Un Jeu d’Enfer

2 minutes de lecture

C’est à la Pinacothèque Pie IX que Clément XV et le Doge del Orta apprirent la chute de Carthage et la déposition du Cardinal Finzi de la Principauté de Tunis.

Profondément réjouis, ils décidèrent de fêter l’événement au Casino Pie IV pour y jouer un petit baccara.

Le lendemain à l’aube, Gaudi del Orta avait fait sauter la banque à chacune des douze tables et le Pape dut licencier ses Gardes suisses pour se renflouer. Puis il engagea le Pavillon pour se refaire. En fin de journée, après avoir perdu successivement Saint-Etienne-des-Abyssins, Sainte-Anne-des-Palefreniers et le Palais Sainte-Marthe, Clément XV sortit se dégourdir les jambes Place de la Monnaie accompagné du Doge.

C’est là que leur parvint la nouvelle de la défection d’Offenbach. Le Serment des Horaces avait vécu. Clément XV ordonna la mise sous séquestre du Piémont, frappa le diocèse d’interdit, et chargea Gaudi del Orta de faire appliquer les décrets en question. De retour à Venise, le Doge levait une milice civile en vidant son bas de laine, et l’équipait avec l’armement pris sur les Uhlans du 13e wurtembergeois, avec l’espoir de lever de fortes taxes sur le diocèse frappé d’interdit qu’il s’apprêtait à envahir.


La Chute de la Maison Orta


Ayant appris que le Général Moltieri avait rallié la cause de Donatella d’ex-Clermont-Roulis, Clément XV ordonne aussitôt la mise sous séquestre du Piémont, frappe le diocèse d’interdit et charge le Doge del Orta de faire appliquer ces mesures


De son côté Donatella débarquait discrètement à Gênes. Arrivée sans la moindre escorte, son premier acte politique fut d’autoriser l’exercice du culte islamique dans un Piémont frappé d’interdit religieux. Aussitôt, descendus des montagnes où ils s'étaient réfugiés, les Tirailleurs Sénégalais de feu Pélissieux, tous musulmans, rallièrent en masse la Princesse Pietranera qui en fit sa garde personnelle.

Informée des visées belliqueuses du Doge, Donatella prit les devants et fonça sur Venise à la tête de la Brigade sénégalaise, reconstituée au grand complet. La solde des tiraillleurs était assurée par le plomb de Novara que Moltieri avait finalement réussi à transmuer en or. L’orchestre de la Brigade jouait "Le Régiment de Sambre-et-Meuse" et "La République nous appelle" sur un rythme afro-cubain.

A l’annonce que des diables noirs fonçaient sur leur cité avec d’atroces clameurs barbares, les bons bourgeois de Venise optèrent pour une tactique fluide. Afin d’éviter un sac de la ville pire que le précédent, le commandant de la milice fit ouvrir toutes grandes les portes de la Sérénissime et organisa une haie d'honneur pour la Brigade Pélissieux.

Abandonné de tous, le grand architecte de Vatican-Bis se réfugia au sommet de la Basilique de Porte-Marghera, étreignant une petite cassette noire sur sa poitrine. Quand les tirailleurs chargés de sa capture atteignaient le troisième niveau de la magnifique coupole couverte de feuilles d’or, on aperçut une frêle silhouette enjamber la balustrade du campanile, et se jeter dans le vide en tournoyant, pour s’écraser sur le parvis de marbre rose.

Un sergent rapporta à Donatella la cassette mystérieuse.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 7 versions.

Vous aimez lire Monalisette ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0