Versants négatifs (part 2/4)

6 minutes de lecture

* *

*

Classe 2 : Nathan, Alex et Lauren

Tout en profitant du la brise qui s’échappait de la fenêtre, Nathan promena son regard bleu arctique sur son nouveau tortionnaire. M. Wright était petit, les cheveux coupés en brosse qui viraient au gris, ce qui témoignait de son âge avancé. Il devait avoir la soixantaine passée. Son dos se courbait sous son pull kaki et ses jambes semblaient faiblir sous son poids. Son ventre avait pris des proportions innommables depuis l’année dernière, il mesurait au moins trente centimètres de rayon, selon Nathan… qui n’était pas très loin de la vérité. Les yeux de l'adulte étaient enfoncés dans leur orbite et seules les rides les dessinaient puisqu’il ne possédait plus de sourcils. Étonnant puisque sa barbe, elle, atteignait dix centimètres de longueur.

Ne trouvant rien d’intéressant à son nouveau professeur principal, il sortit son bloc-notes et commença à dessiner. A la seconde où son crayon embrassa le papier, l'adolescent n’entendit plus ni les discussions discrètes de ses camarades, ni le professeur débiter des bêtises que personne ne retiendrait.

Un souffle d’air lui caressant la nuque, il pensa à Reagan alors que les courbes de son dessin laissaient apparaître un visage familier. Il n’arrivait jamais à être satisfait de ses oeuvres, les trouvant précis mais sans particularités extraordinaires. Il désespérait de ne pouvoir transmettre une émotion à travers ceux-ci. Mais le garçon aux cheveux noirs savait qui en était capable.

Laissant le vent qui rentrait par la fenêtre ouverte lui effleurer le visage, Nathan inspira, profitant de la fraicheur ambiante.

Reagan. Il n’avait jamais su ni ce qui avait conduit l'orpheline à le regarder comme s’il l’avait déçue ni pourquoi Lauren tenait tant à le protéger de cette dernière.

Son crayon s’arrêta, laissant encore son dessin incomplet. Le regard de la figure sur le papier le transperçait, comme si son créateur lui avait fait du mal. Nathan froissa brusquement la page, ne pouvant supporter son œuvre.

L’adolescent tourna la tête vers la fenêtre, la brise s’enroulant autour de lui, le rassurant d’une certaine façon. Même si elle se montrait parfois trop protectrice, une seule personne était restée près de lui et l’avait soutenu à travers toutes ces années ; Lauren. Son lien avec elle n’avait pas changé. Même si leur relation semblait bizarre pour les autres, Nathan savait ce que Lauren et lui partageaient et ça lui suffisait.


– Il y a une dizaine d’années - 


Le petit garçon d’à peine huit ans sortit de la maison en riant. Il savait qu’il n’avait pas le droit de sortir seul mais un étrange animal l’avait poussé à le faire. Nathan regarda le faucon entièrement constitué d’air le survoler, comme s’il lui demandait de le suivre. L'enfant commença à courir, les yeux fixés sur son nouvel ami, détaillant les moindres gestes de l’animal. D’une teinte légèrement bleue, le faucon faisait au moins la largeur des jambes de Nathan qui était déjà grand pour son âge. Mais Nathan n’avait pas eu peur de l'oiseau quand il était apparu près de la fenêtre. Au contraire, sa curiosité l’avait poussé à sortir et à le poursuivre.

Arrivant dans la forêt proche de la maison, le faucon sembla s’adapter à la course de Nathan qui ralentissait, essoufflé. Le garçon continua de suivre son ami en marchant, portant son attention sur son environnement car il n’était jamais venu ici.

Soudain, le vent chuchota à l’oreille de l’enfant et il entendit des pleurs étouffés. Curieux, Nathan se dirigea vers la source du bruit, le faucon suivant son jeune protégé.

Assise près du ruisseau, ses pieds à demi émergés dans celui-ci, une petite fille blonde, d’à peu près le même âge que Nathan, reniflait, essuyant ses larmes qui coulaient encore abondamment.

Le jeune garçon s’approcha d’elle et alors que les yeux acier de l’inconnue se remplissaient de peur, Nathan lui tendit un mouchoir en souriant. Elle mit un peu de temps à accepter le tissu mais s’accoutuma à la présence du garçon, se détendant à mesure que Nathan restait silencieux.

Le faucon de Nathan se posa sur un arbre en face des deux enfants, les surveillant d’un air protecteur. Le garçon aux cheveux noirs lui fit un clin d’œil que l’animal sembla lui rendre. Nathan lui sourit puis se tourna vers la petite fille qui fixait, absente, l’eau du ruisseau.

Elle triturait mécaniquement son collier et il put distinguer, ne serait-ce qu’un instant, une lueur bleutée de la pierre précieuse enchâssée dans le médaillon.

Il voulait qu’elle arrête de pleurer. Alors il prit un caillou et dessina avec de l’eau une figure triste puis lui donna. Elle arrêta de toucher son collier pour prendre la pierre et elle le regarda, l’air perdu. L’enfant lui sourit et prit un autre caillou sur lequel il dessina une figure joyeuse qui tirait la langue.

Puis, il prit le caillou triste des mains de la petite et le jeta dans le ruisseau, éclaboussant sa nouvelle amie. Il mit le caillou joyeux entre les mains de sa voisine et observa une petit sourire naître sur son visage. Nathan vit le regard acier de son amie s'illuminer alors qu’elle serrait le caillou entre ses mains.

Se sentant heureux d’avoir pu aider, le jeune garçon s’assit à côté de la petite fille sentit la brise chaude de l’après midi s’enrouler autour d’eux comme une couverture réconfortante. Il ferma les yeux, inspirant l’air légèrement musqué de la forêt.

« Je m’appelle Lauren, murmura la petite fille, ses doigts toujours crispés autour du caillou. »

Son regard posé sur son faucon qui secouait ses ailes, le petit garçon sentit le vent emporter le nom de sa nouvelle amie et lui sourit :

« Nathan. »

Il se penchait vers le ruisseau dans le but d’y tremper ses pieds quand il vit un tout petit dauphin entièrement constitué d’eau s’enrouler amoureusement autour de la cheville immergée de Lauren. Il lâcha un petit rire discret et leva le nez vers son faucon qui sembla lui sourire avant de prendre son envol vers le ciel entièrement bleu.

- Retour au présent- 


Nathan se retourna vers Lauren, intensément concentrée sur le cours, mais pendant un instant son regard trouva celui d’Alex, assis au fond de la classe.

Alex fixa Nathan en croisant les bras. Son regard océan était vide, sans émotion. Lorsque l’ami de Lauren se retourna enfin vers l’avant de la classe, le blond soupira et passa une main dans ses cheveux. Il ne savait pas vraiment quoi penser de Nathan. Était-il désintéressé ou simplement lâche ? Reagan avait-t-elle eu raison de couper les ponts avec lui ? Alex ne chercherait pas à trouver ces réponses. Elles ne l’intéressaient pas. Il se sentait responsable de Reagan au même titre que Dylan se sentait responsable de Lyle quand celui-ci venait à l’Orphelinat pour leurs recherches. Ils avaient un accord silencieux qu’Alex respectait depuis qu’il avait rencontré Reagan.


– Il y a 1 an - 


Reagan s’assit sur un banc éclairé seulement par un lampadaire et referma précautionneusement sa veste, se protégeant du vent glacial qui soufflait sur cette fin d’après-midi. Comme à son habitude, la jeune fille attendait Nathan à la fin des cours pour lui rendre les dessins qu’elle avait complété. Elle avait hâte de lui montrer ses propositions de remplissage, espérant que ça lui plaise.

Surveillant de loin le flot des lycéens sortir du bâtiment, elle vit s’approcher Kate, une des amies proches de Lauren. Même si elle appréciait la meilleure amie de Nathan, elle n’était pas très fan des amies de celle-ci, surtout Kate. Reagan la regarda marcher jusqu’à elle, grimaçant à chaque pas que l’adolescente faisait avec ses talons hauts.

La jeune orpheline ne fit pas semblant d’affectionner le fait que Kate vienne lui parler et laissa échapper une réplique sarcastique :

« -Kate ! fit-elle d’un air surpris. Que me vaut le plaisir ?

-Je viens de la part de Nathan qui veut récupérer ses dessins, lança l’adolescente sèchement en tendant la main vers la lycéenne assise. »

Reagan connaissait Nathan depuis plus de deux ans maintenant et elle en savait assez sur lui pour comprendre qu’il ne n’aurait jamais envoyé quelqu'un chercher ses dessins. Elle n’était même pas sûre du fait qu’il avait déjà adressé la parole à Kate.

« Je ne les ai pas, mentit Reagan en se levant, poussant d’un geste nonchalant la main tendue de l’impertinente. »

L’orpheline voulut s’éloigner, comptant sur le fait qu’elle verrait Nathan demain. Mais Kate ne la laissa pas faire et attrapa violemment la lycéenne par le coude :

« -Tu me donnes ces dessins maintenant murmura-t-elle entre ses dents serrées, son expression se faisant menaçante.

-Non, déclara fermement Reagan, se dégageant de la poigne de Kate. »

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Défi
Angelinnog
Et si je vous contais une histoire ? Un petit bout par jour...


Essayons de tenir ce défi ^^ ...
663
139
92
9
Défi
Laurent Datünder
Une phrase par jour depuis avril 2020... Je tiens à préciser que le défi n'est pas entièrement respecté car ce sont des billets d'humeur, des émotions, des états d'âme que j'éprouve chaque jour et sur lesquels je mets des mots, et pas une histoire.

Trouver la phrase juste, au plus près de ce que je ressens vraiment, n'est pas toujours facile, aussi il m'arrive de mettre une dizaine de minutes à réécrire encore et encore LA bonne phrase.

Vous découvrirez beaucoup d'éléments assez personnels et des phrases souvent poétiques... Trêve de bavardage, bonne lecture :D

Selon ma meilleure amie, je devrais renommer ce recueil : "L'histoire d'un incroyable type ami avec une fille absolument géniale" (XXD). De mon côté, j'aurais plutôt vu "Les aventures lunatiques d'un type bipolaire qui aime bien l'amour et la poésie". Mais, pour le moment, je reste sur "A la portée d'un écrivaillon" x)
5405
2990
102
62
Défi
sven123
Réponse au défi de Louise 17 : une phrase par jour

Attention, il pourrait y avoir quelques grossièretés dans le lot... Vous êtes prévenus

Mais aussi (si si c'est possible) quelques pensées profondes... ou tout comme
335
320
5
3

Vous aimez lire Ellana Caldin ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0