Pensées fragiles, douce violence (part 3/7)

2 minutes de lecture

La lycéenne secoua la tête, se pinça le bras et inspira longuement. Elle était forte, elle se battrait.

Encore.

Toujours.

Le van noir se gara à quelques mètres de la jeune fille. Elle ne prit pas la peine de s’arrêter. Ni même de regarder. Ashley avait oublié que sa suffisante cousine allait étudier dans le même lycée qu’elle. Quelle plaie.

Une blonde ouvrit la porte, laissant entrevoir sa silhouette digne des magazines mondains. La cousine d’Ashley sortit ses pieds chaussés de magnifiques escarpins noirs, hauts d’une dizaine de centimètres, secoua sensuellement ses longs cheveux couleur miel et claqua la portière du 4x4 qui repartit aussitôt.

Replaçant une mèche derrière son oreille, Lauren observa les environs de son regard gris acier qui s’arrêta froidement sur sa cousine qui s’éloigna sans lui accorder la moindre attention.

Ashley sentit sa peau se hérisser quand sa cousine passa près d’elle. Elle se frotta les avant-bras, engourdis par le froid et suivit la blonde du regard.

Cette dernière se retourna froidement vers Ashley et lui lança un regard dédaigneux avant de partir rejoindre ses amis à quelques mètres de l’endroit où elle avait gentiment été déposée par sa mère, Page.

Les talons de la blonde claquaient sur le bitume et elle se tenait très droite. Lauren attirait toujours tous les regards. Et ça se voyait encore aux yeux exorbités des quelques garçons qui traînaient là. Il n’y avait pas de doute, la blonde savait mettre en valeur sa taille fine et ses jambes interminables. Mais Ashley savait ce qui se cachait dans cette enveloppe corporelle si parfaite.

Hautaine et arrogante, Lauren était comme un méchant vent polaire. La morsure gelée de ses mots se propageait dans les veines de ses adversaires comme une givrure coupante et incisive. Rien ne l’atteignait jamais. Statue de glace, aussi froide qu’incomprise, personne n’avait réussi à réchauffer le cœur de la blonde au sein duquel régnait une tempête septentrionale constante.

Ashley ne portait pas sa cousine dans son cœur et c’était réciproque. Ses souvenirs concernant l’ignorance mutuelle qu’elles se portaient étaient flous et la jeune fille savait qu’il ne valait pas la peine de les raviver ou de les clarifier.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 6 versions.

Recommandations

Défi
Angelinnog
Et si je vous contais une histoire ? Un petit bout par jour...


Essayons de tenir ce défi ^^ ...
663
139
92
9
Défi
Laurent Datünder
Une phrase par jour depuis avril 2020... Je tiens à préciser que le défi n'est pas entièrement respecté car ce sont des billets d'humeur, des émotions, des états d'âme que j'éprouve chaque jour et sur lesquels je mets des mots, et pas une histoire.

Trouver la phrase juste, au plus près de ce que je ressens vraiment, n'est pas toujours facile, aussi il m'arrive de mettre une dizaine de minutes à réécrire encore et encore LA bonne phrase.

Vous découvrirez beaucoup d'éléments assez personnels et des phrases souvent poétiques... Trêve de bavardage, bonne lecture :D

Selon ma meilleure amie, je devrais renommer ce recueil : "L'histoire d'un incroyable type ami avec une fille absolument géniale" (XXD). De mon côté, j'aurais plutôt vu "Les aventures lunatiques d'un type bipolaire qui aime bien l'amour et la poésie". Mais, pour le moment, je reste sur "A la portée d'un écrivaillon" x)
5405
2990
102
62
Défi
sven123
Réponse au défi de Louise 17 : une phrase par jour

Attention, il pourrait y avoir quelques grossièretés dans le lot... Vous êtes prévenus

Mais aussi (si si c'est possible) quelques pensées profondes... ou tout comme
335
320
5
3

Vous aimez lire Ellana Caldin ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0