Forces opposées, sentiments entremêlés (part 4/4)

6 minutes de lecture

* *

*

Un souffle du vent entrant par une des fenêtres ouverte de la cantine, son murmure arriva jusqu’aux oreilles de Nathan qui patientait pour débarrasser. De surprise, son plateau lui échappa des mains. Sous les cris indignés du personnel, l’adolescent courut vers la table où était assis Alex. Il lui saisit l’épaule :

« Reagan, les toilettes, maintenant. »

Saisissant l’urgence dans la voix du garçon, le blond hocha la tête et fit signe à ses camarades de le suivre. Ensemble, les quatre adolescents se précipitèrent dans les toilettes des filles sans questionner une seule fois l’instinct de Nathan.

Nathan ouvrit la porte et c’est là qu’il la vit. Ses longs cheveux noirs étalés sur le carrelage, Reagan était allongée, inerte. A son côté se trouvait Ashley, la cousine de Lauren, qui essayait par tous les moyens de la réveiller :

« Je l’ai trouvée comme ça quand je suis allée aux toilettes, déclara la jeune fille, ses yeux noisette les implorant de l’aider. Elle s’est évanouie. »

Nathan remarqua que quelque chose n’allait pas. Le son de sa voix était tremblant, cachant une espèce de souffrance. Fronçant les sourcils, il s’obligea à sortir de la pièce, laissant de la place au trio qui le suivait.

« On va l’amener à l’infirmerie. On prendra soin d’elle, déclara Alex d’un ton franc, faisant signe à Dylan de l’aider à prendre Reagan. Lyle, va prévenir votre prof principal. Merci d’avoir veillé sur elle, murmura le blond en la regardant sincèrement dans les yeux. »

La lycéenne hocha la tête timidement puis regarda Lyle partir, essayant vainement de distinguer les traits flous du garçon. Elle avait l’impression que sa tête allait exploser. Alex et Dylan sortirent à leur tour, tenant le corps évanoui de Reagan dans leurs bras.

Une fois seule, elle s’écroula sur le sol, sa douleur la clouant au carrelage sale de ces toilettes. Des larmes de frustration et de colère coulant sur ses joues, elle rampa jusqu’aux lavabos, s’y accrochant pour se relever. Son front dans un état de fusion, elle lâcha un râle quand elle réussit à se relever, se concentrant pour ne pas se laisser aller à ses vertiges.

Dans le miroir face à elle, l’image de Logan apparut à côté du reflet de la jeune fille, un sourire méprisant aux lèvres. Ses mains se crispèrent rageusement sur la céramique et ses sanglots se firent plus forts.

Elle eut un violent soubresaut et faillit s’écrouler. Elle se rattrapa au dernier moment, sous l'illusion du regard moqueur du métis.

Soudain, quelque chose se défit en elle. Comme un déclic. Ashley, le regard perdu dans le vide, essuya mécaniquement ses larmes.

Elle se dirigea lentement vers la porte alors que sa colère mêlée à sa tristesse, deux forces opposées se répandaient dans tout son corps comme un incendie gelé qui excitèrent toutes ses cellules. Cette chaleur rigide se logea dans sa tête, effaçant toute pensée sensée de son esprit. Son front la brûlait comme jamais il ne l’avait brûlée mais elle s’en fichait. Logan allait payer.

Tanguant légèrement, elle sortit des toilettes et de la cantine en claquant violemment la porte.

Alors qu’elle marchait d’un pas déterminé vers le bâtiment principal du lycée, Ashley sentait le haut de son crâne la brûler. Elle était au bord de l’implosion. Mais cela importait peu. Toute pensée rationnelle, toute réflexion logique ou sentiment d’empathie avait été détruit par cette douleur qui lui rongeait le front. Trouver Logan était son seul but.

La jeune fille, seulement guidée par sa souffrance, laissa derrière elle tout sentiment positif, toute humanité. Ses pas se firent mécaniques, ses yeux noisette si expressifs se voilèrent et tout son corps sembla être tiré en avant par une force qu’elle ne contrôlait pas.

Le cerveau d’Ashley s’éteignit naturellement, le corps de la jeune fille ne se mouvant plus que par automatisme.

Alors qu’elle tendait la main vers la poignée de la porte arrière du bâtiment principal, elle se heurta de plein fouet à une espèce de vitre invisible qui émit un scintillement bleuté avant de disparaître. Le choc envoya valser la jeune fille quelques mètres plus loin.

Ashley cria de douleur quand elle atterrit de plein fouet sur son dos meurtri. Toujours mue par sa souffrance, elle se releva en tremblant, le regard vide. Un souffle d’air frais parcourut le visage de l'adolescente contrastant étrangement avec la chaleur de son front qui faisait pulser le sang dans ses veines.

Tournant la tête vers la droite, elle aperçut un adolescent aux cheveux noirs et au regard bleu arctique se tenir bras croisés à une dizaine de mètres d’elle. D’un pas aérien, il descendit légèrement les quelques marches sur lesquelles il s’était précédemment perché et se tint droit devant elle. Elle l’avait déjà vu quelque part. C’était l’ami de sa cousine, celui qui lui avait souri à la cantine, celui qui lui avait la tendu la main ce matin, ce garçon qui lui apparaissait si familier.

Pendant un instant, le regard d’Ashley sembla revenir à la vie mais ce fut très bref. D’un ton sec, elle dit :

« Je te conseille de dégager. »

Comme s’il était aussi léger qu’un nuage, le garçon se déplaça sans bruit vers elle :

« Reagan est à l’infirmerie, elle est entre de bonnes mains, déclara-t-il doucement, comme pour la calmer ».

Ashley s’en fichait de Reagan. Elle ne se souvenait même plus de qui était Reagan. Il lui fallait Logan. Il fallait absolument qu’il paye. Elle rassembla toute l’énergie qui lui restait, son front menaçant de se fissurer tellement la pression était énorme. Ashley se précipita sur celui qui lui faisait perdre son temps et se prépara à le faucher avec sa jambe droite.

Une nouvelle vitre invisible apparut entre les deux adolescents dans un scintillement bleuté et bloqua complètement le coup d’Ashley qui s’effondra au sol, sonnée.

« Ashley, arrête-toi, murmura la voix douce du lycéen qui s’approcha d’elle et lui prit délicatement la main. »

Soudain, à son contact, la conscience d’Ashley sembla s’éveiller. La tête tournée vers le sol, la jeune fille essaya de calmer sa respiration effrénée.

Tout se mélangeait. Elle ne savait où donner de la tête. Partagée entre son corps qui lui hurlait de se calmer et sa douleur qui la sommait d’aller retrouver Logan, elle se recroquevilla sur elle-même, les genoux remontés sur sa poitrine, la main du garçon emprisonnée entre les siennes. Ses cicatrices n’étaient rien comparées à la souffrance qui entourait sa tête comme un étau. Il fallait qu’elle se calme mais elle en était incapable.

Un vent frais s’enroula autour de son corps, lui effleura le cou et caressa ses joues, rafraichissant le haut de son crâne. La bise légère s’engouffra dans son haut, séchant ses plaies, et, sondant son corps entier, la débarrassa de toutes émotions, négatives ou positives, étrangères et personnelles.

Comme portée par la brise, Ashley sentit son corps se détendre et son esprit se vider complètement. Apaisée, elle ferma les yeux et s’évanouit.

Laissant échapper un sourire, Nathan n’eut pas le cœur de détacher sa main de la poigne d’Ashley. Il effleura le front encore un peu chaud de la jeune fille, le losange d’un blanc brillant entre ses sourcils disparaissant au fur et à mesure que son front refroidissait.

Le jeune homme passa une main nerveuse dans ses cheveux noirs, son regard fixé sur le visage d’Ashley. Il se savait lié à elle depuis qu’il l’avait empêchée de se couper dans cette cuisine, depuis que son prénom lui était apparu comme s’il l’avait toujours connu.

L’adolescent leva les yeux vers son faucon familier qui vola depuis sa branche et se posa sur son épaule. Le remerciant mentalement de l’avoir aidé à suivre Ashley, Nathan hocha la tête et prit délicatement la jeune fille dans ses bras. Il fit son possible pour ne pas trop toucher son dos qu’il savait couvert de cicatrices et commença à marcher vers l’infirmerie.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Angelinnog
Et si je vous contais une histoire ? Un petit bout par jour...


Essayons de tenir ce défi ^^ ...
663
139
92
9
Défi
Laurent Datünder
Une phrase par jour depuis avril 2020... Je tiens à préciser que le défi n'est pas entièrement respecté car ce sont des billets d'humeur, des émotions, des états d'âme que j'éprouve chaque jour et sur lesquels je mets des mots, et pas une histoire.

Trouver la phrase juste, au plus près de ce que je ressens vraiment, n'est pas toujours facile, aussi il m'arrive de mettre une dizaine de minutes à réécrire encore et encore LA bonne phrase.

Vous découvrirez beaucoup d'éléments assez personnels et des phrases souvent poétiques... Trêve de bavardage, bonne lecture :D

Selon ma meilleure amie, je devrais renommer ce recueil : "L'histoire d'un incroyable type ami avec une fille absolument géniale" (XXD). De mon côté, j'aurais plutôt vu "Les aventures lunatiques d'un type bipolaire qui aime bien l'amour et la poésie". Mais, pour le moment, je reste sur "A la portée d'un écrivaillon" x)
5405
2990
102
62
Défi
sven123
Réponse au défi de Louise 17 : une phrase par jour

Attention, il pourrait y avoir quelques grossièretés dans le lot... Vous êtes prévenus

Mais aussi (si si c'est possible) quelques pensées profondes... ou tout comme
335
320
5
3

Vous aimez lire Ellana Caldin ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0