Lépante 2ème mi-temps

Une minute de lecture

Voguant vers l’Italie, l’escadre germano-turque emmenant Don Juan et Ali Pacha rencontre inopinément le 1er Corps Maréporté de Galtieri qui l’attaque illico. Bientôt le Turc a le dessous et Don Juan songe à l’achever avec son escorte allemande. Mais…


Au moment où Don Juan ordonna à son escorte de secourir Moltieri, le Cardinal-légat s’interposa :

- Monseigneur, …

Une bordée du Bucentaure couvrit les cris du Cardinal Michieli. Quand le tumulte fut moins violent, le dialogue reprit, ponctué par les détonations pétaradantes des meurtriers tromblons de Moltieri.

- Eminence, c’est l’occasion rêvée de débarrasser la Méditerranée du Turc ! Jamais plus nous n’aurons l’occ..

- Si les léontistes l’emportent, dites adieu à votre couronne de Naples, Monseigneur ! Courez-leur sus, mon vaillant prince, pour l’honneur de Dieu !

- Vous me demandez, Eminence, d’aider les Turcs à égorger des Chrétiens ? Vous, un Prince de l’Eglise ! Vous, le Patriarche de Jérusalem !

- Pour la gloire de l’Empire et le salut de la Papauté, je vous requiers d’exterminer ces léontistes !

Don Juan dut admettre que Moltieri victorieux refuserait d’entériner la cession des Deux-Siciles, et réagit en conséquence.

Il ordonna à ses escorteurs allemands de contourner le champ de bataille couvert de fumée, de prendre les Carabiniers à revers et d’aborder le Bucentaure.

Submergés par le nombre, les vétérans d’Offenbach se retranchèrent dans les navires turcs pris d’assaut, tandis que les pelotons amphibies étaient décimés. Ali Pacha fit couler sous un feu d’enfer les bateaux tenus par les Carabiniers et participa personnellement à l’assaut final du Bucentaure.

L’intrépide Offenbach-Moltieri, entouré d’un dernier carré de fidèles, connut son heure de gloire avant d’être balayé par-dessus bord par une formidable vague d’assaillants turcs enthousiastes.

Le glorieux Général, rescapé de tant de batailles tant perdues que gagnées, disparaissait à jamais au plus profond des flots.


La Méditerranée se réveillait, et réclamait son dû.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Vous aimez lire Monalisette ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0