Le message

4 minutes de lecture

 Après avoir claqué la porte au nez de leur ancien camarade, Paul se confondit en excuses auprès d'Antoine et Marine qui n'en revenait pas de l'attitude de Hugo. Ils n'en voulaient pas trop à leur hôte même s'ils s'étaient sentis un peu piégés lorsque le gothique avait débarqué. Après tout, si Hugo avait toujours été le sanguin de la bande, ce qui ne s'était visiblement pas amélioré, Paul, quant à lui, essayait déjà, à l'époque du lycée, de voir le positif en toutes circonstances et de rabibocher ses amis en cas de dispute. Il n'avait pas pensé à mal en organisant cette rencontre, bien au contraire.

 Le couple passa une bonne partie de la matinée chez Paul, à discuter du passé en prenant soin de n'évoquer que les bons souvenirs. Marine passait une photo à son mari et celui-ci émit un petit hoquet de surprise en observant leur groupe réunit dans la grotte qui leur servait de repère. Les deux autres l'interrogèrent du regard et vinrent se poster dans son dos pour examiner le cliché à leur tour. Marine devint aussi pâle que son homme alors que Paul sentit ses poils se dresser. Sur la paroi derrière la bande, apparaissait très clairement le même fameux dessin de pendu qui devenait bien trop récurrent à leur goût.

 — Je viens de la regarder et je suis certaine qu'il n'y était pas. C'est quoi encore ce délire ?

 Comme pour confirmer ses paroles, un deuxième dessin identique apparut sur la photo. Puis un troisième. Un quatrième. Antoine lâcha alors le cliché qui s'enflamma et se consuma en quelques secondes. Marine laissa échapper un cri et se blottit dans les bras de son mari. Paul se rongeait les ongles et faisait les cent pas dans son salon.

 — Et si Hugo avait raison ? bafouilla-t-il.

 — Paul, stop ! protesta Antoine. Tu ne vas pas t'y mettre.

 — Mais... hésita Marine. Tu... Tu as vu comme nous ce qu'il vient de se passer, non ?

 — Quoi ?! Toi aussi ?

 — Avoue que ça commence à faire beaucoup, reprit Paul. Les dessins qu'on retrouve partout. Le Ouija. La photo.

 — Et quoi ? C'est l'œuvre d'un démon ou je ne sais quoi ? Voyons, nous ne sommes plus ados, soyons réalistes. Il y a sûrement une explication rationnelle. Et je suis certain que Hugo n'y est pas pour rien.

 — Tu dois avoir raison, chérie.

 Paul rangea fébrilement ses albums sans s'attarder sur les clichés puis le couple prit congé. Marine voulait repasser à son hôtel avant d'aller manger chez ses parents. Elle avait besoin de se débarrasser de ces mauvaises ondes. Avant de sortir, Antoine proposa à Paul de rester en contact et de venir les voir à l'occasion, ce qu'il accepta avec plaisir en lui serrant chaleureusement la main.

 Antoine s'allongea dans le lit pendant que sa femme allait se rafraichir dans la salle de bain et se changer. Il prit un livre et commença à lire, bercé par le bruit lointain de la douche. Concentré, il fut tiré de son histoire par un hurlement de Marine et se précipita pour s'enquérir du motif de l'effroi de Marine. Qu'elle ne fut pas sa surprise lorsqu'il vit du sang sur le miroir, et celle-ci ne fit qu'accroitre quand il approcha assez pour voir une énième fois ce dessin de pendu, accompagné, cette fois, de la même phrase que celle écrite sur la planche de Ouija chez Paul : « Le pacte doit être respecté, vous devez mourir ».

 Marine était agenouillée, les mains sur la tête, et sanglotait. Son mari la releva lentement et l'entraina dans la chambre, loin de cette horreur. Elle pleurait toujours et l'observait faire les valises à la hâte, y jetant les vêtements en boule, sans ménagement, lui qui était habituellement si maniaque.

 — C'est un cauchemar, balbutia-t-elle. J'ai peur Antoine. Que va-t-il nous arriver ?

 — Chut, calme-toi, dit-il.

 Il vint passer sa main avec tendresse dans les cheveux de son épouse et l'embrassa sur le front.

 — On va rentrer et tout va aller pour le mieux, reprit-il d'un ton apaisant. Je ne sais pas comment il s'y est pris, mais je suis certain que c'est un coup de Hugo. Je n'arrive pas à croire qu'il soit devenu aussi cinglé. Certes, c'était celui qui était le plus dans le délire sataniste et qui avait le plus mauvais caractère du groupe, mais tout de même, là, il dépasse les bornes.

 Le couple sursauta quand le téléphone portable de Marine, posé sur la table de nuit, sonna avec le volume au maximum. Elle fit signe de la tête à Antoine de s'en occuper. Il attrapa le mobile, regarda l'écran avec appréhension et décrocha en voyant le nom affiché.

 — C'est Paul, dit-il à sa femme. Allô, oui ?

 L'homme se décomposait au fil de la discussion sous les yeux angoissés de Marine qui cherchait à capter les bribes de conversations.

 — D'accord, merci d'avoir appelé. À bientôt, conclut-il.

 Antoine se grattait la barbe, l'air perplexe. Il marchait en rond dans la chambre, cherchant comment annoncer à sa femme ce qu'il venait d'apprendre.

 — Quoi ? Qu'est-ce qui se passe ? s'inquiéta-t-elle.

 — Tu veux vraiment savoir ?

 — Oui, vas-y, accouche.

 — Peu de temps après qu'on soit partis, Paul est sorti faire un tour et il a machinalement atterri à notre grotte. Il y a trouvé Hugo qui était en train de pratiquer un rituel comme on faisait au lycée. Paul a voulu lui parler mais Hugo l'a envoyé chier et l'a même menacé. Du coup, il n'a pas insisté et la laissé continuer ses conneries. Quand il a repris sa voiture...

 — Laisse moi deviner, elle était taguée avec le dessin de pendu ?

 — Tu n'es pas si loin. Il y avait bien ce dessin, mais c'était sur son pare-brise et avec du sang comme sur le miroir. Il était accompagné de la même phrase.

 — Encore un coup de Hugo ?

 — Pas d'après Paul. Il connait bien son écriture et ne l'a pas reconnue.

 — Tu vois qu'il se passe des trucs bizarres. Rentrons vite chez nous, tu veux bien ? Je n'aime pas du tout cela.

 Le couple alla récupérer leur fils chez la mère de Marine, prétendit que celle-ci était malade et rentra chez eux.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Kaneda DKaaen
Clément est un de ces hommes d'avant, élevé dans une réserve de mots. Il a été incapable de dire qui il est à ses proches et ce secret a fait de lui une victime.
Bloqué dans sa douleur, son mal-être, jusque dans son sommeil qui s'échappe, il se maintient tant bien que mal.

Gwen, lui, ne recule jamais, toujours prêt à éduquer les cons et à prendre des coups pour ce qu'il est et qu'il porte fièrement.
A la recherche d'un absolu flou, il commence à travailler auprès de Clément, ce collègue plus âgé mutique et étrange, qui malgré tout l'intrigue et l'attire.

Leur rencontre sera de celles qui réparent et élèvent.

Avertissement : Cette histoire traite des violences conjugales. Même si c’est surtout l’histoire d’une rencontre et d’une guérison, il y a des chapitres qui peuvent être difficiles à lire.
262
124
332
376
Hunter of Shadow
Au nord─ est d'Erganane, au pied de la montagne des Éléments, les forgerons du clan Arginanes cachent un grand secret. Sur cette montagne mystique vit Udiir le chaman forgeron, n'appartenant à aucune race connue, dissimulé au reste du royaume par le clan. Ignorant sa nature le jeune mystique vit replié sur lui─ même, auprès des esprits des éléments. Mais une rencontre va tout changer, et bientôt le nom du chaman de la montagne rugira dans tout Erganane comme un coup de tonnerre.
45
107
557
136
Merywenn1234
Quand la rencontre improbable entre une divinité et un sorcier prend une tournure encore plus inattendue...

Lorsque Lars se retrouve piégé dans un monde étrange et inconnu, sa route croise celle de Leïv, un dieu aussi séduisant qu'enquiquinant. Ce dernier accepte de l'aider, car la présence du magicien perturbe l'équilibre déjà fragile de son univers.

La collaboration n'est cependant pas simple quand les deux partis sont aussi insupportables l'un que l'autre, mais surtout lorsque l'attirance et les sentiments s'en mêlent...


Crossover entre "Incarnations" de Merywenn1234 et "DEATH is among us" de StianSamaelle.

Cover by kanedaDKaaen
60
46
110
202

Vous aimez lire John Lucas ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0