Page 12

Une minute de lecture

Pardonne-moi, mon fils.
Là bas, dans ce placard glacial, j’ai beaucoup réfléchi. C’est Méhia qui m’a retrouvée. Pourtant là-dessous, ma puce n’était pas localisable.

Elle m’a souri, elle m’a dit qu’elle sentait ma détresse. Elle m’a expliqué tout ce que ça voulait dire. Tu n’es pas viable, mon fils. Jamais, si tu allais plus loin dans l’existence, tu n’aurais pas la chance de ressentir ce que je peux ressentir pour ton père, par exemple. Tu n’y arriverais pas.

Mon fils, qu’aurais-tu à faire dans notre société, toi qui es incapable de t’y intégrer ? Tu es différent. Trop différent de nous.

Et surtout, surtout, tu ne ferais que souffrir de cette différence. Tu nous ferais souffrir.

Ça n’est pas ma faute. C’est ainsi. Ton père et moi n’avons rien fait de mal.

Je m’excuse. Je suis retournée à l’hôpital avec Méhia. Tout le monde nous attendait. Elua m’a serré dans ses bras.

« Faisons pour le mieux », m’a-t-il soufflé, rassurant. Je me suis demandée comment il faisait pour être si serein. Il t’avait déjà dit adieu dans son cœur.

On a tenu à assister ensemble à l’interruption volontaire de ton existence, mon fils. C’était très étrange. Tu t’es simplement endormi. Et à présent, tu n’es plus.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Annick
1860. L'Ermitage Saint Michel. (Les Alpes). Emma vient de perdre ses parents dans un tragique accident. Elle part pour un séjour à l'hôtel, dans un ancien ermitage, situé sur un piton rocheux. Elle a besoin de s'isoler pour dépasser ce cap douloureux qu'est la période de deuil. Son seul lien avec l'extérIeur sont les lettres qu'elle reçoit de son ami Lorenzo et celles qu'elle lui envoie où elle épanche sa peine. Après ce séjour qui lui est bénéfique, elle s'apprête à repartir pour Paris. Mais les événements vont en décider autrement... La forteresse aurait-elle un secret à lui confier ?
230
380
234
66
jean-paul vialard
Beauté immédiate du DESERT

'C’est léger une âme, c’est brillant. Ça a la transparence d’une eau, la résonance d’un cristal. C’est comme un cerf-volant, ça nage dans la trame souple de l’air, ça claque au vent, ça a une traîne qui déplie longuement la minceur d’une histoire. Juste une fiction tutoyant la partie libre, ouverte, des choses. Seuls ceux qui, en eux, reconnaissent cette simple figure peuvent connaître le désert, s’y inscrire tel l’un de ses fils, y dérouler la pelote sans début ni fin d’une félicité imminente qui ne doit rien à quelque calcul, à quelque compromission.'
10
4
0
5
Florence Cochet
Kathy, jeune étudiante en médecine, se fait enlever à la sortie de la piscine.
Que lui veulent ses ravisseurs ? Pourquoi gardent-ils le silence ? Pourquoi la font-ils souffrir ?
Et s'ils cherchaient à libérer la créature tapie en elle ?
42
26
39
77

Vous aimez lire cestdoncvrai ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0