Chapitre 1

9 minutes de lecture

Il est sept heures. Les rayons du soleil me tirent de mon profond sommeil. Je sens les mèches de ma chevelure flamboyante traverser mon visage. Ces dernières encouragent mon envie de rester dans mon lit, et ce, malgré la journée terriblement chargée qui m'attend. Cependant, je change vite d'avis lorsque j'entends une voix particulièrement familière raisonner dans la maison.

« Ana ! Dépêche-toi de te lever ! » hurle ma mère.

Je décide de m'exécuter sans plus tarder. Je me précipite donc dans la baignoire de ma chambre pour me laver, puis j'enfile mes vêtements (un tee-shirt rose saumon et un jean blanc serré) soigneusement préparés la veille. J'aime m'habiller simplement. Je descends ensuite les escaliers afin de rejoindre ma mère dans la cuisine.

« Bonjour, dis-je.

-Ah, Ana ! Tiens, je t'ai préparé une omelette ! répond-elle.

-Merci ! »

Je dévore mon petit déjeuner sous les yeux satisfaits de ma mère. Sans plus attendre, j'attrape mon sac à main bordeaux et je me dirige vers la porte.

« Bonne journée ma chérie !

- À ce soir ! »

En sortant de ma maison, j'aperçois des élèves de mon lycée. Certains se déplacent à vélo, d'autres profitent de ce début de matinée pour déjeuner entre amis au Starbucks du coin. Personnellement, je décide de me rendre au lycée à pied, seule.

Il faut dire que je n'ai jamais été une fille très sociable. De nature casanière, je ne suis pas le genre de personne à me rendre régulièrement au cinéma avec mes amis, par exemple. En même temps, je n'ai pas vraiment d'amis. Mais ce n'est pas pour me déplaire, au contraire. Tant que ma famille se porte bien et que je peux étudier tranquillement, je suis heureuse.

Après un bon quart d'heure de trajet, j'arrive enfin devant l'établissement. Je traverse la cour et je me dirige vers la salle de laboratoire. Je remarque que madame Xaire, ma professeure de sciences, se tient debout, vêtue de sa blouse blanche. Elle semble légèrement inquiète. Je m'avance alors. Lorsqu'elle me repère, je sens que son cœur s'apaise.

« Bonjour Ana ! s'exclame-t-elle.

-Bonjour madame.

-Je dois vous avouer que je suis exaspérée. J'ai pourtant prévenu toute la classe que s'il y avait bien un jour où il ne fallait pas être en retard, c'était aujourd'hui ! »

Ne comprenant pas sa remarque, je me contente d'acquiescer. Mais je crois qu'elle se doute de mon incompréhension, puisqu'elle reprend :

« Ana, ne me dîtes pas que vous aussi, vous aviez oublié les TPE !

-Ah ! je hurle sans m'en rendre compte. »

C'est vrai, je suis en première, nous sommes en mi-septembre, le temps est venu pour nous d'entamer les fameux « Travaux Pratiques Encadrés ». Pendant environ huit mois, je vais devoir collaborer avec d'autres élèves pour mener un projet. Bien sûr, pas question de négliger cette épreuve, puisqu'elle compte pour le baccalauréat. Elle risque de me coûter ma mention si je la rate.

Lorsque je me rends compte que je suis absorbée par mes pensées, j'essaie de me rattraper tant bien que mal face à madame Xaire :

« Non, je ne les ai pas oubliés, rassurez-vous. C'est juste que j'ai mal dormi cette nuit, d'où mon manque d'attention.

-Tant mieux alors ! J'espère que vos camarades vont bientôt arriver ! »

Sur ces paroles, je rentre dans la salle pour m'installer. Je n'omets pas de mettre ma blouse, surtout avec madame Xaire dans les parages. Elle a beau être une excellente professeure, ainsi qu'une adorable personne, elle reste stricte sur certains détails, et notamment sur les consignes de sécurité des laboratoires.

Après quelques minutes d'attente, j'entends la voix de madame Xaire, qui hausse le ton dans le couloir :

« Dépêchez-vous ! Nous n'avons pas une minute à perdre ! Et mettez votre blouse ! » crie-t-elle.

Je comprends bien que tout le monde est en train d'arriver. Elle n'hésite pas à esquisser de longs mouvements de bras pour encourager les élèves à se hâter. Ces derniers s'exécutent sans broncher. Cette femme est la rigueur incarnée.

Lorsque tout le monde semble s'être installé, madame Xaire monte sur l'estrade de la salle de classe. Elle se passe la main dans ses courts cheveux ébène, puis se lance :

« Bonjour à tous !

-Bonjour ! répond la classe.

-Aujourd'hui est un grand jour. »

La classe s'agite et des murmures se font entendre. Madame Xaire tape alors son talon contre le sol, de sorte à rétablir le silence immédiatement. La rigueur, je vous dis.

« Un grand jour qui mérite absolument toute votre attention ! ajoute-t-elle. »

La classe se tait définitivement.

« Mais avant, j'aimerais m'assurer que tout le monde soit présent. Je vais donc passer à l'appel. Lola ?

-J'suis là !

-Thomas ?

-Oui madame ! »

Je m'abandonne de nouveau à mes pensées pendant l'appel. Trop de questions se chamboulent dans ma tête. Quel thème vais-je choisir ? Avec qui vais-je travailler ? Ou plutôt, qui voudra de moi ? J'ai beau être une excellente élève, ma réputation « d'intello coincée » en fait fuir plus d'un. La voix de la professeure me tire de mes rêveries.

« Ben ? demande-t-elle pour la troisième fois.

-Je crois qu'il est absent ! rétorque Lola.

-C'est pas vrai ! N'ai-je pourtant pas prévenu qu'il fallait venir quoiqu'il arrive ? »

Au moment où madame Xaire pousse un soupir, sur le point de reprendre l'appel, la porte de la classe s'ouvre brusquement.

« Désolé pour le retard ! s'exclame un garçon, en sueur. »

C'est Ben.

« Ben ! J'espère que vous avez une bonne excuse à me présenter ! »

Il se masse l'épaule et ses lèvres esquissent un léger sourire, avant d'ajouter :

« Bah, en fait, je me suis pas réveillé ! »

Toute la classe se met à ricaner. Ce garçon est un véritable comique. Pourtant, moi, il ne me fait pas rire.

« Est-ce que vous avez un billet de retard à me présenter, au moins ?

-Ouais.»

Tandis qu'il discute avec madame Xaire, je scrute attentivement ce garçon à l'allure décontractée. Il est grand et porte un jean ainsi qu'un tee-shirt noir qui laisse entrevoir son corps mince, mais musclé. Ses cheveux châtains sont très courts et marquent sa virilité. Quant à ses yeux, ils sont gris et particulièrement perçants.

Après avoir achevé la paperasse administrative, Ben se dirige vers le fond de la salle afin de regagner sa place.

« Bien, maintenant que tout le monde est là, nous allons pouvoir entrer dans le cœur du sujet, soulève madame Xaire.

Cette année, comme vous le savez déjà, vous allez devoir préparer les Travaux Pratiques Encadrés, aussi appelés TPE. Cette épreuve est particulièrement importante, puisqu'elle ne constitue qu'un bonus facultatif.

-Epreuve importante et bonus facultatif ? demande Ben, tout en se balançant sur sa chaise. C'est une antithèse ça ! »

La classe s'agite de nouveau. J'ai envie d'intervenir, mais je ne permettrais jamais de manquer de respect vis-à-vis de madame Xaire en prenant la parole sans lever la main.

« C'est bien là l'enjeu, monsieur Anderson ! Imaginez qu'il vous manque uniquement quatre points pour obtenir le bac ! Vous serez bien content d'avoir réussi vos TPE, croyez-moi.

-Ouais, 'fin faut être sacrément con pour manquer le bac, quand même, murmure Ben à ses amis, ce qui fait glousser les filles. »

C'est vrai qu'il a beaucoup de succès au lycée.

« -Entre nous Ben, s'il y a bien quelqu'un qui a besoin de gagner des points, c'est vous. » ajoute la professeure.

La classe se tourne vers Ben tout en ricanant de la situation qui s'est visiblement inversée. En observant l'horloge sur le mur, je remarque que nous avons déjà passé près d'un quart d'heure à déblatérer de futilités. Inquiète, je décide de lever la main, chose que je n'aurais certainement jamais dû faire :

« Madame, dis-je, malgré ma voix aigüe, il est déjà 8h20. Est-ce qu'on pourrait avoir nos sujets et former nos groupes ?

-Bien sûr, répond-elle. »

Alors qu'elle est sur le point d'écrire quelque chose au tableau, madame Xaire remarque l'absence de feutres. Elle décide donc de quitter la salle temporairement pour aller en chercher.

Les élèves se retournent vers moi. Ils semblent plutôt surpris, mais surtout agacés par l'interruption que j'ai créée.

« Ça va, Miss Parfaite, dit Lola, sois pas pressée, tu vas l'avoir ton sujet.

-On n'a pas tous du temps à perdre, je reprends. Certains veulent réussir ici. »

Sans m'en rendre compte, je prononce cette phrase en fixant Ben, ce qu'il ne semble pas apprécier. Mais il garde le silence.

« Comprends-la, ajoute un garçon dont je ne connais pas le nom. Elle a trop hâte de rentrer chez elle pour travailler puisqu'elle ne sait rien faire d'autre. (Il se retourne vers moi.) Dommage, t'es si mignonne.

-Pardon ? (Je hausse le ton.) Parce que débarquer en classe pour pourrir l'ambiance, c'est quelque chose dont on doit être fier, peut-être ? »

Là, il n'y a aucun doute. Je parlais de Ben. Et il l'a compris.

« Pourquoi vous lui donnez de l'importance ? questionne-t-il, en soupirant. C'est une fille timide et inintéressante au possible. Mais je peux comprendre pourquoi elle s'inquiète pour les groupes. Après tout, y a pas une seule personne qui veut se la coltiner pendant huit mois. »

Tout le monde se met à acquiescer et à se moquer de moi. Je suis choquée par la cruauté dont il fait preuve. Pourtant, je sais au plus profond de moi qu'il a totalement raison. Mais il n'est pas question de me laisser faire !

Sur le point de me lever pour rétorquer quelque chose (même si je ne sais pas vraiment quoi), je suis interrompue par le retour de madame Xaire qui lâche ses feutres. Cette dernière semble bouleversée par la scène à laquelle elle fait face, alors elle s'empresse de hurler :

« Non mais vous n'allez pas bien dans cette classe ? crie-t-elle, à nous souiller les tympans. Je vous laisse cinq minutes seuls et voilà ce qui arrive ! On vous entend brailler depuis le fond du couloir ! »

Nous nous taisons tous, tandis qu'elle continue son monologue.

« Vous vous rendez compte que des élèves ont cours à côté ? Des évaluations, qui plus est ! Et vous allez bientôt être majeurs ? Je rêve ! »

En l'occurrence, madame Xaire est énervée. Mais elle semble par-dessus tout déçue de notre comportement. En même temps, elle a de quoi.

« Très bien, puisque vous êtes incapables de vous prendre en main, c'est moi qui vais établir les groupes !

-Oh non ! s'exclame la classe en cœur.

-Vous l'aurez cherché. »

La professeure prend son carnet en main et commence à constituer des groupes plus extraordinaires les uns que les autres.

« Lola avec Samuel et Thomas !

-Oh non ! Comment je vais faire sans Gwen moi ? »

Les prénoms défilent et je commence à perdre patience en voyant que le mien n'a toujours pas été annoncé. Evidemment, je ne fais confiance à personne, mais j'appréhende davantage certains profils...

« Bien, il reste encore une dizaine de prénoms. Cependant, vous êtes 35. Vous êtes donc une classe impaire.

-Et alors ? demande Samuel.

-Réfléchis, rétorque Lola, tout en attachant sa longue chevelure blonde en chignon. Ça veut dire qu'il va y avoir un groupe de deux !

-Un groupe de deux ? Mais c'est désavantageux !

-Exactement, reprend madame Xaire. Mais pour éviter de pénaliser certains élèves, je vais concevoir un groupe complémentaire.

-Un futur couple ! ricane Lola.

-Ben et Ana. »

Lola manque de s'étouffer et regrette immédiatement les paroles qu'elle vient de prononcer. Je crois que je ne réalise pas non plus les prénoms énoncés, puisque j'en viens à demander que l'on répète.

« Oui, reprend la professeure. Ben, j'ai bien vu au vu de votre réaction tout à l'heure que vous ne comptiez pas prendre les TPE au sérieux, ce qui me désole fortement. De ce fait, j'ai décidé de vous mettre avec Ana, qui je pense est la personne la plus assidue de la classe. Quant à vous Ana, vous êtes une excellente élève à qui je n'ai rien à reprocher, mais je pense que vous manquez sérieusement de confiance en vous. Et je pense, en toute honnêteté, que Ben possède le caractère qui vous fera vous épanouir.

-Oh mon dieu. »

Ce sont les seuls mots qui me viennent à l'esprit après avoir écouté à moitié le discours prononcé.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Vous aimez lire Enyris ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0