Chapitre 20 : Rivaux ? (chapitre non corrigé)

11 minutes de lecture

(Comme indiqué, il s'agit d'un chapitre qui n'est pas corrigé. Il manque des accents sur les majuscules, il y a des virgules en trop, sans doute des fautes et des tournures de phrases à changer. Je préfère prévenir. Bonne lecture tout de même !)

-Lors du dernier cours, nous avons vu de quelle manière était construite la tragédie grecque : prologue, parodos, épisodes, stasima, exodos. Eschyle, né trente ans avant Sophocle, a été soldat, ce qui se ressent dans son théâtre qui est celui de l'angoisse et du pathos...

-Hé, Joshua ? Tu écoutes la prof ?

-Heu..., non, pas vraiment. J'ai du mal à me concentrer. Tu pourras me passer tes notes ?

Scott soupira avant de me sourire en hochant la tête et de retourner son attention vers la professeure de grecque. C'était un de ses cours préférés et à vrai dire, moi aussi j'aimais beaucoup ce cours, ayant une préférence pour la littérature de l'antiquité mais je n'arrivais pas à me concentrer, aujourd'hui. Pourtant j'étais content d'être revenu en cours, à l'Université, de revoir mes amis mais... je me sentais déphasé. L'alliance à mon doigt me rappelait sans cesse que je n'étais plus le Joshua d'il y a un mois, un étudiant lambda parmi tous les étudiants. Non. Maintenant, j'étais un homme marié à un... mafieux ? Oui, marié à un homme autoritaire qui contrôlait à présent toute ma vie. Je soupirai.

Kyle ne m'avait plus touché depuis le jour où nous étions rentrés au manoir et cela faisait trois jours maintenant. D'un côté, j'étais soulagé mais en même temps, il ne m'embrassait même plus et je trouvais ça bizarre. Kyle m'avait toujours imposé quelques contacts physiques dont les baisers et là, d'un coup, plus rien. Et je ne pouvais pas m'empêcher de me sentir coupable car je me doutais que son attitude était due à ce que je lui avais dit lors de notre dernière altercation. Je lui avais rétorqué que je ne voulais pas être touché par un meurtrier... J'avais alors aperçu plusieurs émotions passer dans ses yeux et j'étais sûr à présent de l'avoir blessé car depuis, il se conduisait de manière distante avec moi. Je devrais en être satisfait alors pourquoi n'était-ce pas le cas ? Pourquoi je me sentais triste et coupable ?

-Joshua, tu viens ? Le cours est fini ! Viens, on va boire un café et tu me raconteras tes soucis, me dit Scott en me faisant un clin d'œil.

J'étais tellement plongé dans mes pensées que je n'avais même pas remarqué que la classe s'était vidée... Je pris donc mes affaires et suivis mon Scotty.

-Alors, raconte. Qu'est-ce qui se passe ?

Nous étions assis à une des tables devant la machine à café. Je pris le temps de touiller le sucre dans ma boisson avant de prendre la parole.

-Je ne sais pas trop quoi te dire... Je suis content d'être revenu en cours mais je me sens différent, déphasé. Ma vie a tellement changé depuis un mois ! Et puis..., j'ai découvert certaines choses effrayantes sur Kyle que je préfère ne pas te dire.

Je ne pouvais pas révéler à Scotty que j'étais marié à un meurtrier qui avait des fréquentations très dangereuses et menaçantes ! Je risquerais de mettre sa vie en danger !

-Et puis..., ça ne va te plaire mais... Kyle ne veut plus que je te vois en dehors des cours. Il me trouve trop proche de toi, terminai-je en soupirant et en relevant mes yeux que j'avais baissés vers les siens.

Je vis l'étonnement se peindre sur son visage avant la colère.

-Quoi ?! Nan mais pour qui il se prend celui-là ?! On se connaît depuis toujours alors que lui, a débarqué dans ta vie il y a seulement un mois ! Il n'est pas question qu'on se laisse faire ! Tu lui as dit, n'est-ce pas ?

Je déglutis.

-J'ai évidemment d'abord protesté mais... c'était soit j'acceptais soit je n'allais plus à l'Université... En continuant d'aller en cours, on peut toujours se voir alors que s'il m'avait enfermé chez lui sans que je ne puisse sortir, je ne t'aurais plus vu, Scotty ! Ne m'en veux pas, s'il te plaît, terminai-je pitoyablement, les larmes aux yeux.

J'entendis mon ami soupirer.

-Joshua, évidemment que je ne t'en veux pas. Ce n'est pas de ta faute, je le sais bien ! Tu as pris la bonne décision, ne t'inquiète pas. On peut toujours se voir tous les jours ici et on s'enverra des messages les week-ends, c'est ce qui compte. Dans quelques mois, toute cette histoire sera derrière nous, ok ? Ca va aller, c'est toi qui me l'as dit, mon Joshua. Juste quelques mois et tout rentrera dans l'ordre. Allez, viens là, toi !, dit-il en me souriant et en se levant avant d'ouvrir grand les bras dans une invitation "câlin" afin de me réconforter.

Je me levai à mon tour et partis me réfugier dans ses bras. Mon Scotty, qu'est-ce que je ferais sans toi ?, pensai-je alors qu'il me serrait à m'étouffer. Puis, sans me lâcher, il me donna un long bisou sonore sur la joue. Je ne pus m'empêcher de rire.

-Bon, c'est fini les mamours, là ? Ha, y a trop d'amour ici, vous savez que les petits cœurs qui flottent dans l'air me donnent la gerbe, les gars !, fit Kévin qui venait d'arriver, l'air faussement dégoûté.

-Et moi, j'ai les yeux qui saignent, rajouta Jérémy qui se trouvait à ses côtés, en cachant son regard de sa main.

Nous éclatâmes tous de rire. Mes amis... Qu'est-ce que je ferais sans eux ? Ils me redonnaient tous le sourire et j'en avais bien besoin.

**

La journée de cours touchait malheureusement à sa fin. Oui, « malheureusement », je le répétais car j'en étais arrivé à vouloir rester le plus longtemps possible à l'Université. Je n'avais aucune envie de rentrer au manoir, d'être en présence de mon... mari qui se conduisait de manière froide et distante avec moi, l'ambiance y était glaçante. Je regrettais même un peu ce que je lui avais dit...

Je dis « au revoir » à mes amis qui aujourd'hui ne m'accompagnaient pas à la voiture du chauffeur de Kyle parce qu'ils allaient jouer au foot. Qu'est-ce que j'aurais aimé venir..., pensai-je en soupirant et en traînant des pieds.

Je traversais les bâtiments les uns après les autres pour aller jusqu'au parking sans me les geler dehors, lorsqu'arrivé au dernier bâtiment et traversant le dernier couloir menant aux voitures garées, je vis un homme imposant devant les portes, il me tournait le dos. Intrigué, je le fixais tout en marchant plus lentement car j'avais l'impression bizarre d'un danger imminent, cette silhouette me semblait inquiétante. Et c'est sur cette pensée précise que cet homme se retourna vers moi, me figeant sur place comme la dernière fois. Il s'agissait du fils de l'homme tué par Kyle... Qu'est-ce qu'il foutait ici ? En me voyant, cet homme sourit, de ce sourire perturbant, effrayant, dont il avait le secret, apparemment. Il ouvrit ensuite la porte et se dirigea vers moi, lentement, comme un prédateur. Je n'arrivais plus à bouger, j'étais tétanisé et évidemment, il n'y avait aucun prof dans le couloir,-Jamais là quand on en a besoin !-, et aucun étudiant non plus à cette heure car en fin d'après-midi, l'Université était souvent déserte !

Alors qu'il s'avançait vers moi, je pus constater que sa main qui avait encore tous ses doigts, était tatouée. La dernière fois au manoir, sa main aux doigts coupés avait retenu toute mon attention et je n'avais pas regardé l'autre. En essayant de distinguer le motif, je finis par voir qu'il s'agissait d'une petite rose. Une rose... Ce dessin me rappela ma rencontre avec Kyle. Coïncidence ? Cet homme s'arrêta à quelques centimètres de moi.

-Bonjour, Joshua, dit-il les yeux brillants et toujours en souriant.

Puis il eut un geste auquel je ne m'attendais pas, il leva sa main tatouée et me caressa la joue. A ce contact froid, je recouvrai le contrôle de mon corps et me reculai vivement mais mon dos heurta le mur. J'en sursautai. Pourquoi y avait-il toujours un mur ?, me demandai-je stupidement. Et pourquoi j'attirais tous les mecs effrayants et dominateurs du coin ? L'homme qui me faisait face combla la distance nous séparant et posa ses mains sur le mur de chaque côté de ma tête. Je sentis une odeur de cigarette envahir mes narines. Il devait être pratiquement aussi grand que Kyle et il était baraqué aussi. Génial... Comment j'allais me sortir de là ?

-Tu essaies de m'échapper ?

Et sur ses paroles, il rigola, se moquant ouvertement de moi. Il semblait tout particulièrement apprécier la situation. Il avait l'air de s'amuser de ma peur qui devait se lire sur mon visage, j'avais généralement du mal à cacher mes émotions.

-Je commence à comprendre ce que Bowman t'a trouvé. Je me demandais comment il avait pu prendre le risque de se marier à un homme dont personne n'avait jamais entendu parler et avec lequel il n'entretenait apparemment aucune relation. Et surtout, comment il avait pu prendre le risque de remettre son autorité en jeu, lui qui avait pris le pouvoir, il y a peu de temps... Oui, tout cela m'intrigue vraiment... Qu'a-t-il vu en toi pour risquer sciemment de tout perdre ?

Je vis alors ses yeux se poser sur mes lèvres.

-Que ferait-il si je lui prenais sa nouvelle distraction, son précieux mari ?, dit-il en appuyant sur le dernier mot.

Et sur ses paroles menaçantes, je vis avec horreur son visage se pencher sur le mien. Non... Je fermai les yeux pour ne pas le voir. Si je ne le voyais pas alors je pourrai peut-être faire comme si ça n'arrivait pas... Mais je ne sentis rien et surtout, j'entendis comme un bruit de bagarre et de corps qui s'écrase sur le sol. J'ouvris finalement les yeux et découvris le chauffeur de Kyle, debout en position de combat et mon presque agresseur sur le sol, le nez en sang.

-J'aurais dû me douter qu'il enverrait son chien pour surveiller son nouveau jouet..., dit-il en essuyant le sang qui coulait avec le dos de sa main.

-Ne t'en prends plus jamais à lui. Tu sais ce que Monsieur Bowman te fera sinon... Ce n'est pas seulement deux doigts qui te manqueront... Ho non... Tu perdras bien plus...

Le chauffeur de Kyle se tourna alors vers moi :

-Monsieur, il faut y aller.

Je repris alors un peu mes esprits et me dirigeai vers lui. Une fois dans la voiture, nous ne parlâmes pas. J'étais sous le choc et de toute façon, le chauffeur de Kyle était loin d'être un bavard ! En tous cas, ce qu'il s'était passé m'avait prouvé que ce chauffeur à l'allure de garde du corps, avait bien plusieurs cordes à son arc.... Je repensais à tout ce qu'il venait de se passer et aux paroles de cet homme. Notre mariage ne plaisait décidément pas à certaines personnes de l'entourage de Kyle. Un homme a voulu tuer mon mari et son fils veut maintenant s'en prendre à moi ! Cet homme avait raison. Pourquoi Kyle voulait-il risquer de tout perdre en m'épousant ?

La voiture arrivait enfin dans l'allée du manoir. Je n'avais qu'une envie et c'était de me doucher pour me rafraîchir les idées et effacer le contact avec cet homme. Je ne voulais plus y penser mais j'avais encore l'impression de sentir son odeur de cigarette sur moi. Je sortis de la voiture et partis directement dans la chambre de Kyle, enfin, notre chambre, pour aller dans la salle de bain attenante. Après avoir jeté mes vêtements sur le sol, je m'engouffrai avec délice sous le jet d'eau chaude. J'y restai un long moment mais ma peau devenant très rouge, je me décidai finalement à sortir. Une serviette nouée autour de ma taille, j'allai dans la chambre afin de prendre un t-shirt et un pantalon de pyjama puisque m'étant précipité sous la douche, je n'avais pas pensé à prendre mes affaires.

-Joshua, Tom m'a tout raconté.

En entendant la voix grave et autoritaire de Kyle, je sursautai violemment et me cognai la tête contre l'étagère au-dessus de celle sur laquelle j'étais penché.

-Aïe..., dis-je en me frottant la tête.

Kyle se précipita vers moi, me releva et prit ma tête entre ses mains afin de m'examiner.

-Est-ce que ça va ?, me demanda-t-il en regardant attentivement l'endroit où je m'étais cogné et mon visage.

Je ne pus qu'hocher affirmativement la tête. Et alors que je reculais afin de prendre un peu de distance avec mon époux, je vécus sans doute un des moments les plus humiliants de ma vie puisque ma serviette se retrouva à mes pieds... Ni une ni deux, je me dépêchai de la récupérer et de la remettre autour de ma taille sous le regard brûlant de Kyle.

-Pas la peine d'être gêné, je t'ai déjà vu nu, je te rappelle.

-Je... Je vais m'habiller et on discutera après, répondis-je en ignorant sciemment sa tirade mais en étant évidemment plus rouge qu'une tomate et en commençant à me diriger vers la salle de bain.

Je venais seulement de faire un pas lorsque Kyle m'attrapa le poignet.

-Tu restes là.

-Mais..., commençai-je avant de m'interrompre bien vite sous ses yeux menaçants.

-Tom, l'homme qui te conduit à l'Université, m'a raconté plusieurs choses intéressantes et des conclusions en ont été tirées. Les deux premières sont que je vais devoir me montrer plus menaçant avec certaines personnes et que je vais devoir te faire surveiller plus attentivement.

Quoi ? Parce que j'étais déjà surveillé ?!

-La suivante est que même si tu ne veux pas « toucher un meurtrier », tu n'as apparemment aucun mal à toucher ton... ami.

J'avais maintenant la réponse à ma question... Sa manière de répéter mot pour mot ce que je lui avais dit quelques jours auparavant me fit mal au coeur.

-Co... Comment est-ce que tu sais qu'il m'a pris dans ses bras pour me réconforter ?

Kyle me fit alors son sourire le plus glaçant qui soit et sa prise sur mon poignet se resserra. Je poussai un petit gémissement sous la douleur.

-J'ai toujours un œil sur toi, Joshua. J'ai pleinement conscience qu'en te faisant entrer dans mon monde, je mets ta vie en danger mais sache que je ferai toujours tout pour te protéger. Je peux tolérer tes... réticences envers moi et même les comprendre mais je n'accepterai certainement pas que tu te laisses toucher par un autre.

Sur ces mots, il me lâcha et commença à déboutonner sa chemise sous mes yeux écarquillés.

-J'ai voulu te laisser un peu de temps pour que tu t'habitues à moi et à ma vie mais tu ne mérites apparemment pas ces petites attentions...

Sa chemise venait de tomber sur le sol. Je déglutis et commençai à reculer.

-Maintenant, il est temps de te rappeler à qui tu es marié, à qui tu dois obéir et à qui ton corps appartient...

Annotations

Recommandations

jean-paul vialard
POETISER

'C’est heureux que tu sois ainsi,

située dans une marge inquiète,

dans une pensée

en naissance de soi.'
18
2
0
3
Djurian R


Une matinée de travail ordinaire,
Des instants qui se succèdent,
Sans queue ni tête.

Midi moins dix minutes.
L’ennui et la faim tenaillent,
Une note retient mon attention.

Un détail oublié,
Un problème à régler.
Qui attendra bien une heure de plus.

L’envie soudaine d’écrire,
Un poème, libre et sans grand intérêt,
Mais qui fait du bien à l’esprit.

Loin des mails mal écrits,
Envoyés à la va-vite.
Je me libère un petit moment.

Tiens, il est l’heure de partir.
4
5
0
0
Défi
Jb Desplanches
En réponse au défi "Un anti-héros au féminin" par Léa.
Très bon sujet qui va me permettre d'étoffer mon écriture des protagonistes féminins ! Avis aux lecteurs de Post Apo (et aux autres bien entendu) je me lance dans le genre.
Bonne lecture !
8
7
63
10

Vous aimez lire Asylene ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0