Menace cicatrisée, folie élémentaire (3/6)

5 minutes de lecture

Se faufilant dans la petite allée de sa maison, Alex monta les marches en pierre avec excitation et ouvrit la porte d’entrée. Sa maman l’accueillit à bras ouverts :

« Alors mon chéri, ta journée ? demanda affectueusement Brenda en l’entourant de ses bras.

-C’était plutôt bien, déclara le blond en s’écartant de sa mère. L’instituteur m’a félicité pour mon comportement irréprochable depuis la rentrée ! fit fièrement le petit garçon en enlevant ses chaussures.

- C’est génial ça, Alex ! Je suis fière de toi ! s’exclama la maman, en accrochant le manteau de son fils dans l’armoire.

-Mais …, hésita le jeune garçon, il a dit que tu devrais m’emmener chez le docteur pour mon problème à l’oreille. »

Refermant l’armoire, Brenda regarda son fils avec inquiétude :

« Ce n’est pas un problème d’entendre aussi bien que toi, Alex. Il faut que tu voies ça comme une super capacité ! le rassura-t-elle avec difficulté. Mais, si ça te gène énormément, on ira voir un docteur, je te le promets. »

Le petit garçon hocha la tête, les yeux baissés sur ses pieds. Il ne voulait pas lui dire qu’on s’était moqué de lui à cause de ça, il ne voulait pas l’inquiéter. Sa maman était resplendissante, il ne pouvait pas se permettre de gâcher ça.

Alors qu’elle la portait toujours nattée, Brenda avait lâché sur ses épaules sa belle chevelure blonde, faisant ressortir le beau brun de ses yeux. Alex ne l’avait jamais vue aussi enjouée qu’aujourd’hui.

« Est-ce que la personne dont tu m’as parlé ce matin est déjà là ? demanda le petit garçon en levant un sourcil devant le fard que piqua sa mère.

-Oui, ils sont sur la terrasse ! s’exclama sa mère en lui souriant. Viens, on va te présenter ! »

Interloqué par le « ils », Alex suivit docilement sa mère, curieux. Il entendit deux voix provenir de la terrasse :

« - Lyle ! Tiens-toi tranquille, maintenant ! chuchota une voix féminine, adulte, son rire à peine camouflé.

-Trop tard ! Je t’ai vue rigoler, gazouilla une voix plus jeune, moqueuse.

-Non …

-Si …

-Lyle !

-Encore perdu ! »

Alex réprima un rictus, captant l’intensité de leur complicité. Il remarqua que les meubles avaient été précautionneusement dépoussiérés, le bois brillant à nouveau et le carrelage du couloir avait été briqué avec soin. Le garçon eut un sourire en coin, jetant un coup d’œil à sa mère.

Brenda ouvrit la porte de la cuisine et Alex y entra précautionneusement avant de se pencher timidement vers la porte fenêtre qui donnait sur l’extérieur. Son regard bleu océan croisa les yeux gris verts d’une femme aux boucles brunes puis ceux orangés d’un garçon de son âge.

« Alex, je te présente Faith, la maman de Lyle, présenta Brenda en poussant gentiment son fils vers ses invités. »

Un brise ébouriffant ses cheveux blonds, le petit garçon sourit poliment à l’adulte avant d’avancer, intrigué, vers Lyle. Quelque chose de réconfortant l’attirait fortement vers l’enfant aux boucles brunes. Pétillants de malice, ses yeux orangés contrastaient avec la couleur de l’herbe qui recouvrait la terrasse, là où une simple table et quatre chaises trônaient. Cachant l’espace de leur hauteur, les arbres plantés autour de la maison semblaient les abriter du monde extérieur.

Après quelques hésitations, Alex prit la main tendue du garçon qui eut un grand sourire :

« Je m’appelle Lyle, j’ai huit ans et j’adore gagner contre ma maman, déclara l’intéressé d’un air moqueur.

-Je t’entends petit bandit, siffla Faith qui, malgré sa conversation avec Brenda gardait toujours une oreille pour les bêtises de son fils.

-Moi aussi je t’entends et c’est une bonne chose ! Je suis encore trop jeune pour avoir besoin d’un appareil auditif, moi ! fit l’insolent. »

Alex éclata alors d’un rire franc et clair, étonnant Brenda qui ne l’avait jamais entendu rire comme ça. Elle sourit à Faith qui hocha la tête d’un air complice. Le petit blond ne remarqua pas la tendre fierté qui brillait dans les yeux orangés de Lyle. Ce dernier garda la main d’Alex serrée dans la sienne avant de l’emmener jouer plus loin, là où l’herbe était plus douce, sous le regard tendre de leur mères respectives.

OoO

Soudain, on sonna à la porte. Sur le qui-vive, Brenda se leva sans bruit, sa main survolant la dague qu’elle portait toujours à sa taille. Elle lança un regard entendu Faith qui hocha la tête avant de se poster près des deux garçons qui continuèrent à jouer sans remarquer ce qu’il se passait. Fermant la porte de la cuisine, la mère d’Alex avança lentement vers la porte d’entrée, prête à dégainer à la première occasion.

Elle ouvrit la porte d’un geste :

« Bonjour Brenda, j’ai à te parler, déclara sèchement Page, s’invitant sans gêne chez la jeune femme. »

Au son de cette voix trainante, les muscles de la mère d’Alex se tendirent, son énergie se concentrant dans ses membres entrainés au combat. Son instinct de combattante lui hurlant d’arrêter l’intruse, Brenda ne quitta pas Page des yeux :

« Qu’est-ce que tu fais ici ? fit-elle, la mâchoire serrée. »

Son œil noir scannant l’entrée, Page ne répondit pas et marcha en direction de la cuisine. Elle fut stoppée nette par le métal froid d’une dague contre sa gorge :

« Fais un pas de plus et tu le regretteras, siffla sèchement Brenda qui s’était faufilée silencieusement derrière sa proie. »

La mère d’Alex savoura le tremblement imperceptible des lèvres de Page, avant de saisir brutalement la main droite de la femme. Sa Marque, un simple cercle sur son index, brilla fièrement à son contact. Brenda pesta et maintint sa poigne, consciente du danger qu’elle courrait.

La porte de la cuisine s’ouvrit à la volée, révélant Faith, ses poignards attachés sous ses avants bras brillant légèrement.

« Ah ! Ma jeune sœur ! Il ne manquait plus que toi ! Peux-tu dire à ta collègue de me relâcher avant qu’elle fasse quelque chose de regrettable ? demanda Page, d’un air hautain. »

Sa garde se resserrant, Brenda capta la mise en garde silencieuse dans les yeux gris de Faith et, sur le signe de tête de celle-ci, s’écarta l’intruse. Page massa son cou en ricanant avant de suivre Faith dans la cuisine.

Sa dague roulant entre ses doigts, Brenda regarda la Marquée s’asseoir à la table de bois, tandis que Faith se plaçait près de la porte fenêtre, surveillant les deux enfants de loin. La mère d’Alex baissa les yeux sur le coude gauche de Faith. Sa Marque d’Eau scintillait doucement. Brenda serra les dents ; elles n’avaient pas beaucoup de temps.

« -Qu’est-ce que tu veux ? cracha Brenda en croisant les bras, s’appuyant contre la porte de la cuisine. Tu n’es autorisée à entrer en contact avec aucune de nous. Ce sont les règles du Clan du Temps !

-Au diable, les règles de notre Clan ! Ils n’ont pas assez de Marqués pour me le faire payer, rit sèchement l’horrible femme. »

Son visage se plissant de manière cruelle, Page marqua une pause dramatique avant de déclarer platement :

« Ton fils a tué un Humain aujourd’hui, Brenda. »

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Angelinnog
Et si je vous contais une histoire ? Un petit bout par jour...


Essayons de tenir ce défi ^^ ...
663
139
92
9
Défi
Laurent Datünder
Une phrase par jour depuis avril 2020... Je tiens à préciser que le défi n'est pas entièrement respecté car ce sont des billets d'humeur, des émotions, des états d'âme que j'éprouve chaque jour et sur lesquels je mets des mots, et pas une histoire.

Trouver la phrase juste, au plus près de ce que je ressens vraiment, n'est pas toujours facile, aussi il m'arrive de mettre une dizaine de minutes à réécrire encore et encore LA bonne phrase.

Vous découvrirez beaucoup d'éléments assez personnels et des phrases souvent poétiques... Trêve de bavardage, bonne lecture :D

Selon ma meilleure amie, je devrais renommer ce recueil : "L'histoire d'un incroyable type ami avec une fille absolument géniale" (XXD). De mon côté, j'aurais plutôt vu "Les aventures lunatiques d'un type bipolaire qui aime bien l'amour et la poésie". Mais, pour le moment, je reste sur "A la portée d'un écrivaillon" x)
5405
2990
102
62
Défi
sven123
Réponse au défi de Louise 17 : une phrase par jour

Attention, il pourrait y avoir quelques grossièretés dans le lot... Vous êtes prévenus

Mais aussi (si si c'est possible) quelques pensées profondes... ou tout comme
335
320
5
3

Vous aimez lire Ellana Caldin ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0