Raids /2

5 minutes de lecture

Ils arrivèrent en procession à la grange que la femme avait désignée. Placée au milieu des champs, sans habitation à proximité, elle était pleine d'un foin récolté quelques jours auparavant.

Tous posèrent leurs affaires près de l'entrée, tirèrent la civière sur le foin. Tandis que Talixan et la femme, qui se prénommait Haffiaa, changeaient les bandages sanguinolants et puants du blessé, Zephyr et Kanoo sortirent chercher un puits. Quant aux enfants, ils se laissèrent tomber comme une masse sur le foin, avant de faire fi de leur fatigue pour se lancer dans des jeux qui les voyaient s'enfoncer dans la masse de tiges flottantes, soulevant des nuages de poussières, d'épis et de feuilles séchées.

Quand Zephyr et Kanoo revinrent avec un seau plein d'eau, Haffiaa expliquait que sa maison avait été victime d'un raid de zagarites, en même temps que toutes les autres bâtisses des environs. Les cinq barbares qui avaient attaqué sa maison avaient laissé son mari pour mort. Par chance, ils avaient cessé de prêter attention au reste de la famille, caché sous les tables et dans les étages, lorsque l'un d'entre eux avait découvert la porcherie et appelé ses comparses.

Finalement, d'autres groupes de zagarites les avaient hêlés à leur tour depuis des maisons voisines, d'où montaient de grands cris, ce qui avait mis fin au pillage de leur demeure.

Tous les bandits s'en étaient allés ensemble, avec du bétail, plusieurs chariots de vivres et d'objets de valeur - une bande d'une cinquantaine d'individus au total, pour ce qu'Haffiaa avait pu apercevoir par une fenêtre entrouverte. Quand elle avait jugé pouvoir ressortir sans danger, elle avait constaté que tous ses voisins étaient morts, à l'exception d'un jeune - le plus grand des enfants de son petit convoi.

La maison de ses plus proches voisins avait été mise à feu, il n'en restait que des cendres. A ce point de son récit, la femme versait de chaudes larmes. Talixan entreprit de la rassurer, et demanda à Zephyr et Kanoo de prendre des tours de garde alternés à l'orée du champ où se trouvait la grange, en attendant la nuit et la lune verte.

Les victuailles qu'Haffiaa avait réunies en hâte pour son trajet comportaient un peu de vin, qu'ils partagèrent avec plaisir, à part Kanoo qui s'offusca de sa mise à l'écart, tant elle se voyait l'égale d'un adulte.

Elle n'intervint cependant pas lorsque Talixan se lança dans un récit un peu bancal pour expliquer leur présence, y compris celle de Kanoo, en cet endroit. La famille de riches paysans n'avait jamais vu de mesmèzes, et les enfants, remis de leur fatigue et d'une partie de leurs émotions, n'avaient d'yeux que pour elle. Le plus jeune garçon, pas farouche, montait sur les genoux de la jeune fille avec l'objectif clair d'aller toucher ses cornes.

Peu importait leur histoire, Haffiaa s'intéressait plus que tout à leur capacité à remettre d'aplomb son mari blessé, blanc comme un linge et fiévreux, qui ne semblait plus avoir l'usage de son bras gauche. Lorsque la nuit vint, Zephyr mit fin à son tour de garde et traça devant la grange les premières lignes de la figure complexe qui accueillerait le blessé. La mère suivait ses faits et gestes d'un air soupçonneux, résultat du conflit complexe entre ses espoirs et sa peur, face à l'intrusion des trois êtres étranges qui avaient surgis dans sa vie en prétendant user de magie.

Un peu tardivement, Zephyr se souvint que les cailloux verts qu'il avait utilisés près de la cabanne de Kanoo étaient restés sur place. Le compte de cailloux restants était insuffisant pour reproduire le diagramme qu'il avait utilisé ce soir-là, mais heureusement, il en connaissait une version un peu plus simple qui faisait appel à deux pierres de moins, pile ce qu'il lui restait. Arriverait-il à le faire fonctionner aussi bien que le précédent ? Le sort serait-il suffisant pour avoir un effet visible ? Il fallait essayer...

Il traça les dernières lignes, et demanda qu'on dispose le blessé endormi au centre de la figure, le bras gauche collé contre son torse pour ne pas sortir du diagramme. Une fois l'homme en place, il distribua ses petits graviers aux emplacements prévus. La nuit était belle, et la lune verte semait des émeraudes sur les arbres alentours, sur la chevelure noire d'Haffia et celle, cotonneuse et blanche, de Talixan. Bientôt ce fut au tour des petites pierres disposées autour du blessé de se parer de reflets verts. Elle semblèrent s'illuminer, et darder des rayons pour se relier les unes aux autres. Les rayons traversaient le corps du blessé, comme s'il avait été une simple vitre.

Tous réunis autour de la figure, ils contemplèrent les rayons avec fascination jusqu'à ce qu'ils disparaissent, et portèrent leur attention silencieuse sur l'homme à terre. Ce dernier dormait profondément, et personne n'osa le réveiller pour s'assurer de sa santé.

Enfin Haffia s'agenouilla près de lui et murmura son nom. L'homme eut un mouvement dans son sommeil, bascula légèrement sur le côté, et posa inconsciemment sa main gauche contre terre pour se retenir. Haffiaa eut le sourire illuminé de toute personne qui ne peut croire en sa bonne fortune.

- Son bras ! Il a retrouvé l'usage de son bras ! Elle se précipita sur Zephyr et l'entoura de ses bras :

- Vous l'avez guéri ! Vous avez sauvé ma famille !

Zephyr l'exorta à la prudence, car il doutait que son sort ait pu fonctionner aussi bien que sur lui-même. Ils attendirent donc, devant la grange car la nuit était belle, que le mari se réveille. Enfin il reprit connaissance ; tous l'aidèrent à se lever et l'invitèrent à leur faire état de sa santé. Son bras était valide, ses blessures refermées, mais son épaule restait très douloureuse.

C'était déjà plus que ce qu'avait espéré Zephyr, et tous se congratulèrent à ces nouvelles. Haffia informa son mari de ce qu'elle avait entrepris après qu'il soit tombé inconscient, et ils devisèrent de la meilleure destination possible. Lorsqu'il voulurent remercier Zephyr pour son action, celui-ci refusa tout cadeau qui lui soit destiné, car il hésitait à priver la famille de ses derniers biens. Par contre il demanda si l'on pouvait trouver pour Kanoo une robe plus digne que le sac de toile dont elle avait hérité en tant qu'esclave. Tous ignoraient comment devait se vêtir une jeune mesmèze, mais leur choix était nécessairement réduit à ce qu'avaient transportés les survivants du pillage. Dans un sac, ils dénichèrent une tunique marron, prévue pour un jeune garçon, mais qui habillait parfaitement la frêle demoiselle.

Une fois qu'elle l'eut revêtue, Kanoo n'eut plus de cesse de la rajuster de ses mains, de la plisser ou déplisser dans un sens, puis dans l'autre. Elle n'avait pas eu de vêtement neuf depuis trois ans. Talixan interrompit son manège, le temps de sortir une lanière de cuir, qu'il glissa autour de sa taille, et un couteau dans son fourreau, qu'il fixa à cette même lanière.

Enfin, l'aîné des enfants s'approcha avec une peau de mouton, que Kanoo enfila en gardant la bouche en "O" et des étoiles dans les yeux.

Elle était prête pour le Nord.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Renouveau

Au travers de toi, je vois. Je vois moi. Je vois ça. Je vois le soleil se lever, la lune se coucher, les nuages naviguer dans un ciel d’été. Je vois les silhouettes de tant de gens. Petits, grands, gentils, attachants, pourri, méchants, tous passent également devant ma fenêtre, comme un coup de vent. Et pourtant. Pourtant, je les regarde, ces passants. Je les regarde, ces êtres, inlassablement. Il y a ceux qu’on reconnaît, ceux que secrètement on hait, sans vraiment savoir ce qu'on fait, et puis il y a ceux qui nous reviennent à la pensée, ceux qui sans cesse nous font chanter. De ceux-là, c’est comme si je ne retenais que toi. Toi, plus fine qu’un bout de bois, plus forte que n’importe quelle loi, à l’apparente fragilité du lilas, toi qui donne un sens à ma vie, qui est là, toujours pour moi, pour me rappeler à la vie, je te remercie pour toutes les vies que tu m’as offertes, pendant que je te regardais, toi, ma fenêtre. De mes doigts, je t’effleure une dernière fois, et je jette vers toi mes yeux vides de foi. Toi. Depuis des années, ce qui me retient à la vie, c’est toi. Depuis des décennies, ma seule vanité est là. Au travers de ça. Dans cette rue, où j’ai vu les enfants grandir, les adultes vieillir, les anciens disparaître, les bébés naître, j’ai compris ce que valait ma vie. De ces innombrables matins, de ces interminables nuits, des automnes malsains aux printemps éconduits, j’ai appris plus que n’importe qui. Parce que toi, fine feuille d’air, fleur de verre, tu as laissé passer la lumière. Tu l’as laissée m’atteindre, moi qui n’ai jamais pu que geindre. Tu l’as laissée m’éblouir au plus fort de la journée, tu l’as filtrée pour m’éclairer, et je n’ai pu que l’admirer. Je te remercie donc, cher amie, compagne de mes journées de solitude, mon seul amour, ma première vérité, mais aussi la dernière. Demain, quand le soleil se lèvera, quand l’homme à l’imperméable sortira, quand la femme à l’ombrelle bleue nourrira les oiseaux, je ne serais pas là, avec toi. Ne me demande pas pourquoi. Reste là, que tu puisses les regarder pour moi, me raconter la vie de l’enfant que je ne verrai pas, vibrer des rires et des cris de joie, refléter sur le fauteuil vide ta présence, encore une fois. Fais-le. Pour moi.
5
3
4
2
Défi
Adrien de saint-Alban


J'ai une vieille peugeot 405,un diesel 1.9 litre de cylindrée. Elle a roulé sa bosse ma 405, comme Ulysse, elle a vu cent paysages. Le moteur à déjà fait cinq fois le tour du compteur et pas fatigué pour un sou. Moteur d'origine. Il tourne encore très bien. Parfois, je tends l'oreille pour écouter ce bruit caractéristique qui me remplit d'aise. Je savoure cette sonorité du moteur diesel comme une victoire sur la durée. Moteur increvable disent les connaisseurs. Oui, peut-être, mais surtout parce que je ne lui inflige pas les 130 km/h sur l'autoroute, à peine les 110 à l'heure. Je ne suis pas un beauf immature, je n'aime pas la vitesse. Une phobie peut-être. Une de plus. Je dis une de plus car la première de mes phobies c'est les araignées. Je déteste les araignées. Surtout celles hérissés de poils. Elles m'obsèdent. Il paraît que les australiens collectionnent de beaux spécimens. Les mêmes qu'il y a des millions d'années. Elles n'ont pas évolué d'un iota. Un peu comme les humains, quoiqu'on en dise. Je voudrais pas être australien.
Pourquoi est on phobique des araignées et pas des scorpions?
Pourtant, ça pique un scorpion et aussi dangereux. Mais ça n'a pas de poils un scorpion, me direz vous. Donc, ce n'est pas le coté venimeux qui rend phobique mais le coté velu. Si les araignées avaient les cuisses aussi charnues, galbées et sensuelles que celle des femmes, je pense que je me serais laissé mordre avec plaisir. Non sans l'avoir caressée et mis la main au panier, tant qu'à faire, je vais me gêner!
Mais non, pas de chance, les araignées c'est moche, velu et c'est con.
Oui, c'est con une araignée. Con et stupide. Oui, car pas plus tard qu'avant hier en allant chercher mon pain chez ma boulangère qui, elle, déteste les souris -de toute façon, chez les femmes, c'est ou les araignées ou les souris-, prenant place dans ma 405 peugeot qui date mais roule encore, j'ai eu la désagréable surprise de constater que l'on avait squatté ma banquette passager et à mon insu. Oui, sans que le locataire en question ne me fasse la demande avec lettre recommandée et accusé de réception. C'était la moindre des politesses quand même!
En effet, une belle toile d'araignée était tissée entre levier de vitesse , le paresoleil et le rétroviseur . C'est beau une toile d'araignée finement tissée et dont la géomérie parfaite n'a rien à envier aux femmes assises derrière leur métier à tisser et qui font des merveilles.
En plus ça donne des reflets d'argent au soleil.
Une araignée, c'est une femme qui a mal tourné, me dis je. La veuve noire n'est pas loin. Les femmes assassinent leur mari pour s'accaparer leur fortune. La femme procède t elle de l'araignée?
Mais là, non! Je refuse catégoriquement! Ma voiture n'est pas un lieu déshérité, abandonné par la communauté des humains, comme ces gigantesques maisons américaines en bois laissées à l'abandon par leur propriétaires ruinés et déwallstreetés que l'on voit dans les documentaires étatsuniens.
Je suis là à me demander comment une araignée a pu glisser dans ma voiture pour y tisser sa toile sans se faire remarquer par un voisin vigilant . Mon village est labellisé "voisins vigilants" avec le panneau indicatif à l'entrée du hameau . Un voisin aurait dû donner l'alerte ou tout au moins venir me voir .Pendant la guerre ils savaient faire pour dénoncer les juifs à la gestapo .A l'époque,c'était des pros.Et là pour une araignée , rien!nada!que dale!
Elle aurait tissé sa toile à l'extérieur , j'aurais compris . J'aurais rien dit . J'aurais fermé les yeux . Mais là , à l'intérieur de ma voiture!Franchement,mais attraper quoi?Je vous le demande . Serait elle conne?Roseline Bachelot serait elle morte et réincarnée en araignée? Oui,pour attraper quoi?Je me suis pas garé dans le marais poitevin que je sache ni au beau milieu de la forêt de Sherwood.Le premier moustique qu'elle verra se faire prendre au piège c'est pas demain la veille. Ah si, ce sera le jour où Michel Drucker se fera virer de france 2. C'est à dire jamais!
La révolte le disputait au désarroi face à cette intrusion . Désormais et à mon corps défendant , ma voiture n'était plus ma voiture mais un lieu de cohabitation forcé avec cet insecte qui s'est arrogé un droit.
Une araignée migrante venue d'on ne sait où qui a pris ma voiture pour un tas de feraille et qui pensait en user à sa guise, comme bon lui semble. Une araignée migrante qui pense avoir tous les droits, sans aucun devoir bien sûr!. Quelle honte et quelle mentalité!
Le droit au logement, oui, mais chez les autres!
Je n'ai pas eu le courage ni la volonté de bouter l'arachnide hors de mon espace privé. D'après la loi, l'araignée devait bénéficier comme les SDF et les pauvres de la trêve hivernale. Mais la lutte ne s'arrêterait pas là. Elle se poursuivrait sur le terrain juridique. Cela prendra le temps qu'il faudra. L'araignée ne perd rien pour attendre. je suis quand même le propriétaire de ma voiture, merde alors!
Voilà qu'un insecte à huit pattes vient me dénier ce droit à la propriété. Un droit inaliénable.
Finalement, rien n'est jamais acquis.
Adrien de saint-Alban
1
1
5
4
Défi
Jérôme S


L'animal est-il doué d'intelligence ?
L'intelligence est-elle innée chez l'homme ? Si celui-ci possède des facultés intellectuelles développées à la naissance, il paraît néanmoins invraisemblable que sa capacité au raisonnement lui soit acquis d'avance. Il paraît plus plausible que son pouvoir de compréhension et de concevoir lui soit octroyé par le fruit de son éducation. Ainsi, l'enfant sauvage Victor, « éduqué » par des louves, n'a jamais pu réussir à marcher, parler, ou bien même ouvrir une porte…
L’animal,( c’est une conception parmi tant d’autres) se distingue de l'Homme en ce sens : il est dénué de raison.
Contrairement à l'Homme, il est dans l'incapacité d'analyser un fait, une pensée. N’oublions pas que la définition de la réflexion est le retour de la pensée sur elle-même, son analyse et sa critique. Pourtant, certains phénomènes ressemblent bien à une forme d'intelligence.
Prenons pour exemple les fourmis: la construction de la fourmilière, leur prodigieuse organisation. Sont-elles le fruit d’une poussée instinctive dénuée de raisonnement poussant aveuglément son monde a des actes organisés et cohérents, ou bien celui d'une quelconque forme d'intelligence, d'actes posés et réfléchis? On peut penser que la fourmi est incapable de se projeter dans l'avenir ni d'avoir connaissance de la finalité de son œuvre .Elle obéirait a une loi supérieure, à Dieu, mais sans connaître Dieu. L'homme au contraire est capable de conceptualiser Dieu. La construction de la fourmilière se rapprocherait dans ce cas de la théorie de Descartes ,à savoir que l'animal « fonctionne » comme une machine et est dépourvu d’âme ou bien de la Volonté de Schopenhauer, c'est a dire une volonté aveugle, dénuée de raison.
Cependant, penchons-nous sur des créatures plus évoluées telles le chimpanzé, l'orque ou le dauphin. Le chimpanzé se reconnaît dans le miroir, parviens a mémoriser un nouveau langage etc... Mais si l'animal assez évolué parviens à apprendre des sons par cœur, il ne les récite que machinalement, sans les réfléchir de manière créative. Néanmoins, il apparaît que l'animal a au moins la capacité d'une certaine intelligence plus ou moins élaborée.
Alors si l'animal possède un intellect plutôt abouti, peut être devrait on lui attribuer une plus haute considération morale. A méditer...
Jérôme S .
2
1
2
1

Vous aimez lire Histrion ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0