Chapitre 33 : Une brûlante et venimeuse colère. (chapitre non corrigé)

14 minutes de lecture

(Comme indiqué, il s'agit d'un chapitre qui n'est pas corrigé. Il manque des accents sur les majuscules, il y a des virgules en trop, sans doute des fautes et des tournures de phrases à changer. Je préfère prévenir. Bonne lecture tout de même !)

L'angoisse, la colère, le désespoir... Des émotions qui faisaient à présent partie de ma vie que je le veuille ou non et je ne savais pas quoi faire pour y échapper. Marié de force à un meurtrier... Voilà ce que j'étais. Oui, j'avais parfaitement conscience que je passais mon temps à m'apitoyer sur mon sort peu enviable mais j'avais tout de même dû assister à trois meurtres ! Ou plutôt, Kyle m'avait forcé à assister à SES trois meurtres ! Après une période durant laquelle je n'arrivais même pas à savoir ce que je ressentais exactement, le choc atténué, une nouvelle émotion venait de pointer le bout de son nez et il s'agissait de la colère !

J'avais essayé de joindre Scott, j'avais tellement besoin de parler, de me confier, d'être réconforté, de parler à quelqu'un de NORMAL ! Je lui avais envoyé plusieurs messages mais tous étaient restés sans réponses. J'avais attendu un peu, me disant qu'il était peut-être occupé ou qu'il n'avait tout simplement pas envie de parler, ayant sans doute du mal à se remettre de notre kidnapping avec ce cinglé qui l'avait touché sans son consentement. Inquiet, j'avais fini par appeler ses parents pour savoir si tout allait bien. Et qu'est-ce que je venais d'apprendre ? SCOTT AVAIT ÉTÉ DE NOUVEAU ENLEVÉ PAR CE CINGLÉ D'HAYATO !!! ET KYLE LE SAVAIT !!

Apparemment, mon cher mari n'avait pas jugé nécessaire de me le faire savoir et j'étais littéralement furieux !!

En voyant que Scotty ne rentrait pas de sa promenade avec son chien et n'arrivant pas à le joindre sur son portable, ses parents s'étaient décidés à sortir pour le chercher mais une fois arrivés sur ce qui devait être le lieu de l'enlèvement s'ils pouvaient se fier au carnage présent sous leurs yeux, -des douilles jonchaient le sol, un arbre était criblé de balles...-, ils avaient malheureusement compris. Ils s'étaient mis à chercher dans les environs au cas où leur fils aurait été caché quelque part mais ils ne l'avaient pas trouvé et en ne découvrant pas de sang sur le sol ni aucun corps, ils avaient deviné que Scott avait été enlevé. Ils étaient alors rentrés rapidement afin d'appeler Kyle dont ils possédaient le numéro depuis notre kidnapping précédent. À leur grande surprise, mon très cher époux leur avait expliqué qu'il était déjà au courant car ses hommes surveillaient Scott depuis qu'il était rentré chez lui et qu'ils étaient intervenus pour empêcher Hayato d'emmener Scotty ! Les événements avaient vite dégénéré, Hayato étant venu accompagné de beaucoup d'hommes armés et ils avaient réussi à fuir...

Cependant, Kyle avait eu le droit à sa petite victoire puisqu'il semblerait qu'Hayato ait été touché en pleine poitrine mais l'absence de sang sur le lieu du crime laissait envisager la possibilité qu'il s'en était sorti. Ça n'avait pas dû plaire à mon mari ! Moi, ce qui ne me plaisait absolument pas, était qu'il m'avait caché ces informations importantes !! Il s'agissait tout de même de mon meilleur ami !! Et puis, je me posais des questions, quelque chose me trottait dans la tête...

Depuis que les parents de Scott m'avaient dit qu'il était surveillé, je ne pouvais m'empêcher de me demander si sa surveillance avait été dans le but de le protéger d'une nouvelle agression ou plutôt dans le but d'attraper Hayato, son ennemi juré...

Kyle... On ne pouvait pas dire qu'il appréciait mon meilleur ami ni la relation que j'entretenais avec lui ! Leur échange de regards qui tuent à mon mariage en était la preuve mais également l'ordre que mon mari m'avait donné de ne plus fréquenter Scotty en dehors des cours !

J'en avais marre de tout ça ! J'en avais marre d'obéir ! J'en avais marre de subir ! Je n'avais pas demandé à appartenir à cette vie ! Il fallait que je sache ! Ce fut sur cette résolution que je me dirigeai d'un pas décidé et rapide jusqu'au bureau de mon cher époux. Arrivé devant la porte, je ne frappai même pas et entrai directement. La dizaine de personnes vêtus de costumes noirs s'y trouvant déjà ne m'arrêta même pas tant la colère s'était emparée de moi et je ne me stoppai que devant le bureau devant lequel trônait mon imposant mari.

-Je viens d'avoir les parents de Scott au téléphone ! Comment as-tu pu me cacher qu'Hayato L'AVAIT ENLEVÉ ? m'écriai-je en évitant de me concentrer sur toutes les paires de yeux rivées sur ma petite personne qui se sentait encore plus petite que d'habitude.

Les yeux de Kyle parurent légèrement surpris face à ma brusque intrusion mais comme d'ordinaire, son visage restait froid et impassible. Que pouvait-il bien penser ? Sans prononcer un seul mot, il se leva, contourna son bureau et marcha vers moi. Il ne me quittait pas des yeux et le silence qui régnait dans cette pièce était effrayant... Personne ne bougeait. La peur commença à m'envahir insidieusement mais je refusais de céder. J'avais besoin d'obtenir des réponses et surtout, j'avais besoin de lui tenir tête, d'avoir au moins cette petite victoire sur lui !

Alors moi non plus, je ne bougeais pas, je restais bien campé sur mes jambes, le regard déterminé, sûr de moi à attendre que Kyle arrive à ma portée. Une fois fait, je n'eus pas le temps de dire quoi que ce soit ou même de prévoir son geste et de reculer, qu'il m'attrapa par la nuque et prit un de mes bras qu'il me tordit dans le dos avant de me plaquer la tête sur son bureau.

-Ha !

C'était si humiliant... Je me retrouvais devant des hommes et des femmes en costumes pour le peu que j'en avais vu, plié en deux contre un bureau, les fesses levées vers eux ! De plus, ma tête était maintenue contre la surface dure, m'empêchant de répliquer !

-Sortez.

À peine cet ordre donné par la voix grave et glaciale de Kyle, je les entendis sortir et refermer la porte derrière eux. Je sentis alors mon cher mari se pencher jusqu'à mon oreille.

-De quel droit oses-tu me parler de cette façon devant mes hommes ? Aurais-tu oublier que le dernier prisonnier que j'ai exécuté sous tes yeux m'accusait de ne pas réussir à me faire respecter ni de toi ni de certains qui travaillent désormais pour moi et qui ont fini par me trahir ? Dois-je te rappeler que j'ai pris le pouvoir, il y a peu et suite à mon père, et que je ne dois montrer aucune faille ? Aucune faiblesse ?

En terminant son petit discours prononcé d'une voix pleine de fureur contenue, sa main qui me tenait le bras me lâcha mais l'autre me tenait toujours durement la nuque et je ne pouvais pas me dégager. Je sentis sa main descendre sur mes fesses qu'il malaxa fermement. Cette façon de disposer de mon corps comme il le désirait me donnait toujours l'impression de n'être qu'un objet pour lui...

-Tu ne comprends vraiment pas ce qui est en jeu. J'évolue dans un milieu dur, Joshua. Il faut que tu le comprennes. Il faut absolument que je montre que je suis fort et intransigeant voire cruel, assez pour diriger cette organisation mais également, assez intelligent et malin pour prendre les bonnes décisions, et ton attitude ne m'aide pas. Je dois me faire respecter par des tueurs, des personnes dangereuses et sans pitié qui doivent également ne montrer aucune faiblesse. Notre honneur est en jeu dans chacun de nos actes et l'argent y a une grande place. Nos familles sont liées, nos relations et nos vies en dépendent. Le respect, la force, le pouvoir et l'honneur dominent et je me dois d'être irréprochable. Je te rappelle que ma sexualité et mon mariage avec toi, cher époux, ne sont pas acceptés de tous. Contrairement à mes prédécesseurs, je n'ai le droit à aucune erreur parce que je démarre avec un handicap. C'est de cette manière que certains le voient en tout cas mais je leur prouverai qu'ils ont tort.

Il se redressa et sa main se dirigea dangereusement jusqu'à mon entrejambe. En la sentant, je commençai à gigoter mais il m'écarta de force les jambes et se plaça entre elles. J'étais à sa merci...

-Quoi qu'il m'en coûte, je ferai honneur à mon père.

À présent, ses doigts défaisaient le bouton de mon jean... Mais qu'est-ce qu'il foutait ?!

-Kyle... réussis-je à murmurer.

-Tais-toi.

Sa voix était implacable. Comment avait-on pu en arriver là ?! Ma colère était pourtant légitime ! J'avais le droit de savoir ce qui s'était passé avec Scott et pour quelle raison Kyle ne m'avait rien dit ! Mais maintenant, j'avais l'impression que les rôles s'étaient inversés, que c'était mon cher mari qui était la personne furieuse et qui avait en plus, le droit de l'être ! Je me sentais limite coupable... Ça ne tournait vraiment pas rond dans ma tête en ce moment...

-Je dois vraiment te montrer à qui toi aussi, tu dois obéir.

Quoi ? Il ouvrit ma fermeture éclair. Je le sentis se reculer et resserrer mes jambes avant de baisser mon sous-vêtement et mon jean qui tombèrent à mes chevilles. Une fois fait, il me les écarta de nouveau et se colla contre moi. Je pouvais sentir qu'il était dur. Sans aucun doute, Kyle aimait dominer...

Avec soulagement, il me libéra la nuque. Je tournai alors un peu la tête de manière plus confortable, dégageant ma bouche, prêt à protester.

-Ne bouge pas.

Je ne bougeai plus, effectivement. En cet instant, il me faisait si peur... Sans que je m'y attende mais alors vraiment pas, sa large main me mit une énorme claque sur chacune de mes fesses !!

-HA ! KYLE ! protestai-je.

Il ne dit rien mais je finis par sentir des doigts humides se faufiler entre mes fesses.

-Non ! Je n'ai pas envie !

Il stoppa son geste et me redressa brutalement contre lui, mon dos se retrouvant plaquer contre son torse. Sa main vint attraper mon cou afin de tourner mon visage vers le sien et sa bouche captura la mienne. Je serrai les lèvres, je ne voulais pas lui céder mais ses doigts creusèrent douloureusement mes joues, m'obligeant à ouvrir la bouche et sa langue en passa la barrière. Son baiser était dominateur, il prenait sans douceur ce qu'il voulait et n'attendait pas que je lui réponde. Sa main qui me maintenait les hanches, se glissa subitement jusqu'à mes cuisses avant de remonter sur mon sexe.

-Humm...

Sans tarder, Kyle me caressa vigoureusement, me faisant devenir dur et me procurant du plaisir. Je détestais lorsqu'il se comportait de cette manière avec moi... Mais le plaisir montait si vite que j'étais déjà sur le point de jouir. C'est là qu'il eut un geste auquel je ne m'attendais pas puisqu'il serra fort mon sexe dans sa main, m'empêchant d'éjaculer !

-Ha.. Kyle ! gémis-je alors qu'il libérait ma bouche.

Ce n'était vraiment pas agréable et j'en avais du mal à reprendre mon souffle qui s'était stoppé...

-Excuse-toi, Joshua. Excuse-toi pour ton manque de respect envers moi et je te laisserai peut-être jouir.

Quoi ?! J'étais vraiment marié à un enfoiré dominateur !

Il commença à frotter son érection contre mes fesses et je n'y pouvais rien mais ça m'excitait terriblement... Kyle me faisait de l'effet que je le veuille ou non. C'était si injuste ! Si au moins, je ne ressentais rien pour lui, les choses seraient tellement plus faciles...

-Joshua, ma patience à des limites.

Je ne répondis rien et je fus de nouveau plaqué sans ménagement contre le bureau. Deux nouvelles claques me furent vivement administrées.

-Kyle !!

Comme précédemment, je sentis un doigt humide entre mes fesses et cette fois, je ne répliquai rien. Jamais je ne lui dirai mais j'avais envie de lui. Est-ce que j'aimais être dominé ? Je commençais sérieusement à me poser la question... Pourtant, je n'avais jamais fantasmé sur ce genre de situations ! Jamais ! Alors... Peut-être que j'aimais seulement ça parce que c'était lui... Qu'est-ce que je ressentais pour Kyle ? Plus le temps passait et plus je me rendais compte qu'il comptait de plus en plus pour moi et ça me terrorisait. Parce que si je l'acceptais, alors je devais accepter son milieu et je n'étais pas d'accord avec toute cette violence...

Tout à mes pensées, je le sentis retirer ses doigts et un bruit de fermeture éclair se fit entendre. Quelque chose de plus gros se fit sentir contre mon intimité et il me pénétra doucement. Sous la sensation d'être rempli, mes doigts se crispèrent contre le bord du bureau. Kyle débuta des mouvements rapides en moi et je me sentais si sensible... Il trouva rapidement cet endroit qui me faisait voir des étoiles. Le plaisir monta par vagues de plus en plus fortes, me faisant gémir. À chaque coups de rein de Kyle, le bureau bougeait, provoquant des bruits sourds dans la pièce. C'était bon. Trop bon... Je n'arrivais plus à penser à autre chose qu'à mon mari qui bougeait en moi, aux sensations qu'il me procurait et à sa main toujours posée sur mon sexe.

-Oui... Hummm...

J'étais si proche de jouir...

-Ha... NON.... criai-je de douleur alors que la main de Kyle me comprimait le sexe, empêchant la délivrance que je désirais tant.

Quelques va-et-vient plus tard, il jouit en moi dans un soupir. Ce n'était vraiment pas juste... Je me sentais si frustré et ça en était douloureux, il avait pressé mon sexe si fort ! Dépité, je le sentis se retirer. Il ne pouvait quand même pas me laisser comme ça !

À l'aide de mes bras, je me redressai, prêt à me rhabiller. Après tout, si mon mari ne voulait pas me satisfaire, alors je le ferai tout seul comme un grand dans la solitude de ma chambre ! Et le plus vite serait pour le mieux... J'étais sur le point de remonter mes vêtements quand Kyle m'attrapa les mains, bloquant mon geste.

-Qu'est-ce qu'il y a ?

-Déshabille-toi.

-Quoi ?

Il ne dit rien et sans comprendre, je le laissai faire pendant qu'il me retirait mon pull et le reste. Voulait-il que l'on remette ça sur son bureau ? Il finit par m'attraper et me pencher de nouveau sur la surface en bois mais au lieu de me prendre comme j'en avais envie, il me remit deux bonnes fessées qui me firent gémir de douleur.

-Bien. Tes jolies fesses sont assez rouges.

-Mais... Pourquoi ?

-Punition.

Sur cette réponse laconique, il me souleva et me mit sur son épaule comme un sac de patates avant de prendre la direction de la porte. HO NON ! Nous n'allions quand même pas sortir comme ça ?! J'étais complètement nu !!

-Je te conseille de ne prononcer aucun mot, me dit-il d'une voix glaciale et menaçante.

Puis il ouvrit la porte. Je subissais sans doute la plus grosse humiliation de toute ma vie car évidemment, lorsque l'on passa devant le salon, la porte était ouverte et je pus apercevoir toutes les personnes qui étaient présentes dans son bureau quand j'y étais entré et qui attendaient leur chef. Je savais que Kyle le faisait exprès, désirant montrer à tous que c'était lui qui dominait et qu'il savait remettre son jeune époux à sa place...

Les joues plus rouges qu'une tomate bien mûre, je baissai les yeux et laissai Kyle me mener à l'étage, les fesses à l'air. Je sentais tous les yeux braqués sur moi... J'en avais envie de pleurer.

Arrivés à notre chambre, Kyle me déposa sur le lit. Il s'assit sur le bord et passa délicatement sa main sur ma joue mais je tournai la tête pour mettre fin à ce geste. J'en avais plus que marre de tout ça.

-J'attends toujours, Joshua.

Quoi ? Je me tournai de nouveau vers lui, le regard perplexe.

-Tes excuses.

NAN MAIS IL POUVAIT SE LES METTRE OÙ JE PENSAIS, SES PUTAINS D'EXCUSES ! Bien évidemment, je n'étais pas assez fou pour le lui dire, alors je ne dis rien, tout simplement. Je l'entendis soupirer avant d'ouvrir son tiroir et d'en sortir sa corde.

-Qu'est-ce que tu fais ? demandai-je en me débattant alors qu'il m'attrapait les poignets pour les attacher.

-Tu crois que je ne sais pas que tu vas t'adonner au plaisir solitaire pour te soulager ? Je te l'interdis. Et t'empêcher de faire quoi que ce soit, va peut-être te faire réfléchir. Tu en as apparemment besoin.

Mes joues s'enflammèrent d'avoir eu mes intentions de devinées mais également sous l'insulte reçue.

-Kyle ! Arrête ! m'écriai-je pendant que mes mains attachées étaient amenées vers les barreaux du lit.

Non ! Je refusais d'être des heures attachées, complètement nu à penser à ma vie de merde ! Merci bien ! Mon mari allait encore gagner et ça m'énervait !

-Je m'excuse ! C'est bon, tu as gagné ! C'est ce que tu voulais entendre, non ? Kyle !

-Il y a tellement de choses que je voudrais entendre... dit-il étrangement en me regardant.

Malgré mes protestations, il m'attacha aux barreaux du lit.

-Tu ne penses pas ce que tu viens de dire. Tu as besoin de réfléchir. Repense bien à mes paroles, Joshua. Repense également au manque de respect envers moi de ce prisonnier alors qu'il savait que j'allais le tuer. C'est sérieux. De la peur et du respect que je suscite, beaucoup de vies en dépendent et il faut réellement que tu le comprennes.

Sur ces mots, il me souleva afin de tirer la couverture qu'il rabattit sur mon corps jusqu'à mes épaules. Puis il se leva et marcha jusqu'à la porte.

-Je passerai te voir tout à l'heure, j'ai une réunion que tu as interrompue et qui m'attend. J'espère que ces quelques heures te seront favorables.

Après un dernier regard que je n'aurais su déchiffrer, il sortit et referma la porte derrière lui. J'allais donc resté quelques heures ainsi, attaché au lit ? Génial... Ma colère était revenue. Son comportement si autoritaire m'énervait tellement !! Et je n'avais même pas obtenu de réponses sur Scotty !! Je refusais d'en rester là ! Ce n'était que partie remise !

Cependant, je ne ressentais pas que de la colère... Ma conscience me disait que même si je ne lui avais pas montré et que je ne l'acceptais pas, je comprenais sa réaction. J'avais fini par prendre conscience que j'avais atterri dans un milieu extrêmement dangereux, un milieu mafieux et sans doute de yakusas si je me fiais aux tatouages aperçus. Une organisation dans laquelle les meurtres et le respect, -ce qui était antithétique à mes yeux-, étaient pourtant importants. L'un servant finalement l'autre dans certaines situations...

Le problème était que j'avais du mal à l'accepter. Prendre la vie d'une autre personne n'était pas anodin pour moi. Je n'étais pas sûr de vouloir évoluer dans ce milieu. Mais plus le temps passait et plus je m'attachais à mon mari. Alors, qu'est-ce que j'allais faire ? Rester sciemment auprès de Kyle ? Ou refuser et reprendre ma vie telle que je la connaissais ? Et surtout, est-ce que Kyle me laissera partir si je prends la décision de le quitter ou me retiendra-t-il toujours de force à ses côtés ?...

Annotations

Recommandations

jean-paul vialard
POETISER

'C’est heureux que tu sois ainsi,

située dans une marge inquiète,

dans une pensée

en naissance de soi.'
18
2
0
3
Djurian R


Une matinée de travail ordinaire,
Des instants qui se succèdent,
Sans queue ni tête.

Midi moins dix minutes.
L’ennui et la faim tenaillent,
Une note retient mon attention.

Un détail oublié,
Un problème à régler.
Qui attendra bien une heure de plus.

L’envie soudaine d’écrire,
Un poème, libre et sans grand intérêt,
Mais qui fait du bien à l’esprit.

Loin des mails mal écrits,
Envoyés à la va-vite.
Je me libère un petit moment.

Tiens, il est l’heure de partir.
4
5
0
0
Défi
Jb Desplanches
En réponse au défi "Un anti-héros au féminin" par Léa.
Très bon sujet qui va me permettre d'étoffer mon écriture des protagonistes féminins ! Avis aux lecteurs de Post Apo (et aux autres bien entendu) je me lance dans le genre.
Bonne lecture !
8
7
63
10

Vous aimez lire Asylene ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0