L'ami ailé /2

2 minutes de lecture

Zephyr fit les présentations, et ils embarquèrent le corps de Talixan, auquel Pelon voulait rendre rapidement hommage avant de l'enterrer derrière chez lui. Il laissa entendre que la mort du vieux chasseur allait frapper durement ses nombreux amis, mais ce fut son seul mot sur le sujet. Leur lien était visiblement très fort, car le jeune homme semblait aussi marqué que Zephyr par sa disparition.


Une fois arrivés, il leur intima de rentrer se reposer chez lui pendant qu'il disposerait du corps. Les deux jeunes gens marquèrent un arrêt devant la façade du petit bâtiment à un étage, dont les murs de pierre rétrécissaient en montant. Un style typique des flancs des montagnes, mais rare aussi bas en plaine. Le toit était particulièrement frappant, avec ses planches de bois que laissait à peine deviner une couverture de feuilles de pinski séchées, une plante géante des hauteurs qui assurait une étanchéïté sans faille.

Alors que Pelon engageait sa charette sur un chemin longé de multiples box de chevaux, ils entrèrent timidement dans la maisonette. L'intérieur était chaleureux, à la mode locale, avec profusion de peaux de mouton et de petits meubles en chêne ou en bouleau. Ils décidèrent de se laisser tomber sur un tas de peaux qui leur tendait les bras, et y trouvèrent rapidement le sommeil.

C'est l'odeur du repas qui les réveilla, et Pelon les invita à le rejoindre à table, où il s'était déjà installé en compagnie d'un oiseau. Ce dernier sautilla à leur approche, et émit un petit chant de crécelle.

- Un traquet ! reconnut Zephyr.

- Je vous présente Tric le Traquet, confirma Pelon avec un geste cérémonieux. Il déjeune toujours avec moi. C'est un ami, et il va nous être précieux, vous allez voir.

Il exposa alors son plan : Tric pouvait parcourir de longue distances en vol, et si on lui fournissait une description détaillée des zagarites et de leur chariot, il pourrait sûrement les identifier sans se faire remarquer. A charge ensuite pour eux de le pister, sachant que Pelon disposait de chevaux puissants qu'il mettrait à leur disposition. Personne autour de la table ne savait ce qu'il conviendrait de faire s'ils parvenaient à retrouver les zagarites, mais ils décidèrent de tenter leur chance, en se réservant d'improviser le moment venu.

Zephyr était tout surpris de retrouver en Pelon l'optimisme sans crin de Talixan. Il avait beaucoup pleuré ce dernier, pensant que sa mort scellait irrémédiablement son sort et celui de son royaume. Mais peut-être le vieux chasseur n'avait-il pas dit son dernier mot, selon ses propres termes, en le dirigeant vers Pelon. Et derrière Pelon, vers ces mystérieux "amis" qui semblaient pouvoir se mobiliser à volonté pour leur cause...

Il décrivit donc pour Tric et Pelon le chariot couvert, les zagarites encapuchonnés et les cavaliers. Un doute surgit cependant lorsqu'il se remémora les difficultés de Talixan pour repérer les bandits. Une sorcière parmi eux les rendait invisibles aux regards en journée. Il fallait les chercher de nuit, à la lueur de leur feu de camp.

- C'est plus compliqué, mais pas infaisable, répliqua Pelon en fixant son traquet. Il cherchera de nuit, puisqu'il le faut. En parcourant les quelques routes qui mènent d'ici aux passes dans la montagne, il a toutes ses chances.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Marylen Brice

Je suis petite, ronde, malvoyante et moche.
Ce qui fait de moi la proie idéale
Des moqueurs sans coeur ni foi qui m'approchent.
Attention ! pour ce voyage sans escale
Aucune concession à mes tortionnaires !
Ils pourraient bien avoir pris un aller
Sans retour en direction de l'enfer
Avec ce défi qui m'a emballée !
Ma devise ? Elle dit tout ce que je suis :
Téméraire, tenace, vénale, sans pitié.
Mon but c'est de réussir, je ne fuis
Aucune contrainte, aucune difficulté !
Ne me traitez surtout pas de comique,
Je sais ce que je vaux, ce que je veux,
Je me lance dans la mêlée. Pas d'panique !
Je suis persuadée, que gagner, je peux !
Vous dites ? Que je ne suis qu'une prétentieuse ?
Bah ! rira bien qui rira le dernier !
Ma devise, sans nul doute, la plus précieuse :
"Pas capable est mort sans essayer" !




3
0
0
1
éphémère

Les hommes ont toujours tendance
à chercher le bonheur,
et à vouloir se satisfaire
d’une fleur qui pousse,
d’une feuille qui tombe,
comme promesse que tout change,
mais que tout demeure.

Il se trouve pourtant quelque chose qu’ils ne saisissent pas,
une sorte de grain de sable
dans un univers bétonné :
le bonheur ne semble être
que promesse de lui-même.
Peut-être n’est-il
que l’image que nous nous en faisons,
sans pour autant que cela veuille dire
qu’il n’existe pas.
Il est de ces sentiments
que nous voulons, envers et contre tout,
contrôler,
enserrer,
retenir
au sein de nos plus obscures profondeurs :
et toujours, ils s’évaporent.
N’essayez pas d’attraper de l’air,
accueillez-la.

De leurs griffes lacérantes,
qui ont tant de fois déchiré leur être,
ils ont voulu étreindre
le présage d’un sourire,
et n’ont su en retirer que le goût amer
du vide qui s’installe peu à peu en vous...

Parce qu’il est de ces choses
qui résistent, quand on les force,
qui s’éloignent, quand on les approche :

l’ombre d’un sourire pourrait vous couter l’obscurité éternelle.
2
2
0
1
Céleste Delune


Le fil de vos mots s'enroule autour de moi depuis des mois .
Vous me prenez la main et le reste,tout le reste !
Vous m'embrassez, vous m'étreignez,vous me caressez,vous me bousculez, vous m'envahissez, vous murmurez, vous susurrez, vous chantez, vous répètez, vous m'écrivez !
La divine mélodie de vos rimes sensuelles, peu à peu , m'ensorcelle et
m’entraîne dans une chorégraphie primitive et lascive.
Aujourd'hui, je suis à Paris…
Je pense à vous, je vous vois un peu partout! Je prends le métro.
Cet homme élégant assis en face de moi,peut-il écrire de si merveilleux poèmes ? Difficile à dire… Je l'observe attentivement, non , ce n'est pas vous.Il est trop petit et n'a pas de cicatrice sur le visage .
J'ai terriblement envie de vous rencontrer , de jouer , de jouer avec vous .
Vous donner rendez-vous dans un endroit romantique et animé de la capitale mais sans préciser le lieu exact et voir si nous nous reconnaîtrons... Comment , pourquoi résister à cet appel qui s'impose à moi comme une évidence ?
Je n'y tiens plus , je sors mon i-phone et vous envoie ce message :
« Bonjour Vladimir,je suis de passage à Paris.Je serai dans le quartier de Montmartre cet après- midi vers quinze heures si le cœur vous en dit ... »
Le téléphone vibre, Vladimir sort l'appareil de sa poche. Un SMS ? Non , il s'agit d'un courriel, un courriel d' Ariane.Il le lit, il sourit… décidément cette femme ne manque pas d'aplomb !
Ariane… Elle fut séduite par la virtuosité de ses mots. Elle lui a dit son admiration puis demandé d'écrire pour elle,seulement pour elle! Elle , jalouse, exclusive, romantique…
Écrire pour elle, elle ne manquait pas d'air !
Il lui a écrit, les femmes obtiennent souvent ce qu'elles désirent ardemment . Elle a répondu .
Leurs mots se sont mêlés, éloignés, adorés, repoussés , attirés , attisés … Ils ont dansé un tango rapproché au rythme des hésitations de Madame ! Tantôt sensuelle, tantôt rebelle ; un pas en avant, deux en arrière; à la fois forte et si fragile...
Treize heures , je me prépare, je suis excitée comme une adolescente se rendant à son premier rendez-vous… Je passe en revue les différentes tenues que j'ai apportées, j'opte pour une jolie robe droite bleue indigo décolletée dans le dos , de beaux sous- vêtements gris perle en dentelle , des escarpins mettant le galbe de mes jambes en valeur, une touche de parfum . Je me maquille légèrement , me coiffe, je suis enfin prête !
J'arrive à Montmartre, c'est l'été, il y a beaucoup de monde, de nombreux touristes. Je flâne devant le sacré cœur . Je me sens un peu fébrile .Est- il venu ? Où est-il ? Me regarde-t-il ? Envisageant cette éventualité, je me redresse, cambre ma taille ,balance mes hanches au gré de mes pas .Je me dirige vers la place du Tertre…
Lui, assis à la terrasse d'un petit bistrot, fume une cigarette . Il regarde les femmes qui passent. Les femmes.. Il est habitué à les regarder, il en a connu beaucoup, lui , le séducteur,le libertin.
Il ne l'a jamais vraiment vue mais est cependant sûr de la reconnaitre .
Peut-être cette rousse aux yeux verts ?
Non, elle ne parle pas français…
Ou cette brunette qui lui sourit ?
Non, elle est trop commune , pas assez distinguée !
Soudain, il l'aperçoit, il en est convaincu.
Je marche au milieu des artistes qui tentent désespérément de croquer quelques passants . Je sens une main sur mon épaule,j'entends une voix grave me demander :
« Voulez-vous chère madame que je fasse votre portrait,je ne sais pas dessiner mais...
_ mais écrire ! Dis-je.
C'est LUI !
Je lui souris, il me dévisage…Muets d'émotion, nos yeux se croisent.
Premier regard tendre, pénétrant, intense...Le temps s'arrête ,les mots pour une fois sont inutiles.
Cet instant est alchimique !
2
4
0
3

Vous aimez lire Histrion ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0