15 - Simone

3 minutes de lecture

Un jeune homme brun d’une trentaine d’années, bien plus grand que moi, m’avait abordée par le côté. Il ressemblait à ces vagabonds qui traînent dans les squares avec leurs chiens et leurs bières, avec cette improbable coupe de cheveux, rasés sur les côtés, plus longs sur le dessus et derrière. Je tournai la tête pour voir à qui il pouvait bien s’adresser.

« Vous dansez ? répéta-t-il en me fixant.

- ...moi ? demandai-je incrédule.

- Oui, reprit-il avec beaucoup de douceur dans la voix contrastant avec son physique plus rude, vous savez danser la mazurka ?

- Un peu, acquiesçai-je, ne parvenant toujours pas à aligner plus de mots.

- Parfait. Vous voulez bien danser alors ? insista-t-il avec un sourire presque timide, désarmant.

- Mais vous ne préférez pas… y a plein de jeunes filles…, balbutiai-je.

- Mmmm », réfuta-t-il en hochant la tête de droite à gauche. Et il me tendit une main.

Mince, étais-je tombée sur le seul gérontophile du coin ? En même temps je ne risquais pas grand-chose au milieu de toute cette foule. Me surprenant moi-même, j’attrapai sa main toujours tendue au moment où je sentis qu’il allait se rétracter et renoncer. Il me guida alors tranquillement au milieu de la piste, positionna ses mains et s’ajusta à une distance raisonnable. Heureusement pour moi, il sentait le savon et non l’alcool ou je ne sais quelle substance illicite comme je le redoutais.

Au début, je focalisais sur le duo improbable que nous devions former et sur l’enchaînement de mes pas. Mais contre toute attente, défiant les apparences, mon cavalier se montra vraiment bon danseur, avec suffisamment de galanterie pour me sentir de plus en plus à l’aise. Petit à petit, j’oubliai ce qui nous entourait et me laissai embarquer dans LA danse. Celle où tout s’accordait à la perfection, celle qui faisait vibrer l’instant présent plus fort et suspendait le temps, celle qu’on voulait voir durer l’éternité… Une musique qui nous touche plus particulièrement, une osmose avec le partenaire, une fluidité du mouvement, l’enchaînement des pas connus mais toujours renouvelés, variés. Moment unique, éphémère, improvisé, libérateur.

La musique prit fin. Le vagabond me tint encore un moment, me fixant intensément de ses deux yeux gris comme pour prolonger cette surprenante connexion. Je crus y déceler cependant un voile de tristesse. Il me remercia sobrement, tourna les talons et disparut dans la foule. Je restai là hébétée jusqu’à être bousculée par les danseurs de polka suivants. Je retournai donc à petits pas vers mon banc, toute remuée par ce qui venait de se passer. Quand j’eus le déclic ! Mais bien sûr, mon cabas ! Cette diversion ! Quelle sotte ! J’étais tombée dans le panneau, me laissant distraire pendant qu’un acolyte devait faire main basse sur mes affaires. J’allongeai le pas et jouai des coudes pour arriver plus vite à ma destination.

Mon sac m’attendait bien sagement sous le banc là où je l’avais laissé, rien n’y manquait.

Quand j’ouvris la porte de la maison à presque dix-neuf heures, Belzébuth en profita pour se faufiler entre mes jambes.

« Je suis rentrée, lançai-je avant d’entrer dans la cuisine où Paul faisait mijoter une soupe.

- Et bien, visiblement l’après-midi a été bien rempli avec Mme Vignol, sourit-il.

- Je ne suis pas allée la voir, expliquai-je aussitôt, je l’ai appelée pour annuler et j’ai passé l’après-midi place de la mairie. Il y avait la Fête de la musique.

- Tu vois, le téléphone portable peut avoir du bon, souligna-t-il pour marquer son avantage. C’était bien alors cette école buissonnière ? Ou tu t’es endormie sur un banc, ajouta-t-il moqueur.

- C’était… surprenant. Excuse-moi je n’ai pas vu le temps passer.

- Tant mieux si tu as passé un bel après-midi, c’est le principal, ponctua-t-il d’un baiser léger dans mes cheveux. Mais à l’avenir préviens-moi si tu m’utilises comme alibi, poursuivi-t-il jovial.

- De quoi parles-tu ?

- Ne te voyant pas rentrer, j’ai appelé Mme Vignol - vu que tu ne réponds pas sur le portable, dit-il joueur. Cela m’étonnait aussi que tu réussisses à passer autant de temps chez elle.

- Qu’as-tu dit ? questionnai-je inquiète.

- Oh ! j’ai juste dû simuler d’affreuses douleurs et des pertes de mémoire importantes pour ne plus savoir où tu étais, se gaussa-t-il. La rumeur va bientôt courir au club de l’âge d’or que je suis bon pour l’hospice. J’espère tout de même qu’ils m’accepteront encore pour jouer au tarot.

Je sentis mon cœur se gonfler à nouveau.

- Merci de m’avoir couverte. J’ai acheté quelques crêpes sur le retour pour me faire pardonner.

- Tu es toute pardonnée ma douce. Cela me fait plaisir de te voir sourire à nouveau. »

En m’endormant ce soir-là, je remerciai Paul pour son amour sans faille. Je pensai également à ce jeune homme qui m’avait redonné espoir le temps d’une danse, me faisant sentir à nouveau digne d’intérêt et que fût un temps j’avais été une jeune fille aimant danser.

Annotations

Recommandations

Simon Le Tresrec

Vous êtes partis au loin
embrasser la mer
deux silhouettes noires d'une félicité finissante
tandis que sur cette étendue de sable crépusculaire
que les algues de mes remords, de mes regrets,
envahissaient comme des poils verts et funèbres
Je ressassais mon incapacité à vivre, à être
Mes souvenirs avec Elle
Dont le nom doit être tu
Puisqu'elle est passée dans ma vie comme un souvenir
d'une vie antérieure, d'une vie parallèle
Je ne peux la suivre,
Elle qui tient défaits ses lacets
Elle dont un fil d'argent se perd dans les cheveux de jais
Elle qui m'éblouit de ses yeux clairs
Fugitive, présence atone,
Ombre claire, filigrane, négatif
poétique présence diaphane
disparue, essence épiphanique,
voix creusée dans la roche d'un vent herbé
au goût de cigarette humide
Que des longs doigts pâles
humectent de mon sang, de mon âme,
de mes larmes incoulées
qui m'étranglent lentement
qui m'enlacent de souvenirs fugitifs
d'une présence angélique
que le présent s'acharne à abolir.
Ni ses regards tendres, ni ses sourires complices
n'ont existé. Que le froid et la dureté métallique
de son souffle raide me déniant toute présence
me courbant l'échine, pour expiation.
Je devrais racheter ces trois mois de bonheurs,
d'autres mois de torture psychologique.
Les vibrations crépusculaires de l'iode que j'inspirent
me le répètent inlassablement :
« Baisse la tête, expie et tais-toi. »
0
0
0
1
jean-paul vialard

Dans son ventre ombreux, dans la densité de ses replis dermiques, dans la convulsion de ses membres de pierre, la rétroversion avait eu lieu, la vulve avait éclaté libérant ses milliers de rejetons mortifères. Longues souillures de soufre, germinations de calcite, bourgeonnements de lave, éruptions de magma, girations de cendre noyant tout dans une même indistinction. Plus rien de visible, sinon cette dispersion morainique faisant ses infinies catapultes dans toutes les directions de l'espace. Dans les termitières humaines, on s'agitait, on déplaçait son corps annelé aussi vite qu'on le pouvait, on mastiquait patiemment la terre de latérite, on scellait à la hâte toute cette sale vomissure issue des entrailles de la mère nourricière, mais le navire prenait l'eau de toutes parts, mais les minces occlusions d'argile cédaient sous la fureur. On se réfugiait tout en haut du cône de poussière et de salive mêlées, on faisait longuement vibrer ses antennes en signe de protestation, on faisait onduler son corps de gomme, on repliait ses pattes en forme de prie-Dieu, semblables à la position hiératique de la mante religieuse, mais tout était vain alors que la perdition irrémédiable s'annonçait comme l'hypothèse la plus probable. Il n'y avait plus d'issue. Décidément, nul homme ne mettrait plus au "monde une étoile dansante". D'ailleurs, d'hommes l'on ne voyait plus de trace, sinon quelques giclures de-ci, de-là, éparpillées au quatre vents de l'ennui. Pour solde de tous comptes. L'on avait beau chercher, rien ne se dévoilait plus selon le rythme de quelque arborescence anthropologique. Partout du refermé, du lourd, du plomb en fusion. Partout de l'irrespirable, de l'inconcevable, de l'aporétique, en gelée, en grappes arbustives, en amas incoercibles, irréductibles, chaînes infinies d'œufs de batraciens réduits à leur propre hémiplégie. L'on avait voulu ignorer jusqu'à l'imbécilité native les paroles du philosophe à la moustache ombrageuse
0
0
0
1
Jess2000
Quand Mike se fait attaquer il comprends rapidement que son passé est de retour. Accompagné de son meilleur ami, il devra faire un choix continuer de fuir ou affronter celle qui à gâcher sa vie. Mais le compte à rebours est lancé et leur priorité c'est survivre.
1
0
2
111

Vous aimez lire Till S. ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0