Liberté

Image de couverture de Liberté

C'est un sentiment grisant que celui de liberté. Ça vous prend au trippes et, bientôt, c'est tout votre corps qui fourmille, persuadé de pouvoir se laisser aller à tous ses désirs les plus fous. C'est d'abord dans votre tête que ça se passe. Vous vous sentez submergé par un afflux d'hormones, de bonheur, de l'envie, de la fatigue, de tout. Il se passe trop de choses pour que vous puissiez vraiment tout identifier. Tout ce que vous savez, c'est que votre tête est plus lourde, et à la fois plus légère. Votre esprit vagabonde au gré de ses envies, des odeurs, des sensations, de la vue. Et vous réalisez. Vous êtes libre. Libre. Tout peut arriver. Vous pouvez tout faire. Tout dire. Tout penser. Personne ne vous contraindra. C'est un sentiment grisant, mais étrange aussi, car nous y sommes peu habitués. Ainsi, nous ne savons jamais trop quoi faire de cette nouvelle liberté.

Aïcha était une enfant malheureuse, c'était indéniable. Toutes les personnes qui croisaient son regard triste n'en ressortaient pas indemnes. Elle avait ce pouvoir de vous transmettre son fardeau, sa douleur. Issue d'une famille pauvre, elle n'avait jamais vraiment connu l'impression de satiété après un bon repas chaud, elle n'avait jamais reçu de cadeau pour son anniversaire, elle n'avait jamais eu la satisfaction de posséder quelque chose, car elle n'avait rien. Mais rien, c'était déjà beaucoup plus qu'il ne lui fallait pour vivre une vie heureuse. Elle avait son imagination, ça lui suffisait bien, elle s'inventait des récits merveilleux, et elle s'en contentait. Non, si elle n'avait eu que « rien », tout irait bien pour elle. Le problème, c'était qu'en plus de ce « rien », il y avait les coups et les cris, ceux de sa mère quand son père la frappait. Alors Aïcha était une enfant malheureuse.

Un matin, alors qu'elle se préparait pour aller à l'école, on avait frappé à sa porte. Et sans qu'elle ne comprenne trop ce qu'il se passait, son père était parti, escorté par trois policiers en uniforme. Ce fut à l'instant où la porte claqua derrière eux qu'elle sentit les premiers symptômes de la liberté. Les doigts qui bougent sans raison, le fourmillement dans les lèvres et les jambes qui s'agitent trop vite pour marcher. Elle mit ça sur le dos de son impatience à retrouver sa classe, et sa maitresse. Ce jour-là, ils partaient tous à la mer, pour toute une journée.

Sur le chemin de l'école, elle avait couru à toute vitesse. Elle s'y rendait seule, comme toujours. Sa mère ne pouvait pas se déplacer, elle avait honte de son visage couvert de bleus. Dans la précipitation, avait traversé sans regarder et avait échappé de peu à un scooter qui roulait à vive allure. Et elle était arrivée, devant la grande porte en bois, essoufflée et rouge écarlate. Mais elle s'en fichait, tout ce qui comptait, c'était qu'elle ne soit pas en retard.

Puis, de nouveaux symptômes étaient apparus, dans le car qui les menait dans la Baie de Somme. Elle qui était d'ordinaire plutôt discrète et réservée, avait trop de choses à dire. Elle ne pouvait empêcher les mots de sortir à toute vitesse de sa bouche. Entre chaque phrase, elle donnait de grands coups de langue dans sa dent, sur le point de tomber, et elle reprenait son discours. Personne ne l'écoutait vraiment, elle avait fini par lasser tout le monde avec ses folles histoires de princesses aventurières et de dragons malades, mais elle n'en avait que faire. Elle avait le droit de parler et de raconter tout ce qui lui passait par la tête, autant en profiter.

— Aïcha, s'il te plait, ça commence à devenir pénible ce bourdonnement, se plaignit la maitresse.

Car c'était à cela que ressemblait son flot continu de parole. La fillette avait la voix grave pour son âge et ses paroles ininterrompues ressemblaient plus à une abeille butinant qu'à une véritable prise de parole. Alors, elle continua à voix basse, jusqu'à ce que le bus se gare, enfin.

Elle avait besoin de courir, encore. Ses pieds la chatouillaient et elle avait cette désagréable sensation dans les jambes, celle qui nous fait comprendre qu'il faut se défouler pour enfin pouvoir s'endormir paisiblement, ou réfléchir. Elle sauta de la dernière marche et traversa le parking désert à toute vitesse, puis revint au même rythme jusqu'à sa maitresse qui lui criait de ne pas s'éloigner.

« Ne pas s'éloigner ». Elle était mignonne, cette maitresse, mais elle n'avait pas la liberté qui la démangeait, elle. De toute façon, elle ne l'avait probablement jamais connue, cette sensation, celle qui nous donne l'impression de pouvoir voler parmi les oiseaux, les mouettes en l'occurrence. Elle était trop stricte pour ça. La pauvre, pensait alors Aïcha.

Ils arrivèrent sur une immense plage, déserte. La mer descendait lentement, le sable était encore un peu humide, tassé et donnait l'impression de n'être qu'une vaste étendue toute lisse et marron. La petite fille ne put résister. Son corps entier lui hurlait : « Tu es libre, libre ! ». Alors, elle dévala les escaliers depuis la jetée et sauta à pieds joints dans le sable doux.

Elle fut prise d'un fou rire incontrôlable quand elle longea l'eau en courant si vite que c'était comme si ses pieds nus ne touchaient plus le sol. Pour la première fois de sa vie, elle riait vraiment, à en perdre haleine. Et elle continuait à rire à gorge déployée. C'était un rire fort, bruyant, unique.

Puis, à bout de souffle, épuisée par toutes ces sensations nouvelles, elle se jeta dans le sable doux et s'y roula en fermant les yeux. Quand elle les rouvrit, elle vit le ciel, d'un bleu immaculé, à perte de vue. Pas un nuage ne venait le gâcher, seul le soleil brillait au-dessus d'elle. Elle le regarda un moment, entre ses doigts pour ne pas se brûler, et soupira. La douce chaleur de ce matin de juin réchauffait ses joues, ses bras, ses jambes. Elle aurait voulu plonger dans l'eau, juste parce qu'elle en avait envie, sans aucune autre raison particulière. Mais elle n'avait pas de maillot de bain.

Et puis après tout. Elle était libre. Alors, elle se releva et jeta un œil à sa maitresse qui surveillait les autres enfants sur la plage, occupés à jouer, à faire des châteaux de sable. Elle ne la regardait pas. Tant mieux parce qu'elle serait sûrement furieuse de la voir faire. Puis, cédant à sa nouvelle pulsion de liberté, elle alla à la rencontre des petites vagues.

Enfin libre. Libre, libre, libre.

Sentiment incroyable que la liberté, n'est-ce pas ?

Tous droits réservés
1 chapitre de 5 minutes
Commencer la lecture

Table des matières

Commentaires & Discussions

AïchaChapitre0 message

Des milliers d'œuvres vous attendent.

Sur Scribay, dénichez des pépites littéraires et aidez leurs auteurs à les améliorer grâce à vos commentaires.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0