Pétales tranchants, éclatantes collisions (part 6/7)

5 minutes de lecture

Au bout d’un moment, se sentant ridicule, il rit sèchement et laissa tomber ses bras de chaque côté de son corps. Son regard bleu arctique se fit rêveur et son esprit dérivait dans les méandres de son imagination quand il fut interrompu :

« C’est à toi ça ? »

Quelqu’un agitait un bout de papier au-dessus de sa tête. Reconnaissant un de ses dessins incomplets, il prit la feuille et lorsqu’il tenta de la froisser, une main brusque arrêta son geste :

« Mais arrête, qu’est-ce que tu fais ? »

L’adolescent grogna et soupira en se redressant. Il se tourna vers celle qui le dérangeait. Vêtue d’une tenue de sport un peu flashy, ses beaux cheveux de jais étaient attachés en queue de cheval et ses grands yeux noirs étaient fixés sur lui. Les deux bracelets en métal attachés autour de ses poignets lui rappelaient étrangement celui qu’il portait. Sauf que le sien était en tissu et de couleur bleu ciel. Rien à voir avec la lourdeur qui semblait émaner des bijoux de la jeune fille.

Il la regarda s’asseoir à côté de lui comme s’ils se connaissaient depuis des années. Son souffle était encore court, elle devait revenir d’une session de course.

« Peut-être que tu aurais dû commencer ton trait plus haut… Et le grossir de cette façon. »

Nathan cligna des yeux, et se tourna vers son dessin, ou plutôt le dessin de l’inconnu. Elle avait un style différent de lui mais elle avait compris son intention, le but de ce dessin. Il la regarda lui sourire, l’air perdu.

« Je m’appelle Reagan lui dit-elle chaleureusement alors qu’il se perdait dans l’intensité de ses yeux noirs. Et toi ? »

Nathan se racla la gorge et se détourna d’elle, préférant regarder ses chaussures.

« -Nathan, fit il doucement.

-Ah, le champion de course du collège, n’est ce pas ? »

Le jeune homme se tourna vers elle, en fronçant les sourcils, pas sûr de comprendre.

« Tu n’es pas un bavard toi, se moqua-t-elle en le poussant gentiment du coude. »

Nathan haussa les épaules, n’ayant jamais trouvé que parler était toujours nécessaire pour communiquer avec une autre personne. Il continua de l’observer de son regard bleu alors qu’elle semblait réfléchir à toute vitesse.

« J’ai une idée ! s’exclama Reagan, les yeux brillants de malice. J’aimerais que tu m’aides à m’entrainer pour la prochaine course de l’école. En échange, garde les dessins que tu trouves ratés, j’essayerais d’y rajouter ma plume. Ca rendra peut être bien au final, lança-t-elle en lui faisant un clin d’œil. »

Le jeune homme aux cheveux noirs la regarda se lever, puis, alors qu’elle allait retourner à sa course, il lui lança un petit sourire. Elle s’esclaffa et puis, retrouvant son sérieux, elle hocha la tête d’un air déterminé.


- Deux mois plus tard- 


Reagan avait chaud, ses muscles s’échauffaient, sa gorge la brûlait et elle avait l’impression de traîner les pieds. Pourtant quand elle regardait Nathan courir à côté d’elle, il n’était que fluidité et ne semblait jamais fournir d’effort. Il était énervant. Elle pesta et accéléra jusqu’à n’en plus pouvoir, essayant de doubler le garçon. Reagan savait très bien que c’était impossible mais elle essayait à chaque fois. Elle était persuadée que cela le faisait sourire de défi. Et elle avait bien envie d’effacer ce sourire de son visage même si au fond et elle ne l’avouerait jamais, elle était très contente de le voir comme ça, presque heureux.

Ayant décidé qu’elle avait donné son maximum, elle ralentit puis s’arrêta, posant ses mains sur ses genoux pour reprendre son souffle. La jeune fille aurait juré qu’il avait continué sa course pourtant quand elle tourna la tête vers la gauche, elle le vit se tenir à côté d’elle en lui souriant. Il avait l’air fier se dit-elle.

« Qu’est ce qui te rend si heureux ? lui demanda-t-elle entre deux respirations erratiques. »

Elle était si fatiguée ! Mais lorsqu’il plaça son téléphone sous son nez, là où était inscrites toutes les données de sa course, et qu’elle comprit ce qui était marqué, elle ne put s’empêcher de sauter sur place :

« En moins d’une heure ? J’ai vraiment réussi ? J’ai vraiment fait ça ? l’interroga-t-elle, ne pouvant pas y croire. »

Le regard de Nathan brilla et son sourire s’élargit.

« Tu l’as fait Reagan, fit il simplement. »

Lui qui n’était pas d’un naturel tactile, il ébouriffa les cheveux de la jeune fille sans réfléchir et elle le regarda avec ses grands yeux noirs, plus rassurée qu’étonnée. Elle fit mine de vouloir le prendre dans ses bras mais s’arrêta, lui demanda silencieusement sa permission. Nathan la saisit par les épaules et l’enferma dans une étreinte de fierté.

C’était la première fois qu’il ressentait ce sentiment d’accomplissement. Il était si fier de Reagan. Nathan se détacha d’elle, plongeant son regard arctique dans celui tout excité de la jeune fille.

« Vas y, lui dit il en souriant, sachant très bien qu’elle avait envie de raconter son exploit à Dylan. »

Elle hocha la tête, lui prit la main et la pressa, comme pour lui dire « merci » puis s’enfuit vers l’Orphelinat, toute fatigue oubliée.

Il leva les yeux au ciel quand elle se tourna vers lui en lui tirant la langue. Quelle insolence.

« Je suis contente que passer du temps avec elle te rende si heureux, lança une voix que le garçon connaissait bien. »

Il se retourna vers Lauren qui arborait un sourire bienveillant. Faisant partie du même club d’athlétisme que Nathan, elle passait souvent par le parc où Reagan et lui finissaient leur entrainement. Elle n’avait jamais vu son meilleur ami aussi investi dans l’entrainement d’une personne qui n’était pas lui-même.

« Je suis bien quand je suis avec elle, répondit-il simplement. »

Lauren hocha la tête. Elle savait que c’était le cas. Les deux adolescents semblaient se comprendre sans se parler, sans se toucher. Leur regard et leurs dessins leur servaient de communication et transportaient beaucoup plus d’émotions et de sentiments qu’une phrase ou un mot. Lauren les admirait pour cela. Elle espéra qu’un jour elle puisse aider Reagan de la même façon que cette dernière aidait son meilleur ami.


-Retour au présent- 


Reagan sonda de nouveau la foule de lycéens et ne trouva aucun visage familier. La jeune fille commença à s’impatienter. Elle s’appuya contre le muret qui bordait l’école et croisa les bras, regardant sa montre. Il était presque huit heures ! Mais que faisaient donc ces deux idiots ? Reagan décida alors qu’elle avait donné assez de temps à Alex et Lyle pour se montrer et commença à marcher vers l’entrée de son lycée lorsqu’elle se fit violement heurter à l’épaule par une blonde filiforme au regard d’acier.

Sonnée par le coup, Reagan tangua un peu avant de comprendre ce qu’on lui lançait:

« Qu’est-ce que tu fais encore là, toi ? siffla Lauren, menaçante. »

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Défi
Angelinnog
Et si je vous contais une histoire ? Un petit bout par jour...


Essayons de tenir ce défi ^^ ...
663
139
92
9
Défi
Laurent Datünder
Une phrase par jour depuis avril 2020... Je tiens à préciser que le défi n'est pas entièrement respecté car ce sont des billets d'humeur, des émotions, des états d'âme que j'éprouve chaque jour et sur lesquels je mets des mots, et pas une histoire.

Trouver la phrase juste, au plus près de ce que je ressens vraiment, n'est pas toujours facile, aussi il m'arrive de mettre une dizaine de minutes à réécrire encore et encore LA bonne phrase.

Vous découvrirez beaucoup d'éléments assez personnels et des phrases souvent poétiques... Trêve de bavardage, bonne lecture :D

Selon ma meilleure amie, je devrais renommer ce recueil : "L'histoire d'un incroyable type ami avec une fille absolument géniale" (XXD). De mon côté, j'aurais plutôt vu "Les aventures lunatiques d'un type bipolaire qui aime bien l'amour et la poésie". Mais, pour le moment, je reste sur "A la portée d'un écrivaillon" x)
5405
2990
102
62
Défi
sven123
Réponse au défi de Louise 17 : une phrase par jour

Attention, il pourrait y avoir quelques grossièretés dans le lot... Vous êtes prévenus

Mais aussi (si si c'est possible) quelques pensées profondes... ou tout comme
335
320
5
3

Vous aimez lire Ellana Caldin ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0