Chapitre 28 : Et la délivrance fut... (chapitre non corrigé)

11 minutes de lecture

(Comme indiqué, il s'agit d'un chapitre qui n'est pas corrigé. Il manque des accents sur les majuscules, il y a des virgules en trop, sans doute des fautes et des tournures de phrases à changer. Je préfère prévenir. Bonne lecture tout de même !)

(Avertissement : ce chapitre contient la description de scènes violentes, d'un meurtre, de sexe et de sang. Pour les plus sensibles, vous pouvez survoler ces passages et aller directement à la fin, ça ne dérangera pas pour lire la suite de l'histoire.)


Du bruit... J'émergeai soudainement de ma somnolence alors que ce Hayato appuyait sur l'interrupteur et entrait. Je n'avais aucune notion du temps qui passait, enfermé dans cette pièce dans le noir. J'étais toujours enchaîné depuis sa dernière visite et mes bras commençaient vraiment à me faire souffrir.

Sans un mot, il vint jusqu'à moi et je me forçai à soutenir son regard, ce qui le fit sourire.

-C'est bien, ta combativité est toujours présente à ce que je vois.

Sur ces paroles, il se dirigea vers son fameux sac rempli de choses qui me faisaient peur... Il en sortit ce qui ressemblait à un fouet noir et revint vers moi. Il me tourna autour un moment en m'effleurant parfois avec l'objet qu'il tenait dans sa main, me faisant ainsi sursauter et accélérer les battements de mon coeur. Kyle, où es-tu ?...

Tout d'un coup, l'ennemi de celui auquel je pensais, s'immobilisa dans mon dos. Avant de comprendre ce qu'il comptait faire, ses mains se posèrent sur moi et attrapèrent le seul vêtement que je portais encore afin de me le retirer.

-NON !! ARRETEZ !!, criai-je en me débattant pour qu'il n'y arrive pas mais évidemment, j'étais attaché, pas lui, et mon boxer se retrouva rapidement sur le sol.

Je n'avais jamais été aussi humilié de toute ma vie, pensai-je pendant que les larmes commençaient à envahir mes yeux. Et je n'avais jamais été si vulnérable. Personne ne prenait jamais en compte ma pudeur mais ce n'était pas le plus important à ce moment précis car la peur s'était complètement emparée de moi, plus forte que la gêne, et je me mis à pleurer à gros sanglots. Je savais ce que cette nudité suggérait. Ce type allait sans doute me violer...

-HA !

Mon premier cri interrompit quelques secondes mes pleurs. Le premier coup de fouet que je reçus sur les fesses me surprit totalement et je faillis m'étouffer à travers mes sanglots. Comme pour la dernière fois, de nombreux coups me furent portés, j'étais incapable de les compter, cet homme était trop rapide. A chaque fois que le fouet entrait douloureusement en contact avec mon corps, les chaînes qui me tenaient, faisaient du bruit. Je me mordais les lèvres pour éviter de crier, -je ne voulais pas lui faire ce plaisir-, mais malheureusement, ça ne marchait pas toujours. Lorsqu'il eut enfin terminé, ma peau me brûlait durement...

-Hum... Très joli, vraiment. Tu as de très jolies fesses bien rebondies et les marques que je t'ai faites les subliment encore plus, me dit-il sur un ton satisfait en effleurant sans doute une des marques de son doigt, me faisant sursauter sous la douleur de ce toucher.

Il partit ensuite ranger cet horrible objet dans ce sac plein de promesses effrayantes à mon encontre avant de revenir devant moi. Mes pleurs s'étaient taris et j'essayais de reprendre contenance. Ne te laisse pas abattre, Joshua ! Kyle va venir te sauver ! IL VIENDRA. Et sur cette pensée réconfortante, je plongeai mon regard le plus déterminé qui soit dans le sien.

-Pourquoi faites-vous ça ?

-Tu m'as déjà posé cette question et je t'ai répondu.

- Je veux dire, pourquoi me faire du mal ? L'enlèvement aurait dû suffire, non ? Je ne vous ai rien fait, je ne vous connaissais même pas ! Alors, pourquoi ?

Il me regarda un petit moment puis un sourire se dessina sur ses lèvres. Il se rapprocha de moi et se pencha jusqu'à mon oreille avant de me répondre en chuchotant presque :

-Lorsque Bowman te trouvera, je veux qu'il voit les marques que j'ai faites sur ton corps. Je veux qu'il sache que j'ai profité de toi à ma manière, que je t'ai touché, toi, son jouet, sa propriété, son précieux mari... Et en te trouvant nu, suspendu à ces chaînes, il pensera que je t'ai violé...

Ses mots me glacèrent le sang... Cet homme haïssait vraiment Kyle et je n'étais qu'un instrument servant sa vengeance... Je n'avais plus envie de parler ni de le défier. J'étais figé par ses paroles. Il le vit sans doute car il poussa un petit rire narquois et se dirigea lentement vers la porte, prêt encore une fois à me laisser dans le noir. Même si j'en avais envie, je n'arrivais pas à pleurer, ses derniers mots m'avaient tellement choqué... J'avais l'estomac serré. Kyle, Kyle, Kyle... J'ai besoin de toi.

Alors que l'ennemi de mon mari venait d'ouvrir la porte, des coups de feu retentirent. KYLE ! Je redressai la tête, plein d'espoir, l'énergie qui semblait m'avoir quitté venait d'envahir chaque parcelle de mon être. Cet homme se figea un instant en entendant les mêmes bruits que moi et je vis certains de ses hommes courir dans le couloir, sans doute pour aller se battre. J'entendais l'agitation qui régnait, je la sentais. En moi, elle était mêlée à de la crainte mais surtout, à un grand soulagement.

L'ennemi de Kyle se retourna et je découvris avec surprise qu'il souriait.

-On dirait que ton époux t'a enfin trouvé. Il a mis plus de temps que je ne pensais mais il faut dire que je suis un ennemi redoutable !

Est-ce qu'il... allait me tuer maintenant que Kyle était là ? Ce fut la question que je me posais avec terreur alors qu'il me regardait avec satisfaction. Mais sans que je ne comprenne, il éteignit l'interrupteur, me plongeant de nouveau dans le noir.

-Bonne chance avec Bowman ! Sache que je me suis bien amusé !

Et sur ces mots, il m'enferma.

J'entendais énormément de bruits, d'énormes fracas, des cris, de nombreux coups de feu et ils se rapprochaient... La porte finit par s'ouvrir brusquement, laissant apparaître la silhouette massive éclairée par la lumière du couloir de celui que je voulais tant revoir.

-Kyle !, m'écriai-je, les larmes aux yeux.

Il appuya sur l'interrupteur et en me découvrant ainsi, je vis la surprise puis la fureur se peindre sur son beau visage mais surtout dans ses yeux sombres. Il était entièrement vêtu de noir, une arme à la main et il portait également son sabre suspendu dans son dos dans un étui dont la lanière lui barrait le torse. Il se précipita jusqu'à moi sans dire un mot et regarda mes chaînes et son système d'attaches afin de me délivrer. Il marcha ensuite jusqu'au mur, fit descendre les chaînes et je m'écroulai par terre. Après tout ce temps passé attaché, ça me soulagea de pouvoir baisser mes bras, même si c'était également douloureux. Kyle vint vers moi et je sentis enfin ses bras attraper tendrement mes épaules pour me redresser et m'étreindre, son corps imposant contre le mien, sa chaleur m'inondant... Je sentais la tension qui l'habitait et son regard qui se promenait sur mon corps. Il découvrait l'œuvre de son ennemi...

-Joshua.

Surpris, je levai la tête et le regardai. Il me caressa tendrement la joue et posa brusquement ses lèvres sur les miennes. Ses lèvres... Oui, il n'y avait pas de doute, j'aimais sa bouche et sa manière de m'embrasser. Il n'y avait que lui. Oui, que lui qui me fasse ressentir ses frissons délicieux. Il finit malheureusement par détacher ses lèvres des miennes et par poser son front sur le mien. Je savourais ce moment durant lequel il n'y avait plus que nous, personne d'autre que Kyle et moi... Mais il finit par relever la tête.

-Joshua, je n'ai pas les clés. Tends tes bras et pose-les sur le sol.

Quoi ? Vu son regard déterminé, je fis ce qu'il me dit et avant que je ne comprenne, un coup de feu fut tiré sur mes menottes. Je sursautai et me dépêchai d'écarter les bras et de me redresser. Alors que mon mari m'aidait à me lever, du bruit se fit entendre. Kyle me lâcha et je retombai brusquement sur le sol. Un homme venait d'entrer. Il pointa son arme sur mon mari, l'air déterminé, mais Kyle fut plus rapide et lui tira dessus le premier. L'homme s'écroula sur le sol mais il était toujours en vie, il gémissait, sa respiration était rapide et sifflante et du sang se propageait sur ses vêtements.

Kyle s'approcha de lui et sans que je ne m'y attende, sortit son sabre de son étui sans quitter des yeux l'homme sur le sol. D'un geste sûr et rapide, il lui trancha la tête. Une giclée de sang sortant sans doute d'une artère, éclaboussa le torse et le visage de Kyle qui ne cilla même pas alors que j'étais totalement en état de choc. Une autre finit par m'atteindre, s'étalant sur mon visage. Dans un état second, je levai ma main et essuyai ma joue sur laquelle le sang coulait.

Du sang, du sang, du sang chaud... Il est encore chaud... J'avais soudainement du mal à respirer et je ne pouvais détacher mes yeux de ce rouge qui tachait ma main.

Tout d'un coup, une poigne ferme mais douce à la fois s'empara de mon poignet, me faisant sursauter.

-Joshua, regarde-moi.

Je relevai la tête et rencontrai des beaux yeux bridés qui me fixaient avec un mélange de douceur et de colère mais je savais au plus profond de mon être que cette colère n'était pas dirigée contre moi mais contre celui qui m'avait fait ce qui s'affichait sous ses yeux : moi, nu, apeuré et blessé.

Et dans l'état second dans lequel je me trouvais, ce dont j'avais besoin, là, maintenant, c'était de Kyle, de son réconfort, de son corps, de lui ! Alors, sans réfléchir à ce que je faisais, je passai mes bras autour de son cou et pris sa bouche avec passion. Je sentis sa surprise lorsqu'il se figea avant de me repousser doucement mais fermement. Cependant, je ne voulais rien savoir. Tout ce que je voulais, tout ce dont j'avais besoin, tout ce que je désirais, c'était lui, seulement lui et tout de suite !

-Ne me repousse pas ! J'ai besoin de toi, maintenant ! Kyle, je t'en supplie... J'ai besoin de ta chaleur... en moi... Réchauffe-moi ! Réchauffe-moi !

Alors que le retentissement des coups de feu se faisait rare, il me regarda, surpris, semblant hésiter, puis il fit enfin ce que je lui demandais alors qu'une nouvelle giclée de sang nous aspergeait. Il m'attrapa au niveau des hanches, -je comprenais qu'il faisait attention de ne pas toucher mes blessures-, et me colla brusquement contre lui alors que nous étions agenouillés sur le sol froid de cette pièce qui m'avait vu tant souffrir, que ce soit psychologiquement ou physiquement. Ces murs allaient à présent me voir jouir entre les mains expertes de mon époux, le seul qui avait le droit de me toucher et cette pensée m'excitait au plus haut point, me faisant devenir dur.

Sur mes réflexions enivrantes, je passai mes mains sous le pull de Kyle, entreprenant de le lui retirer. Il m'aida en finalisant le geste et alors que je promenais mes mains sur les muscles fermes et imposants de son torse, je sentis sa main dont il venait d'humidifier les doigts avec sa bouche, descendre doucement entre mes fesses. Je me penchai un peu pour les écarter et lui donner plus d'accès sans qu'il ne touche mes marques de fouet récentes.

-Tu es sûr ?

-Oui. Je suis sûr. Kyle... Prends-moi.

Mes derniers mots prononcés d'une voix déterminée achevèrent ses dernières résistances et il commença doucement à me préparer, un doigt après l'autre, ne me lâchant pas des yeux, attentif à mes réactions. Une fois prêt, sans perdre de temps, Kyle défit son bouton et sa fermeture éclair pour en sortir son imposante érection. Puis il plaça mes cuisses autour de lui, posa ses larges mains sur les côtés de mon corps, là où je n'avais pas été blessé, pendant que je passais mes bras autour de son cou sur ses larges épaules qui me rassuraient tant à cet instant.

Il cracha ensuite dans sa main afin d'humidifier également son sexe avant de se placer contre mon entrée et me pénétra délicatement. J'en gémis de bonheur de le sentir à nouveau en moi. Après seulement quelques va-et-vient, Kyle entama de rapides mouvements. Après tout, ce n'était pas vraiment le moment ni le lieu pour nos ébats, alors je comprenais qu'il soit nécessaire de faire vite. Le plaisir monta, mélangé à une légère douleur au niveau de mes fesses qui avaient été fouettées peu avant que Kyle n'arrive. Ce mélange me submergea merveilleusement pendant que mon mari imprimait un rythme rapide à nos corps, faisant claquer nos peaux.

-Joshua, grogna-t-il. Je le tuerai.

Il accéléra encore ses mouvements, me rendant fou de plaisir alors que nous recevions une énième giclée de sang chaud sur nos corps bouillants.

-Je le ferai atrocement souffrir et je le tuerai. Tu es à moi, personne n'a le droit de te toucher, rajouta-t-il férocement en me serrant plus fort contre lui et en accélérant encore.

-Ha ! Oui... Ha... Je suis à toi, seulement à toi... Hum...

La jouissance finit par me prendre et après avoir crié le nom de mon mari, je m'affalai sur lui alors qu'il me remplissait de sa semence dans un grognement, sa tête enfouie dans mon cou. Il me serra un petit moment contre son corps, m'enveloppant de sa chaleur protectrice. Puis, je le sentis bouger et je me redressai légèrement pour voir ce qu'il faisait. En le regardant, je vis qu'il était recouvert de sang. Toujours un peu dans le vague, -j'avais l'impression étrange que tout ce qui se passait n'était pas réel, que je me trouvais dans un rêve bizarre-, je baissai les yeux sur mon propre corps et je découvris que moi aussi, j'étais presque entièrement recouvert de sang mais je n'arrivais même pas à paniquer, je me sentais si fatigué...

-Joshua.

Je sursautai au son de cette voix autoritaire et regardai mon mari.

-Ca va te faire mal mais je vais te mettre mon pull. Il faut te couvrir, il est temps de partir d'ici.

A la pensée de m'éloigner de cet endroit, je réagis enfin.

-Scott ! Il est dans la pièce à côté ! Il faut...

-Mes hommes s'en occupent. Ne t'inquiète pas, m'interrompit Kyle.

Ses paroles me soulagèrent et je me laissais faire docilement pendant qu'il me mettait son pull. Effectivement, le frottement du tissu contre mon dos et mes fesses ne fut pas agréable et je me plains sur le moment. En m'entendant, je sentis la tension qui régnait dans les gestes de Kyle. Oui, une chose était sûre, mon mari voulait causer les pires souffrances à celui qui m'avait fait ça et cette idée me rassurait, bizarrement.

Kyle, qui portait de nouveau son sabre dans son dos, me prit ensuite dans ses bras alors que je prenais le tissu au niveau du col dans ma main et respirais à pleines gorgées d'air, son odeur que j'aimais tant. Et c'est ainsi que nous sortîmes de cette horrible pièce : Kyle, torse nu, et moi, recouvert seulement de son pull.

Alors que nous passions devant tous ses hommes armés, je vis bien les regards braqués sur nous, ils attendaient leur patron et ses ordres. Je vis également des regards étonnés de nous découvrir ainsi, à moitié nus et recouverts de sang. C'est à ce moment précis, en regardant tous ces hommes vêtus de noir et armés jusqu'aux dents, que je repensai aux paroles de ce Hayato : "Toi aussi, tu vas rapidement comprendre où se trouve ta place". Je réalisai soudainement qu'il avait raison. Je comprenais réellement maintenant, à quel milieu j'appartenais, désormais...

Annotations

Recommandations

jean-paul vialard
POETISER

'C’est heureux que tu sois ainsi,

située dans une marge inquiète,

dans une pensée

en naissance de soi.'
18
2
0
3
Djurian R


Une matinée de travail ordinaire,
Des instants qui se succèdent,
Sans queue ni tête.

Midi moins dix minutes.
L’ennui et la faim tenaillent,
Une note retient mon attention.

Un détail oublié,
Un problème à régler.
Qui attendra bien une heure de plus.

L’envie soudaine d’écrire,
Un poème, libre et sans grand intérêt,
Mais qui fait du bien à l’esprit.

Loin des mails mal écrits,
Envoyés à la va-vite.
Je me libère un petit moment.

Tiens, il est l’heure de partir.
4
5
0
0
Défi
Jb Desplanches
En réponse au défi "Un anti-héros au féminin" par Léa.
Très bon sujet qui va me permettre d'étoffer mon écriture des protagonistes féminins ! Avis aux lecteurs de Post Apo (et aux autres bien entendu) je me lance dans le genre.
Bonne lecture !
8
7
63
10

Vous aimez lire Asylene ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0