Chapitre 29 : Confessions intimes. (1ère partie) (chapitre non corrigé)

8 minutes de lecture

(Comme indiqué, il s'agit d'un chapitre qui n'est pas corrigé. Il manque des accents sur les majuscules, il y a des virgules en trop, sans doute des fautes et des tournures de phrases à changer. Je préfère prévenir. Bonne lecture tout de même !)

Cela faisait maintenant un peu plus de trois jours que j'étais revenu au manoir avec Kyle. Trois journées passées auprès de mon mari qui ne me lâchait pas, à mon grand soulagement, sauf pour aller parler à ses hommes et savoir ce qu'il en était de ses recherches pour retrouver Hayato. Kyle était doux avec moi, il me badigeonnait de pommade apaisante et cicatrisante tous les jours, et mes traces de coups de fouet et de cravaches ne me faisaient plus mal, à présent. Je devais bien admettre qu'il était aux petits soins.

Je ne comprenais vraiment pas l'homme auquel j'étais pourtant lié par le mariage. Il pouvait se montrer d'une extrême violence, -je l'avais tout de même vu torturer un homme et l'image de celui qu'il avait décapité sous mes yeux, il y a quelques jours, allait sûrement me tourmenter encore longtemps...-, mais il pouvait également être d'une grande douceur avec moi. J'avais vraiment du mal à le suivre. Toujours les mêmes questions, les mêmes pensées sur lui... Je soupirai bruyamment sans faire attention.

-Qu'est-ce qu'il y a ?

Je sursautai dans le lit en entendant cette voix grave si familière.

-Rien, rien ! Je pensais, c'est tout.

-Et à quoi pensais-tu, cher époux ?

-Rien d'important, répondis-je trop rapidement.

Je venais à peine de prononcer ces trois mots que, ni une ni deux, je fus attrapé, soulevé et retourné vers mon mari ou plutôt SUR mon mari ! Ses beaux yeux bridés au regard si déterminé, si froid parfois comme en ce moment, se plongèrent alors dans les miens, un peu hésitants à soutenir les siens.

-Arrête de te tourmenter. C'est fini. Tu es en sécurité maintenant. Je ne le laisserai plus jamais te faire le moindre mal. Je finirai par le retrouver. En attendant, je sais qu'il ne se risquera plus à t'approcher mais tu n'iras plus à l'Université et tu seras encore plus surveillé qu'auparavant. Il y aura plus d'hommes autour de toi, pour ta protection.

Mon regard étonné et mécontent dut me trahir car je vis ses traits se durcir un peu plus. Avoir mes faits et gestes épiés constamment n'était pas quelque chose que j'appréciais...

-Tu as à redire sur ma décision, peut-être ?, demanda Kyle d'une voix glaciale.

Je savais que ça ne servirait à rien de le contredire, pas sur ce sujet et puis, je devais admettre que pour l'instant, je ne me sentais pas en sécurité loin de lui. Alors, être entouré était peut-être gênant mais sans doute également nécessaire et sécurisant.

-Non, non... Heu... Je peux te demander comment va Tom ?

Après mon enlèvement, Kyle m'avait dit que Tom, son chauffeur, n'était pas mort comme je l'avais supposé lorsque je l'avais découvert inconscient et gisant dans une mare de sang à l'Université mais qu'il était dans un état assez critique à l'hôpital. Il avait perdu beaucoup de sang. De savoir qu'il y avait encore de l'espoir et qu'il était sans doute soigné par les meilleurs médecins qui soient, m'avait grandement soulagé ! Même si Tom n'était pas quelqu'un de très chaleureux, -je ne pouvais pas dire le contraire...-, je m'étais habitué à sa présence mais surtout, ce qui me touchait était qu'il avait été grièvement blessé en essayant de me sauver et m'avait même sauvé une première fois des mains d'Hayato et pour ça, je lui en étais très reconnaissant. Je me sentais même redevable alors que je savais qu'il ne faisait qu'obéir aux ordres donnés par Kyle mais quand même, je me sentais responsable de ses blessures...

-Il va mieux, il est tiré d'affaires. Il sortira dans une semaine.

En l'écoutant, un grand soulagement s'empara de moi et mon cœur se gonfla de joie.

-Ho mais c'est super !, m'écriai-je en passant mes bras autour du cou de mon mari et en posant ma tête contre sa tempe.

Je me figeai juste après mon élan de bonheur et de soulagement. Je n'avais pas l'habitude d'avoir ce genre de comportement léger avec lui mais Kyle en profita pour me serrer plus fort, m'enlaçant à son tour. Même si c'était moi qui lui avais sauté dessus lorsqu'il était venu me délivrer, une fois le choc passé et les choses redevenues à peu près normales, je ne me sentais plus aussi à l'aise à l'idée d'aller vers lui, vers son contact. Manque d'habitude, sans doute...

-Je me demande si tu serais aussi inquiet si ça avait été moi qui avais été grièvement blessé...

Je crus percevoir une pointe de tristesse dans sa voix mais il était si glacial en cet instant, que ce soit le ton qu'il avait employé ou ses gestes qui étaient un peu rigides, que je n'en étais pas si sûr. Et je ne savais pas quoi répondre... En imaginant la situation, je pouvais dire que j'aurais été inquiet, très inquiet même ! Bien plus que pour Tom, même si ce n'était pas très gentil pour lui... Devais-je le dire ? Je n'eus pas le temps d'y réfléchir bien longtemps car quelqu'un frappa à la porte, me faisant sursauter.

-Qu'y a-t-il ?, demanda Kyle d'une voix dure.

Il ne devait pas être content d'avoir été dérangé... Surtout qu'il attendait peut-être une réponse de ma part !

-Excusez-moi de vous déranger, monsieur, mais monsieur Morand Akira* est ici et aimerait vous parler, annonça un domestique.

« Morand » ? Attendez... Comme Hayato Morand ? L'homme qui m'avait kidnappé ? Complètement tendu, désormais, je me redressai. Je sentais également la tension dans les muscles de Kyle et sa mâchoire s'était crispée. Il me poussa doucement mais fermement sur le côté et se leva.

-Faites-le patienter. J'arrive.

-Bien, monsieur.

Mon cœur s'était accéléré. Qu'est-ce que ça voulait dire ? Que faisait une personne qui portait le même nom que l'ennemi de Kyle qui m'avait fait du mal, qui avait aussi enlevé Scott et qui avait tiré sur Tom, ici ? Qui était-il ? Son cousin ? Son frère ?

-Kyle...

-Je vais voir ce qu'il veut, m'interrompit-il en s'habillant.

Même si nous étions en début d'après-midi, Kyle ne portait que son boxer et moi, je ne portais qu'un t-shirt de plus. Nous paressions tous les deux au lit ces derniers temps, pour nous isoler. Je pensais que Kyle avait dû comprendre que j'avais besoin de me sentir à l'écart du monde pour l'instant et il restait avec moi. Je ne pouvais nier que mon époux pouvait se montrer compréhensif et tendre quand il le désirait. Il m'étonnait vraiment dans ces moments-là. Mais surtout, sa tendresse touchait mon cœur plus que je ne le voudrais...

-Il s'agit de l'oncle d'Hayato. Connaissant ses relations tendues avec lui, il n'est pas venu pour le défendre ou pour me supplier d'être clément.

Ces mots me glacèrent bien malgré moi, me rappelant dans quel monde j'avais été jeté sans aucune préparation. Pour cette raison, j'en voulais toujours un peu à ma mère. Si elle m'avait parlé de ce mariage arrangé, j'aurais pu m'y préparer psychologiquement ! Faire des recherches, voir un peu ce qui m'attendait, essayer de comprendre ce milieu si différent de ce que je connaissais jusque-là ! Ou encore... Essayer de m'enfuir avec elle... Ou du moins, choisir mon destin : devenir sciemment l'époux de Kyle Bowman en sachant ce que cela engageait de ma part ou chercher une autre solution pour lui échapper, comme la fuite ou encore essayer de négocier avec lui avant qu'il ne se décide à m'épouser.

-Joshua.

Sa voix grave me fit sursauter. Je ne l'avais pas entendu approcher et il se tenait penché à quelques centimètres de moi. Sa main venait d'agripper mon menton qu'il avait soulevé pour plonger son regard dur dans le mien.

-Tu ne sors pas de la chambre, c'est compris ?

Je hochai la tête, un refus n'était pas envisageable, je le savais. Ca ne m'empêchait pas d'aller tout de même jeter un petit coup d'œil, discrètement...

-Et même si tu tentes quoi que ce soit, sache qu'un de mes hommes sera posté devant la chambre. Il aura ordre de t'empêcher de sortir.

Merde... Il lisait dans mes pensées ou quoi ? Sur ses mots, il se pencha et s'empara de mes lèvres de manière possessive.

-Sois sage, m'ordonna-t-il en se redressant, me regardant sévèrement. Et si tu veux me faire plaisir, sois surtout nu dans ce lit lorsque je reviendrai.

Evidemment, je rougis violemment, ce qui le fit sourire avant de sortir. Je me laissai alors tomber sur le matelas et soupirai. Que faisait cet homme, cet Akira Morand chez Kyle ? Que lui voulait-il ? Aurais-je des réponses à mes questions quand mon mari reviendra ? Je l'espérais.

Deux heures passèrent ainsi, moi dans la chambre à essayer de tuer le temps sur mon ordinateur et Kyle en compagnie de cet homme, un proche de celui qui m'avait enlevé et qui se trouvait dans la même maison que moi, dans une pièce non loin de moi, à quelques mètres... Ok, je flippais. Et j'avais du mal à me concentrer sur ce que je faisais, c'est-à-dire, travailler sur mon exposé que je n'avais toujours pas terminé. Je devais être un peu traumatisé par ce qui s'était passé. Ce serait normal !

Attendez... Des voix... La porte s'ouvrit brusquement sur une silhouette imposante et familière, et un beau regard aux yeux bridés me jaugea des pieds à la tête.

-Ne t'avais-je pas dit de ne porter aucun vêtement lorsque je reviendrai ?

Merde... Il paraissait si glacial. Enfin, encore plus que d'habitude. J'avais l'impression que son entretien ne s'était pas bien passé.

-Heu... Je ne pensais pas que tu étais sérieux...

-Avec toi, je le suis toujours.

Je ne pus m'empêcher de rougir et je baissai les yeux, gêné. Je l'entendis s'approcher du lit jusqu'à se trouver près de moi.

-Joshua, regarde-moi, m'ordonna-t-il.

Ce que je fis. Mon mari... Si beau, si imposant, si mystérieux, si... effrayant... Il me surplombait de toute sa hauteur, sa présence dominant la pièce dans laquelle nous nous trouvions.

-Je t'ai laissé 3 jours pour te remettre mais maintenant, tu vas tout me raconter.

Ok... La fameuse discussion sur ce que j'avais enduré durant mon enlèvement était donc arrivée. Je soupirai et posai mon ordinateur sur le meuble à côté du lit. Je connaissais assez Kyle pour comprendre qu'il ne me laissait aucun choix. La perspective de cette conversation m'angoissait. Comment allait réagir mon dangereux époux en apprenant ce qu'Hayato m'avait fait ?...


*« Très donné au Japon, Akira signifie « intelligent, clairvoyant » en japonais. »


Annotations

Recommandations

jean-paul vialard
POETISER

'C’est heureux que tu sois ainsi,

située dans une marge inquiète,

dans une pensée

en naissance de soi.'
18
2
0
3
Djurian R


Une matinée de travail ordinaire,
Des instants qui se succèdent,
Sans queue ni tête.

Midi moins dix minutes.
L’ennui et la faim tenaillent,
Une note retient mon attention.

Un détail oublié,
Un problème à régler.
Qui attendra bien une heure de plus.

L’envie soudaine d’écrire,
Un poème, libre et sans grand intérêt,
Mais qui fait du bien à l’esprit.

Loin des mails mal écrits,
Envoyés à la va-vite.
Je me libère un petit moment.

Tiens, il est l’heure de partir.
4
5
0
0
Défi
Jb Desplanches
En réponse au défi "Un anti-héros au féminin" par Léa.
Très bon sujet qui va me permettre d'étoffer mon écriture des protagonistes féminins ! Avis aux lecteurs de Post Apo (et aux autres bien entendu) je me lance dans le genre.
Bonne lecture !
8
7
63
10

Vous aimez lire Asylene ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0