L'ôde à Ubue

Une minute de lecture

Ça y est, je crois que j'ai trouvé ma muse,

Et c'est peu dire, mais j'en suis amoureuse.

Elle m'a envoûtée avec son doux parfum,

Il suffirait à couper toutes mes faims.

C'est sa manière à elle de me rendre heureuse,

Et elle en joue, je sais que ça l'amuse.

Jamais elle ne m'a parlé, les mots sont inutiles,

Même un "je t'aime", pour elle, serait bien trop futile.

Son silence me fait frémir tant il est subtil,

Cette créature je l'adule tant elle me mutile,

Et certains pourraient croire que ceci est hostile,

Mais face à sa beauté, toute douleur est volatile.

Une telle ignorance me rend confuse,

Bien que j'admire le silence qu'elle diffuse,

Ululera-t-elle donc pour que je m'émusse ?

Elle est pour moi ce qu'Ursule est à Marius

Ubue joue de moi, je serai ton stradivarius.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Vous aimez lire Éclyse ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0