Chapitre 19 : "Je ne suis pas le monstre que tu t'imagines." (chapitre non corrigé)

11 minutes de lecture

(Comme indiqué, il s'agit d'un chapitre qui n'est pas corrigé. Il manque des accents sur les majuscules, il y a des virgules en trop, sans doute des fautes et des tournures de phrases à changer. Je préfère prévenir. Bonne lecture tout de même !)

Nous étions de retour au manoir. A peine arrivés, Kyle s'était isolé avec ses hommes dans le salon et depuis, la porte était évidemment fermée... Après avoir bu un bon chocolat chaud, je me dirigeais donc vers ma chambre, mon ordinateur et mon portable s'y trouvaient et puis, Kyle m'avait ordonné de monter lorsque j'aurai fini ma boisson. De toute façon, ce n'était pas du tout pour lui obéir mais je voulais envoyer des messages à mes amis et à ma mère pour les rassurer et leur expliquer que finalement, je ne partais plus en voyage de noces. Même si j'étais curieux de savoir pour quelle destination était prévu ce voyage, moi qui ne partais jamais, je me sentais tout de même soulagé de ne pas partir seul avec mon mari. Loin de tout, dans un pays que je ne connaissais pas et dans lequel j'aurais peut-être eu du mal à me débrouiller en ne parlant pas la langue, j'aurais été totalement à sa merci et à présent, cette idée m'effrayait bien plus qu'avant...

Je poussai enfin la porte de ma chambre avec soulagement, je ressentais le besoin de m'isoler un peu. Malheureusement pour moi, ça n'allait pas être pour tout de suite car la première chose que je pus voir, était que toutes mes affaires avaient été retirées. Je restai un instant, figé dans l'entrée, puis je finis par avancer pour aller ouvrir les placards mais je découvris que tout était vide, même dans la salle de bain. Pourquoi ? Où se trouvaient mes affaires ? Mon ordinateur, mon portable ? Il y avait toute ma vie là-dedans !

Je fis demi-tour et descendis, prêt à demander à Kyle où se trouvaient toutes mes affaires. Je venais de descendre la dernière marche lorsque la porte du salon s'ouvrit brusquement, laissant passer un homme en costume-cravate noir et chemise blanche. Je pus constater qu'il était typé comme mon mari, qu'il avait l'air d'avoir à peu près le même âge également et surtout qu'il dégageait une aura dangereuse qui me cloua sur place. En me voyant, il avait arrêté tout mouvement lui aussi, même si ce n'était sans doute pas pour les mêmes raisons que moi... Sa main était encore sur la poignée de la porte et mon regard fut attiré par la bague qu'il portait et qui brillait avec la lumière du soleil qui s'y reflétait et je remarquai ainsi avec effroi, qu'il lui manquait deux doigts à la main gauche, l'annulaire et l'auriculaire étaient coupés... Je déglutis difficilement en voyant sa main et mon regard dut refléter mon choc car lorsque mes yeux rencontrèrent les siens, je le vis sourire mais il ne s'agissait pas d'un sourire gentil, non... C'était plutôt tout le contraire. Il avait un air sadique sur le visage et... il se dirigeait à présent vers moi !

-Joshua ?

Cette voix autoritaire ! Kyle ! Je me tournai vers lui. Pour une fois, j'étais content de l'entendre. En cet instant, sa voix n'était pas synonyme de danger, au contraire ! Il se trouvait à l'entrée du salon et l'homme, en l'entendant, s'était stoppé.

-Tu devrais partir, ordonna froidement Kyle à cet inconnu.

Ils se jaugèrent tous les deux du regard un moment. Je sentais une tension glaciale entre eux et j'en étais vraiment mal à l'aise. Puis l'inconnu se retourna vers moi un bref moment et il me sourit froidement. Ses yeux avaient l'air de me faire une promesse silencieuse que je ne comprenais pas mais je devais sans doute me faire des idées, me rassurai-je. Et sans dire un mot, il partit. Kyle vint alors vers moi.

-Qu'est-ce que tu fais là, tout seul dans le couloir ?, demanda mon mari d'une voix glaciale. Je t'avais dit de monter et de rester à l'étage jusqu'à ce qu'ils soient tous partis.

Une colère froide se lisait sur son visage. Merde...

-J'étais monté mais toutes mes affaires ont disparu. Qu'est-ce que tu en as fait ?, demandai-je d'une petite voix, étant encore sous le coup de l'émotion et sa colère ne m'aidait pas.

Je le vis froncer les sourcils avant de m'attraper le bras doucement mais fermement et de m'entraîner en haut, jusqu'à sa chambre dont il ouvrit la porte. Je pus voir que mon ordinateur et mon portable se trouvaient sur un bureau qui avait été nouvellement installé contre le mur et je devinais que mes vêtements devaient être rangés dans les placards. Je me tournai alors, étonné, vers Kyle.

-Nous sommes mariés, tu n'as plus à aller dans la chambre des invités. Ma chambre est aussi la tienne, désormais.

Kyle vint alors me prendre dans ses bras mais je ne tardai pas à me dégager de son emprise sous ses yeux qui me lancèrent des éclairs.

-Je ne veux pas... Je préférerais avoir une autre pièce pour travailler tranquillement, tentai-je.

Je n'avais aucune envie de me retrouver dans sa chambre à longueur de temps, en présence de son... sabre qui avait pris la vie d'une personne et même peut-être davantage, et potentiellement d'autres objets dangereux.

-Pour pouvoir t'isoler sans doute. Si tu crois que je te laisserai t'éloigner de moi, tu te trompes, cher mari, me dit-il d'une voix doucereuse en appuyant bien sur le mot "mari" et en faisant un pas vers moi, ce qui me fit faire un pas en arrière.

Et il continua d'avancer lentement alors que je reculais jusqu'à ce que mon dos heurte le mur derrière moi. J'en sursautai. Kyle ne s'arrêta qu'à quelques centimètres de mon corps en posant ses deux bras de chaque côté de mon visage, m'immobilisant sans même me toucher. Je frissonnai de peur...

-Joshua, n'espère pas pouvoir m'échapper. Tu es à moi, maintenant. Ne l'oublie pas.

-Je ne suis à personne, ne pus-je m'empêcher de dire d'une voix légèrement tremblotante.

Après tout, je devais être suicidaire, déduisais-je de mon attitude. Je vis les traits du beau visage de Kyle se crisper encore plus, si cela était possible, et sa répartie ne se fit pas attendre. Il m'attrapa durement et me traîna jusqu'au lit sur lequel il me plaqua. Sa main était posée fermement sur ma nuque, il me maintenait le visage contre la couverture alors que son corps me recouvrait. Il se baissa ensuite et je sentis son souffle contre mon oreille. Il me faisait peur, ma respiration était hachée.

-Tu. Es. A. Moi. N'aie aucun doute à ce sujet, me dit lentement et froidement Kyle en appuyant bien sur chacun des mots. Mais peut-être... devrais-je te le rappeler ?

Sa voix était basse, ce qui le rendait encore plus effrayant. Je sentis sa main qui ne me tenait pas, se poser au milieu de mon dos avant de glisser lentement jusqu'à mes fesses.

-Kyle... Qu'est-ce que tu fais?, demandai-je d'une petite voix.

J'essayai de me dégager mais il me tenait fermement et son corps sur moi me maintenait sur le lit. Je sentis alors sa main me presser les fesses doucement avant de partir sur le devant, jusqu'à la fermeture de mon jean dont il ne perdit pas de temps pour retirer le bouton et baisser la fermeture éclair.

-Kyle... Arrête..., murmurai-je alors que mes larmes commençaient à couler.

Evidemment, mon mari ne m'écouta pas. Une fois ouvert, il tira sur mon jean qu'il parvint à me retirer complètement. Puis, ce fut le tour de mon pull qu'il remonta jusqu'aux épaules avant de le faire passer au-dessus de ma tête et de le faire glisser sur mes bras. J'entendis ensuite que Kyle le jetait sur le sol.

-Tu veux te faire pardonner, Joshua ? Alors laisse-moi te faire l'amour, maintenant..., me murmura-t-il à l'oreille avant d'y poser ses lèvres.

Malgré les sensations qu'il me procurait, je ne voulais pas. Pas avec cette attitude et certainement pas après avoir découvert qu'il pouvait tuer quelqu'un sans avoir l'air de ressentir quoi que ce soit !

-Non... Arrête, Kyle. S'il te plaît...

Je sentis qu'il me bloquait avec ses cuisses de chaque côté de mes hanches pendant qu'il se redressait. Peu après, j'entendis un bruit de vêtement qui tombe, avant de sentir sa peau chaude contre la mienne alors qu'il pressait son torse musclé contre mon dos. Sa bouche se posa sur ma nuque avant de descendre plus bas et de continuer jusqu'au doux renflement de mes fesses.

-Kyle...

Toujours en m'ignorant, il attrapa l'élastique de mon boxer afin de le descendre lentement sur mes cuisses pendant que ses lèvres suivaient voluptueusement le même chemin. Il se mit alors à embrasser ma chair tendre et je sentis même ses dents me mordiller. J'aurai sans doute des bleus le lendemain, pensai-je, pragmatique, même si je savourais les sensations. Alors que sa bouche se rapprochait dangereusement de mon intimité et comprenant ce qu'il était sur le point de faire, je me mis à gigoter dans tous les sens. Je n'étais vraiment pas prêt pour ça mais alors, vraiment pas !

-NON..., dis-je plus fort.

Je l'entendis soupirer. Il se redressa, puis me retourna avant de prendre mes bras qu'il immobilisa en croix au-dessus de ma tête.

-Je ne te forcerai pas mais en contrepartie, je veux que tu me touches, Joshua. Je veux que tu me montres que tu es capable de te comporter en époux attentionné et sensuel, désireux d'être touché et pas en vierge effarouché...

Aïe... Je ne savais pas pourquoi mais cette dernière remarque me fit mal. « Vierge effarouché » après tout ce qu'on avait déjà fait ?! Vraiment ? Tout ça parce que monsieur n'aimait pas que je le repousse quand il se comportait en homme des cavernes ! Cette pensée me rappela douloureusement le meurtre qu'il avait commis.

-Je refuse de toucher un meurtrier, lui répliquai-je, en colère.

Je vis ses yeux refléter l'étonnement. Il ne s'attendait vraisemblablement pas à ces paroles de ma part. Et à vrai dire, moi non plus je ne m'attendais pas à ce que ces mots sortent de ma bouche... Kyle avait le don de me mettre hors de moi, de me faire ressentir toutes sortes d'émotions. L'étonnement laissa la place à la colère sur son beau visage. Sa mâchoire se crispa et sa prise sur mes poignets se resserra, j'en poussai un gémissement de douleur.

-Je ne tue pas par plaisir, Joshua mais parce que cela s'avère nécessaire quelquefois. Cet homme auquel tu fais sûrement référence m'a sciemment défié en connaissant tous les risques. Il désirait me tuer et prendre le pouvoir de cette manière. C'était soit sa vie soit la mienne et je n'ai pas hésité. Il n'était pas l'homme innocent que tu t'imagines. Lui-même avait du sang sur les mains et était connu pour la violence dont il avait déjà fait preuve à plusieurs reprises. Ne perds pas ton temps à pleurer sa mort, il ne le mérite pas.

Kyle effleura ma joue de sa main et je vis ses yeux parcourir mon visage.

-Sais-tu ce qu'il m'a dit avant d'engager le combat ?, reprit-il.

Je ne répondis évidemment pas et attendis sans bouger, retenant mon souffle.

-Il m'a dit qu'après avoir mis un terme à ma misérable vie et à mes désirs contre nature, -ce sont ses mots-, il prendrait beaucoup de plaisir à s'occuper de toi, que tu lui servirais d'esclave et même de cadeau à certains invités ayant des goûts spéciaux.

Un frisson glacial me parcourut, je déglutis difficilement. Je n'arrivais plus à penser, ce que Kyle me racontait me semblait effroyable. J'avais soudainement très envie de retourner à mon ancienne vie d'étudiant lambda qui n'avait d'autres soucis que d'étudier, d'écrire son mémoire, de réussir ses partiels et de sortir avec ses amis... Kyle fixa alors ses yeux déterminés aux miens qui devaient sembler apeurés.

-Jamais... Tu m'entends, Joshua ? Jamais, je ne laisserai qui que ce soit te faire du mal.

Et sur ces mots, ses lèvres se posèrent sur les miennes dans un baiser possessif et dominateur, sa langue envahissant ma bouche et trouvant la mienne qu'il caressa sans douceur. Puis il releva la tête et me regarda un moment, avant de me libérer et de se lever. Je ne savais que penser de tout ce que Kyle venait de me dire.

Je le vis se retourner afin de récupérer son pull et je pus admirer l'énorme dragon qui recouvrait entièrement son dos. Il était vraiment magnifique et il reflétait parfaitement ce que Kyle était à mes yeux : sombre et mystérieux, impressionnant et terrifiant, dangereux et attirant mais aussi, terriblement fascinant... Ce que mon mari venait de me dire était qu'il n'avait pas tué que pour garder le pouvoir au sein de son organisation mais qu'il l'avait fait également pour sauver sa vie et surtout, me protéger. Voilà une chose à laquelle je ne m'attendais pas. Alors que je venais de remettre mon boxer en place, toujours allongé sur le lit, Kyle qui se trouvait devant la porte, se tourna vers moi. Entièrement vêtu de noir, il me paraissait encore plus imposant.

-L'homme que tu as vu aujourd'hui dans le couloir, si jamais tu le revois, je veux que tu fasses tout pour l'éviter. N'hésite pas à fuir s'il cherche à t'approcher, il est potentiellement dangereux. Il s'agit du fils de l'homme que j'ai tué. Il est venu régler ses affaires avec moi mais il est en colère. Même s'il ne portait pas son père dans son cœur, son honneur pourrait le mener à différents chemins : l'acceptation à travers le combat qui a été organisé dans les règles, le même désir de pouvoir que son père ou la vengeance. Pour l'instant, je ne sais pas encore celui qu'il choisira d'emprunter même si j'en ai déjà une idée et que je vais surveiller ses faits et gestes à l'avenir.

Kyle fit une pause en me regardant, ses yeux s'adoucirent.

-Je ne suis pas le monstre que tu t'imagines, Joshua, reprit-il et sur cette affirmation, il me laissa.

Mes yeux se posèrent alors sur le sabre accroché au mur. Une arme dangereuse, capable d'ôter la vie et qui l'avait d'ailleurs déjà fait... Elle se trouvait dans la chambre de mon mari, ce qui me paraissait assez étrange. Pourquoi ressentait-il le besoin de l'avoir près de lui ? Que représentait-elle pour Kyle ? Sa survie ? Son pouvoir ? Une partie de lui-même qui était liée à cette organisation dans laquelle il avait sans doute grandi ? Je soupirai.

Et moi dans tout cela ? Où était ma place ? Je ne faisais pas partie de ce monde brutal alors pourquoi tenait-il tant à m'y faire entrer ? M'aimait-il vraiment comme il me le laissait penser, lui qui m'a forcé à l'épouser, qui m'a imposé ses « leçons », qui m'a donné un aperçu de la violence qui l'habitait mais qui m'a également fait l'amour et qui cherche à me protéger ? Je me sentais perdu, je n'arrivais pas à le comprendre. Il me faisait peur mais en même temps, je me sentais irrésistiblement attiré par lui. Qu'est-ce que je devais faire ? Tout entreprendre pour m'éloigner de lui et de son monde ? Ou au contraire, chercher par tous les moyens à en apprendre davantage afin de me protéger et me rapprocher ainsi de Kyle, cet homme, mon mari, qui me fascinait et m'effrayait tant à la fois ? Pour le moment, ne trouvant pas de solutions, je fermai les yeux. Je finirai sans doute par comprendre et trouver les réponses à toutes mes questions. Oui, plus tard, je saurai...

Annotations

Recommandations

jean-paul vialard
POETISER

'C’est heureux que tu sois ainsi,

située dans une marge inquiète,

dans une pensée

en naissance de soi.'
18
2
0
3
Djurian R


Une matinée de travail ordinaire,
Des instants qui se succèdent,
Sans queue ni tête.

Midi moins dix minutes.
L’ennui et la faim tenaillent,
Une note retient mon attention.

Un détail oublié,
Un problème à régler.
Qui attendra bien une heure de plus.

L’envie soudaine d’écrire,
Un poème, libre et sans grand intérêt,
Mais qui fait du bien à l’esprit.

Loin des mails mal écrits,
Envoyés à la va-vite.
Je me libère un petit moment.

Tiens, il est l’heure de partir.
4
5
0
0
Défi
Jb Desplanches
En réponse au défi "Un anti-héros au féminin" par Léa.
Très bon sujet qui va me permettre d'étoffer mon écriture des protagonistes féminins ! Avis aux lecteurs de Post Apo (et aux autres bien entendu) je me lance dans le genre.
Bonne lecture !
8
7
63
10

Vous aimez lire Asylene ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0