Le Pape a braqué l’Esprit Saint !

Une minute de lecture

Mgr Corona n’était pas arrivé en Afrique les mains vides. Avant de démissionner du poste de Grand Argentier des finances vaticanes au profit de son rival Clément XV, l’Archevêque de Tunis était toujours Directeur de la Banque de l’Esprit-Saint…


Le Cardinal Corona, après s’être fait livrer la totalité de la couverture-or de État du Vatican, fit convoyer à vive allure son trésor de guerre, escorté par un régiment de Zouaves à sa solde, à destination de Tunis. Pendant ce temps, Mgr Dalla Piestra se faisait laborieusement élire en empruntant une somme considérable à Guillaume II pour acheter les voix nécessaires à son élection.

Une fois terminé le Conclave de Carthage, Mgr Corona, devenu entretemps Léon XIV, marquait un deuxième point sur son rival en Sainteté en instaurant d’emblée l’Augustinisme, une théologie de la dissidence propre à lui rallier toute la diaspora des Eglises d’Orient. Sa dernière mesure, et non la moindre, fut de mettre en circulation la couronne tunisienne sur l’ensemble du Protectorat et d’en retirer la lire.

Léon XIV peut se vanter d’avoir pris une revanche éclatante sur sa disgrâce du printemps : il a aujourd’hui sa monnaie, son Eglise, son armée, son État.

Ses objectifs à venir sont prévisibles : rompre avec le Vatican et le Roi d’Italie, faire admettre par l’ensemble de la Chrétienté l’imposture de Clément XV et proclamer l’indépendance de la Principauté de Tunis.

Pour cela, l’ambitieux Corona doit encore faire reconnaître son État par les Puissances européennes, et achever son œuvre par un triomphe diplomatique de 1ère grandeur.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 6 versions.

Vous aimez lire Monalisette ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0