25 - Paul

4 minutes de lecture

Deux mois plus tard, fin août

Dong, dong, dong. « Le train n°889759 en provenance de Paris gare de Lyon va entrer en gare quai n°2. Nous demandons aux personnes accompagnant les voyageurs de ne pas monter dans le train. »

« Pardon, Madame, c’est le train qui va à Lyon ou qui vient de Lyon ? Je n’ai pas bien compris, demandai-je à ma voisine de quai.

- C’est le train qui vient de Paris, s’égosilla-t-elle pour couvrir le bruit dudit véhicule freinant juste devant nous dans un grand crissement.

- Ah bien, parfait, je vous remercie.

Très bien, pile à l’heure, pas comme celui de Bordeaux qui était annoncé avec plus de quinze minutes de retard.

Un flot de voyageurs se déversa des wagons, jouant des coudes et des valises pour se frayer un chemin parmi ceux en contre sens qui souhaitaient monter. Je restai statique, appuyé sur ma canne, laissant passer le mouvement de foule. Tout au bout du quai, je vis enfin sa silhouette apparaître : petite femme menue transportant vaillamment son cabas et sa valise à roulettes. Cette vision me fit monter une bouffée d’émotions m’emportant dans une flopée de souvenirs. La gare, croisement des chemins, lieu de séparation par excellence. Combien d’au-revoir et de retrouvailles avions nous vécus ici ? Service militaire, études, travail sur Paris. Combien de fois Simone m’avait-elle accompagné sur ses quais, digne et courageuse, alors qu’elle était si affectée par mes départs ? Et combien de retrouvailles impatientes à guetter l’autre, se presser à sa rencontre et pouvoir fusionner à nouveau ?... Une multitude !

Et aujourd’hui, c’était mon tour. Moi, l’impatient, celui resté à quai, la laissant partir retrouver notre fille et nos petits-enfants pour les vacances, pour mieux la voir revenir. Nous ne pouvions plus galoper comme de jeunes tourtereaux, mais au fur et à mesure que nos pas se rapprochaient, je sentis un élan grandir et nos sourires s’épanouir.

« Bonjour Paul.

- Bonjour ma douce.

Je déposai un baiser furtif dans ses cheveux et pris sa valise.

- Et comment vas-tu faire, gros malin, avec les escaliers et ta canne, me taquina-t-elle d’emblée.

- Laisse-moi te montrer que je peux t’être utile encore un petit peu, la suppliai-je gentiment, et puis nous allons prendre l’ascenseur très chère.

A nos âges, nous avions fini de courir après le temps, profitant pleinement de chaque instant comme de petites pépites précieuses. Attendre l’ouverture des portes et savoir comment s’était déroulé son voyage. Descendre d’un niveau et échanger des nouvelles de notre fille. Traverser le couloir, attendre l’autre ascenseur et découvrir comment grandissaient mes petits-enfants. Remonter d’un niveau, la regarder et prendre pleinement conscience de la chance d’être encore tous les deux, ensemble.

Simone était rayonnante. Son séjour l’avait redynamisé. Je savais combien elle souffrait d’être loin de ses ouailles. Elle aimait être entourée de son petit monde, œuvrant au bien être de chacun. La retraite avait également été une étape difficile à accepter pour elle. Je l’avais vu dépérir à petit feu ne parvenant plus à trouver sa place et l’utilité qu’elle aimait avoir. Heureusement depuis cet été, elle avait eu un déclic et repris du poil de la bête. Je retrouvais peu à peu la Simone que je connaissais : enjouée et pleine de projets, allant de l’avant malgré les aléas. Elle avait repris plus assidument le jardinage et, après l’avoir aidé dans ses recherches sur internet pour trouver ce qui lui correspondait, elle avait poussé les portes de la Maison des associations. Elle s’était inscrite au R.E.R.S : Réseau d’Echanges Réciproques de Savoir. Un lieu cosmopolite permettant à chacun de proposer ses compétences aux autres et d’en apprendre de nouvelles par ailleurs. C’est ainsi que Simone participait à un atelier collectif de cuisine, étant tour à tour professeur pour « faire ses bocaux de sauce tomate », « utiliser les herbes aromatiques », puis élève pour « découverte de la cuisine médiévale » ou « tajines aux multiples saveurs ». Ce n’était pas pour déplaire à mes papilles, bien que je n’aie jamais eu à me plaindre !

Un étudiant venait également depuis peu à la maison lui donner des ‘cours’ d’informatique. J’en avais profité pour lui demander discrètement d’initier ma douce à l’utilisation du téléphone portable. En échange, Simone accueillait deux jeunes femmes pour leurs transmettre son savoir-faire en jardinage. Tout cela la stimulait bien plus que mes piètres tentatives auprès du club de l’âge d’or ou de Mme Vignol. Il allait falloir d’ailleurs que je veille au grain et nous réserve quelques moments ensemble tellement elle fourmillait d’idées pour cette rentrée de septembre : apprentissage de l’anglais, danses de salon, yoga… « Pas tout d’un coup » me rassurait-elle. Voilà qui promettait en tout cas.

Ding, les portes de l’ascenseur s’ouvrirent.

- C’est bon, Monsieur a suffisamment joué au chevalier servant, dit-elle en reprenant d’office sa valise en y ajoutant son cabas par-dessus, donne-moi plutôt le bras. Tu m’as manqué, Paul, chuchota-t-elle à mon oreille en venant se coller à mon flanc.

- De quoi ? Qu’as-tu dit ? mentis-je effrontément.

- Tu m’as très bien entendu, souligna-t-elle en souriant, raffermissant sa main à mon contact.

- Toi aussi ma douce.

Alors que le train de Bordeaux entrait en gare, nous traversâmes le hall et sortîmes bras dessus bras dessous, clopin-clopant, continuant de deviser gaiement.

Annotations

Recommandations

Simon Le Tresrec

Vous êtes partis au loin
embrasser la mer
deux silhouettes noires d'une félicité finissante
tandis que sur cette étendue de sable crépusculaire
que les algues de mes remords, de mes regrets,
envahissaient comme des poils verts et funèbres
Je ressassais mon incapacité à vivre, à être
Mes souvenirs avec Elle
Dont le nom doit être tu
Puisqu'elle est passée dans ma vie comme un souvenir
d'une vie antérieure, d'une vie parallèle
Je ne peux la suivre,
Elle qui tient défaits ses lacets
Elle dont un fil d'argent se perd dans les cheveux de jais
Elle qui m'éblouit de ses yeux clairs
Fugitive, présence atone,
Ombre claire, filigrane, négatif
poétique présence diaphane
disparue, essence épiphanique,
voix creusée dans la roche d'un vent herbé
au goût de cigarette humide
Que des longs doigts pâles
humectent de mon sang, de mon âme,
de mes larmes incoulées
qui m'étranglent lentement
qui m'enlacent de souvenirs fugitifs
d'une présence angélique
que le présent s'acharne à abolir.
Ni ses regards tendres, ni ses sourires complices
n'ont existé. Que le froid et la dureté métallique
de son souffle raide me déniant toute présence
me courbant l'échine, pour expiation.
Je devrais racheter ces trois mois de bonheurs,
d'autres mois de torture psychologique.
Les vibrations crépusculaires de l'iode que j'inspirent
me le répètent inlassablement :
« Baisse la tête, expie et tais-toi. »
0
0
0
1
jean-paul vialard

Dans son ventre ombreux, dans la densité de ses replis dermiques, dans la convulsion de ses membres de pierre, la rétroversion avait eu lieu, la vulve avait éclaté libérant ses milliers de rejetons mortifères. Longues souillures de soufre, germinations de calcite, bourgeonnements de lave, éruptions de magma, girations de cendre noyant tout dans une même indistinction. Plus rien de visible, sinon cette dispersion morainique faisant ses infinies catapultes dans toutes les directions de l'espace. Dans les termitières humaines, on s'agitait, on déplaçait son corps annelé aussi vite qu'on le pouvait, on mastiquait patiemment la terre de latérite, on scellait à la hâte toute cette sale vomissure issue des entrailles de la mère nourricière, mais le navire prenait l'eau de toutes parts, mais les minces occlusions d'argile cédaient sous la fureur. On se réfugiait tout en haut du cône de poussière et de salive mêlées, on faisait longuement vibrer ses antennes en signe de protestation, on faisait onduler son corps de gomme, on repliait ses pattes en forme de prie-Dieu, semblables à la position hiératique de la mante religieuse, mais tout était vain alors que la perdition irrémédiable s'annonçait comme l'hypothèse la plus probable. Il n'y avait plus d'issue. Décidément, nul homme ne mettrait plus au "monde une étoile dansante". D'ailleurs, d'hommes l'on ne voyait plus de trace, sinon quelques giclures de-ci, de-là, éparpillées au quatre vents de l'ennui. Pour solde de tous comptes. L'on avait beau chercher, rien ne se dévoilait plus selon le rythme de quelque arborescence anthropologique. Partout du refermé, du lourd, du plomb en fusion. Partout de l'irrespirable, de l'inconcevable, de l'aporétique, en gelée, en grappes arbustives, en amas incoercibles, irréductibles, chaînes infinies d'œufs de batraciens réduits à leur propre hémiplégie. L'on avait voulu ignorer jusqu'à l'imbécilité native les paroles du philosophe à la moustache ombrageuse
0
0
0
1
Jess2000
Quand Mike se fait attaquer il comprends rapidement que son passé est de retour. Accompagné de son meilleur ami, il devra faire un choix continuer de fuir ou affronter celle qui à gâcher sa vie. Mais le compte à rebours est lancé et leur priorité c'est survivre.
1
0
2
111

Vous aimez lire Till S. ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0