Emotions tangibles, vérités doubles (10/11)

5 minutes de lecture

* *

*

  • Nathan, on va aller au Réfectoire avec Logan. Est-ce que tu veux venir ? demanda gentiment Dylan.

Souriant, il regarda le frère de Logan se lever de son lit, fermant son cahier de croquis. Puis le roux se tourna vers le coin droit du Dortoir, là où les rideaux orange avaient été hâtivement tirés.

  • Lauren, si jamais tu veux te joindre à nous, libre à toi.

Logan savait très bien que la blonde ne répondrait pas et quitta le Dortoir, suivi peu après par les deux garçons. Ils n’eurent pas de problème à trouver le Réfectoire, Dylan se chargeant de demander gentiment la direction. Les adolescents se servirent de ce qu’il restait, devinant que l’heure du repas était largement dépassée.

Fatigué, le métis ignora les regards qu’on leur jetait et fit signe à Dylan et à son frère de s’assoir à la table où étaient gravées une flamme et la lettre Delta, ces même symboles étant encastrés dans la porte de leur Dortoir.

Restant silencieux, Logan se massa les tempes. Un bourdonnement incessant résonnait dans sa tête, envoyant des ondes de douleur dans tout son corps. Sa barrière mentale n’allait pas tenir plus longtemps.

Laissant Nathan et Dylan finir, il se leva de table sans avoir trop touché à son assiette et alla débarrasser son plateau. Le métis tanguait quand il sortit de la salle, sa tête s’alourdissant de plus en plus. Il devait impérativement retourner au Dortoir, là où ses précieuses cigarettes se trouvaient.

Sa vision se troubla pendant un instant et Logan jura. Le jeune homme s’appuya sur le mur, ses doigts se posant sur ses temps douloureuses.

  • Je peux t’aider ? demanda une adolescente aux cheveux noirs et en tee shirt bleu.

Les dents serrées, Logan ne répondit pas. Il remarqua simplement le pendentif de pégase et la perle dorée que portait la jeune femme à son collier. A contre cœur, le métis laissa la Marquée le pousser vers l’arrière du couloir et il entra dans une pièce qui sentait l’aseptisant. On le fit asseoir sur une chaise et il grogna faiblement, ses yeux se fermant malgré lui.

  • On donne généralement ça aux Marqués qui ne maîtrisent pas leur Don psychique. Tu n’en as jamais pris alors sois prévenu, tu risques de t’endormir rapidement après ça.

Le grondement des voix dans sa tête s’intensifiant, Logan but rapidement la boisson, espérant qu’ainsi l’inconnue le laisserait rejoindre son Dortoir. Le vacarme dans sa tête s’amenuisa immédiatement et la pression qui enserrait son crane s’évanouit. Une vague de fatigue le prenant immédiatement, le métis ouvrit faiblement des yeux étonnés : le breuvage était beaucoup plus efficace qu’une cigarette.

  • Maïa… merci, murmura légèrement Logan, ne remarquant pas le regard surpris de la Marquée.
  • Tu n’as qu’à rester ici jusqu’à demain, je vais prévenir Warren, fit doucement la Capitaine des Pégases avant de sortir de la pièce.

Malgré l’épuisement pesant lourdement sur ses épaules, Logan se leva du lit, avec la ferme intention de retourner au Dortoir. Il papillonna des yeux, cherchant la sortie quand soudain il la vit. Ses traits plissés par la douleur, elle agrippait ses draps dans son sommeil, des gouttes de transpiration perlant sur son front.

Réalisant à regret qu’il ne pourrait pas retourner au Dortoir sans s’évanouir de fatigue, Logan s’assit en soupirant sur la chaise près du lit de la lycéenne, exténué. L’épuisement prenant le dessus sur la colère qui grondait en lui, le jeune homme étudia impitoyablement le visage en peine de la lycéenne.

  • Je te hais, murmura-t-il, ses yeux se fermant d’eux même

Sa main se refermant sur celle, crispée, d’Ashley, Logan perdit connaissance.


- Logan, 9 ans -

Lors d’un beau soir d’été, le petit garçon de neuf ans s’enfuit de la maison très discrètement. L’enfant courut en direction du coucher du soleil, n’ayant pas la moindre idée de sa destination.

Essoufflé, ses yeux verts forêt se plissèrent quand il tomba sur un grand champ de céréales. Au milieu des plantations de blé qui s’étendaient à perte de vue, se dressait un chêne magnifique, haut de plus de dix mètres de haut. Satisfait, Logan décida que c’était là-bas qu’il allait aller. Il se dirigea joyeusement vers l’arbre, s’arrêtant de temps à autres pour toucher les fleurs fanées qui bordaient son chemin. Alors que celles-ci récupéraient leur éclat naturel, le petit garçon souriait, ravi que ses amies se sentent mieux.

Levant ses yeux rieurs, l’enfant regarda au-dessus de sa tête, émerveillé par la puissance et la majesté du chêne. Il marcha autour de l’arbre, certaines plantes bourgeonnant sur son passage, d’autres se gorgeant d’énergie lorsqu’il les effleurait, regagnant leurs couleurs éblouissantes.

Un peu fatigué, Logan s’assit au pied de cet arbre et ferma les yeux, respirant profondément. Il entendait les fleurs éclore, sentait les feuilles de l’arbre grandir à la lumière du soleil et aurait pu compter combien de fourmis était en train de grimper sur ses jambes. Il inspira lentement, la puissance de l’arbre se mêlant à son énergie et envahissant chacun de ses membres. Ses muscles se détendirent, les égratignures sur jambes se refermèrent et sa fatigue disparut.

Requinqué, le petit garçon expira de contentement.

Soudain, Logan entendit un craquement anormal. Ouvrant brusquement les yeux, il sursauta quand il rencontra un regard noisette curieux. Une petite fille de huit ans lui tendit la main en souriant :

  • Salut ! fit-elle joyeusement.

Intrigué, Logan accepta la main tendue et se releva d’un bond. Ses yeux se baissant vers les jambes de la fillette, il remarqua des marques bleutées et des griffures à peine soignées. Inquiet, il voulut prendre la parole mais elle le tira par la main, l’amenant près d’un endroit où la terre avait été fraichement retournée :

  • Regarde, j’ai planté une graine il y a un mois et elle ne pousse pas, lança -t- elle, ses yeux noisette posés tristement sur le tas de terre. Il ne m’en reste qu’une. Est-ce que tu veux bien la planter avec moi ?

Enthousiaste, Logan hocha vivement la tête. La petite fille sautilla de joie et posa précautionneusement dans les mains du garçon. Appréciant la petite vibration émise par la graine, l’enfant s’agenouilla près de la terre et commença à creuser un abri pour la plante en devenir. Il la déposa délicatement dans le trou puis la recouvrit avec soin. Laissant ses mains sur la terre, Logan ferma les yeux, à la recherche des vibrations émises par la graine. Il inspira profondément et, visualisant la semence, il lui transmit l’énergie du chêne qui coulait à travers lui. Lorsqu’il sentit que ce fut assez, il se releva et se tourna vers la petite fille :

  • Pourquoi était -ce si important que ce soit moi qui le fasse ? interrogea-t-il, curieux.

Alors qu’elle observait intensément le bijou que Logan portait à l’oreille gauche, la petite fille sembla sortir de sa transe :

  • C’est la graine qui me l’a demandé, dit-elle en souriant. Elle m’a assuré que tu prendrais bien soin d’elle.

Plissant les yeux, elle s’avança vers le petit garçon et tendit la main vers sa boucle d’oreille, examinant l’éclat de la pierre verte du bijou. Ses doigts s’arrêtèrent à quelques centimètre du visage du garçon et elle baissa sa main, un grand sourire creusant ses fossettes.

  • Je m’appelle Ashley, murmura-t-elle en plongeant ses yeux noisette dans le regard vert de Logan. Mais toi, et seulement toi, tu peux m’appeler Ash.

- Retour au présent -

Endormie sur son lit, Ashley grelottait de froid. Elle se tourna sur le côté et se recroquevilla sur elle-même, à peine consciente de ses gestes. Sa main gauche se resserra sur celle de Logan, seule source de chaleur.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Angelinnog
Et si je vous contais une histoire ? Un petit bout par jour...


Essayons de tenir ce défi ^^ ...
663
139
92
9
Défi
Laurent Datünder
Une phrase par jour depuis avril 2020... Je tiens à préciser que le défi n'est pas entièrement respecté car ce sont des billets d'humeur, des émotions, des états d'âme que j'éprouve chaque jour et sur lesquels je mets des mots, et pas une histoire.

Trouver la phrase juste, au plus près de ce que je ressens vraiment, n'est pas toujours facile, aussi il m'arrive de mettre une dizaine de minutes à réécrire encore et encore LA bonne phrase.

Vous découvrirez beaucoup d'éléments assez personnels et des phrases souvent poétiques... Trêve de bavardage, bonne lecture :D

Selon ma meilleure amie, je devrais renommer ce recueil : "L'histoire d'un incroyable type ami avec une fille absolument géniale" (XXD). De mon côté, j'aurais plutôt vu "Les aventures lunatiques d'un type bipolaire qui aime bien l'amour et la poésie". Mais, pour le moment, je reste sur "A la portée d'un écrivaillon" x)
5405
2990
102
62
Défi
sven123
Réponse au défi de Louise 17 : une phrase par jour

Attention, il pourrait y avoir quelques grossièretés dans le lot... Vous êtes prévenus

Mais aussi (si si c'est possible) quelques pensées profondes... ou tout comme
335
320
5
3

Vous aimez lire Ellana Caldin ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0