La cahute /2

4 minutes de lecture

Talixan restait incrédule :

- Vous les droguez ?!

- Non, pas moi. Vous n'avez jamais entendu parler de l'empathie des baribes ?

- Ça me dit quelque chose. Si l'un d'entre eux ressent une émotion, elle est ressentie par tous les autres, c'est ça ?

- Hmmm, c'est à peu près ça, juste un peu plus compliqué : il n'y a que quelques baribes dont les émotions et les états se diffusent aux autres membres du groupe. Alors ceux-là, le seigneur les met à l'abri dans une cave, et il les drogue. Résultat, tous nos baribes sont dans cet état léthargique et plein de soumission. Ils obéïssent sans se poser de questions.

- Mais, c'est affreux, c'est de l'esclavage généralisé !

Kanoo haussa les sourcils, peu habituée à ce genre de commentaires :

- Ce n'est pas partout comme ça ?

Zephyr avait l'esprit crispé sur sa douleur, et épuisé, sentait monter en lui un sommeil irrépréssible. Mais Bise, lui, bouillait de rage. De telles pratiques, dans leur royaume ! Le Duc et les seigneurs de Bel-Sarm baffouaient toutes les lois. La prospérité de cette province, qu'on leur avait vanté tout le long du chemin, était battie sur l'exploitation d'être humains asservis. Aussi bien des esclaves achetés à leurs ennemis ancestraux, les zagarites, que ces baribes, probablement capturés à l'occasion de raids ou par tromperie, et maintenant exploités grace à des produits qui brouillaient leurs capacités de raisonnement.

Talixan expliqua patiemment à la jeune fille que non, ailleurs dans le royaume les lois en vigueur n'autorisaient pas ce genre de pratiques. Que les seigneurs des environs se mettaient hors-la-loi, d'abord en achetant des esclaves, puis en les exploitant comme du bétail, et enfin, parce qu'ils détournaient l'eau du principal fleuve du Royaume sans l'accord des autres duchés.

- Et l'argent, murmura Zephyr qui parlait quasiment sans bouger les lèvres, ils détournent l'argent du Royaume. Ils attaquent le Temple pour s'autoriser à en récupérer plus, toujours plus.

Ses yeux se fermèrent et il tomba immédiatement dans un profond sommeil.

Talixan éclaira encore un bon moment Kanoo sur les lois du Royaume, et comment le Duc d'Opale et ses seigneurs entraient en conflit avec les principes établis. Les baribes rentrèrent pour manger, sans s'occuper d'eux. De son côté, Kanoo distribua à Talixan et Stepo des pains fourrés aux légumes qu'elle avait en réserve. Puis, d'un commun accord, ils profitèrent de l'état de Zephyr pour nettoyer à nouveau ses blessures. Il bougea à peine, même lorsqu'ils nettoyèrent une nouvelle fois ses plaies.

Stepo, lui, était fasciné par les baribes. Il s'installa rapidement sur les genoux d'une femme qui aurait pu avoir l'âge de sa mère. Cette dernière n'exprima aucune surprise, et géra sa présence avec nonchalance, mais sans manifester de grand intérêt non plus.

Lorsque vint le moment de se coucher, Kanoo monta dans son hamac, Stepo s'allongea sur la paille à côté de la femme qui l'avait accueilli sur ses genoux, elle-même serrée contre ses congénères, et Talixan se cala contre le mur, à côté de la porte. Visiblement, dormir assis ne lui posait pas de problème.

Lorsque la nuit tomba, le silence régnait déjà dans la cahute.

Un mouvement malheureux raviva brusquement la blessure de Zephyr. Il se réveilla en sursaut, plongé dans le noir, sans savoir où il se trouvait. Il frissonna de froid. Sa sueur s'était imprégnée de la fraîcheur de la nuit ; les gouttes s'écoulaient dans son cou et son dos comme autant de glaçons.

Il serra les bras autour de son torse, et sentit les lanières de tissu qui maintenaient en place les cataplasmes d'herbes.

On l'avait soigné, il s'en souvenait. Puis il s'était endormi. Et personne ne l'avait réveillé à la tombée de la nuit ! Il fallait pourtant qu'il tente un sort de soin, sous la lune verte, avant qu'elle ne disparaisse à l'horizon. Jamais il ne pourrait continuer la poursuite des zagarites dans cet état. Blessé et épuisé, il n'avait plus aucune chance de ramener les statuettes du Rite à Sil. Ou en tout cas de les subtiliser à l'ennemi.

Il devait toujours se trouver dans la cabanne de la jeune fille, Kanoo, et... de ses compagnons esclaves.

Péniblement, il se mit debout, et petit à petit ses yeux s'adaptèrent à l'obscurité, jusqu'à ce qu'il distingue le contour de la porte.

Il fit quelques pas silencieux pour s'en approcher, mais, lorsqu'il la poussa, le frottement réveilla Talixan. Le vieil homme ne dit rien, accompagna Zephyr du regard, et le suivit au-dehors après s'être étiré consciencieusement.

Dans la nuit, à la lueur de la lune verte resplendissante, le jeune Roi sortit de son sac un ensemble de petites pierres, pas plus grosses que des graviers, toutes très sombres mais avec des nuances de couleur variées. Il en extrait six cailloux aux reflets verts avant de ranger les autres. La lune était haute, il était encore temps de s'essayer à un petit sort qu'une sorcière du Pavillon des Formules lui avait fait répéter une bonne dizaine de fois, lors de ses cours de nuit. Dix ou onze fois, et la dernière avait enfin été couronnée de succès.

Il scruta le sol environnant, et choisit un emplacement de terre brute, sans herbes. Sous l'oeil intéressé de Talixan, il commença à dessiner du doigt, dans la terre, des cercles et des lignes, en portant une attention toute particulière aux distances et aux proportions.

Lorsqu'il eut terminé, il se plaça au centre de la figure ainsi tracée, et disposa les cailloux à certaines intersections.

Talixan était resté muet pour ne pas perturber le garçon, mais ne put retenir une exclamation lorsque les cailloux émirent une lueur de plus en plus évidente, et que des rais verts surgirent de chaque pierre pour les relier aux autres.

- QU'EST-CE QUE C'EST QUE CETTE SORCELLERIE ?! tonna une grosse voix dans un fourré tout proche. Un milicien de grande taille en sortit, et quatre autres gaillards apparurent de même en différents endroits autour des deux compagnons, qui n'avaient rien entendu venir.

En un réflexe immédiat, Talixan sortit et banda son arc, qu'il gardait en bandoulière même en dormant. Mais Zephyr, encore épuisé par les épreuves, plongé dans la contemplation des pierres illuminées, mit beaucoup trop de temps à réaliser ce qu'il se passait. Les hommes étaient déjà sur lui, et Talixan se retrouva à les menacer alors qu'ils tenaient le garçon par les épaules et les poignets.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Henri Robert Rivers
Alice aime les aventures mais dans les livres. Quand elle reçoit sur son portable le message d'un inconnu qui lui en propose une à vivre dans la vraie vie, elle hésite...

Ô Lecteurtrices,
Votre avis est important pour moi. Un "j'aime" ou une critique en commentaire me permettront de m'améliorer et d'évoluer. Merci d'avance pour votre précieuse collaboration, Ô lecteurtrices.
Si vous m'en honorez, vous recevrez gratuitement l'assurance de ma sincère reconnaissance...
6
2
0
47
KTKR

Porte de Vanves,
Montparnasse-Bienvenue.
Jolie Cassandre,
Beau parti mal vêtu.
Plaisance,
Gaîté.
Tu saisis mon aisance,
J’appréhende tes baisers.
Pernety,
Pernety.
Et ainsi tu me suis,
Et ainsi je te fuis.
0
0
0
0
Défi
Philippe Larue

Lettres d'un poilu de Montmartre, à Deezer Verdun Verdi d'un Champ-Élysée.

Les guerres ne sont queues productrices de maux isolés et mausolées. Qin et Napoléon, naguère d'intérêts si ce n'était l'épice dans une rivière à parfums. Je souhaiterai vous parler de la guerre des Qin Hobbits guerrières de Napoléon.

Lorsque la rencontre dans les champs de mandarines avait eu lieu, l'écorce s'était transformée jusqu'à Liège. La voie des Esprits de Pépin le Bref étant muette, il avait fallu à Napoléon, se rabattre sur une rediffusion à 3h26 du matin de "Secret Story n°1809".

Tandis qu'un pékinois jappait ou japonais d'un accord valide, "Tombeau corps Qin Napoléon...1ére fois", avait susurré l'Empereur en découvrant à l'écart sous une tente, le cor nu de Napoléon. Quelle n'avait pas été sa surprise en voyant comme groom, un certain Jim Morrison ! Il ouvrait les Doors à deux mains. L'une avait les faveurs des éminentes, l'autre du palais Quasimodo aux murs lamentés et de Lenôtre qui était au paradis dans son jardin.

L'Empereur Yongle & Bosons les Higgs et les z'ohms en même temps par disparus surpris des fantassins. Il en navet la Qin Austerlitzienne avant les préliminaires dans les préludes de Prévert.

"J'aime la courbe de tes Rhin...hum, véritablement Rimbaud, avait clamé l'empereur". La Qin avait Beaumarchais sur la trace de Joséphine qu'il trouvait et trouvère Bonapart ses fesses un peu trop volumineuses. Campagne fut tombée et queue l'essaim éclaté par cette guerre de Cent-Jours furent dispersés, c'était à ce moment-là que l'on avait aperçu la Qin impératrice entrer en rébellion érotique.

La légende disait que depuis ce jour, la graisse avait manqué aux calibres des Qin en crises et Kant cavaleries légères, l'humour n'en occupait plus la Queen Joséphine.

MORALE: Si la Qin est grande armée, alors aucune guerre n'est justifiée.

P.S: Euh... je Qin tombeau corps Kant Joséphine ?
0
0
0
1

Vous aimez lire Histrion ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0