L’Année de la Grande Comète

Une minute de lecture

- Quinze-Cent-Dix-Neuf –

À la mort de l’Empereur Maximilien, deux candidats se mirent en lice pour la succession au trône du Saint-Empire Romain Germanique.

Tandis que François Ier envoyait trois millions de thalers aux sept Grands Électeurs, le Roi d’Espagne signait des promesses à valoir après l’élection. Les Électeurs, hommes sages et avisés, prirent l’argent de l’un et votèrent pour que soient honorés les bons à valoir de l’autre. Le 28 juin Quinze-Cent-Dix-Neuf, Charles-Quint fut élu et proclamé Empereur.

Il lui en avait coûté huit cent cinquante mille florins ; l’équivalent de deux tonnes d’or, dont les deux tiers avaient été avancés par Jacob Fugger. Avec la bénédiction de Léon X, qui avait signé un bon à valoir de quarante mille couronnes. L’Empereur honora son créancier. Le Pape se fit prier.

La Banque des Fugger fit faillite, et les Habsbourg reprirent à leur compte la dette de Léon X. Fugger mourut en Quinze-Cent-Vingt-Trois, l’Année de la Grande Comète, appelée par la suite la Comète de Fugger.

Nostradamus avait déjà calculé, en bon prophète qu'il était, son retour au voisinage de la terre tous les trois-cent-un-an et des poussières. Aux dires de tous les Astrologues qui succédèrent à Michel de Nostre-Dame, Mil-Neuf-Cent-Quatorze devait inaugurer une ère de paix et de prospérité jamais vue.

Quoique…

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 10 versions.

Vous aimez lire Monalisette ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0