvoir les accompagner toute leur vie... tant d'émotions dans un si petit être qui pourtant restait debout devant elle qui ne supportait pas tout cela. Tant de lames d'émotion qui brûlaient son âme immortelle. Elle souffrait de ressentir chaque seconde passer, chaque respiration entrer et sortir, chaque battement de coeur rythmant cette vie qui pouvait se reduire au silence à chaque instant. Le panel d'émotion s'accru soudainement, puis un peu plus et ainsi de suite. Son enchantement s'échappait et se répandait à chaque être humain.
En peu de temps, cela devint insupportable pour tout les immortels qui ne pouvaient même pas y échapper dans leurs domaines respectifs. Tous se trouvaient à genoux de douleur. Alors ils décidèrent de partir. Loin. Ils s'envolèrent tous dans le ciel noir de la nuit, parsemèrent ce dernier de miliers d'étoiles qui brillent encore aujourd'hui. Ainsi finit l'âge des immortels pour laisser place à celui des humains.
3
3
34
2
Mitchole
Comme il y a quinze ans, la guerre semble ressurgir et le royaume des elfes est de nouveau sous les flammes. Cette fois, personne ne peut s’opposer à l’ennemi et fuir reste la seule issue pour survivre.
Beaucoup choisirons de rejoindre le continent, le monde des hommes.
Parmi ces désespérés se trouve Caevanne, une jeune elfe qui vient de perdre de vue ses parents, sa seule famille. Cependant la vie qui l’attend dans la grande ville est loin d’être celle qu’elle imagine. Elle comprend peu à peu qu’elle ne pourra échapper éternellement aux conflits.
36
69
398
44
Marion Lou

Dans la nuit étoilée de mes pensées,
Un zèbre pointe le bout de son nez,
Qui, inspirant à grande goulée d'air,
Souhaite qu'on le libère d'une vie dont il n'a que faire,
Mais le malheureux ne sait comment s'y prendre
Aussi il se désespère et ne cesse de descendre
Dans les abîmes d'un enfer qui n'appartient qu'à lui,
Qui ne cesse de pleurer au travers de son lit
De pleurs entourés de fleurs qui à travers son malheur,
Lui murmurent une existence somptueuse exempée de heurts,
Et c'est dans ce lit emprunté d'horreur,
Que le zèbre transformé en âne se languit et se meurt.
8
6
6
0

Vous aimez lire Histrion ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0