Vitesse de croisière

Une minute de lecture

- Ne pose pas ton coude sur la table Jean, lui rappela sa mère.

- Mémé a ses coudes sur la table et personne ne lui dit rien, rétorqua-t-il du haut de ses sept ans.

- Oui, mais elle n'a pas rendez-vous chez le dentiste à 14 heures. Dépêche-toi Jean s'il te plaît.

- J'ai pas faim maman, pleurnichait-il, dans l'espoir de se voir retirer son assiette.

- Jean, mange tes haricots une bonne fois pour toutes. Je ne me répèterai pas !

- Mémé mange tout doucement et tu lui dis rien.

- Je reviens dans une minute, si tu n'as pas fini ton assiette, tu seras puni.

Marie quitta la table et entra dans la salle de bain pour se préparer.

- Psst, Jean, chuchota la grand-mère depuis le bout de table. Donne moi tes haricots.

- C'est vrai mémé, tu les aimes ?

- Bien sûr que non, ta mère ne sait pas les cuire, mais elle ne me dira rien si je mange lentement.

- C'est très gentil, dit-il en raclant son assiette avec sa fourchette pour la vider.

- Ne me remercie pas petit.

Marie sortit de la salle de bain et remarqua l'assiette vide de son fils.

- Bravo Jean, va te brosser les dents, on y va. Et toi maman, ce serait bien que tu ais finis quand on rentre.

- Ma vitesse pour manger est proportionnelle à la qualité des mets que tu prépares.

- Et bien, fait un marathon alors, ils étaient très bons ces haricots.

La grand-mère posa sa fourchette sur la nappe.

- Je préfère garder ma vitesse de croisière, dans la constance.

Marie et son fils claquèrent la porte, Mémé se leva de table, porta son assiette dans la cuisine et la déposa sur le carrelage.

- Régale toi mon toutou.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Vous aimez lire Joffrey Gabriel Mouton ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0