Feu follet, esprit lointain (part 4/4)

6 minutes de lecture

OoO

« On est arrivés ! sourit Max en se plaçant face à Lyle. Tends ta main et ferme les yeux. »

Lyle s’exécuta, enfin en confiance avec Max. Il tendait sa main droite et attendit. Il sentit du métal froid au niveau de son poignet, là où se trouvait ce qu’il avait de plus cher. Il ouvrit brusquement les yeux. Seulement pour voir son bracelet de cuir, coupé en deux, s’écraser sur le sol boueux. Son cœur rata un battement et quelque chose de lourd tomba dans son estomac. Encore sous le choc, Lyle leva son regard orangé vers Max qui souriait méchamment :

« Tu n’es rien. Tu n’es personne. Tu ne seras jamais qu’un poids pour Alex. Tu ne mérites pas d’être ami avec lui. »

A chaque mot que Max prononçait, Lyle sentait son cœur lui faire plus en plus mal. Son estomac se faisait de plus en plus lourd et ses larmes commencèrent à brouiller sa vision.

« Tu es inutile. Tu ne pourras jamais le protéger comme je le fais, tu ne le feras jamais rire comme moi, je le fais. »

Lyle regarda, sans rien dire, les membres immobilisés par les paroles prononcées, son bracelet, imbibé de boue, écrasé sous le pied de Max. Ce bracelet symbolisait la protection, l’amitié et le soutien d’Alex.

Lyle avait besoin de ce bracelet. Il avait besoin de sentir que quelqu’un serait toujours là pour lui, qu’il n’était pas seul. Ce bijou était son point d’ancrage, sa réserve de courage pour affronter les personnes et les situations qui lui faisaient peur. Ce bracelet représentait les rires, les disputes, les secrets partagés dans le noir, les pansements sur les blessures… Et c’était toutes ces représentations qui étaient en train d’être piétinées, salies et détruites.

Lyle, paralysé par la tristesse, ne put rien faire. Ses oreilles bourdonnaient, son cerveau répétait inlassablement les paroles de Max, ses larmes s’écrasaient au sol dans un bruit assourdissant. Sa peine se répandait dans ses veines, traversait ses muscles. Elle se mua en angoisse, faisait trembler ses genoux et atténuant ses cinq sens. Il entendait de moins en moins, voyait de moins en moins, sentait de moins en moins. Ses membres s’engourdirent et il tomba sur ses genoux. Sa conscience se réduisit à une faible lumière avant de s’éteindre, laissant place à un pouvoir beaucoup plus grand.

* *

*

Alex expira lentement, cette conversation sans fin avec le professeur était terminée. Le soleil était couché, mais il voyait encore très bien.

Il commença à courir, espérant sincèrement rattraper Lyle. Il voulait s’excuser du comportement de Max. Jamais il n’aurait pensé que ce dernier soit aussi véhément à l’encontre de Lyle et qu’il lance sa bande contre le bouclé. Mais Lyle était fort, Alex le savait. Il avait ce sourire qui ne quittait jamais son visage, ce rire qui étincelait dans l’air et dans son regard orangé brillait une gentillesse dont Alex ne se lasserait jamais de découvrir. Alex avait besoin de Lyle, de son amitié, de son humour, de sa gentillesse, de ses idées complètement dingues et aujourd’hui, il avait eu l’impression de ne pas avoir été à la hauteur. C’était de sa faute si Lyle avait été malmené et oppressé. Alex savait qu’il devait s’excuser, rassurer son meilleur ami.

Il repensa à la flamme qui était apparue à l’intérieur du coude de son ami et se demanda si par un quelconque hasard Lyle et lui étaient destinés à se rencontrer.

Le blond ralentit quand il vit le portail du parc se dresser devant lui. Passer par là lui ferait surement gagner du temps. Il s’y précipita et s’immobilisa presque immédiatement. Devant lui, Lyle était à genoux, son corps entier recouvert d’un feu rouge vif et Max, tétanisé, avait dans la main ce qu’Alex reconnut tout de suite : le bracelet de Lyle.

Ce fut comme si le cerveau d’Alex s’était éteint, son corps agissant automatiquement. Il courut vers Lyle, poussant Max qui tomba brutalement sur le sol, et posa, sans aucune peur, ses mains sur les épaules en flammes de son meilleur ami.

« Lyle, c’est moi. Je suis là. Je suis là, tu es avec moi. »

Trop concentré sur son ami, Alex ne remarqua pas que ses mains et ses bras commençaient à se recouvrir d’épaisses écailles orange, le protégeant de la chaleur intense que dégageait le corps de Lyle.

« Tout va bien, tu es en sécurité. Tu n’es pas seul, je suis avec toi. »

Alex se rapprocha de son ami, le prenant franchement dans ses bras et plongea dans les flammes. Il n’entendit pas Max crier de surprise, il ne sentit pas son propre corps continuer sa transformation, se couvrant d’écailles protectrices et ne vit pas que le feu qui entourait le corps de Lyle changeait progressivement de couleur, passant d’un rouge vif à un orangé foncé.

Rien comptait plus que Lyle. C’était automatique, irréfléchi, un réflexe. Alex serra son meilleur ami dans ses bras, son visage enfoui dans son cou, murmurant encore et encore des paroles rassurantes.

« Lyle, reviens vers moi. Lyle, je suis là, reviens. Aucun mal ne te sera fait, tu es en sécurité. »

Alors que les flammes entourant les deux garçons se faisaient de plus en plus petites, passant d’un orange pâle à un jaune brillant, les écailles d’Alex perdirent leur dureté, s’affinèrent et laissèrent de nouveau place à l’épiderme humain d’Alex.

Ce dernier sembla reprendre ses esprits au moment où la dernière flamme de Lyle s’éteignit. Se détachant de son meilleur ami, il remarqua du coin de l’œil une écaille orange disparaître mais n’y fit pas attention car Lyle ouvrit enfin les yeux, ses iris reprenant leur orangé doux. Alex soupira, et ébouriffa les cheveux de son ami.

« Toi et moi, on a des choses à se dire, fit-il en souriant. »

Alex regarda son meilleur ami sourire faiblement puis l’aida à se relever. Lyle tenait à peine sur ses jambes mais il semblait qu’il pouvait marcher. Après un temps, une fois que le bouclé fut capable de rester stable sans lui, Alex se retourna vers Max qui les regardait toujours bouche bée. Il lui arracha des mains le bracelet de Lyle puis siffla entre ses dents :

« Si tu dis quoi que ce soit, je te le ferais regretter, menaça-t-il, ses canines semblant s’allonger. »

Max secoua la tête, les yeux écarquillés de terreur. Alex grogna puis revint Lyle, soutenant son ami par la taille.

Max regarda Alex et le nouveau sortir du parc et expira faiblement. Tant de questions tournaient dans sa tête. Il commença à marcher dans la direction opposée de celle qu’avait pris les deux garçons. Il avait l’impression de devenir fou. Le nouveau pouvait faire apparaître du feu sans que son corps soit brûlé et son meilleur ami y était complètement immunisé. Ce n’était pas possible, comment …

« Excusez-moi, jeune homme ? »

Max leva la tête vers une femme entièrement vêtue de vert. Elle était assez particulière parce qu’elle avait des yeux vairons. Un noir et un bleu. Déstabilisé, Max voulut dire quelque chose mais son regard fut attiré par la lumière que diffusait le tatouage en forme de cercle qui brillait sur le doigt de la femme.

Surpris, il leva la tête vers les yeux de l'adulte devenus entièrement dorés. Comme hypnotisé, il ne put pas bouger. Il sentait qu’on touchait à ses souvenirs. Il essaya fort de penser à Alex, mais bientôt il ne se souvenait plus à quelle personne se rattachait le prénom d’Alex. Il oublia le nom de l’école à laquelle il allait, ce nom fut remplacé par celui d’une autre à des kilomètres d’ici. Il oublia Lyle et ses capacités. Il perdit tous les souvenirs qui le rattachaient à Alex.

Max cligna des yeux et regarda autour de lui. Que faisait-il là ? Puis, il se rappela, il venait de déposer des papiers pour un transfert d’école et avait dû décider de passer par le parc pour rentrer chez lui. Il soupira, une sensation d’avoir oublié quelque chose d’important pesant sur son estomac. Il sortit du parc tout en essayant de s’en rappeler, mais impossible de mettre le doigt dessus.

Il n’entendit pas l’inconnue passer un coup de fil, ses yeux vairons toujours posés sur lui :

« Simon ? C’est moi … Oui… J’en ai trouvé deux de plus. »

- Retour au présent- 

Lyle exultait. Reagan n’était pas là. Il ne pouvait pas supporter cette fille qui s’était surement entichée de son meilleur ami, lequel n’avait, comme à son habitude, rien remarqué. Il se tourna vers ce dernier qui accéléra en voyant l’heure avancée :

« -Dépêche, on va être en retard ! s’exclama-Alex en courant presque, sans faire attention à Lyle qui se laissait distancer.

-Comme si ça te dérangeait ! fit le brun s’élançant à sa poursuite, ébahi par la vitesse à laquelle son meilleur ami se dirigeait vers le lycée."

Il remarqua du coin de l’œil que Logan était aussi en chemin pour le lycée, sauf que lui ne se pressait pas plus que ça. Le bouclé lui aurait lancé une réplique cinglante si le métis n’avait pas l’air aussi troublé. Ne l’ayant jamais vu comme ça depuis qu’il l’avait rencontré, Lyle décida de se taire et rangea l’information dans sa tête. Il lui trouverait un sens plus tard.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
Angelinnog
Et si je vous contais une histoire ? Un petit bout par jour...


Essayons de tenir ce défi ^^ ...
663
139
92
9
Défi
Laurent Datünder
Une phrase par jour depuis avril 2020... Je tiens à préciser que le défi n'est pas entièrement respecté car ce sont des billets d'humeur, des émotions, des états d'âme que j'éprouve chaque jour et sur lesquels je mets des mots, et pas une histoire.

Trouver la phrase juste, au plus près de ce que je ressens vraiment, n'est pas toujours facile, aussi il m'arrive de mettre une dizaine de minutes à réécrire encore et encore LA bonne phrase.

Vous découvrirez beaucoup d'éléments assez personnels et des phrases souvent poétiques... Trêve de bavardage, bonne lecture :D

Selon ma meilleure amie, je devrais renommer ce recueil : "L'histoire d'un incroyable type ami avec une fille absolument géniale" (XXD). De mon côté, j'aurais plutôt vu "Les aventures lunatiques d'un type bipolaire qui aime bien l'amour et la poésie". Mais, pour le moment, je reste sur "A la portée d'un écrivaillon" x)
5405
2990
102
62
Défi
sven123
Réponse au défi de Louise 17 : une phrase par jour

Attention, il pourrait y avoir quelques grossièretés dans le lot... Vous êtes prévenus

Mais aussi (si si c'est possible) quelques pensées profondes... ou tout comme
335
320
5
3

Vous aimez lire Ellana Caldin ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0