Séparation /2

5 minutes de lecture

Lorsque Zephyr reprit connaissance, la première chose qu'il réalisa, c'est qu'il ne pouvait pas bouger la tête. Qu'il pouvait ouvrir l'oeil gauche, mais pas le droit. Qu'avec son oeil valide, il voyait le visage de Kanoo au second plan, la tête à l'envers, derrière une poignée de tiges et de feuilles. Il cligna de l'oeil, ajusta et saisit : sa tête reposait sur les genoux de la jeune fille, qui maintenait un cataplasme de feuilles et d'herbes sur son front.

- Am... Comment te sens-tu ? demanda-t-elle.

- Ça ira, répondit-il machinalement. Puis la mort de Talixan lui revint à l'esprit, telle une bouffée de désespoir, et il se remit à pleurer, abandonnant toutes forces et toute envie.

Kanoo le laissa verser de chaudes larmes en silence quelques minutes. Les bruits de la nature reprenaient le dessus dans son esprit vide. Puis la jeune fille posa la main sur sa joue, et murmura :

- On doit partir. On ne peut pas rester là.

Ce fut l'indignation qui mobilisa les forces de Zephyr en dépit de tout son abandon de soi. Partir ? Laisser Talixan ? Comment cette gamine pouvait-elle suggérer une telle horreur ? N'avait-elle donc aucune idée de ce que Talixan représentait pour lui, et pour le royaume ?

Une troisième fois, l'idée de la mort le submergea. Sans Talixan, il n'arriverait plus à rien. Les symboles du Rite étaient perdus. Le royaume, envahi par l'ennemi. Rongé par la cupidité des Ducs. Sil, en pleine guerre civile. Et lui, perdu au pied des montagnes, seul ou presque, pourchassé de toutes parts.

- Que pouvons-nous faire ? finit-il par répondre, sans attendre de réponse à cette question rhétorique.

- Aller à Garsal.

Il laissa passer un temps.

- Pour quoi faire ?

- Pour trouver Pelon. Il doit nous aider, non ? C'est ce qu'a dit Talixan l'autre jour.

- Il ne nous connaît même pas.

- Nous dirons que nous venons sur le conseil de Talixan. Si nous prenons des affaires appartenant à ton ami, on nous croira sûrement.

Zephyr se rassit difficilement. La tête lui tournait. Le cadavre du chasseur gisait à quelques pas de là.

- Je ne sais pas où est sa famille. Ni même s'il en a encore une. Qu'allons-nous faire de son corps ? Je ne sais même pas quelles sont ses traditions pour disposer des corps.

- Si c'était un mesmèze, on l'aurait fait couler en mer, risqua Kanoo, sans s'apercevoir qu'elle était hors de propos.

Son compagnon prit le temps de la réflexion.

- On devrait l'amener à Pelon, lui saura quoi en faire.

- Quoi ? Tu veux traîner son corps jusqu'à Garsal ! Et tout le temps où nous chercherons Pelon ?

- Je ne vois que ça.

Kanoo se tut, voyant qu'aucun argument ne saurait faire changer d'avis le jeune homme. La dépouille du chasseur lui était trop précieuse, il n'arriverait pas à s'en défaire aussi vite.

Petit à petit, ils rassemblèrent leurs affaires encore trempées, ramassèrent le bric-à-brac de Talixan. Zephyr insista pour prendre l'arc, afin qu'il suive le vieil homme dans la mort. Ils partagèrent les affaires restantes entre eux deux, Kanoo héritant du sac du chasseur. Zephyr se saisit de la sarbacane et la mit dans son propre sac. Talixan avait tout juste commencé à lui apprendre à l'utiliser. Il ne pouvait encore se faire à l'idée qu'il ne profiterait pas des leçons suivantes.

Enfin, Zephyr mit Talixan en chemise, pour l'alléger, et le chargea sur ses épaules, bras autour de son cou. Le corps était aussi léger qu'il l'avait imaginé. Il semblait encore prêt à s'envoler, de bond en bond, pour traverser les sous-bois comme une hirondelle. Ou comme un pic noir.

Il versa encore quelques larmes en chemin, inconsolable. Il aurait voulu que par ce dernier contact de leurs corps l'un contre l'autre, le vieil homme lui partageât tout ce qu'il lui restait à apprendre. Leur épopée commune avait été trop courte. La luciole se posait tout à tour sur son poignet, puis sur sa joue, comme si elle voulait montrer qu'elle partageait sa peine.

D'un commun accord, ils décidèrent de poursuivre jusqu'à Garsal sans s'arrêter, en marchant toute la nuit s'il le fallait, mais en pratiquant de fréquentes pauses, pour permettre à Zephyr de reprendre des forces. Ils marchèrent en silence, mais sans prendre beaucoup de précautions. Il leur importait plus d'avancer que d'éviter des dangers, qu'ils ne sauraient ni détecter ni affronter.

A la nuit, Zephyr profita d'une pause dans une clairière déposer le corps de Talixan, dessiner un nouveau diagramme, disposer ses pierres vertes, et se débarrasser ainsi de la douleur lancinante qui lui vrillait le cerveau. Après quelques minutes de recueillement, il fit un pas hors de la figure et tâta son front. La bosse avait disparu. Le cocard qui bloquait son oeil droit avait diminué de moitié ; il y voyait de nouveau.

Kanoo jugea que c'était le moment approprié pour quelques questions qui avaient déjà trop attendu.

- Tu es un sorcier, c'est ça ? Pourquoi vous fuyez, toi et Talixan ? Ce sont les sorcières qui ont mis votre tête à prix ?

- Je ne fuis pas, Kanoo. Je suis...

Il s'interrompit, et invita la jeune fille à s'asseoir près de lui contre un tronc. Maintenant, il était seul à porter tous ces secrets, et c'était trop lourd. Le royaume entier était en danger, et lui seul portait ce fardeau ? Il n'y avait pas de mal à le partager avec une petite gamine, aussi bizarre et chétive soit-elle.

Il ferma les yeux, et lui raconta tout. Sa vie au Palais, son maître Fleurnoir, son pouvoir ridicule, le vol des symboles par les zagarites, la poursuite dans laquelle il s'était lancé bien naïvement.

- Voilà, dit-il, pourquoi je fais voler le vent - et un souffle frais siffla soudain dans les branches - et pourquoi je maîtrise une poignée de sorts. Je devais récupérer les symboles du Rite, et j'ai échoué.

Il rouvrit les yeux. Kanoo se tenait coite, et le regardait fixement.

- Le Roi Zephyr, dit-elle enfin, comme pour matérialiser un rêve.

Le jeune homme se demanda s'il avait quelque chose à apprendre de la jeune fille à son tour, et quelque chose lui revint alors à la mémoire.

- J'ai vu comment tu lançais des pierres, tout à l'heure, et tu as mis un sacré coup au zagarite. Peux-tu me montrer comment tu fais ?

Cette question ralluma un sourire dans le visage juvénile.

- Tout de suite !

Elle se mit à la recherche de cailloux, et lorsqu'elle en eut rassemblé quelques-uns, de forme arrondie et d'un poids adapté, elle parcourut une longue distance, à petits bonds de cabri, pour s'éloigner du garçon. A la surprise de Zephyr, elle avait atteint un point qui semblait plutôt convenir pour du tir à l'arc.

Elle se mit en position, jambes bien calées, et tira un bras en arrière.

- Attention, je tire !

Un boulet fusa dans les airs, et un choc sourd cogna l'arbre contre lequel s'appuyait Zephyr. Il eut à peine le temps de pencher la tête pour voir tomber une grosse branche sous l'effet du caillou.

- Attention, je tire ! recommença la jeune fille.

Un nouveau boulet fusa vers Zephyr qui, ayant pris la mesure des risques qu'il courait, enfouit sa tête entre ses jambes. Un choc fit trembler le tronc derrière lui, et il entendit chuter une nouvelle branche.

- Arrête ! Arrête ! cria-t-il alors que Kanoo, enchantée de sa démonstration, prenait position une troisième fois. Comment fais-tu ça ?

Elle revint vers lui de son pas sautillant, et expliqua :

- Je suis une mesmèze. C'est normal. Tous les mesmèzes font ça. C'est notre façon de chasser, et aussi de nous défendre. Sur les plages, il n'y a pas grand chose d'autre que des galets.

- C'est impressionnant, conclut-il, notant au passage les muscles fermes qui tendaient la peau des bras malingres de la jeune fille.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
Kyliria

Le coeur n'est qu'un organe
Le vide est existant
L'abandon est un acte
Cruel mais réaliste
L'adoption est un acte
Beau mais idéaliste
La tristesse est un temps
La vie une membrane

Se débattre pour vivre
Pleurer, en être ivre
Sourire est un masque
Frapper, une bourrasque

La famille est fragile
Instable, désordonnée
Mon corps est un vigile
Mon âme est paniquée

La paix a été loin
Loin de moi et mes peurs
Cachée dans un recoin
Je me tais de stupeur

La voilà revenu
Timide mais acharnée
Cette paix m'est inconnue
Cette peur enracinée

Telle une fleur poussant
Mon coeur en est en sang
Où est la trahison ?
Crissement d'un violon ?

Je veux croire en la paix
Attraper ce crochet
Ma peur est plus grande
Je le rate et me viande

Ma vie est une chute
Je me relève
Je cours
Je cris
J'aime
Je hais

Mon enfance était un puits sans fond d'où je remonte peu à peu
Ma tristesse et mes peurs sont mes armes et me servent de pieu

2
4
1
1
Défi
Fanwtome
Le fameux secret sur l'amitié !
9
34
0
0
Véro

Je me souviens de cette vieille maison en pierre, perdue au milieu des montagnes. Pour y aller, il nous fallait suivre une route étroite en lacets, serpentant entre les chênes verts et les buis. Comme elle me semblait haute, alors, cette montagne ! À chaque virage, les toits rouges des maisons du village en contrebas paraissaient de plus en plus petits. Dans le fond de la vallée, une rivière au cours tranquille dessinait une route argentée au milieu des oliviers.
Puis la route s’arrêtait, remplacée par un chemin de terre, longeant des champs d’herbes jaunes brûlées par le soleil ardent de juillet. Mon père roulait doucement sur ce chemin accidenté délimité par des murets en pierre sèche. Je regardais les prés, la forêt, la montagne, impatiente de retrouver mon terrain d’aventures. Le chemin menait à une ferme sur la gauche, puis continuait un peu plus loin. J’ouvrais la fenêtre en grand pour sentir l’odeur des vaches. Pour moi, enfant de la ville, c’était l’odeur des vacances.
Puis le chemin s’arrêtait devant la maison. Enfin, nous étions arrivés ! Je m’empressais de sortir de la voiture pour aller courir dans le pré voisin, me cacher dans les herbes hautes qui m’arrivaient à la taille. Puis je retrouvais avec plaisir mon arbre préféré, mon refuge, sur lequel j’aimais grimper et cacher mes trésors glanés dans la nature.
A l’intérieur de la maison, il faisait sombre et frais. Elle sentait le feu de bois et la poussière. Des mouches se pourchassaient en bourdonnant, se posaient sur la table ronde en bois, puis s’envolaient. Ma sœur les chassait, agacée, ce qui les faisait revenir aussitôt. Je montais, mon petit sac sur le dos, sur une échelle en bois pour accéder au grenier où se trouvait ma chambre. De chaque côté du toit, deux fenêtres laissaient passer la lumière, éclairant le sol recouvert de plancher et les lambris sur les murs. Les lattes craquaient lorsque je marchais, et les jours où le vent soufflait, j’avais l’impression d’être dans un bateau. Je m’installais sur le hamac attaché entre deux poutres, où je me laissais balancer doucement, fermant les yeux. Je partais pour l’île au trésor…
Un mois filait ainsi. Je passais mon temps dehors, à me perdre dans la nature à la recherche de petits trésors que je cachais soigneusement, ou à chercher des passages secrets dans les maisons en ruines que je trouvais parfois, au détour d’un sentier. Aux heures chaudes, je me terrais à l’ombre dans mon grenier, lisais les aventures du Club des Cinq puis finissais par somnoler dans mon hamac. A la fin de l’après-midi, ma mère me donnait un bidon en fer blanc, et je partais chercher le lait à la ferme. Le fermier me faisait goûter le lait tiède, tout juste trait. Mmm, quel bon goût il avait !
Parfois, nous descendions au village. En sirotant un diabolo grenadine, assise à une terrasse à l’ombre des platanes centenaires, je suivais du regard les hirondelles, virevoltant avec des cris joyeux. Au milieu de la place, une fontaine chantait. Je plongeais les mains dans l’eau limpide pour me rafraîchir le visage, buvait tout mon soûl et finissais par éclabousser ma sœur en riant. Les gouttes d’eau tombant au sol y traçaient un chemin éphémère, vite asséché.
Le mois que nous passions dans cette maison filait vite, beaucoup trop vite. J’oubliais la ville, passant tout mon temps dehors. Mais le moment arrivait où il nous fallait repartir. Le cœur serré, je regardais s’éloigner la maison, me promettant, lorsque je serai grande, de m’installer ici pour toujours…

2
15
10
2

Vous aimez lire Histrion ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0