Deuxième interlude : Cendres (3/3)

5 minutes de lecture

La mâchoire de Raphaël se contracta. Si le Rubis pouvait contrôler le feu dans sa forme la plus pure, il allait être difficile de s’en sortir indemne. Gardant son calme, il plissa les yeux, observant l’adolescent au sourire inquiétant avancer vers eux. Relié à la Terre, le Marqué sentit le corps de Maïa trembler d’appréhension sur le sol. Il serra les lèvres et se releva discrètement, camouflé par la végétation de la forêt.


« Je ne suis pas d’humeur à jouer à cache-cache, les enfants ! »


Risquant un regard sur le Rubis, Raphaël écarquilla les yeux, la peur alourdissant son estomac.


De rage, Salim avait déchiré le col de son tee shirt, révélant un rubis de la taille d’un poing incrusté dans son sternum. Des veines violettes parcouraient le haut de son torse, se rejoignant en une toile compliquée sur la pierre précieuse qui flamboyait d’une énergie mauvaise. Son rire cruel résonnant dans la forêt, il créa une boule de feu dans sa main et la lança dans la direction de l’arbre derrière lequel Raphaël se cachait.


Jurant, le Marqué se jeta sur le sol, hors de portée, pendant que la boule de feu explosa contre l’arbre, laissant une marque ronde de cendre sur l’écorce.


Raphaël fronça les sourcils : le Rubis aurait pu brûler la forêt sans aucun remords et récupérer leurs corps calcinés. Mais il se contrôlait pour une raison inconnue... Le Marqué plissa les yeux. Le Rubis ne tuait pas pour le plaisir. Il avait besoin de la Force Vitale de ses victimes.


Raphaël décrocha ses poignards par une simple torsion du poignet et s’élança à pleine vitesse vers le Rubis. Sa Marque brillant d’un halo vert sur son bras droit, le jeune homme implora la Terre de lui prêter son pouvoir.


Le jeune homme slaloma entre les arbres, lançant avec précision ses lames dans la direction du Rubis. Celles-ci transpercèrent de part en part les mains de la Pierre de Pouvoir qui hurla de rage et Raphaël, lancé à pleine vitesse, déclencha son Don sur le Rubis.


Les jambes de Salim tremblèrent avant de céder sous lui, le laissant s’écrouler sur le sol, son corps maintenant soumis à une gravité beaucoup plus forte. Des gouttes de transpiration coulant sur son front, Raphaël tendit le bras vers le Rubis, augmentant encore la pression de la Terre sur le corps de ce dernier.


Debout au-dessus de sa cible qui ricanait diaboliquement, le Marqué dégaina une autre lame et la plongea sans état d’âme dans le torse du Rubis, espérant que son cœur se trouve au même endroit que celui de n’importe quel être humain.


Le rire de la Pierre de Pouvoir se bloqua dans sa gorge et ses yeux s’écarquillèrent, son visage se tournant difficilement vers Raphaël qui se releva de manière assurée. Cessant d’amplifier la gravité, le Marqué observa le regard de la Pierre devenir fixe puis récupéra ses armes, essuyant le sang qui les entachaient sur son pantalon. Il savait que ce n’était qu’une question de de temps avant que le Rubis ne se régénère.


Concentré sur sa tâche, Raphaël s’agenouilla près de l’adolescent et saisit une de ses lames les plus solide. Il fallait qu’il essaye de détruire cette abomination. Le Marqué raffermit sa poigne sur son tanto et la précipita sur le torse de son ennemi, précisément là où se trouvait la pierre précieuse.


Sa lame se brisa immédiatement, les débris de métal allant s’écraser sur le sol un peu plus loin. Pas étonné mais néanmoins déçu, Raphaël pesta. Puis ses yeux s’écarquillèrent :


« Combien de temps résiste un Marqué de la Terre soumis au feu ? demanda Salim d’une voix lugubre, lui souriant de toute ses dents. »


Le Rubis cracha une énorme masse de feu vers le Marqué, son rire maléfique retentissant dans la forêt.


Le brasier engloutit le corps de Raphaël, dévorant sa peau, calcinant ses boucles noires qui tombèrent au sol sous le regard horrifié de Maïa, cachée à quelques mètres là. Ses membres consumés par les flammes, le Marqué hurla, sa supplique résonnant dans le ventre crispé de la jeune fille. Horrifiée, elle le vit tendre la main vers elle, ses yeux renvoyant une émotion qu’elle ne sut déchiffrer.


Suffoquant, le Marqué s’effondra sur le sol, murmurant une dernière prière à la Terre. Il avait peur pour Maïa, peur de la laisser seule, peur qu’elle meure, elle aussi. Son corps ravagé s’immobilisa, sa peau noircie par les flammes se détachant en lambeau de ses os. Le regret de jamais avoir goûté aux lèvres de Maïa enserrant une dernière fois son cœur, Raphaël poussa un dernier soupir, le halo de sa Marque s’éteignant doucement.


Se frottant les mains, Salim se releva en soupirant d’aise. Ses yeux fous se dirigeant vers son autre proie, il sautilla de joie :

« Oups, je me suis emporté, c’est bien dommage, fit-il fièrement. Heureusement qu’il me reste une dernière friandise ! »


Les dents serrées, la Capitaine des Pégases le vit s’élancer vers elle. Partagée entre la rage qui incendiait son ventre et sa culpabilité, la Marquée activa son Don. Elle devait vivre. Au moins pour que le sacrifice de Raphaël ne soit pas vain.


La peau de ses mains s’endurcit, ses avants bras s’épaissirent tandis que son torse s’affermit, devenant de plus en plus solide. Son épiderme continua de se renforcer, sa dureté se propageant de ses pieds jusqu’à son cuir chevelu. Illuminant sa peau d’une lueur vert pale, le jade commença à recouvrir alors l’ensemble son corps, enveloppant la Marquée d’une armure impénétrable. Ne bougeant pas d’un millimètre, Maïa espéra que son Don tienne le coup jusqu’à ce qu’elle se soit remise de sa faiblesse physique.


Les pas de Salim s’approchèrent d’elle et elle entendit un petit rictus hautain avant que le Rubis ne baisse son visage vers celui de la Marquée. Faisant crisser son ongle sale contre l’armure de pierre de Maïa, il lui sourit :

« Oh, je vois que l’on n’est pas coopératif, se plaignit-il, sa main glissant de la joue à la gorge de la jeune fille. C’est dommage, j’aurais aimé m’amuser avec toi, fit-il, lubrique, sa poigne se serrant autour de la gorge de la Marquée. Malheureusement pour toi, il semblerait que le Diamant m’invite à me rependre de la Force Vitale de quelques amis à toi. Les Marqués de l’Eau, Alexis et Eva, ça te dit quelque chose ? »


Se délectant de la terreur qu’il lut dans les yeux de Maïa, le Rubis éclata d’un rire froid et se releva d’un bond.


Il s’éloigna à regret, un petit rictus le saisissant lorsqu’il repassait devant le corps calciné du Marqué.


« Ton sacrifice ne servira à rien. Ils n’apprendront jamais de leurs erreurs, soupira Salim, son pied posé sur le cadavre carbonisé. »


Puis, pour son plaisir pervers, le Rubis appuya avec force sur le corps, se régalant du craquement sec des os sous son pied. Son rire résonnant une dernière fois dans la forêt, une énorme flamme s’enroula autour de lui et il disparut dans un souffle.


Après quelques instants où tout resta sans bruit, Maïa expira la respiration qu’elle retenait et désactiva son Don, sa peau reprenant sa texture normale.


Encore très faible, elle se traina avec difficulté jusqu’au corps de Raphaël. Elle se sentait coupable d’avoir survécu. Les larmes aux yeux, la Capitaine des Pégases prit le son collier du défunt où pendait une perle rouge et le sceptre Héqa croisé avec le flagellum Nékhekh, symbole des Pharaons.

« Je suis désolée, murmura-t-elle, agenouillée près du cadavre méconnaissable. »


Un souffle d’air emporta les larmes de Maïa et elles s’envolèrent légèrement, suivies des cendres chaudes de Raphaël.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Angelinnog
Et si je vous contais une histoire ? Un petit bout par jour...


Essayons de tenir ce défi ^^ ...
663
139
92
9
Défi
Laurent Datünder
Une phrase par jour depuis avril 2020... Je tiens à préciser que le défi n'est pas entièrement respecté car ce sont des billets d'humeur, des émotions, des états d'âme que j'éprouve chaque jour et sur lesquels je mets des mots, et pas une histoire.

Trouver la phrase juste, au plus près de ce que je ressens vraiment, n'est pas toujours facile, aussi il m'arrive de mettre une dizaine de minutes à réécrire encore et encore LA bonne phrase.

Vous découvrirez beaucoup d'éléments assez personnels et des phrases souvent poétiques... Trêve de bavardage, bonne lecture :D

Selon ma meilleure amie, je devrais renommer ce recueil : "L'histoire d'un incroyable type ami avec une fille absolument géniale" (XXD). De mon côté, j'aurais plutôt vu "Les aventures lunatiques d'un type bipolaire qui aime bien l'amour et la poésie". Mais, pour le moment, je reste sur "A la portée d'un écrivaillon" x)
5405
2990
102
62
Défi
sven123
Réponse au défi de Louise 17 : une phrase par jour

Attention, il pourrait y avoir quelques grossièretés dans le lot... Vous êtes prévenus

Mais aussi (si si c'est possible) quelques pensées profondes... ou tout comme
335
320
5
3

Vous aimez lire Ellana Caldin ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0