Une vieille guerre

3 minutes de lecture

De retour chez eux, il trouvèrent une photo de la grotte dans de vieilles archives : celle-ci étincelait de toute part, comme si elle était constituée de milliers de cristaux.

Samis, qui avait l'air d'être la leader du groupe, lui expliqua qu'il ne fallait surtout pas que Tortos, apprenne qu'elle était venu à Miranda. Si cela arrivait, elle comme ses amis, risquaient de très grosses peines. Le petit groupe trouva des montures à la grange de la ville et ils partirent ainsi sur les plus beaux chevaux du monde. Hibous montait un cheval d'un noir et étincelant. Samis en avait un couleur cristal... les chevaux de Miranda avaient la couleur de leur robe aussi extravagante que les yeux des habitants de ce monde.

Ces montures, justement, étaient non seulement magnifiques mais étaient aussi très forts. Malgré tout, après deux jours, ils n'étaient toujours pas arrivé. Ils avaient traversé les forêts les plus enchantés, avec de vieux chênes aux branches protectrices et des clairières lumineuses, puis les prairies les plus plates. Talia sentait qu'ils y étaient presque. Le paysage se transformait une fois de plus pour devenir celui d'un canyon.

Ils avançaient tranquillement quand, derrière un gros rochers, ils virent un homme attendre à l'ombre sur son cheval. Il parraissait assez jeune, dans la trentaine. Ses yeux jaune citrons lançaient des éclairs.

- Alors comme ça on cherche le Miroir sans me demander la permission ! dit-il d'une voix hautaine.

D'abord surpris, l'ensemble du groupe repris vite ses esprits.

- Oui, il y a une humaine qui est malencontreusement tombée dans notre monde. Nous voulions la ramener chez elle... elle n'a rien de dangereux.

- Vous vous moquez de moi ! Une humaine, à Miranda, elle vient me voir et je la tue ! cria-t-il

Ils avaient tout préparé. Talia, à l'aise sur les chevaux, s'élança au galop escortée par Samis et Hibous. Valis et Anis empêchèrent leur interlocuteur de les rattraper en mettant leur montures en trvers de son chemin. Le cheval du jeune homme se cabra, le faisant tomber. Valis en profita pour attraper les rênes de l'animal et le lança à vive allure. L'étalon s'enfuya, laissant son maître vociférer derrière lui.

Les deux acolytes s'en allèrent à leur tour sur les traces de leurs amis en jetant tout de même des coups d'oeil par-dessus leurs épaules pour s'assurer que l'accablé ne les suive pas. Au bout d'un temps, ils retrouvèrent le groupe. Talia avait le cœur qui battait à cent à l'heure. Ils continuèrent leur chemin aux aguets, mais ils avaient bien semé Tortos. Quand le soleil se coucha, la bande disposa leur sacs de couchage dans une sorte de grotte. Ils y rentrèrent même les chevaux. C'était leurs lampes frontales qu'ils avaient allumés et non un feu : il ne fallait surtout pas montrer où ils étaient.

Talia demanda longtemps qui était l'homme avant d'obtenir une réponse. Valis lui raconta de sa voix mélodieuse :

- L'homme qui nous a poursuivi était Tortos, le petit-fils de Jirafas. Tu sais, le Mirandain qui avait mis fin à la Grande Guerre. D'habitude il ne sort jamais de son château. Il est draconien et idiot. Il ne vaux mieux pas pour toi que tu recroises son chemin. Tu n'aurais jamais dû basculer dans notre monde.

_ Vous n'avez vraiment aucune idée de comment cela se fait que je sois passée ?

_ Et bien, pas vraiment. Mais je sais que si il y a, par exemple, un Mirandain qui est resté dans le monde des humains, les portes entre les mondes restent entrouvertent.

_ Donc il pourrait ne pas y avoir que des humains dans mon monde ? demanda Talia

_ Effectivement, et c'est dangereux car il ne faudrait pas qu'une nouvelle guerre explose. intervint Samis. D'ailleurs ce sont surtout les derniers Fauconniers qui se sont cachés dans les autres mondes. Maintenant, assez parlé. Il faut dormir.

Cette nuit là, Talia fit un étrange cauchemar : un girafe ( certainement qu'elle symbolisait Jirafas ) était entrain d'enfermer Chronos, le dieu du temps, et de tuer des faucons ! Puis, elle s'était retrouvée dans une salle avec six portes fermées à clef. Tout à coup, tout s'effaça et elle se retrouva face à Tortos.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Vous aimez lire Leenargent ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0