Chapitre 22 : Aucun pardon. (chapitre non corrigé)

14 minutes de lecture

(Comme indiqué, il s'agit d'un chapitre qui n'est pas corrigé. Il manque des accents sur les majuscules, il y a des virgules en trop, sans doute des fautes et des tournures de phrases à changer. Je préfère prévenir. Bonne lecture tout de même !)

Une certaine agitation régnait au manoir. Kyle avait rassemblé plusieurs de ces hommes et je n'avais évidemment pas le droit d'être au rez-de-chaussée le temps qu'ils s'y trouvaient. Mon mari m'avait donc confiné dans la chambre comme si je n'étais encore qu'un enfant... La journée avait pourtant commencé de manière plutôt légère et agréable puisque Kyle m'avait dit de ne pas aller en cours afin de passer la journée avec lui et nous avions pris le petit-déjeuner tous les deux. Kyle s'était révélé être de bonne compagnie, il était de bonne humeur après la nuit que nous avions passé...

Je devais l'admettre, cette nuit, j'avais eu envie de le toucher, de le sentir frissonner sous mon toucher, me rappelai-je en rougissant avant de soupirer. Qu'est-ce que mon attitude voulait dire ? Depuis le début, pour moi, il était clair qu'au bout de la période d'essai de notre mariage, j'allais reprendre ma vie comme avant que Kyle ne débarque et ne chamboule tout. Il n'y avait aucun doute ! Kyle serait sorti de mon quotidien et tout serait redevenu normal. Mais à présent, je n'étais plus si sûr de moi... Je m'habituais peu à peu à lui et j'aimais sa manière de me caresser et de m'embrasser, et son côté tendre qu'il ne montrait pas assez souvent à mon goût. Mais son autre côté possessif, contrôlant, violent et jaloux était assez difficile à supporter... Et je n'étais pas sûr de vouloir que ce côté-là de lui et surtout son organisation et les dangers qui y étaient liés fassent partie de ma vie.

Pour en revenir à la matinée, après le petit-déjeuner, Kyle m'avait ensuite emmené dans la salle de bain et nous avions pris un bain ensemble. Je m'étais retrouvé blotti contre lui qui pouvait se montrer particulièrement doux quand il le voulait et je m'étais senti étonnamment bien dans ses bras mais cette paix entre nous n'avait pas duré plus de quelques heures... Alors que je me trouvais dans les bras de mon mari, assis sur le sofa, lui en train d'étudier des papiers qui semblaient importants et moi, lisant le livre de Zola sur lequel je devais bientôt passer en exposé, le bras de Kyle entourant mes épaules, son torse contre mon dos, un de ses hommes à la carrure impressionnante était arrivé et avait demandé à lui parler car « un imprévu était arrivé » pour le citer.

Kyle s'était alors retiré dans son bureau avec lui, me laissant seul dans le salon mais une fois qu'il en était ressorti, l'air qu'il avait sur le visage m'avait glacé sur place. Kyle avait retrouvé son visage froid qui était pourtant adouci ce matin, ses traits étaient redevenus figés et ses yeux reflétaient une colère telle que j'étais soulagé qu'elle ne soit pas dirigée contre moi... Il avait alors marché dans ma direction pendant que son homme de main était sorti du manoir, sans doute sous les directives que son patron lui avait données. Kyle m'avait ensuite ordonné d'aller dans notre chambre en m'expliquant qu'il avait une affaire urgente à régler et le pire était qu'il m'avait accompagné et m'avait enfermé à clé... Il ne me faisait donc apparemment pas confiance ! Génial...

Cela faisait donc un moment que je me trouvais assis sur le lit, mon livre à la main, à essayer de lire mais je n'arrivais plus à me concentrer. Qu'est-ce qui était en train de se tramer exactement ? Et combien de temps j'allais encore rester coincé dans cette pièce ? Pour faire ça, j'aurais mieux fait d'aller en cours et de passer la journée avec mes amis, me dis-je un peu amer et déçu de la tournure que prenait cette journée qui avait pourtant bien commencé. Tout à mes pensées, je finis par entendre un bruit de clé dans la serrure, je me levai alors précipitamment. Kyle entra, le visage sévère mais je ne me laissai pas démonter, il fallait que je sache ce qui se passait et pourquoi il fallait absolument m'enfermer comme un enfant !

-Qu'est-ce qui se passe ? Pourquoi est-ce que tu m'as enfermé ?, demandai-je, les poings serrés, en le regardant bien dans les yeux.

Kyle s'approcha de moi mais je me forçais à ne pas reculer et il ne s'arrêta qu'à quelques centimètres, nos corps se frôlant presque. Puis il leva sa main et m'effleura la joue, me provoquant un frisson.

-Serais-tu en colère, cher époux ?, demanda Kyle sur un ton doucereux.

-Tu m'as enfermé dans cette chambre comme si je n'étais qu'un enfant qui n'avait pas le droit de savoir ce que font les adultes. C'est profondément insultant.

-« Insultant » ? Vraiment ?

Kyle attrapa alors mon menton entre ses doigts et passa son pouce sur ma lèvre inférieure avant de reprendre :

-Il me semble t'avoir prouvé cette nuit que je ne te voyais absolument pas comme un enfant mais comme un homme désirable et sensible au plaisir que je lui donnais.

Ok... Ca, je ne m'y attendais pas du tout et je devins évidemment aussi rouge qu'une tomate bien mûre ! Il avait encore une fois réussi à me déstabiliser... En voyant mes joues rougies, un petit sourire se dessina sur ses lèvres mais ses yeux restaient froids.

-C'est pour ta propre sécurité, moins tu en sais, moins tu es en danger, et je ne veux risquer aucune fuite. Lorsque tu auras pris ta décision en ce qui nous concerne, alors les choses seront différentes, tu auras le droit de savoir ce qui se passe autour de toi, continua-t-il.

Puis sur ces paroles, il me lâcha, se dirigea vers son sabre et le fourreau, et il les décrocha sous mes yeux écarquillés avant de se tourner vers moi.

-Qu'est-ce... Qu'est-ce que tu comptes faire ?

-Des affaires doivent être réglées et des leçons doivent être données. Et je ne serai pas clément.

Le ton déterminé et distant qu'il employa me fit froid dans le dos. Que voulait-il dire exactement ?

-Kyle...

-Une des personnes qui n'acceptent pas ma prise de pouvoir m'a volé. Je ne peux le tolérer. Il me prend pour un faible et cherche à me ridiculiser alors qu'il me doit le respect et crois-moi, je vais lui faire passer l'envie de recommencer, me dit-il dans un sourire glaçant avant de se diriger vers la porte.

Je n'eus le temps de ne rien dire qu'il était déjà parti. Que pouvais-je faire de toute façon ? Kyle avait cet air effrayant sur le visage que je lui avais déjà vu, je savais qu'il ne m'écouterait pas si j'essayais de l'empêcher de faire quelque chose d'horrible... Comment avais-je pu atterrir dans ce milieu ?! Ne sachant que faire, je me laissai tomber sur le lit. Au bout de quelques minutes, j'entendis comme un bruit assourdissant venant de la cour. Je me rendis alors à la fenêtre et ce que je vis me laissa sans voix et incapable du moindre mouvement.

Un hélicoptère se posa dans la cour comme cela avait été le cas le jour où Kyle était rentré de son voyage d'affaires et que j'avais découvert son tatouage mais cette fois-ci, cette vision me paraissait encore plus irréelle... Kyle marchait rapidement jusqu'à son hélico pendant qu'une quarantaine d'hommes vêtus de noir et armés jusqu'aux dents s'attroupaient autour d'immenses voitures noires, elles aussi. Je vis quelques hommes monter avec Kyle pendant que tous les autres grimpaient dans les véhicules qui démarrèrent en trombes sous mes yeux. Il allait se passer un véritable carnage, pensai-je, mortifié, avant de me laisser glisser contre le mur jusqu'à finir par terre, ma tête entre mes mains...

**

Il faisait nuit lorsque j'entendis des bruits annonçant le retour de mon...mari. J'avais eu du mal à m'occuper cette après-midi, je n'arrivais pas à me changer les idées. Je m'étais fait des films complètement dingues, m'imaginant Kyle en pleine scène de torture sur un homme ligoté, qui le suppliait d'arrêter mais Kyle n'arrêtait pas et même jubilait de ce qu'il lui infligeait et de la souffrance qu'il voyait... J'en étais venu à appréhender son retour.

Il n'était pas encore assez tard pour que je sois couché et je me trouvais dans le salon à essayer de prendre des notes pour mon exposé. J'entendis alors la porte d'entrée s'ouvrir brusquement et je vis des hommes travaillant pour Kyle, passer rapidement dans le couloir et deux d'entre eux portaient... le corps d'un homme dont les mains étaient attachées et la tête portait comme un sac noir en tissu. C'est pas vrai... J'avais l'impression de me trouver dans un film d'action, que rien n'était réel !

Après que tout ce petit monde bien flippant soit passé sous mes yeux sans même paraître me remarquer, Kyle arriva, sa présence emplit l'espace. Mon mari ne manquait assurément pas de charisme, pensai-je en ne pouvant détacher mon regard de sa haute silhouette. Il me vit tout de suite et marcha jusqu'à moi. Je déglutis difficilement. Il ne s'arrêta que devant moi et me prit le menton entre ses doigts avant de se baisser et de déposer délicatement ses lèvres sur les miennes.

-Qu'est-ce que tu fais ?

-Heu... Je... Je travaille sur mon exposé, bafouillai-je.

Ses doigts étaient remontés jusqu'à mes cheveux qu'il caressait doucement.

-Allons nous coucher.

Incapable de répondre, je me contentai de hocher la tête, de prendre la main qu'il me tendait et de me laisser guider jusqu'à la chambre. Une fois la porte fermée, Kyle m'attrapa et me plaqua contre son corps dur avant de m'embrasser passionnément. Sous sa fougue soudaine, je n'arrivai pas à réagir et je me retrouvai bientôt allongé sur le lit, son corps sur le mien, ses mains ne perdant pas de temps pour se faufiler sous mes vêtements, ce n'est que lorsqu'il commença à déboutonner mon jean, que je réagis enfin.

-Attends, Kyle...

Alors qu'il avait sa tête dans mon cou, je l'entendis grogner. Ok... Apparemment, il ne voulait pas être interrompu. Il avait réussi à ouvrir complètement mon jean et il commençait à le baisser. Il fallait vraiment que je l'arrête tout de suite ! Il pensait réellement que j'avais envie de coucher avec lui alors qu'un homme se trouvait quelque part dans le manoir, attaché et peut-être torturé par un de ses hommes au même moment ?!

-KYLE !, criai-je en repoussant son torse de toutes mes forces.

Mon cri, plus que mon geste, paru enfin l'arrêter puisqu'il se redressa et fixa ses yeux aux miens.

-Je n'ai pas envie... Est-ce que tu peux me laisser ?

Ses yeux devinrent froids en m'écoutant. Merde... Ce n'était pas bon signe !

-« Pas envie » ? Ce n'est pourtant pas ce que tu disais la nuit dernière, toi qui m'affirmais avoir envie de me toucher...

En l'écoutant, je me mis à rougir violemment. Il se servait de ce que je lui avais dit cette nuit contre moi ! Pourquoi est-ce que je m'étais laissé aller dans ses bras, aussi ?!

-Tu ne dis rien ? Bien, ne parle plus et laisse-moi te faire l'amour.

Et sur ses paroles, il me retira complètement mon jean, puis ce fut le tour de mon pull. Je ne savais pas quoi faire ni quoi dire. Il se redressa alors et défit lentement les boutons de sa chemise blanche en ne me quittant pas des yeux. Une fois entièrement ouverte, il la retira avant d'attraper mes mains et de les poser sur le bouton et la fermeture éclair de son pantalon...

-Ouvre-le.

-Kyle..., tentai-je.

- Joshua, n'oublie pas que ton corps est à moi. Ouvre-le. Ne m'oblige pas à me répéter.

Le ton était menaçant, alors de mes doigts légèrement tremblants, j'obéis et défais le bouton de son pantalon, puis je descendis doucement la fermeture éclair. Alors que je retirais mes mains, il m'en attrapa une et la ramena sur son entrejambe.

-Touche-moi comme tu en avais envie la nuit dernière.

-La nuit dernière, c'était différent..., répliquai-je doucement.

Je vis ses yeux refléter l'étonnement. Il ne semblait pas comprendre mon refus.

-En quoi ?

-Il n'y avait pas un pauvre homme enfermé et maltraité entre ces murs.

Enfin, je l'espérais ! Après tout, il y avait des pièces de ce manoir que je n'avais pas visitées car elles se trouvaient en sous-sol et l'entrée était toujours fermée à clé... Je vis Kyle serrer la mâchoire. Ca n'annonçait rien de bon... Une de ses mains était toujours posée sur la mienne qui se trouvait sur son pantalon et sans que je ne m'y attende, il me fit une prise comme pour me tordre le bras afin que je me retrouve coincé sur le ventre, mon bras presque tordu dans mon dos avec Kyle sur moi qui se pencha jusqu'à mon oreille.

-Joshua, ce sont MES affaires, tu n'as pas à t'en mêler ou à me donner ton avis, commença-t-il.

Je sentis son autre main glisser sur mon ventre jusqu'à mon sous-vêtement, sa main passa la barrière de tissu et il reprit :

-Alors, vas-tu changer d'avis et te laisser aller au plaisir que je m'apprête à te donner ?, me murmura-t-il à l'oreille alors qu'il commençait à me caresser le sexe.

Je ne pus m'empêcher de gémir. Non, il allait gagner...

-Kyle..., gémis-je.

-Oublie tout, Joshua et laisse-toi aller...

Et comme je ne répliquais rien, il arrêta brièvement ses caresses, le temps de me retirer mon boxer puis il me retourna et prit ma bouche dans un baiser passionné. J'avais la tête vide, je n'arrivais plus à penser, à réfléchir, seules comptaient son odeur qui m'enveloppait, ses caresses, ses lèvres et sa langue qui me dévoraient, rien d'autre n'avait plus d'importance... Cette fois, il y avait comme une urgence à ce que nos corps se lient et brisent la distance qui nous séparait. Nous nous étions rapprochés la nuit dernière lorsque nous avions fait l'amour en nous donnant l'un à l'autre réciproquement car pour la première fois, je lui avais fait part de mon désir pour lui. Mais ce rapprochement n'avait été que de courte durée avec les événements d'aujourd'hui qui me rappelaient quel était le genre d'hommes que j'avais été forcé d'épouser...

Je sentais cette urgence, ce désir de vouloir que je me sente plus proche de lui, dans son attitude. Kyle se pressait fort contre moi, je sentais son érection contre la mienne et ses mains parcouraient mon corps si vite, me procurant des frissons à leurs passages, que mes mains finirent par l'enlacer sans que je ne le décide vraiment. Nos respirations étaient rapides et ses doigts ne tardèrent pas à me préparer doucement jusqu'à ce que mon corps finisse par faire de lui-même des va-et-vient contre la main de Kyle.

-Joshua, fais-le, m'ordonna-t-il doucement en me tendant la petite bouteille de lubrifiant.

Ce qu'il voulait dire, c'est qu'il m'avait préparé alors maintenant, il désirait que moi aussi, je le prépare et c'est ce que je fis. Je pris la petite bouteille et je versai du produit dans ma main que je posai ensuite sur son sexe tendu vers moi. Je levai la tête afin de regarder son visage, Kyle avait les yeux fermés et semblait apprécier mes caresses. J'augmentai alors légèrement la vitesse des mouvements de va-et-vient et je l'entendis pousser comme un grognement avant qu'il n'ouvre brusquement les yeux et pose sa main sur la mienne afin de me stopper.

-Ca suffit, Joshua. C'est en toi que je veux jouir, pas sur toi.

Mes joues s'enflammèrent en entendant ses mots et il rit doucement avant de m'embrasser. Je me sentais fier de lui avoir donné du plaisir grâce à mes caresses. Mes pensées furent bien vites interrompues par Kyle qui m'écarta un peu plus les jambes avant de se placer contre mon intimité et de me pénétrer lentement. J'aimais tellement quand il était doux avec moi comme maintenant.

Puis il me prit les mains qu'il plaça au-dessus de ma tête avant d'entrecroiser ses doigts aux miens et sans me quitter des yeux, il commença des mouvements dans mon corps, me faisant rapidement gémir. Sous les frissons de plaisirs de plus en plus intenses qui me parcouraient, j'oubliais tout et me retrouvais submergé. Alors que le frottement de Kyle contre ce point en moi qui multipliait les sensations qui me traversaient, se faisait plus intense, je finis par jouir entre nos corps, rapidement rejoint par Kyle qui s'écroula sur moi. Au bout d'un moment, il se redressa et prit un mouchoir dans le tiroir du petit meuble se trouvant à côté du lit, et nous essuya avant de me serrer contre lui. Je n'avais pas envie de parler et lui non plus, apparemment. Je savourais les frissons qui me parcouraient encore alors que Kyle me caressait les cheveux et posait ses lèvres sur mon front dans un baiser apaisant qui laissa le sommeil m'envahir...

**

J'ouvris les yeux et découvris qu'il faisait encore noir. Kyle me tenait toujours contre lui. Je me tournai vers le meuble pour voir l'heure et je pus découvrir qu'il n'était que 4 heures du matin. Pourquoi est-ce que j'étais déjà réveillé ?! Sans doute parce que j'avais soif, vraiment soif d'ailleurs. Je soupirai. Il allait falloir que je me détache de Kyle sans le sortir de son sommeil... Tout doucement, je soulevai ses bras de mon corps, l'un après l'autre, ce qui s'avéra un peu compliqué. Une fois fait, je me décollai de lui et me levai.

J'enfilai ensuite un t-shirt et mon boxer, et pris mon portable pour me donner de la lumière afin de ne pas tomber. Je descendis les marches doucement et me dirigeai vers la cuisine dans laquelle je bus deux grands verres d'eau avec bonheur. Le manoir était vraiment silencieux, la nuit. Pas de bruit de voitures, rien. Kyle pouvait faire tout ce qu'il voulait ici... Ce qui me rappela que nous devions déménager afin de se rapprocher de mon Université mais il n'en parlait plus, je ne savais pas si cela était toujours prévu. Il faudra que je lui demande. J'aimerais vraiment me rapprocher de mes amis et même aussi de ma mère, plutôt que d'être éloigné de tout et coincé dans un endroit où n'importe quoi pouvait arriver...

Alors que je marchais dans le couloir pour regagner la chambre, j'entendis soudainement du bruit. Je m'arrêtai et tendis l'oreille. BAM BAM BAM Ok... Là, je me figeai. Quelqu'un frappait contre le mur ! Je cherchai d'où pouvait venir ce bruit et je me rendis compte qu'il venait du sous-sol. J'hésitai un bon moment mais le bruit ne cessant pas, je finis par marcher vers la porte menant en bas, celle qui était toujours fermée. Je posai la main sur la poignée et quelle ne fut pas ma surprise en découvrant qu'elle n'était pas bloquée !! Je la baissai alors et allumai la lumière avant de m'engouffrer dans les escaliers, le cœur battant à toute allure. C'était la première fois que cette porte était ouverte et la curiosité l'emportait sur la peur. Qu'allais-je découvrir ?...

Annotations

Recommandations

jean-paul vialard
POETISER

'C’est heureux que tu sois ainsi,

située dans une marge inquiète,

dans une pensée

en naissance de soi.'
18
2
0
3
Djurian R


Une matinée de travail ordinaire,
Des instants qui se succèdent,
Sans queue ni tête.

Midi moins dix minutes.
L’ennui et la faim tenaillent,
Une note retient mon attention.

Un détail oublié,
Un problème à régler.
Qui attendra bien une heure de plus.

L’envie soudaine d’écrire,
Un poème, libre et sans grand intérêt,
Mais qui fait du bien à l’esprit.

Loin des mails mal écrits,
Envoyés à la va-vite.
Je me libère un petit moment.

Tiens, il est l’heure de partir.
4
5
0
0
Défi
Jb Desplanches
En réponse au défi "Un anti-héros au féminin" par Léa.
Très bon sujet qui va me permettre d'étoffer mon écriture des protagonistes féminins ! Avis aux lecteurs de Post Apo (et aux autres bien entendu) je me lance dans le genre.
Bonne lecture !
8
7
63
10

Vous aimez lire Asylene ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0