Chez Jen

7 minutes de lecture

A un moment, trois oiseaux surgirent devant eux, volant bas et de façon désordonnée. Talixan, qui faisait toujours la course en tête, s'arrêta à leur vue, et fit signe à Zephyr de se montrer discret. Ce dernier arrêta son cheval, en descendit, et attacha son mors à un arbre malingre et sans feuilles. Il rejoignit discrètement Talixan qui l'attendait. Celui-ci chuchota :

"Ces oiseaux ont été dérangés, probablement par le passage d'humains. Nous y sommes - ils sont quelques dizaines de mètres devant nous, ou du moins leur arrière-garde s'ils en ont une. Il y avait une maison de pierre au loin sur notre droite. Elle avait l'air entretenue, je pense que tu y trouveras quelqu'un. Vas y porter ton cheval, et demander qu'on aille prévenir Fleurnoire que ceux qu'il cherche sont ici. Pour ma part, je vais m'assurer de ne pas perdre leur trace."

Zephyr acquiesca. De retour auprès de Kantu, il le prit d'abord par la bride, afin d'avancer discrètement dans les fourrés, puis le monta à nouveau en direction de la masure.

Bien que très vieille, la masure en question avait encore belle allure. Elle dominait une belle cour où se pavanaient quelques volailles. Plus loin, un contingent de mouches se partageait entre un tas de fumier, qui dépassait d'une petite palissade et, plus loin sur la droite, un puits couvert de planches. Les moutons de la ferme, bien qu'invisibles, se signalaient tout de même par leur odeur très présente, leurs touffes et leurs crottes.

"Holà, il y a quelqu'un ?" annonça Zephyr en descendant de cheval. Il fit quelques pas et remarqua alors un bruit de rouet provenant de l'intérieur de la maison. Celle-ci semblait pourtant plongée dans l'ombre, tandis que le soleil descendait bien bas sur l'horizon.

"Il y a quelqu'un ?" répéta Zephyr, se demandant comment il allait être accueilli.

"Qu'est-ce que c'est ?" répondit une voix légère de jeune femme, avec une pointe d'inquiétude. La maison étant perdue dans cette campagne plutôt austère, ses habitants ne devaient pas être habitués à recevoir de la visite.

"Je... Je..." Zephyr se rendit compte qu'il serait idiot de se présenter comme le Roi en titre en cet endroit perdu, et s'en voulut de ne pas avoir préparé un autre discours.

"Je suis un voyageur. J'ai vu votre maison de loin, et je suis venu, pour voir si je pourrai trouver ici de l'aide."

Tout en parlant, d'une voix aussi sonore que possible pour se faire entendre de loin, il était arrivé à la porte d'entrée. Ladite porte, grande ouverte, n'était en fait qu'un amas de branchages et de hautes herbes entremêlés qu'on pouvait plaquer contre l'ouverture ou déplacer de côté à volonté.

"Bonjour" dit la voix de femme, quelque part dans l'ombre.

"Bonjour" répondit Zephyr en essayant d'accommoder sa vue à la semi-obscurité. Il y avait bien une femme assise dans une chaise profonde, entre un rouet et un panier de laine.

"Que cherchez vous exactement, voyageur ?" reprit-elle, toujours avec un petit sentiment d'inquiétude. Avant qu'il ait le temps de répondre, elle cria : "Jen, tu es là ?"

"Je... m'appelle Talixan." répondit alors Zephyr pour la rassurer. "Je travaille pour le compte du Maître Intendant Fleurnoire, à Sil. J'ai un message important à lui faire passer et je cherche de l'aide pour celà."

Un petit volet s'ouvrit derrière la tête de la jeune femme, et le visage d'un homme costaud s'y encadra. Il repéra rapidement Zephyr. "Attendez" dit-il, et il fit rapidement le tour pour rejoindre Zephyr à l'entrée de la masure.

"Bonjour jeune homme, qu'est-ce qu'on peut faire pour vous ?"

Zephyr expliqua alors qu'il cherchait à faire passer un message au Maître Intendant Fleurnoire de Sil, comme quoi des bandits recherchés se trouvaient dans les parages, et pour lui demander d'envoyer des forces pour les arrêter. Il promit une forte récompense (en montrant sa bourse replète) si les renforts parvenaient au plus vite. Jen, l'homme de la maison, se montra intéressé, et confirma qu'il s'était déjà rendu à Sil et saurait trouver le Temple et son Maître. Par contre il n'avait pas de monture pour se rendre rapidement à la ville.

Zephyr proposa de lui confier Kantu, en lui recommandant toutefois de laisser son cheval souffler et manger avant de reprendre la route. Jen étant prêt à prendre la route dès que la nuit serait tombée, en se munissant d'une lanterne, et en passant par une voie régulière plutôt qu'à travers champs, ils convinrent qu'il serait de retour le lendemain midi avec les renforts attendus. Zephyr lui confia déjà deux pièces pour la peine, mais comme Jen lui demandait de veiller en son absence sur sa femme aveugle, peu rassurés qu'ils étaient par la présence de bandits à proximité, Zephyr dut expliquer qu'il devait rejoindre un compagnon, justement pour surveiller les mouvements desdits bandits.

Ils se retrouveraient le lendemain midi, à la ferme, ou plus loin sur le chemin si les bandits étaient repartis.

L'affaire étant faite, Zephyr se hâta de rebrousser chemin avant que la nuit ne fut complètement tombée et qu'il ne puisse plus retrouver trace de Talixan. L'obscurité s'installait. Cependant il nota le petit point de lumière de la luciole qui le précédait sur le chemin, et semblait vouloir guider ses pas.

Rassuré, il pressa l'allure en la suivant sans plus se poser de questions. Il progressait entre des arbustes qui dessinaient des formes étranges dans le noir, sur ce terrain inégal, où chaque bruissement pouvait révéler aussi bien une simple feuille morte qu'un animal dérangé dans ses activités nocturnes.

Il se demanda s'il aurait le temps de réagir si un serpent décidait de s'en prendre à lui en surgissant des touffes d'herbes ou d'une grosse motte de terre. Mais faisant fi de ses inquiétudes, il suivit la luciole sans hésiter. Au bout d'un moment, il découvrit devant lui la silhouette de Talixan, quasiment allongé dans les broussailles.

"Que fais-tu là ? Tu veux passer la nuit ici ?"

"J'ai l'impression d'entendre les bruits d'un camp, qu'ils ont dû installer pour la nuit. Je pense que nous ne devrions pas aller plus loin."

"On va en avoir le coeur net" répondit Zephyr. Et il orienta un petit vent très discret, de façon à ce que les bruits du camp supposé des zagarites portent dans leur direction.

Aussitôt, ils reconnurent des bruits de couverts et quelques éclats de voix brefs.

"Ils sont bien là. Parfait. Je vais m'approcher pour en savoir plus. Toi, ne bouge pas d'ici."

"Mais, ce n'est pas dangereux de s'approcher plus que ce que nous avons déjà fait ? Ils sont sûrement sur leurs gardes ?"

"Ne t'inquiète pas" murmura le vieil homme, "je connais mon affaire. De plus, je veux m'assurer qu'ils ne repartent pas demain sur le même rythme qu'aujourd'hui. Sans cheval, tu ne pourrais pas suivre."

Zephyr sentit la honte lui monter aux joues. Mais il devait s'avouer que le vieil homme avait raison - lui seul pouvait tenir le rythme du chariot.

"Maintiens le vent dans ce sens" demanda Talixan en s'éloignant. "Et retourne un peu plus loin en arrière, au cas où."

Zephyr fit comme demandé, et patienta un long moment au pied d'un arbuste. A un moment, il entendit le hénissement prononcé d'un cheval, et quelques voix qui lui répondirent. Puis le silence revint, et au bout d'un long moment, l'ombre de Talixan réapparut, tout sourire. Sa main gauche jouait avec un lance-pierre de bonne qualité.

"Allons nous installer pour la nuit, et raconte-moi ce que tu as trouvé à la ferme que nous avions repérée."

Zephyr lui expliqua ce qu'il avait convenu avec Jen, qu'ils se retrouveraient le lendemain, à son retour de la ville. Tout en racontant son histoire, il sortit de son baluchon sa lourde cape de fourrure et des pains aux olives.

De son côté, Talixan expliqua qu'il avait bien trouvé le chariot attendu, tiré par deux chevaux, et transportant visiblement cinq zagarites. Ils semblaient tendus, mais sans s'attendre à ce que quelqu'un les ait repérés. Il expliqua aussi qu'ils découvriraient au petit matin qu'un des deux chevaux boiterait désespérément.

"As-tu vu ce qu'ils transportent ?" demanda Zephyr.

"Ils sont bien armés. Ils semblent avoir de quoi se ravitailler plusieurs jours. Aussi, l'un deux porte sur le dos un panier qui fait quasiment sa taille, et je suis prêt à parier que ce panier contient le ptéromoran qui a laissé les restes de repas que nous avions repérés. Ils peuvent le transporter ainsi un bon moment, à condition de le nourrir suffisamment. Par contre, je n'ai pas vu le détail de leur chargement."

Zephyr mourait d'envie d'aller voir de plus près la cible qu'ils avaient pourchassés pendant une longue demi-journée. Mais ça n'aurait pas été raisonnable - il n'avait pas les talents évidents de Talixan pour la dissimulation et la discrétion.

Il avisa alors la luciole sur son épaule gauche.

"Luciole de Gralmee ?" dit-il.

L'animal répondit par un petit éclair.

"Luciole, peux-tu t'approcher du chariot des zagarites, et me dire s'il transporte les statuettes volées au Pavillon ? Tu me feras un signe si c'est le cas, deux si ce n'est pas le cas, et rien si tu n'as pas pu en avoir le coeur net."

Malgré sa conviction que l'animal le comprenait, il fut tout surpris de le voir aussitôt s'envoler dans la direction du chariot des zagarites.

Ils attendirent quelques minutes, et le bourdonnement de la luciole se fit à nouveau entendre. Elle se posa sur l'épaule gauche de Zephyr, sous le regard pressant des deux hommes. Et émit un petit signal lumineux.

"Ca alors" émit Zephyr. "Nous sommes sur la bonne piste. Dire que tous les miliciens ont été envoyés aux portes Est, et qu'ils ne trouveront que du vent. Mais nous les tenons. Il ne reste plus qu'à attendre les renforts demain matin."

Il joua un instant avec l'idée plaisante qu'enfin, il accomplissait une oeuvre utile pour son Royaume. Si Jen remplissait sa mission, les symboles reviendraient à Sil dès le lendemain, et le Pouvoir serait préservé.

Ils mangèrent de bon appétit, et bientôt s'endormirent au pied de l'arbuste.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
Marylen Brice

Je suis petite, ronde, malvoyante et moche.
Ce qui fait de moi la proie idéale
Des moqueurs sans coeur ni foi qui m'approchent.
Attention ! pour ce voyage sans escale
Aucune concession à mes tortionnaires !
Ils pourraient bien avoir pris un aller
Sans retour en direction de l'enfer
Avec ce défi qui m'a emballée !
Ma devise ? Elle dit tout ce que je suis :
Téméraire, tenace, vénale, sans pitié.
Mon but c'est de réussir, je ne fuis
Aucune contrainte, aucune difficulté !
Ne me traitez surtout pas de comique,
Je sais ce que je vaux, ce que je veux,
Je me lance dans la mêlée. Pas d'panique !
Je suis persuadée, que gagner, je peux !
Vous dites ? Que je ne suis qu'une prétentieuse ?
Bah ! rira bien qui rira le dernier !
Ma devise, sans nul doute, la plus précieuse :
"Pas capable est mort sans essayer" !




3
0
0
1
éphémère

Les hommes ont toujours tendance
à chercher le bonheur,
et à vouloir se satisfaire
d’une fleur qui pousse,
d’une feuille qui tombe,
comme promesse que tout change,
mais que tout demeure.

Il se trouve pourtant quelque chose qu’ils ne saisissent pas,
une sorte de grain de sable
dans un univers bétonné :
le bonheur ne semble être
que promesse de lui-même.
Peut-être n’est-il
que l’image que nous nous en faisons,
sans pour autant que cela veuille dire
qu’il n’existe pas.
Il est de ces sentiments
que nous voulons, envers et contre tout,
contrôler,
enserrer,
retenir
au sein de nos plus obscures profondeurs :
et toujours, ils s’évaporent.
N’essayez pas d’attraper de l’air,
accueillez-la.

De leurs griffes lacérantes,
qui ont tant de fois déchiré leur être,
ils ont voulu étreindre
le présage d’un sourire,
et n’ont su en retirer que le goût amer
du vide qui s’installe peu à peu en vous...

Parce qu’il est de ces choses
qui résistent, quand on les force,
qui s’éloignent, quand on les approche :

l’ombre d’un sourire pourrait vous couter l’obscurité éternelle.
2
2
0
1
Céleste Delune


Le fil de vos mots s'enroule autour de moi depuis des mois .
Vous me prenez la main et le reste,tout le reste !
Vous m'embrassez, vous m'étreignez,vous me caressez,vous me bousculez, vous m'envahissez, vous murmurez, vous susurrez, vous chantez, vous répètez, vous m'écrivez !
La divine mélodie de vos rimes sensuelles, peu à peu , m'ensorcelle et
m’entraîne dans une chorégraphie primitive et lascive.
Aujourd'hui, je suis à Paris…
Je pense à vous, je vous vois un peu partout! Je prends le métro.
Cet homme élégant assis en face de moi,peut-il écrire de si merveilleux poèmes ? Difficile à dire… Je l'observe attentivement, non , ce n'est pas vous.Il est trop petit et n'a pas de cicatrice sur le visage .
J'ai terriblement envie de vous rencontrer , de jouer , de jouer avec vous .
Vous donner rendez-vous dans un endroit romantique et animé de la capitale mais sans préciser le lieu exact et voir si nous nous reconnaîtrons... Comment , pourquoi résister à cet appel qui s'impose à moi comme une évidence ?
Je n'y tiens plus , je sors mon i-phone et vous envoie ce message :
« Bonjour Vladimir,je suis de passage à Paris.Je serai dans le quartier de Montmartre cet après- midi vers quinze heures si le cœur vous en dit ... »
Le téléphone vibre, Vladimir sort l'appareil de sa poche. Un SMS ? Non , il s'agit d'un courriel, un courriel d' Ariane.Il le lit, il sourit… décidément cette femme ne manque pas d'aplomb !
Ariane… Elle fut séduite par la virtuosité de ses mots. Elle lui a dit son admiration puis demandé d'écrire pour elle,seulement pour elle! Elle , jalouse, exclusive, romantique…
Écrire pour elle, elle ne manquait pas d'air !
Il lui a écrit, les femmes obtiennent souvent ce qu'elles désirent ardemment . Elle a répondu .
Leurs mots se sont mêlés, éloignés, adorés, repoussés , attirés , attisés … Ils ont dansé un tango rapproché au rythme des hésitations de Madame ! Tantôt sensuelle, tantôt rebelle ; un pas en avant, deux en arrière; à la fois forte et si fragile...
Treize heures , je me prépare, je suis excitée comme une adolescente se rendant à son premier rendez-vous… Je passe en revue les différentes tenues que j'ai apportées, j'opte pour une jolie robe droite bleue indigo décolletée dans le dos , de beaux sous- vêtements gris perle en dentelle , des escarpins mettant le galbe de mes jambes en valeur, une touche de parfum . Je me maquille légèrement , me coiffe, je suis enfin prête !
J'arrive à Montmartre, c'est l'été, il y a beaucoup de monde, de nombreux touristes. Je flâne devant le sacré cœur . Je me sens un peu fébrile .Est- il venu ? Où est-il ? Me regarde-t-il ? Envisageant cette éventualité, je me redresse, cambre ma taille ,balance mes hanches au gré de mes pas .Je me dirige vers la place du Tertre…
Lui, assis à la terrasse d'un petit bistrot, fume une cigarette . Il regarde les femmes qui passent. Les femmes.. Il est habitué à les regarder, il en a connu beaucoup, lui , le séducteur,le libertin.
Il ne l'a jamais vraiment vue mais est cependant sûr de la reconnaitre .
Peut-être cette rousse aux yeux verts ?
Non, elle ne parle pas français…
Ou cette brunette qui lui sourit ?
Non, elle est trop commune , pas assez distinguée !
Soudain, il l'aperçoit, il en est convaincu.
Je marche au milieu des artistes qui tentent désespérément de croquer quelques passants . Je sens une main sur mon épaule,j'entends une voix grave me demander :
« Voulez-vous chère madame que je fasse votre portrait,je ne sais pas dessiner mais...
_ mais écrire ! Dis-je.
C'est LUI !
Je lui souris, il me dévisage…Muets d'émotion, nos yeux se croisent.
Premier regard tendre, pénétrant, intense...Le temps s'arrête ,les mots pour une fois sont inutiles.
Cet instant est alchimique !
2
4
0
3

Vous aimez lire Histrion ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0