Chapitre 31 : Un plaisir coupable. (chapitre non corrigé)

15 minutes de lecture

(Comme indiqué, il s'agit d'un chapitre qui n'est pas corrigé. Il manque des accents sur les majuscules, il y a des virgules en trop, sans doute des fautes et des tournures de phrases à changer. Je préfère prévenir. Bonne lecture tout de même !)

Un certain remue-ménage régnait au manoir, me rappelant ainsi la période des préparatifs de notre mariage. Sauf que cette fois, ce n'était pas la même ambiance d'excitation. Non... Là, je voyais passer des hommes à l'allure dangereuse, vêtus comme des combattants et bien souvent armés. Certains portaient même des cicatrices sur leur visage, leurs mains ou leurs bras... Ce qui était également effrayant était que j'avais croisé l'homme aux mains tatouées, celui qui avait torturé le prisonnier de la cave avec Kyle. Il m'avait reconnu. Lorsque ses yeux froids avaient croisé les miens, un frisson d'angoisse m'avait traversé. Cet homme était réellement dangereux...

Quant à Kyle, il était occupé et je le voyais moins. Il était devenu assez distant et je ne faisais rien pour rompre cette éloignement qui s'était installé entre nous. Je ne savais pas quoi faire de toute façon avec lui. Je n'acceptais pas sa décision de tuer Hayato, l'homme avec lequel il avait tout de même grandi. Je comprenais ses raisons et que son milieu et son honneur lui commandaient sans doute d'agir ainsi mais... je n'étais pas un tueur. Je ne pouvais cautionner cette décision même si je voyais bien qu'il ne comprenait pas pour quelle raison je ne le soutenais pas après ce qui m'avait été fait. Kyle avait vu mes cicatrices, m'avait soigné et m'avait fait tout raconter sur mon enlèvement. Cependant, à mes yeux, ça ne changeait rien. Hayato méritait d'être enfermé, emprisonné mais pas tué...

Durant la journée, je travaillais sur mes cours qu'une connaissance de mon groupe était chargée de nous envoyer à Scott et moi car mon meilleur ami serait également quelque temps sans retourner à l'Université. Après tout, lui aussi avait été enlevé, il fallait qu'il s'en remette mais surtout, Scotty avait suscité l'intérêt d'Hayato et ça m'effrayait... 

J'avais enfin terminé mon exposé sur Zola et je venais de l'envoyer à mon professeur de Littérature comparée. Il allait me le noter à l'écrit puisque je ne passerai pas à l'oral, ne pouvant retourner en cours. C'était le seul point positif à toute cette situation ! Pas d'exposé devant tout le monde ! Les bras croisés derrière la tête, je soupirai en m'allongeant sur le grand lit. La porte de la chambre ne tarda pas à s'ouvrir sur mon mari qui me jeta à peine un regard avant de se diriger vers la salle de bain. Ambiance...

Bon, valait mieux que je me lève et que j'aille regarder un peu la télé au salon. J'avais déjà pris ma douche et je m'étais lavé les dents mais je ne me sentais pas fatigué. Si ma présence le dérangeait, je préférais attendre qu'il dorme avant de me coucher ! En descendant, je ne vis personne. Je pouvais respirer ! Je n'avais pas envie de croiser dans la pénombre, un de ses hommes ! De toute façon, il était déjà tard, il aurait été étonnant que j'en vois un ! 

J'allumai la télévision et m'installai confortablement dans le sofa avant de chercher quelque chose à regarder. Yes !! Il passait encore « Hot Fuzz » ! J'adorais ce film ! J'avais dû le voir une dizaine de fois mais je ne m'en lassais pas ! C'était parfait pour me détendre un peu !

Complètement dans le film, à rigoler lors de la scène dans laquelle tous les habitants du village à l'allure de « monsieur et madame tout le monde » sortaient des flingues, la lumière s'alluma subitement, me faisant cligner des yeux.

-Qu'est-ce que tu fais ?

Kyle... Evidemment ! Comment pouvais-je espérer me détendre en étant marié à cet homme ?

-Je regarde juste la télé.

Il était torse nu, portant seulement un pantalon noir et il emplissait de sa large carrure et de son aura effrayante, le salon dans lequel je me trouvais. Il ne répondit rien et continua de me fixer. Il était vraiment flippant. Je me sentais obligé de me justifier...

-Il passait... mon film préféré... ce soir.... J'ai dû le voir une dizaine de fois... terminai-je d'une petite voix qui s'éteignait toute seule.

Pourquoi ne bougeait-il pas et ne parlait-il pas ? Qu'est-ce que j'avais encore fait de mal ?!

-Si tu l'as regardé aussi souvent, tu en connais la fin. Viens te coucher.

Sur ces mots ou plutôt devrais-je dire cet ordre, Kyle s'approcha de moi, son visage impassible ne permettant aucun réponse négative de ma part.

-Kyle... tentai-je sans grande conviction. Je viendrai me coucher après. Laisse-moi au moins finir le fil... Ha !

Le petit cri pas très viril que je venais de pousser était sorti de ma gorge alors que Kyle m'avait attrapé et levé si brusquement que j'atterris d'un coup contre son torse dur. Il tendit sa main vers moi et me souleva doucement le menton. Son regard sombre et déterminé se plongea dans le mien qui devait refléter le trouble que je ressentais. Je ne comprenais pas sa réaction assez rude.

-J'ai dit : « Viens te coucher ».

Ok... Je soupirai et hochai la tête en baissant les yeux, résigné. Il me lâcha et me laissa aller éteindre la télévision. Une fois fait, Kyle m'attrapa le bras et commença à marcher en direction de notre chambre. Je ne le comprenais vraiment pas. On ne s'était pas vus de la journée ou presque mais ce n'était pas la première fois ! Pourquoi ce comportement ? Pourquoi ne même pas me permettre de regarder un film, seul ?

Nous arrivions non loin de l'escalier lorsque la porte de la cave s'ouvrit soudainement, me faisant sursauter. Il était tout de même dans les 22 h 30 alors je ne m'attendais pas à croiser quelqu'un d'autre que Kyle ! Un homme en passa la porte. Il s'agissait de l'homme aux mains tatouées que j'avais déjà croisé plus tôt dans la journée. Un détail attira mon attention. Il était en train de s'essuyer les mains avec une serviette blanche tâchée de ce qui ressemblait à... du sang.... Mais qu'est-ce qui se passait ici ?!!

Cet homme hocha la tête de manière polie en direction de mon mari, son patron, qui fit de même, comme si ce qu'il voyait, était normal. L'homme tatoué me regarda brièvement sans rien dire et continua son chemin. Je me tournai vers Kyle qui me trainait à sa suite et semblait imperturbable. Il ne comptait évidemment rien dire sur ce que je venais de voir... Le contraire aurait été étonnant !

Nous avons ainsi continué notre chemin dans un silence pesant. Et puis, à peine arrivés à notre chambre, sans m'y attendre, je fus soulevé et carrément jeté sur le lit. Ok... Toujours cette délicatesse envers moi...

-Kyle... Ha !

Encore un cri effrayé sortant de ma bouche ! Mais comment pouvait-il en être autrement avec un homme pareil ?! Kyle qui était toujours debout contre le lit, venait de me tirer contre lui. Je me retrouvai ainsi sur le dos, les jambes écartées entourant ses cuisses. Je commençais à comprendre pour quelle raison il ne m'avait même pas laissé terminer mon film...

-Qu'est-ce que tu fais ? demandai-je sans grande conviction.

-Ca fait quelques jours que je ne t'ai pas touché.

Comme si cette phrase et son attitude étaient une explication suffisante, il ne dit rien d'autre et posa ses mains sur mes jambes. Je sentis qu'il les glissait doucement jusqu'à mes hanches avant de se pencher et de me retirer mon t-shirt si rapidement que je n'eus pas le temps de protester. Il se baissa encore plus et son torse chaud vint se presser contre le mien, me procurant un délicieux frisson. Traître de corps ! Tu me trahis toujours avec lui !

Sa bouche ne tarda pas à capturer la mienne avec fougue. Il y avait de l'empressement dans ce baiser dominateur. J'avais l'impression que quelque chose clochait.

-Kyle... commençai-je une fois que je pus me détacher un peu de lui. Quelque chose s'est passé aujourd'hui ?

Une lueur s'alluma dans son beau regard sombre. J'avais deviné juste. Il leva sa main et me caressa doucement les lèvres en suivant son geste du regard.

-Oui, quelque chose s'est passé... Tu commences à me connaître, on dirait. Tu es plus attentif à mes réactions, à mon attitude. Commencerais-tu à t'attacher à moi, cher époux ?

Comment avait-il encore pu inverser la situation ?! C'était moi qui lui posais une question ! Evidemment, mes joues rougirent, ce qui le fit sourire. Je ne savais pas pourquoi mais j'avais remarqué qu'il aimait me voir gêné. Je ne savais pas quoi dire. Il avait réussi à me faire taire !

-Ne dis rien si tu veux, j'ai eu ma réponse.

Sur ces mots plus qu'embarrassants pour moi, il m'embrassa de nouveau mais avec ce mélange de passion, de domination et de tendresse qui le caractérisait dans ces moments-là. Mon boxer ne tarda pas à m'être retiré avec des gestes rapides et j'étais nu avant même de le comprendre. Kyle était toujours si empressé dans nos corps à corps !

Il me regarda d'un air satisfait, puis je le vis ouvrir le tiroir du petit meuble se trouvant à côté du lit pour en sortir ce que je craignais qu'il sorte...

-Encore ?! m'exclamai-je alors qu'il m'attrapait les poignets pour les attacher avec sa corde.

Une fois fait, sa main glissa délicatement sur ma joue et son regard se plongea dans le mien. Il me regardait d'une manière si tendre que j'en étais troublé.

-Tant que tu me fuiras.

Ses mots me touchèrent. Son affirmation était sans appel. Le fuir ? Je me rendais compte que sa réponse comportait un double sens. Je savais que Kyle ne parlait pas de sexe car même s'il pouvait se montrer un peu brusque sur le départ, j'étais toujours consentant lorsque nous faisions l'amour. Il parlait de notre relation... Que pouvais-je dire ? Rien. Il avait raison. Je le fuyais mais je n'y arrivais pas autant que je le désirais. Mon mari ne le voyait peut-être pas mais il arrivait à prendre plus de place dans ma vie et dans mes pensées que je ne le voudrais... Cependant, je n'étais pas assez dingue pour le lui dire. Je ne voulais pas qu'il prenne plus de place encore ! Rien que cette réflexion me faisait déjà bien trop peur !

Je n'avais plus envie de parler de toute façon. Je n'aimais pas particulièrement être attaché mais j'aimais l'attention que mon mari me portait. J'aimais sa manière de me toucher, de m'embrasser et la passion dont il faisait preuve dans ces moments intimes.

Après m'avoir regardé ce qui me sembla être de longues minutes, Kyle m'attrapa les poignets et les plaça au-dessus de ma tête en se collant contre moi. Sa large carrure m'enveloppait complètement et je me sentais étrangement en sécurité. Ses lèvres se posèrent sur les miennes que j'ouvris immédiatement. Nos langues se trouvèrent, se caressèrent sensuellement, déclenchant un feu brûlant et agréable dans mon bas-ventre. Sa bouche finit par descendre dans mon cou, provoquant de longs frissons sur son passage. Il ne tarda pas à trouver les points sensibles de mon torse et un soupir de plaisir passa mes lèvres lorsqu'il taquina de sa langue et de ses dents, mon bouton de chair dressé pendant que sa main s'occupait du second. Sa douce torture dura un long moment avant que sa main ne descende jusqu'à mes hanches, puis la peau sensible de mes cuisses...

-Humm... gémis-je alors que sa large main attrapait enfin mon sexe dur et commençait à le caresser.

Je sentis son sourire contre ma peau. C'était gênant... Le plaisir montait rapidement, ses caresses étaient trop vigoureuses !

-Attends... Humm... Kyle...

Il ne ralentit évidemment pas et entre les frissons de plaisirs que me procuraient sa bouche et sa main, je finis par me laisser emporter. Mon corps se tendit et je jouis.

Les yeux clos, je reprenais mon souffle en savourant les derniers remous de plaisir parcourant mon corps lorsque j'entendis de nouveau le tiroir s'ouvrir. Je savais ce que Kyle allait prendre dedans et cette fois, ça ne me posait aucun problème mais alors que j'étais complètement détendu, je fus soudainement retourné sur le lit !

-Kyle...

Sa bouche vint se coller contre mon oreille.

-Je n'en ai pas encore fini avec ton corps.

Ok... Je sentis ses mains descendre lentement sur mon dos jusqu'à la courbe de mes fesses. Sa bouche parcourut le même chemin pour finir par mordiller ma chair tendre dont les deux globes furent écartés, dévoilant mon entrée plissée. J'étais exposé sous ses yeux sans pouvoir me cacher et j'étais sûr qu'il aimait ça... La chaleur humide d'une langue finit par se faire sentir, me faisant frissonner. J'avais remarqué que Kyle aimait littéralement me dévorer. Que se soit par ses mains ou par sa bouche, je me sentais toujours englouti. De soupirs en gémissements, je finis par me tortiller sous lui, c'était trop pour moi mais il me bloqua sans mal en grognant son mécontentement.

Après m'avoir torturé encore un moment avec sa langue, je le sentis se redresser. Un bruit de bouteille que l'on ouvre se fit entendre et je ne tardai pas à sentir un doigt humide et froid contre mon intimité. Le contraste avec la chaleur de sa bouche que j'avais sentie précédemment fut saisissant et je me contractai sans le vouloir. Kyle dût le sentir en appuyant son doigt car il arrêta tout mouvement.

-Décontracte-toi. Tu sais que je ne te ferai aucun mal, Joshua.

-Je sais... C'est juste que c'est froid.

Un léger silence flotta dans l'air qui semblait s'être figé et sans que je m'y attende, je fus retourné un peu brusquement. Je me retrouvai maintenant devant mon mari qui me scrutait bizarrement. Qu'est-ce qu'il avait ? Il ne me croyait pas ? Il continua de me fixer puis il parut se calmer. Il avait dû comprendre que je disais vrai. Sa main glissa de nouveau entre mes fesses et son doigt entra sans difficulté, cette fois-ci. Peu après, j'en sentis un second faire son chemin en moi. Kyle trouva rapidement mon point sensible et de nouveaux frissons s'emparèrent de mon corps.

-Kyle... gémis-je.

Un troisième doigt fit son entrée tout doucement, écartant un peu plus ma chair, continuant à progresser dans mon corps, le préparant pour quelque chose de plus gros qui allait prendre la suite et que j'attendais impatiemment. Et puis, un vide se fit sentir et j'ouvris les yeux. Kyle me regardait. Le désir transfigurait son beau visage, me faisant déglutir. 

Toujours en ne me lâchant pas du regard, il ouvrit son pantalon et sortit son sexe imposant en érection afin d'y étaler le lubrifiant. Je vis le plaisir qui coulait sur lui. J'aurais pu l'observer durant des heures. Ça m'excitait de le voir ainsi, abandonné au plaisir qu'il se donnait mais il abrégea ce moment pour me soulever les hanches, se placer à mon entrée et me pénétrer d'un mouvement fluide et sûr jusqu'à la garde. 

Sous la sensation de le sentir de nouveau en moi, je fermai les yeux. Comme à chaque fois, il attendit quelques secondes que je m'habitue à sa présence imposante dans mon corps. Enfin, c'est ce que je pensais au début mais il ne bougeait toujours pas ! D'habitude, il n'attendait pas aussi longtemps ! J'ouvris de nouveau les yeux pour voir ce qu'il faisait. Kyle me regardait, tous ses muscles étaient tendus et il faisait l'effort de rester immobile, cela se voyait... Mais pourquoi ? 

En découvrant que je le regardais enfin, un sourire assez effrayant se forma sur ses lèvres et il se baissa jusqu'à ce que son beau visage ne se trouve plus qu'à quelques centimètres du mien.

-Supplie-moi, Joshua. Supplie-moi de te faire l'amour et de te rendre fou de plaisir.

-Quoi ?...

-Supplie-moi ou je ne bougerai pas.

-Mais... Tu ne peux pas rester comme ça ! Tu ressens forcément l'envie de bouger !

-Effectivement. Je meurs d'envie de te prendre encore et encore, de te voir perdre la tête, transpirer et jouir, le corps tendu par le plaisir...

-Kyle... gémis-je, encore plus excité par ses paroles.

Je me sentais frustré. Je voulais qu'il bouge mais je ne pouvais rien faire, il me tenait par les hanches, je ne pouvais ainsi pas initier les mouvements.

-Mais je suis déterminé, termina-t-il dans un sourire moqueur. Alors obéis-moi, mon très cher époux.

Ho non, non, non... La sensation était trop frustrante ! Je savais quel plaisir Kyle pouvait me donner et je le savais capable de rester ainsi des heures s'il le fallait, tant sa détermination était grande ! Ho et pis merde ! Ma fierté n'était plus à ça près !

-Je... Ho, Kyle ! Tu n'es pas juste... me plaignis-je, ayant tout de même du mal à la jeter aux oubliettes.

Son sourire s'agrandit. Nan mais le sadique !

-J'attends.

Ok... Bien. Il désirait ma soumission ? J'allais jouer et sortir mon plus beau jeu de comédien ! Enfin... Est-ce que je savais comment faire le mec sensuel et sexy ?! On allait vite le savoir... 

J'inclinai le visage vers mon épaule alors que mes bras étaient toujours reliés par la corde et plaçaient au-dessus de ma tête. Je baissai ensuite les yeux, me mordis la lèvre en sachant parfaitement que Kyle la regardait puis je plongeai un regard langoureux dans le sien, attentif. Mon dernier effet consistait à essayer de prendre une voix sensuelle et douce en prononçant les paroles qu'il attendait.

-Fais-moi l'amour et rends-moi fou de plaisir.

Sa réaction ne se fit pas attendre et fit partir mes doutes ! Ses mains quittèrent mes hanches qu'elles immobilisaient, afin de me plaquer les bras contre le matelas, entrecroisant ses doigts aux miens comme il le pouvait malgré la corde. Ses bras musclés m'enveloppèrent complètement et ses yeux s'accrochèrent aux miens. Je sentis son sexe se retirer de moi et m'envahir de nouveau d'un puissant coup de rein qui me fit gémir. Kyle commença enfin ses mouvements de va-et-vient qui me faisaient perdre la tête, m'empêchant de me concentrer sur autre chose que les sensations qui m'envahissaient lorsqu'il s'activait dans mon corps. Ne tenant plus face au plaisir de plus en plus fort qui me traversait, je finis rapidement par jouir en gémissant son nom et il me suivit de peu en se tendant au-dessus de moi.

Les yeux clos, je sentais son regard brûlant qui devait se délecter de l'état dans lequel il m'avait mis mais j'étais bien trop occupé à essayer de reprendre mon souffle et de récupérer pour m'en soucier. La douceur de ses cheveux vint chatouiller la peau de mon cou, Kyle venait d'y poser sa tête.

-Tu ne me détaches pas ? demandai-je.

Il se redressa.

-Pas pour l'instant. J'aime te voir attaché, soumis à mes désirs.

Ses paroles me firent rougir. Il rigola légèrement, posa un bref baiser sur mes lèvres et remit sa tête à l'endroit où elle se trouvait précédemment. Il avait l'air calmé et peut-être plus enclin à répondre à mes questions. Le souvenir de l'homme tatoué aux mains ensanglantées me revenait en mémoire dans ce moment de repos. Et puis, Kyle m'avait dit qu'il s'était passé quelque chose de particulier aujourd'hui ! 

-Kyle... Ne te fâche pas s'il te plaît mais... j'aimerais savoir... Qu'est-ce qui t'a contrarié aujourd'hui et qu'est-ce qui se passe encore dans la cave ?

Je le sentis se figer. Aïe... Allait-il me répondre ? Il se redressa de nouveau et me regarda plus durement cette fois.

-Veux-tu vraiment t'impliquer dans mes affaires, Joshua ? Es-tu prêt à remplir ton rôle en tant qu'époux ?

Il paraissait sérieux, ce n'étaient pas des questions en l'air. L'instant était important. Kyle avait encore une fois retourné la situation à son avantage. Et maintenant, il attendait une réponse que je n'étais pas prêt à donner. Je ne savais pas moi-même ce que je pouvais désormais assumer ou pas, ce que je voulais ou non... Le plaisir que je venais de ressentir dans ses bras me faisait me sentir bizarrement coupable. 

L'homme que j'avais été obligé d'épouser attendait une complète reddition de ma part, un complet engagement, pas seulement le plaisir des sens qui gouvernait notre relation pour l'instant. Si j'allais dans son sens, que je l'acceptais dans ma vie, alors un rôle me serait assigné en tant qu'époux de celui qui contrôlait cette dangereuse organisation. De cette manière, j'en saurais ainsi plus sur sa vie et sur ce que devenait la mienne. Mais... le voulais-je ? Que devais-je lui dire ?...

Annotations

Recommandations

jean-paul vialard
POETISER

'C’est heureux que tu sois ainsi,

située dans une marge inquiète,

dans une pensée

en naissance de soi.'
18
2
0
3
Djurian R


Une matinée de travail ordinaire,
Des instants qui se succèdent,
Sans queue ni tête.

Midi moins dix minutes.
L’ennui et la faim tenaillent,
Une note retient mon attention.

Un détail oublié,
Un problème à régler.
Qui attendra bien une heure de plus.

L’envie soudaine d’écrire,
Un poème, libre et sans grand intérêt,
Mais qui fait du bien à l’esprit.

Loin des mails mal écrits,
Envoyés à la va-vite.
Je me libère un petit moment.

Tiens, il est l’heure de partir.
4
5
0
0
Défi
Jb Desplanches
En réponse au défi "Un anti-héros au féminin" par Léa.
Très bon sujet qui va me permettre d'étoffer mon écriture des protagonistes féminins ! Avis aux lecteurs de Post Apo (et aux autres bien entendu) je me lance dans le genre.
Bonne lecture !
8
7
63
10

Vous aimez lire Asylene ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0