Chapitre 19. Coup de bourse.

5 minutes de lecture

J-3. Camping "les palmiers d'or". Toute fin d'après-midi.

— Du nouveau... ?!

— Écoute, mon Chou, si tu veux bien je t'expliquerai tout ça à la fin du repas... les tomates farcies à Zozo, ça n'attends pas ! Et puis, tu dois commencer à avoir un peu la dalle, non... ?!

— ... Oui !

— Alors, installe-toi et mange !

Maintenant, on en était au dessert, et cette tarte tropézienne, spécialité du coin depuis que madame Brigitte Bardot s'était mise à la pâtisserie vers la fin des années soixante, après avoir mis fin brutalement à sa carrière cinématographique, était une véritable tuerie !

— Tu t'es régalé, hein... ?!

— Oh, que oui ! Le meilleur repas que j'ai pris depuis... un sacré bout de temps !

— Tant mieux ! Faut que tu te requinques ! Bon... jette donc un coup d'œil là-dessus... !

Elle me passe un journal posé à coté d'elle.

— Lis ça... !

— Ça... ? Ça, quoi ?! Les cours de la Bourse ?! Excuse-moi, mais je ne comprends pas... ?!

— C'est le canard de ce matin... je surveille le cours de la Bourse tous les jours ! Vrai que pour le moment j'ai pas un seul flèche à placer là-dedans, mais j'aime bien m'informer quand même, parce que je m'dis qu'le jour où j'en aurai un peu d'oseille, et bien... je pourrai investir sans me faire avoir ! J'sais pas si tu sais, mon Chou, mais faut vraiment s'y connaître quand on veut foutre son pognon en bourse ! Y'a un tas de gens qui se font baiser là-dedans et qui perdent tout d'un coup ! Ma tante Yolande par exemple... J' t'ai déjà causé de ma tante Yolande... ?

—... Heu... non ! Je ne crois pas !

— Ben, tu vois, elle a tout perdu, ma tante Yolande ! Toutes ses économies y sont passées, à Tatie ! Elle avait investi dans le tunnel, la pauvre !

— ...Le tunnel... un tunnel... ?! Quel tunnel... ?!

— Mais, enfin quoi... Chou... ! Celui sous la Manche, bien sûr ! Une drôle d'arnaque organisée encore que ce tuyau sous la Manche... parce qu'y z'ont tout perdu les actionnaires ! La totalité de leur fric est parti en fumée... ouais... fouiiit ! Lessivée, la tatie Yolande ! Et en une seule journée encore !

— Ah... ?... Ils ne l'ont finalement pas percé ce tunnel... ?!

Elle se marre. Ce n'est pas facile à gérer non plus lorsque tu n'es au courant de rien, ou presque...

— Mais bien sûr que si, ils l'ont percé le tunnel ! Sauf que la construction de leur usine à gaz elle a duré deux ans de plus que ce qui était prévu au départ, et surtout, le pompon rouge sur le bonnet en laine, c'est qu'au final, ça leur a couté plus du double pour le creuser l'trou ! Alors, tu comprends, l'action elle ne valait plus un pet de lapin à la fin... ben, forcément... si la moitié du chiffre d'affaire sert à rembourser les intérêts qui courent, tu t'imagines bien que les dividendes tu peux toujours te les carrer où j'pense ! "

Tout est toujours beaucoup plus clair lorsque c'est bien expliqué !

— Bon, alors maintenant regarde donc mieux ici ! Et surtout ce tableau-là... ça, c'est le cours du Nikkei 225 !

— ...?! ...

Elle se lève et vient s'installer tout près de moi.

Lorsqu'elle se déplace, Zoé, on dirait une chatte.

Une petite chatte, souple, féline...

Gamin, j'ai eu un chat. Je m'en souviens, on l'avait appelé Moïse. Ainsi nommé parce que tout petit il avait failli se noyer dans un abreuvoir à bestiaux : il n'arrivait plus à remonter sur les bords, cela glissait de trop...

— Éh, ho... tu m'écoutes toujours là... ?!

— Hein... ?! Oui, oui, je t'écoute ! Bien sûr que je t'écoute !

— OK... alors j't'explique mieux les détails !

— ... Je veux bien... parce que je t'avoue que là je suis un peu perdu !

— Commençons par le commencement : le Nikkei 225, c'est la bourse du Japon... ! Ok ? Nikkei, c'est juste une abréviation, ça vient du nom du journal japonais qui publie l'indice tous les jours depuis que ça été inventé. Ensuite, le 225, c'est simplement parce qu'il y a deux cent vingt-cinq entreprises qui sont cotées dans cet indice boursier... tu vois pour le moment c'est pas très compliqué !

— Oui... pas compliqué ! Mais... je ne comprends toujours pas où tu veux en venir ?!

— Seconde papillon ! C'est pas fini, on va y venir ! Bon... ensuite, maintenant que t'as compris pour le Nikkei, comme tu peux le voir écrit ici : il a fini en baisse hier soir à 22487,86 points... mais là, pas d'inquiétude, c'est tout à fait normal avec le décalage horaire que l'on a avec le Japon !

— ... Le décalage horaire... ?!

— Exactement, le décalage horaire ! Et du coup, ça clôture toujours en soirée pour nous, ici... bon, la baisse n'est pas significative... deux ou trois cents points de moins à la clôture, c'est vraiment pas grand chose ! Si tu commences à t'affoler pour si peu, mon Chou, alors t'as pas fini ! Faut savoir que c'est toujours comme ça la Bourse... un coup ça monte... et un coup ça descend ! Ou : ça va, ça vient, comme dirait l'autre ! C'est very normal ! Et faut surtout pas s'affoler pour des bricoles ! Ceux qui font les meilleurs coups en bourse ce sont toujours ceux qui ont su garder la tête froide jusqu'au dernier moment !

— Mais... je ne m'affole pas ! Non, non, je ne m'affole pas du tout !

Elle s'appuie maintenant sur la table en formica jaune et se penche légèrement en avant, son visage délicat n'est plus qu'à quelques centimètres du mien... Je peux distinguer de minuscules gouttelettes de sueur qui s'accrochent au léger duvet clair juste au-dessus de sa lèvre supérieure... Elle est si...

— Bien... mais vois-tu, ce n'est pas du tout ça qui a attiré mon attention... non... c'est plutôt ça... !

Elle pose alors vigoureusement son index sur une ligne bien précise du tableau...

— ... Yamachi Electron corporation... !

— ... Yama... chi... ?!

— Oui... Yamachi, chou !

Je ne sais pas trop quoi dire, alors j'attends un peu en la regardant bêtement. Et c'est certainement ce que j'ai de mieux à faire pour le moment, même si cela ne me met pas du tout en valeur. Une nouvelle fois, dirai-je.

— ... Quarante pour cent ! Est-ce que t'entend bien... ?! L'action Yamachi a pris plus de quarante pour cent sur une seule journée de cotation ! Et ça, tu peux me croire que c'est pas normal ! Ouais... sûr qu'il se passe quelque chose de pas clair, là... de vraiment pas clair du tout... !

Annotations

Recommandations

Angelinnog
« Souvent, il s'était amusé à comparer les membres du groupe aux cinq doigts d'une main.

Ekaterina, fière et majestueuse, avait toujours été l'index. C'était celle qui dirigeait, qui ordonnait, qui surplombait tout le monde par son élégance et son regard fier, celle que l'on admirerait toujours. Elle serait celle que le monde retiendrait, bien après que KOBSE se soit éteint.

Dans toute sa passion pour la provocation, Sun Mei incarnait le majeur. En un doigt d'honneur assumé au monde, elle avait fait ses choix sans le concours de rien ni personne. Qui l'aime la suive ou se taise à jamais, tel était son mantra.

En poursuivant l'analogie, Blake, étoile montante du septième art, pouvait prétendre au trône de l'annulaire. Légèrement en retrait derrière notre leader et sa féroce adversaire, elle brillait elle-même, à sa façon, dans un autre domaine.

Soutien inébranlable du groupe, Honor et son amour presque maternel se maquillaient en pouce pour consolider les liens et les amitiés qui se tissaient entre les filles. Bien qu'elle fut issue d'une des plus prestigieuses familles anglaises, jamais son ascendance noble ou la réussite ne lui étaient montés à la tête.

Enfin, Felicia. Certains se demanderont toujours quel était son rôle dans un groupe de femmes influentes et respectées. Elle, si discrète et effacée, semblait ne pas valoir sa place. Pourtant, elle l'avait et elle la méritait. Car sans elle, l'équilibre serait rompu et la balance s'écroulerait. Alors, elle était un auriculaire, dans toute sa modestie, petite de taille et grande de cœur.

Cinq doigts, cinq lettres, cinq filles, si différentes mais tellement complémentaires, reliées par leur passion : le chant. C'était ainsi qu'il les avait toujours vues et qu'il les verrait toujours. »
16
17
30
99
Jeanne.
Un recueil de quelques poèmes écris avec passion dans des moments d'émotions. Ils ne sont pas parfaits et ce n'est pas le but, ils sont seulement là pour partager une partie de mes pensées avec vous, pour m'exprimer. Bien sûr, vos critiques et conseils sont les bienvenus, je suis aussi là pour progresser !
27
36
15
3
Slamity Jane
Cet ensemble de textes est une approche sociale et poétique de notre rapport à l'Autre.
139
42
27
7

Vous aimez lire SALGRENN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0