6. Versants négatifs (part 1/4)

5 minutes de lecture

Premières confrontations entre nos sept personnages !

-------------------

Classe 1 : Lyle / Ashley / Reagan

Lyle s’ennuyait. Cela ne faisait qu’une poignée de seconde qu’il était là et il sentait déjà le sommeil venir. Cela ne venait pas du fait que M. Phoenix était barbant… Il se renfrogna : En fait si, ça l’était.

Il se concentra sur le crayon qu’il faisait virevolter entre ses doigts. Il le faisait descendre sur ses jointures puis le remontait en le faisant tourner de façon extrêmement habile. Son crayon tombait rarement. Et il en était très fier. Il avait déjà pensé à faire ses tours avec ses deux mains en simultané. Mais le projet restait encore au stade expérimental.

Il mordit sa lèvre inférieure, si concentré sur la course de son crayon qu’il n’entendit pas M. Phoenix continuer la leçon.

OoO

Ashley regarda autour d’elle : les autres élèves avaient l’air absorbé par le cours de M. Phoenix. Ils le regardaient avec cet air passionné, qu’elle n’avait malheureusement pas, leur cou se tendant à mesure que leur intérêt grandissait.

Tentant tant bien que mal de ne pas trop s’appuyer sur son dos malgré sa fatigue, la jeune fille à la chevelure fauve essaya de trouver une position confortable sur sa chaise grinçante.

Quand elle vit ces minettes qui ne pouvaient pas contrôler leur surplus d’hormones et qui bavaient littéralement devant le professeur principal, elle fronça les sourcils, incapable de comprendre. Elle pouvait presque voir la salive déborder de la bouche de certaines jeunes filles. L’air de la salle sentait l’œstrogène à coup sûr.

N’ayant rien d’autre à faire et trouvant qu’écouter les idioties débitées par leur professeur était une perte de temps et d’énergie, Ashley s’occupa à détailler l’adulte gesticulant pour rendre son cours intéressant. Ce dernier ne se doutait pas un seul instant que la moitié de ses élèves fantasmait sur lui, qu’un tiers dormait et qu’un sixième écoutait vraiment. Ashley essaya de trouver la chose qui le rendait si spécial aux yeux des autres lycéennes. En vain.

M. Phoenix était un homme grand, large d’épaule, d’une quarantaine d’années, selon Ashley. Son visage semblait taillé au couteau et il possédait de belles prunelles bleues légèrement affectées par un petit strabisme. Ses cheveux bruns étaient coupés courts, au ras de la tête ; ce qui mettait en valeur son port de tête. En fait, il était presque chauve. Sa bouche se crispait quand il parlait et ce pli ne l’embellissait pas.

Elle ne voyait vraiment pas ce qu’il possédait de si spécial.

Elle jeta un regard à Reagan qui, se détachant légèrement de son dessin, grimaça en singeant le professeur et lui adressa un signe encourageant avant de retourner à ses crayons. La jeune fille plissa les yeux et envisagea sérieusement de dormir.

Puis, à force de balayer la classe de son regard fatigué, à la recherche d’une distraction l’empêchant de s’endormir, Ashley repéra un de ses camarade qui n’avait pas l’air passionné. Il était concentré sur son crayon qui dansait entre ses phalanges.

Ashley fronça les sourcils. Il lui semblait familier.

OoO

Soudain, le crayon s’échappa des mains de Lyle. Il l’avait fait tourner trop vite et il avait été incapable de le rattraper dans sa chute. Le crayon vola à quelques mètres de lui et allait finir sa course à travers la fenêtre.

En une fraction de seconde, Lyle imagina le pire. Il serait renvoyé de l’école et détesté à tous jamais par toutes les espèces de fenêtres qui existaient. Elles lui en voudraient à jamais d’avoir tenté de tuer une des leurs. Il serait poursuivi dans les rues pour les consœurs de sa victime. Il vivrait une vie d’ermite et …

« Tiens. »

Il crut rêver. Le temps d’un souffle, son crayon avait été rattrapé en plein vol par une fille aux réflexes surnaturels. Son geste lui avait presque semblé flou. Restant sans voix, Lyle la fixa de ses grands yeux orangés. Ses traits étaient tirés et elle semblait souffrir alors qu’elle tendait son bras vers lui. Voulant éviter qu’elle se fasse plus de mal, il se leva discrètement pour prendre son crayon des mains de la fille.

Lorsque leurs doigts se touchèrent, Lyle se figea. Il la connaissait. Il sentit son tatouage autour de son biceps droit se contracter, s’échauffer et le brûler comme il ne l’avait jamais fait. Il serra les dents alors que son dos fut lacéré par des blessures qui n’étaient pas les siennes.

Surpris par la douleur qui s’emparait de lui, Lyle lâcha la main de la jeune fille, main qu’il avait fini par agripper. La douleur s’effaça instantanément et un nom apparu dans son esprit, comme s’il l’avait toujours connu.

« Ashley »

Il la vit plisser les yeux alors qu’il expirait son nom, lui-même ne comprenant pas ce sentiment de déjà vu. Détachant son regard des yeux noisette de la jeune fille, Lyle vit les mains de celle-ci trembler alors qu’elle les refermait en poings. Il ouvrit la bouche, espérant en savoir plus sur la nouvelle mais fut interrompu par M. Phoenix :

« - Jeune homme, que faites-vous debout en plein milieu de mon cours ? demanda le professeur, plaçant ses mains sur sa taille, espérant ainsi impressionner l’impertinent. Expliquez-moi donc ce concept, puisque vous vous croyez si malin.

Lyle releva doucement la tête et sourit d’un air maléfique à l’adulte qui perdit immédiatement ses couleurs. Déglutissant avec difficulté, M. Phoenix commença à paniquer. Il n’avait pas vu que c’était Lyle, ce garçon cauchemardesque qui tournait en ridicule tout professeur qui osait lui demander quoi que soit. Simplement parce que Lyle avait un niveau de connaissance beaucoup trop élevé pour un simple lycéen.

Mais le professeur fut sauvé quand on toqua brutalement à la porte :

« Oui ? »

La porte s’ouvrit, révélant la personne manquante à la classe. C’était une jeune fille, de petite taille, les cheveux d’un noir corbeau et d’un rouge sang, colorés séparément de chaque côté de sa tête. Passant le pas de la porte, elle fusilla chaque élève du regard, ses yeux brillants d’hostilité. Ils s’arrêtèrent particulièrement sur Reagan qui sentit un frisson de terreur lui parcourir le dos, avant de se reporter sur le professeur :

« -Je m’appelle Neiha Oprenfod, se présenta-t-elle, d’un ton hautain, relevant le menton et pinçant les lèvres, sa bouche prenant un pli agaçant.

-Bonjour Neiha, salua M. Phoenix, souriant à la nouvelle venue qui, au lieu de lui rendre son sourire, traversa la classe pour s’assoir bruyamment au dernier rang de la salle. Je te souhaite la bienvenue dans ce lycée.

- Merci, murmura la jeune fille, en jetant ses affaires sur la table dans un bruit sourd. »

Reagan regarda Neiha s’installer, un mal-être se propageant en elle rien qu’à regarder la nouvelle. L’orpheline frissonna violemment quand celle-ci commença à la fixer et qu’elle lui sourit sadiquement. Son cœur battant frénétiquement, Reagan se retourna rapidement vers le tableau. Elle sentait étourdie, ses pensées étaient sens dessus dessous et ses mains tremblaient. Complètement paniquée et sans savoir pourquoi, Reagan essaya d’ignorer son instinct qui lui criait de fuir de la salle de classe.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
Angelinnog
Et si je vous contais une histoire ? Un petit bout par jour...


Essayons de tenir ce défi ^^ ...
663
139
92
9
Défi
Laurent Datünder
Une phrase par jour depuis avril 2020... Je tiens à préciser que le défi n'est pas entièrement respecté car ce sont des billets d'humeur, des émotions, des états d'âme que j'éprouve chaque jour et sur lesquels je mets des mots, et pas une histoire.

Trouver la phrase juste, au plus près de ce que je ressens vraiment, n'est pas toujours facile, aussi il m'arrive de mettre une dizaine de minutes à réécrire encore et encore LA bonne phrase.

Vous découvrirez beaucoup d'éléments assez personnels et des phrases souvent poétiques... Trêve de bavardage, bonne lecture :D

Selon ma meilleure amie, je devrais renommer ce recueil : "L'histoire d'un incroyable type ami avec une fille absolument géniale" (XXD). De mon côté, j'aurais plutôt vu "Les aventures lunatiques d'un type bipolaire qui aime bien l'amour et la poésie". Mais, pour le moment, je reste sur "A la portée d'un écrivaillon" x)
5405
2990
102
62
Défi
sven123
Réponse au défi de Louise 17 : une phrase par jour

Attention, il pourrait y avoir quelques grossièretés dans le lot... Vous êtes prévenus

Mais aussi (si si c'est possible) quelques pensées profondes... ou tout comme
335
320
5
3

Vous aimez lire Ellana Caldin ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0