Le récit de Jen

6 minutes de lecture

"Lorsque vous êtes partis, j'ai suivi vos conseils : je me suis occupé du cheval, je l'ai nourri, et en attendant mon propre repas, j'ai préparé mes affaires pour la route.

Je suis parti en pleine nuit, avec une lanterne pour voir le chemin. Et ça ne fut pas simple, vous pouvez me croire, car votre cheval a peur des ombres mouvantes de la lanterne. J'ai eu bien du mal à le canaliser, et pendant toute la nuit il a fallu que je m'arrête régulièrement pour le calmer et le rassurer. C'est seulement lorsque les premières lueurs de l'aube se sont glissées à l'horizon, que j'ai pu éteindre la lanterne et avancer plus sérieusement. Je suis quand-même arrivé à Sil au petit matin, un peu fatigué par l'absence de sommeil et par le caractère de votre monture.

Je connais le chemin pour arriver au Temple, je n'ai pas eu de mal à monter jusque là-bas. Mais je dois dire que quand j'y suis arrivé, le spectacle m'a brutalement réveillé.


Déjà, je n'ai pas pu m'approcher, car des miliciens barraient le passage dans toutes les rues qui débouchent sur le Temple. J'ai tout de suite compris que j'aurai du mal à remplir ma mission. Mais je me suis planté dans une des deux allées qui mènent au Temple, pour comprendre ce qu'il se passait, et savoir quand j'aurai une chance de voir le Maître Intendant.

Plus les minutes passaient, plus ça s'agitait autour de moi. Quelques équipes de miliciens sont venu rejoindre celles déjà en place, dont une qui apportait un énorme bélier fait de gros bois, et renforcé de métal.

C'est alors qu'est arrivé un grand type en armure, qui avait l'air important, suivi de quelques bourgeois de la ville et d'une petite troupe de soldats. Ils se sont approchés de la porte du Temple, sans monter sur les marches, et de là ils ont apostrophé les personnes à l'intérieur.

Ca criait des deux côtés, mais je n'ai pas compris ce qu'il se disait. Le commandant en armure, lui, c'est clair qu'il menaçait les gens du Temple, mais pourquoi, je ne saurai pas le dire.

Reste que ça n'a pas duré longtemps. Le commandant s'est replié un peu plus loin, il a fait un signe, et des archers ont pris position un peu partout, à distance du Temple. Alors une troupe de miliciens s'est emparée du bélier, et a commencé à avancer, avec autour d'eux les soldats, qui les protégeaient de leurs boucliers.

Lorsque le bélier est arrivé aux marches du Temple, un grondement énorme a retenti. On aurait dit que c'était la terre qui grondait ! Tout le monde a fui en panique. Je me suis réfugié sous un porche, où je me suis dépêché d'attacher le cheval, dont par chance je tenais toujours les rênes.

Les miliciens, les archers, en tout cas tous ceux que je voyaient, étaient allés se cacher eux aussi.

Les seuls qui n'ont pas bronché, ce sont les miliciens qui portaient le bélier, et les soldats qui les entouraient. Ils ont poursuivi leur chemin jusqu'à la porte, et là, devant les lourds battants, ils ont commencé à balancer leur charge. Mais ils n'ont pas eu le temps de frapper une seule fois la porte ! Ils allaient le faire, lorsque la terre a tremblé, au point que beaucoup d'entre eux ont perdu l'équilibre, et leur bélier leur est tombé dessus. Des fissures sont apparues dans le sol, un peu partout autour du Temple, et là, à l'horreur générale, une fumée noire très bizarre est sortie du sol, en formant d'étranges volutes. Ca n'avait rien de naturel, croyez-moi !

A la vue de cette sorcellerie, même les soldats et les miliciens qui s'étaient approchés de la porte sont repartis - en courant, pour ceux qui le pouvaient, en rampant, pour ceux qui s'étaient blessés.

C'est là que je me suis aperçu qu'il y avait aussi de l'agitation du côté du commandant. Il y avait deux factions de miliciens qui se battaient autour des bourgeois ! Les hommes du commandant interpellaient les archers, pour qu'ils les aident, mais les archers étaient bien embêtés : ils pouvaient difficilement reconnaître qui était avec qui, et je ne suis pas sûr qu'ils avaient même envie de s'attaquer à des miliciens comme eux, de quelque côté qu'ils soient. Mais au final les soldats qui avaient accompagné le bélier se sont regroupés avec les miliciens du commandant, et ils ont repoussé leurs adversaires. Il y avait quelques morts sur le carreau, et les assaillants ont sûrement été encore pourchassés dans les rues lorsqu'ils se sont enfuis.

Pendant ce temps, la fumée noire continuait à sortir de terre, et faisait comme un rideau fin tout autour du Temple. Je le sais, parce que j'ai voulu profiter de l'affolement général pour faire le tour du Temple et trouver une ouverture où m'y glisser. J'espérais que les miliciens auraient délaissé un des recoins du bâtiment qui aurait une porte, ou même une fenêtre. Mais il n'y en a pas beaucoup, des portes et des fenêtres, et je n'en ai pas trouvé qui ne soit pas surveillée par les miliciens, même s'ils se tenaient maintenant tous abrités comme ils pouvaient.

Partout, il y avait cette fumée noire bizarre, vraiment pas quelque chose dont j'aimerais m'approcher, croyez-moi. Lorsqu'on la regarde attentivement, on s'aperçoit qu'elle est faite de volutes qui tournent tout le temps sur elles-mêmes, lentement, en cercle, et on a l'impression de voir comme de gros yeux noirs dedans, qui surveillent tout ce qui passe sous leur nez. Quand je me suis aperçu de ça, j'ai décidé que je resterai prudemment à distance moi aussi. Il n'y a rien que je déteste plus que ces sorcelleries.


Je suis retourné du côté de l'allée principale, face à l'entrée du Temple. Je n'ai rien vu bouger à l'intérieur, je dois dire. Au-dehors, le commandant a fini par revenir, avec sa troupe, et j'ai eu la nette impression qu'il préparait un siège autour du bâtiment, ou alors une attaque de plus grande envergure.

J'avais du temps pour réfléchir, et j'ai passé en revue mes options. Je ne pouvais pas prévenir le Maître Intendant, pour vos bandits. Je n'avais pas moyen de passer cette fumée noire et j'aurais risqué ma vie à essayer de rentrer sous le nez des miliciens. Je me suis demandé si je devais plutôt prévenir le commandant qui organisait l'attaque du Temple. Mais ça ne semblait pas une bonne idée de s'adresser à l'ennemi du destinataire du message. En plus, il avait l'air bien assez occupé comme ça pour prêter attention à mon histoire. Au final, je me suis dit que si vous êtes des amis du Maître Intendant, ou si vous travaillez pour lui, vous seriez plutôt intéressés de savoir qu'il a besoin de votre aide, car je ne sais pas si ses sorcelleries vont lui permettre de tenir longtemps face au siège qui se met en place.

J'ai donc abandonné l'idée de faire passer le message, et j'ai rebroussé chemin pour venir vous avertir. Pour le coup, quand j'ai traversé à nouveau le quartier du Sabot, tout le monde était dans les rues, à discuter de ce qu'il se passait. Les gens étaient bien énervés, chacun y allait de son hypothèse sur les événements, et chaque fois que quelqu'un apparaissait en courant avec de nouvelles informations, l'affolement montait d'un cran.

Je n'avais plus rien à faire là, donc je suis sorti de la ville. Je dois malheureusement vous signaler qu'un peu plus loin, après avoir fait un bon bout de chemin, je me suis retourné, et j'ai vu des panaches de fumées en direction de la ville. De ces gros panaches qui signalent à coup sûr un incendie.

La route était tranquille par contre, et j'ai fait une pause en chemin, pour le cheval et pour moi-même. Un peu après midi, j'ai rejoint ma ferme, où j'ai appris que des voleurs s'étaient emparés de deux dindes.

J'ai alors décidé de vous rattraper au plus vite, afin d'être de retour avant le soir pour défendre ma femme et ma ferme. J'ai suivi votre direction, et me voilà arrivé à la ferme de Crek et Nadiaa. Où je ne trouve encore une fois que vols et violence. Que se passe-t-il dans ce monde ? Pourquoi Crek et Nadiaa ont-ils été mutilés ainsi ? Cette région n'a pas connu de bandits depuis des générations. Et Sil qui s'embrase... Qu'est-ce que tout ça signifie ? Est-ce la fin du Royaume ?

Crek, Nadiaa, je vais faire le tour des fermiers de la région. Nous devons tous nous préparer à nous défendre. Contre quoi, je ne sais pas, mais mon idée est qu'on devrait se regrouper dans un endroit protégé, en attendant que le calme revienne."


Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Kyliria

Le coeur n'est qu'un organe
Le vide est existant
L'abandon est un acte
Cruel mais réaliste
L'adoption est un acte
Beau mais idéaliste
La tristesse est un temps
La vie une membrane

Se débattre pour vivre
Pleurer, en être ivre
Sourire est un masque
Frapper, une bourrasque

La famille est fragile
Instable, désordonnée
Mon corps est un vigile
Mon âme est paniquée

La paix a été loin
Loin de moi et mes peurs
Cachée dans un recoin
Je me tais de stupeur

La voilà revenu
Timide mais acharnée
Cette paix m'est inconnue
Cette peur enracinée

Telle une fleur poussant
Mon coeur en est en sang
Où est la trahison ?
Crissement d'un violon ?

Je veux croire en la paix
Attraper ce crochet
Ma peur est plus grande
Je le rate et me viande

Ma vie est une chute
Je me relève
Je cours
Je cris
J'aime
Je hais

Mon enfance était un puits sans fond d'où je remonte peu à peu
Ma tristesse et mes peurs sont mes armes et me servent de pieu

2
4
1
1
Défi
Fanwtome
Le fameux secret sur l'amitié !
9
34
0
0
Véro

Je me souviens de cette vieille maison en pierre, perdue au milieu des montagnes. Pour y aller, il nous fallait suivre une route étroite en lacets, serpentant entre les chênes verts et les buis. Comme elle me semblait haute, alors, cette montagne ! À chaque virage, les toits rouges des maisons du village en contrebas paraissaient de plus en plus petits. Dans le fond de la vallée, une rivière au cours tranquille dessinait une route argentée au milieu des oliviers.
Puis la route s’arrêtait, remplacée par un chemin de terre, longeant des champs d’herbes jaunes brûlées par le soleil ardent de juillet. Mon père roulait doucement sur ce chemin accidenté délimité par des murets en pierre sèche. Je regardais les prés, la forêt, la montagne, impatiente de retrouver mon terrain d’aventures. Le chemin menait à une ferme sur la gauche, puis continuait un peu plus loin. J’ouvrais la fenêtre en grand pour sentir l’odeur des vaches. Pour moi, enfant de la ville, c’était l’odeur des vacances.
Puis le chemin s’arrêtait devant la maison. Enfin, nous étions arrivés ! Je m’empressais de sortir de la voiture pour aller courir dans le pré voisin, me cacher dans les herbes hautes qui m’arrivaient à la taille. Puis je retrouvais avec plaisir mon arbre préféré, mon refuge, sur lequel j’aimais grimper et cacher mes trésors glanés dans la nature.
A l’intérieur de la maison, il faisait sombre et frais. Elle sentait le feu de bois et la poussière. Des mouches se pourchassaient en bourdonnant, se posaient sur la table ronde en bois, puis s’envolaient. Ma sœur les chassait, agacée, ce qui les faisait revenir aussitôt. Je montais, mon petit sac sur le dos, sur une échelle en bois pour accéder au grenier où se trouvait ma chambre. De chaque côté du toit, deux fenêtres laissaient passer la lumière, éclairant le sol recouvert de plancher et les lambris sur les murs. Les lattes craquaient lorsque je marchais, et les jours où le vent soufflait, j’avais l’impression d’être dans un bateau. Je m’installais sur le hamac attaché entre deux poutres, où je me laissais balancer doucement, fermant les yeux. Je partais pour l’île au trésor…
Un mois filait ainsi. Je passais mon temps dehors, à me perdre dans la nature à la recherche de petits trésors que je cachais soigneusement, ou à chercher des passages secrets dans les maisons en ruines que je trouvais parfois, au détour d’un sentier. Aux heures chaudes, je me terrais à l’ombre dans mon grenier, lisais les aventures du Club des Cinq puis finissais par somnoler dans mon hamac. A la fin de l’après-midi, ma mère me donnait un bidon en fer blanc, et je partais chercher le lait à la ferme. Le fermier me faisait goûter le lait tiède, tout juste trait. Mmm, quel bon goût il avait !
Parfois, nous descendions au village. En sirotant un diabolo grenadine, assise à une terrasse à l’ombre des platanes centenaires, je suivais du regard les hirondelles, virevoltant avec des cris joyeux. Au milieu de la place, une fontaine chantait. Je plongeais les mains dans l’eau limpide pour me rafraîchir le visage, buvait tout mon soûl et finissais par éclabousser ma sœur en riant. Les gouttes d’eau tombant au sol y traçaient un chemin éphémère, vite asséché.
Le mois que nous passions dans cette maison filait vite, beaucoup trop vite. J’oubliais la ville, passant tout mon temps dehors. Mais le moment arrivait où il nous fallait repartir. Le cœur serré, je regardais s’éloigner la maison, me promettant, lorsque je serai grande, de m’installer ici pour toujours…

2
15
10
2

Vous aimez lire Histrion ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0