La piste déserte

8 minutes de lecture

Le lendemain, avant même l'aube, Zephyr fut réveillé par les cris épouvantés du petit garçon qui dormait à ses côtés.

Par réflexe, sans chercher à comprendre la situation, il saisit le garçon dans ses bras et étouffa ses cris du mieux qu'il put. Il était horrifié à l'idée que les zagarites puissent les localiser. Il serra donc le garçon contre lui aussi fort que possible, et fouilla du regard autour de lui sans repérer de danger immédiat. Puis réalisa que l'enfant avait fait un cauchemar.

Il lui parla doucement pour le rassurer, lui tapota le dos, patiemment, et l'enfant finit par se rendormir sur son épaule. Au loin, un premier ersatz de rayon de soleil fit son apparition, révélant les gouttes de rosée qui se mirent à scintiller de partout. Il était hors de question de traîner plus longtemps.

Zephyr reposa doucement l'enfant, en l'asseyant contre le tronc renversé qui l'avait abrité jusqu'ici. Le petit ouvrit de grands yeux curieux et interrogatifs, mais encore zebrés de rouge et noyés de larmes.

Puis il lui fit un sourire rassurant, et parcourut les environs du regard. Pas de Talixan, mais un buisson de baies juteuses à juste trois pas de leur cachette de la nuit. Il y conduisit le garçon, et tous deux se gavèrent de petites baies âcres. Zephyr saisit ce moment de détente pour se présenter, en tant que "Zeph, un voyageur", et demander son nom et son âge au petit garçon.

Un peu plus loin, il repéra Talixan qui s'installait avec un boisseau de bois sec et s'afférait à allumer un feu. Il s'approcha tout sourire, et présenta son compagnon : "Stepo, 5 ans".

Talixan ne répondit pas avec son habituel sourire en coin, celui qui plissait nombre de petites rides au coin de sa bouche. Il était soucieux.

"Ils sont partis vers le Nord. Derpa-La-Rouge ne nous sera d'aucune aide. Ils sont trop avisés pour s'approcher des grands bourgs. S'ils continuent comme ça, je me demande comment nous pourrons les intercepter. D'autant que nous avons un autre problème sur les bras."

Le regard de Talixan se figea sur le petit Stepo.

"Il est sale. Il s'est uriné dessus. Nous allons devoir le laver." répondit Zephyr.

"Il va nous retarder. Sans lui, nous aurons déjà du mal à suivre le chariot et ses deux cavaliers. Avec lui, c'est impossible."

"Talixan. Je ne pense pas que tu envisages plus que moi de l'abandonner ici ? Nous devons le garder avec nous jusqu'à ce que nous trouvions quelqu'un qui puisse le prendre en charge. Nous poursuivrons vers le Nord, quoi qu'il arrive, et je le porterai sur mes épaules, et toi aussi, si tu le peux."

En disant cela, il s'aperçut qu'il ignorait qui d'entre eux serait le plus apte à porter l'enfant, tant le vieil homme l'avait surpris jusqu'ici par son endurance. Et effectivement, après s'être restaurés et avoir lavé l'enfant avec l'eau d'une mare, ils prirent la piste du Nord, portant chacun tour à tour Stepo sur leurs épaules, pour une durée égale. De temps en temps cependant, ils le faisaient marcher en lui tenant la main, pour reposer leurs dos.

L'allure étant largement réduite par la présence de l'enfant, ils avançaient lentement, et Talixan se mit à chanter diverses chansons typiques des voyageurs au long cours, pour égayer leur marche interminable. A d'autres moments, il s'éloignait pour chasser ou ramasser des herbes dans les champs.

Quant à Stepo, il ne parlait quasiment pas, et restait souvent le regard figé devant lui. Lorsque c'était au tour de Talixan de le porter, Zephyr se retournait souvent pour surveiller son humeur. S'il le sentait près d'une crise d'angoisse, il se mettait à mouliner outrageusement des bras, en s'agitant en tous sens, et soulevait en même temps un petit vent capricieux. Des feuilles s'envolaient de toutes parts dans les champs, et les oiseaux s'enfuiaient en panique. Il formait alors un petit tourbillon où s'agglutinaient les feuilles mortes, et le faisait passer au-dessus de leurs têtes, tel un petit nuage. Une fois, il ne résista pas à la blague de le faire retomber sur ses compagnons.

Une lueur s'allumait dans le regard de Stepo, sa bouche formait des "O" de surprise, mais il ne lâchait pas un mot.

Ils marchaient, d'un pas lent, en s'octroyant de nombreuses pauses, jusqu'à une heure avancée de la nuit, afin de limiter leur retard sur le chariot.

Talixan, l'enfant endormi sur son dos, écarquillait les yeux pour profiter du moindre rayon de lune. L'oeil aiguisé, il commentait de temps à autre les traces du passage des zagarites : leurs pauses au bord du chemin, les rejets des repas du ptéromoran, et le délai depuis leur passage, qui s'allongeait régulièrement.

Ils marchaient ainsi sans rencontrer personne, ou plus exactement sans voir personne. Chaque fois qu'ils repéraient une ferme à proximité de la piste, et allaient y frapper, des voix au-dedans leur enjoignaient de partir sans demander leur reste.

Les fermiers restaient cloitrés chez eux, ou barricadés avec leurs bêtes, dans la crainte de l'arrivée des meutes de chiens. Tout étranger pouvait être au mieux un fou, pour rester dans cette région inhospitalière, au pire un éclaireur des meutes meurtrières.

Une fois cependant on les autorisa à tirer de l'eau au puits, et ils en profitèrent pour se laver à grand seaux d'eau glacée. Une autre fois ils purent passer la nuit sous un abri de rondins de bois destiné à quelque animal de trait. Ils profitèrent de l'occasion pour récupérer un peu de leur marche forcée. Ils s'autorisèrent à ne pas se lever à l'aube, laissant souffler leurs membres endoloris et leurs dos fourbus. Talixan ramena un lièvre et une brassée de petit bois. Zephyr réveilla doucement Stepo alors que le soleil était déjà haut dans le ciel, et, assis sur des bûches, sous un grand arbre, ils s'offrirent le luxe de passer le lièvre à la broche.

Réconforté par ce bref repos, et libéré momentanément de la pression de la poursuite, Zephyr en profita pour engager avec Talixan une conversation qui tranchait avec leurs habituelles monosyllabes.

Les questions qu'il retenait depuis plusieurs jours se bousculaient pour sortir :

"Que penses-tu de ce qu'il s'est passé au Temple ? Comment les zagarites ont-ils pu entrer impunément dans la maison des sorts ? Et d'abord, depuis quand pratiquent-ils la magie ?"

Talixan leva les yeux au ciel, comme s'il s'attendait à ce que les réponses tombent des nuages. Depuis que Stepo les accompagnait, il tutoyait Zephyr sans la moindre difficulté.

"Des zagarites, je ne connais guère que la violence de leurs bandes guerrières, qui pillent régulièrement nos duchés du Nord. Ce sont des guerriers terribles depuis des millénaires. Ils sont établis à Zagarth depuis toujours. Comme tu le sais, ils vivent d'élevage et de pêche, et de ce qu'ils pillent chez nous et sur d'autres îles, plus au nord. Ils ont des artisans très doués, du moins en ce qui concerne l'armement et la marine. Les pillages ne les enrichissent que très peu, car ils s'attaquent toujours aux mêmes régions, qui se sont apauvries au fil des siècles.

C'est peut-être ce qui explique quelques comportements curieux depuis une dizaine d'années. Je me souviens avoir rencontré, dans un grand village du Nord, un marchand de bric-à-brac qui venait passer commande de lanternes à parois de verre, typiques des montagnes. Il voulait les ramener dans son village, sur la côte, pour en faire commerce avec les zagarites. Oui, tu as bien entendu, l'homme n'en démordait pas : il avait reçu la visite d'une bande de guerriers zagarites, qui au lieu de piller et de repartir en ne laissant que des traînées de sangs, lui avaient proposé un troc régulier de divers produits. Ils passeraient régulièrement, et le paieraient largement en peaux et articles de cuir travaillés, en échange de ce qu'ils lui auraient commandé la fois précédente. C'est difficile à croire, mais il semble que certains zagarites aient rompu avec la tradition du pillage. Cependant, je n'ai eu que deux exemples de ce genre, tandis que les attaques de convois, les mises à sac de ports, ou de villages dans les terres, continuent tous les jours. Je crains que le commerce de ce garçon n'ait pas duré bien longtemps.

Peut-être était-ce une tactique des guerriers pour s'assurer un meilleur butin, voire pour étudier plus facilement certains produits rares. Ils sont observateurs et très intelligents, si bien que les pillages peuvent être aussi pour eux l'occasion de s'accaparer de nouveaux outils ou d'adopter de nouvelles pratiques. La magie n'est pas ancestrale chez eux - on l'aurait su depuis bien longtemps ! Mais peut-être l'ont-ils acquise à l'occasion d'enlèvements ?"

Il resta songeur un petit moment.

"J'ai du mal à imaginer qu'une sorcière se laisse convaincre de se mettre au service des zagarites, mais ça reste l'explication la plus plausible à mes yeux. Comme on l'a vu, la magie est quand-même présente depuis assez longtemps sur leur île pour qu'ils puissent se permettre d'envoyer des disciples jusque sur le continent. Ils ne sont plus novices en la matière.

Les sorcières du Temple ne t'ont jamais parlé de magie zagarite ?"

Zephyr secoua la tête - c'était une terrible surprise pour lui. Il avait été élevé dans l'idée que Sil était le centre de tous les pouvoirs, et qu'elle enrichissait de ses connaissances et ses bienfaits les autres duchés, et au-delà le reste du continent. Il réalisait soudainement qu'on l'avait peu formé sur ce qui se trouve au-delà des frontières du royaume. Les zagarites, sur leur île, au nord. Les mesmèzes, ce peuple bizarre confiné au-delà des montagnes, qu'on disait à moitié sauvage. Tamarmas, la cité libre du sud-ouest, qu'il aspirait tant à visiter - un voyage qu'il n'entreprendrait maintenant qu'après s'être assuré de la disparition complète et définitive des hordes de chiens. Les baribes, ces grands échalas qui élevaient des troupeaux à perte de vue dans la plaine. Ceux-là, il en avait vu quelques exemplaires à Sil à l'occasion d'une fête. Malgré leur grande taille et leur extrême finesse, ces individus étaient bien peu impressionnants, tant ils semblaient léthargiques. Les bras ballants, ils parcouraient vaguement du regard les rues traversées, avançaient d'un pas lourd devant les rangées de nobles réunis sur une estrade, et s'arrêtaient soudain sans raison apparente, ralentissant le défilé des miliciens, jongleurs, musiciens, qui paradaient après eux, jusqu'à ce qu'un milicien les encourage à reprendre leur marche de moutons.

C'est le Duc d'Opale qui avait fait défiler ces représentants des baribes au même titre que des animaux exotiques. Ce genre de démonstration ajoutait à son prestige, et nourrissait l'intérêt général pour son duché et pour ses faveurs. Le fief du Duc d'Opale, Bel-Sarm, était le seul limitrophe des plaines baribes, d'où venaient les éleveurs exposés aux regards des curieux.

Les zagarites, eux, ne se seraient jamais laissés capturer. Elevés dans le culte des rapports violents, ils avaient toujours fait régner la terreur, ne laissant le royaume souffler que lorsque le pouvoir en place était trop puissant à leurs yeux. Il y avait deux cent ans de ça, lors de sa prise de pouvoir, l'ancêtre de Zephyr, le Roi Typhon, avait déclenché d'immenses ouragans au-dessus de l'île de Zagarth, semant la désolation sur les terres zagarites, en vengeance des pillages et atrocités que ces guerriers avait commis sur le continent durant les décennies précédentes.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Mabe01

J’ai toujours été croyant. En mourant, je m’attendais à rejoindre un grand paradis blanc. J’imaginais une place sur laquelle s’érigeraient de longues colonnes de marbre entourant un homme imposant. Ses ailes immaculées s’étaleraient sur les marches de l’escalier qui relie les mortels à la vie éternelle. Souvent, en rêve, je me voyais déjà commencer mon ascension vers Dieu. Je n’avais pas peur, les rides qui creusaient mon corps montraient à elles-seules que ma présence sur Terre avait déjà duré bien trop longtemps. Il y a un an j’ai été déclaré « super-centenaire » tel un super-héros de la vie. Pourtant, je n’avais rien fait pour avoir ce titre, jamais sauvé quelqu’un, jamais eu de capacités extraordinaires. Comme costume, j’arborais une tenue vestimentaire légère dénouée de goût, à croire qu’à 111 ans nous n’étions plus adapté à rien. La société m’échappait, tout comme les boutons de ma blouse d’hôpital négligemment ouverte au deux tiers. Je regardais le monde à travers l’écran d’une petite télévision murale dont le branchement maladroit semblait pouvoir être arraché d’un coup de vent. Si pour les médecins le miracle était de me voir toujours debout, pour moi, le seul miracle fut que cette vieille boite à images filandreuse tienne encore. À ce jour, elle comme moi avions un point en commun, notre durée de vie était limitée et ne tenait littéralement plus qu’à un fil.
C’est donc sans surprise que ce fameux 26 décembre je me suis retrouvé au ciel. Je devinais déjà la réaction de certaines infirmières face à ma mort. Je rigolais en me figurant Mirelle évoquer cette tristesse qui m’aura emmené le lendemain du jour de Noël ou encore Sophia exprimant des regrets face à l’homme merveilleux que j’étais. À chaque mort c’était la même chanson, la personne avait eu une vie formidable, elle avait accompli ce qu’elle devait accomplir et s’en allait en paix. C’était d’un banal, d’un ennui. Loin mon envie d’en décevoir certains mais la vie ne se réalise pas ainsi. On achève des souhaits en laissant des rêves de cotés de la même manière qu’un mendiant consomme ses deux euros en boisson tout en abandonnant la famille qu’il s’était construite en pensée sur le coin de son bout de carton. Donc non, je n’avais pas eu une vie formidable, j’en détestais même plusieurs chapitres que j’aurai paradoxalement aimé continuer pour leur donner meilleure forme. Je décevrai surement Mirelle par ces propos mais ça n’était pas la tristesse qui m’emmena ce jour-la, pas plus que la joie d’ailleurs. Malgré le nombre de médicaments qu’on me faisait ingurgiter j’étais prisonnier depuis trop longtemps dans une sorte de gouffre qui dévorait mes années passées : le collège où j’attendais sur la passerelle qui reliait mon établissement à celui des lycéens de la rue d’en face, la grille de l’université entrebâillée le jour de ma rentrée, la secrétaire de mon patron qui m’ouvrait les portes de l’entreprise à mon premier jour, ces souvenirs revenaient tous les soirs tel un croque-mitaine. Alors, pour finir de nourrir ce monstre j’avais choisi de m’y jeter tout à fait, quand ce fut le moment je n’ai donc pas résisté et je me suis laissé porté dans l’au-delà, curieux de savoir ce que j’y trouverai.
C’était blanc. En effet, je ne m’étais pas trompé. Par contre, il n’y avait ni de Dieu ni de grande place, et encore moins d’escalier. Après coup, j’étais heureux qu’il y en ai pas, imaginez vous mourir, ce qui représente déjà un gros moment dans votre journée, et devoir par la suite monter une série de centaines de marches, je n’étais pas prêt pour ça.
7
4
18
3
Défi
Leyris Lyundz
Une ville sombre d'où n'importe qui n'étant pas dans les rangs n'est pas le bienvenue.
Une forêt dont on ne veut pas approcher.
Une petite fille qui veut juste s'échapper.
Un seul souhait pour un plaisir de vivre revenue.

Un défi lancé par PM34
2
2
33
5
fanche

 
Il fait si froid dans les cœurs
qu'on ne voie plus l'horreur.
Devenus de simples spectateurs,
des éditoriaux tapageurs.

L'hémoglobine coule à flot,
édifiant comme c'est beau,
ce pourpre dans nos rues,
la peur sur ces trottoirs  nus.
0
0
0
0

Vous aimez lire Histrion ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0