La Boîte de Pandore est ouverte !

Une minute de lecture

Moltieri avait conquis Tunis, mais Donatella avait conquis Moltieri. A peine le Général épris avait-il offert le Piémont en gage d’amour à la Princesse, que celle-ci décida d’embarquer aussitôt pour Gênes afin de prendre possession de Novara.


La Princesse de Tunis laissait à Moltieri le soin d’abréger les souffrances de son mari Clermont-Roulis, agonisant depuis sa victoire sur Pélissieux.

- Et n’oublie pas Athanase, souffla Donatella à Offenbach.

- Euh… comment ?

- Un coussin fermement maintenu sur la tête, c’est l’affaire de cinq minutes.

- Mais… c’est un assassinat, répliqua le Général tout rouge.

- Et n’utilise pas mon pouf fuchsia brodé d’or, c’est un cadeau d’Ali. Tu en fais une figure ?

- Moi, Offenbach-Moltieri, je ne puis commettre une telle ignominie !

- Ah, soupira Donatella, je savais bien qu’au fond tu n’es qu’un lâche…

Là-dessus, le Général offensé fit par le menu le récit enjolivé de ses prouesses guerrières depuis 1900. Tout y passa : le putsch de Rome, le siège de Novara, la bataille de la Rosenbraukeller, et pour finir, la prise de Carthage.

- Tu oublies une petite chose, mon grand héros.

- Mmmh… ?

- Ta fuite du Dodécanèse sans combattre, susurra Donatella tout sourire.

- Le Dodécanèse !? Bah, ce n’est rien, je n’en ferai qu’une bouchée… j’y retourne !!

- Chiche ?

- Chiche !

Et tandis que Donatella bientôt veuve s’embarquait pour le Piémont, le Général Offenbach-Moltieri rassemblait le reliquat de ses Scaphandriers d’Elite pour les conduire vers la Gloire.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Vous aimez lire Monalisette ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0