Chapitre 22 : Or

3 minutes de lecture

Sévrar attendait patiemment près de la trappe. Il avait pour ordre de ne laisser personne entrer. Il savait que la cérémonie d’éveil était très importante pour un apprenti magicien et se remémorait la sienne.

Les apprentis dragoniers étaient très calmes. Ils devaient encore ressentir les effets du sortilège de répulsion. Et évidement, ils devaient se demander ce qu’il les attendait derrière cette trappe. Sévrar aurait aimé les rassurer, leur expliquer le déroulement de la cérémonie. Mais si Rowenn avait jugé qu’ils n’avaient pas besoin de savoir, qui était-il pour faire le contraire ?

§

Sheireen finit enfin par revenir et annonça que les éveils reprendraient après avoir mangé. Le jeune apprenti magicien les guidèrent donc à l’étage au dessus et leur servit à boire et à manger. Il s’approcha ensuite de Sheireen et demanda :

— Que s’est-il passé ? Cette collation n’était pas prévu.

— Je n’ai pas le droit de le dire. Tu demandera à ton maître et il jugera lui-même si il te tient au courant ou non. Désolée.

— Je comprends.

§

Tous les éveils avaient enfin eut lieu et les apprentis dragoniers étaient retournés à l’académie. Sévrar et quelques autres apprentis mages avaient pour tâche de nettoyer la salle où avaient eu lieu les cérémonies. Ils ne parlaient pas entre eux et le travail fut rapidement terminé. Chacun retourna donc chez son maître.

L’elfe se rendit dans le bureau de Rowenn avec l’espoir de pouvoir lui poser des questions sur l’éveil de Sheireen.

— Effectivement, je lui ai conseillé de ne rien dire.

— Pourquoi ? Que s’est-il passé ?

— Te souviens-tu de ton éveil Sévrar ? changea de sujet le mage.

— Oui, évidement.

— Qui l’a pratiqué ?

— Mon père, lui aussi était un mage mais… le jeune homme hésitait à continuer.

— Mais ? l’encouragea son ainé.

— Il était un peu fou. Vous savez, les elfes adorent surtout Thendrass, la déesse de la nature. Évidemment, il n’est pas interdit de prier d’autres dieux ou déesse mais mon père vénérait Brysingryss, la déesse du feu. Il était prêt à tout pour lui prouver sa dévotion. Il disait qu’elle lui parlait et qu’elle lui ordonnait de faire des choses. Ça pouvait aller de la prière jusqu’aux sacrifices. Un jour, alors que je n’avais que cinq ans, Brysingryss lui ordonna de m'éveiller. Malgré le fait qu’il n’était pas très puissant, il s’exécuta et je fus éveillé. Après cet événement, son état empira, il parlait seul, disparaissait des jours dans la forêt. Un jour, ma mère décida qu’il était temps pour nous, de le quitter. Mon père n’était pas d’accord. Il l’assomma et m’attrapa. Il nous attacha sur un bûcher et se mit à chanter les louanges de Brysingryss. Il comptait nous sacrifier. Lorsque le feu vint lécher nos pieds, je hurlais. L’odeur était abominable, la douleur insoutenable. Je me débattais de plus en plus faiblement lorsqu’il y eut un craquement différent de celui du bois, le chant de mon père s’arrêta alors net. Je tournais la tête vers lui et le découvrais allongé au sol. Le surplombant, un homme aux longs cheveux noir, semblable à une ombre, essuyait un court poignard. Il me sourit et les flamme s’éteignirent. Alors que mes mains douloureuses défaisaient mes entraves avec difficultés, j’entendais de nouveau le craquement. Quand je tournais la tête pour regarder, l’homme avait disparu, lâcha d’une traite le jeune elfe les yeux dans le vague.

— Et ta mère ?

— Morte.

Voyant que Sévrar était secoué par son récit, le mage changea de nouveau de sujet :

— De quelle couleur est ton aura ?

— On m’a conseillé de ne pas le révéler.

— Et qui a bien pu te conseiller ça ?

— Mon père.

Il y eut un long silence, Rowenn semblait réfléchir à quelque chose. Il finit par se lever et invita son apprenti à le suivre.

Ils allèrent jusqu’à la bibliothèque de la tour où Rowenn lui fit lire un parchemin :

« Ils seront six. Humains, elfes et demi-dieux. Des auras précieuse, d'Obsidienne, d'Or, d'Argent, de Diamant, de Rubis et d'Émeraude, à détenir le pouvoir des dieux fondateurs. Ensemble, ils deviendront sauveurs ou destructeurs. »

— Qu’est-ce que c’est ? demanda l’elfe. J’ai l’impression d’avoir déjà entendu ces mots.

— Une prophétie qui a était énoncée il y a très longtemps et que beaucoup ont oubliés. Et je crois bien que certains apprentis dragoniers en font partie. Où aurais-tu bien pu entendre cette prophétie ?

— Non, j’ai dû me tromper. Mon père disait beaucoup de choses étranges qui parlaient d’auras. J’ai dû confondre, répondait Sévrar en détournant les yeux.

— Tu semble soucieux. Tu as quelque chose à me dire ?

— Je…, il hésitait, mon aura, elle est dorée.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Pétales de nacre
La réponse au défi "Une phrase par jour" en trio...

Quelqu'un, Laurent Datünder et Ténèbres Lumineuses réunissent leurs plumes pour présenter cette nouvelle œuvre, qui risque d’osciller entre poésie, folie, humour et amour.

Merci pour votre passage ! <3

(PS : Ne sont-ils pas adorables, ces trois petits oursons ? ^^)
455
408
9
6
Œil de Lynx
Quelques articles de mon journal "L'œil du Lynx"... (je précise que les articles sont humoristiques ^^")
18
12
5
2
Sainsu
Dans ces courts textes j'essaie de vous faire deviner ce qui est important pour moi.
25
75
1
1

Vous aimez lire O_rion ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0