Chapitre 17 : Oui, je te veux... (2ème partie) (chapitre non corrigé)

7 minutes de lecture

(Comme indiqué, il s'agit d'un chapitre qui n'est pas corrigé. Il manque des accents sur les majuscules, il y a des virgules en trop, sans doute des fautes et des tournures de phrases à changer. Je préfère prévenir. Bonne lecture tout de même !)

-Joshua, tu m'as l'air bien triste, tout d'un coup, me dit-il après que j'eus vidé rapidement ma coupe sous ses yeux.

Je ne répondis rien, ne le regardai même pas et me levai afin de me resservir une coupe de champagne. Après tout ça, à quoi est-ce qu'il s'attendait, franchement ? Ce mariage, ce marché sur Scott et cette putain de nuit de noces ! Oui, j'étais triste et en colère ! Qui ne le serait pas ?

Pendant que je buvais, au lieu de me rasseoir en face de Kyle que je préférais ignorer, je restai debout et me mis juste devant la baie vitrée afin de regarder au-dehors. J'aimerais tant être ailleurs, n'importe où mais ailleurs que dans cette chambre avec cet homme... Kyle finit par se lever lui aussi, je vis sa silhouette me surplomber à travers la vitre. Il posa sa coupe sur la petite table à côté de moi, puis, avant que je ne puisse réagir, il me retira la mienne de la main.

-HÉ !, criai-je en me retournant brusquement vers lui.

Mon élan de témérité fut bien vite stoppé par le regard glacial qu'il me lança alors...

-Essaierais-tu de te saouler pour échapper à ton devoir conjugal, cher époux ?

Le ton de sa voix était doucereux et menaçant... Cependant, l'alcool que j'avais déjà ingurgité durant le mariage et la coupe de champagne que je venais de boire trop vite, combinés à mon stress et ma fatigue, m'avaient désinhibé. Kyle ne me semblait plus si effrayant, maintenant.

-Le devoir conjugal n'existe pas, ce n'est qu'une invention puante et purement patriarcale pour obliger les épouses ou en l'occurrence dans notre situation, les époux, à écarter les jambes, rien de plus !, lui crachai-je en le regardant bien dans les yeux. Je ne me sens donc obligé de rien envers toi. Je n'ai AUCUNE obligation !

Je venais sans doute de signer mon arrêt de mort... Mais grâce à l'alcool, je me sentais toujours si bien, comme dans du coton, du coton doux et soyeux qui m'enveloppait et anesthésiait tout agréablement, ce qui ne m'empêcha pourtant pas de voir les yeux de mon mari s'enflammer. Il se rapprocha encore de moi et sans que je ne puisse prévoir ce qu'il allait faire, je fus soulevé et placé comme un sac de pommes de terre sur son épaule avant d'être jeté sans délicatesse sur le grand lit. Alors que je rebondissais sur le matelas, je vis Kyle retirer son peignoir en ne me lâchant pas des yeux.

-Je vois que tes études portent leurs fruits..., me dit-il dans un sourire glaçant. Sache tout de même, cher époux, que tu ne m'échapperas pas, cette nuit.

Sur ces paroles qui menaçaient mon corps, Kyle s'avança doucement vers moi. J'étais tétanisé... Je sentis le lit ployer sous son poids alors qu'il venait recouvrir mon corps du sien, toujours lentement, et qu'il reprenait la parole :

-Ce n'est peut-être pas par devoir que tu vas me laisser te faire l'amour, Joshua. Non... La véritable raison en est bien meilleure car ce sera par désir, par envie de me sentir en toi, par envie de jouir avec moi...

Ses derniers mots se perdirent dans un murmure avant que sa bouche ne s'empare voracement de la mienne. Sa langue ne me laissa aucun répit, j'arrivais à bout de souffle lorsque ses lèvres se détachèrent enfin. Il entreprit alors d'ouvrir la ceinture de mon peignoir et de retirer celui-ci avant que je n'ai pu réagir. Je me retrouvai ainsi complètement nu contre mon mari qui l'était tout autant. Il m'attrapa les cuisses qu'il écarta afin de presser son corps contre le mien en poussant comme un grognement de bien-être.

-Kyle..., soufflai-je, effrayé, avant que ses lèvres ne s'emparent de nouveau des miennes.

Ses mains commencèrent à parcourir mon corps en y cherchant les points sensibles. Emporté par les sensations et l'alcool aidant, je me laissais peu à peu aller... Les mains de Kyle me procuraient des frissons et je sentais sa bouche descendre vers la peau sensible de mon cou. Il me mordilla et me lécha un long moment et je savourais, les yeux fermés, le délicieux plaisir qu'il me donnait. Ses lèvres parcoururent ensuite mon torse sur lequel il s'occupa de mes boutons de chair, l'un après l'autre, me faisant gémir. J'étais désormais en érection, tout comme Kyle, je le sentais contre moi... Puis, sa bouche continua son chemin jusqu'à mon nombril qu'il se mit à embrasser pendant que sa main partit se poser sur mon sexe palpitant sur lequel il entreprit de lents mouvements de va-et-vient, ce qui me faisait languir... Il m'amenait au bord de la jouissance mais sans me faire basculer et je n'en pouvais plus...

-Kyle... S'il te plaît..., gémis-je.

Il stoppa alors ses baisers sur mon corps et se redressa jusqu'à ce que son visage soit juste au-dessus du mien. Ses yeux reflétaient son contentement, j'avais gémi son prénom, je l'avais presque supplié. Rien d'étonnant à ce qu'il jubile devant moi, il avait prédit ce qui allait arriver. Il faisait ce qu'il voulait de moi depuis le début, depuis qu'il avait fait irruption dans ma vie, alors un peu plus ou un peu moins, je n'étais plus à ça près... Est-ce que je rendais les armes ou bien était-ce l'alcool qui parlait ?

Je n'eus pas le temps d'y réfléchir davantage car je sentis la main de Kyle reprendre des mouvements sur mon sexe douloureusement tendu mais cette fois-ci, ses allés et retours étaient beaucoup plus rapides et je ne tardai pas à jouir. Alors que mes yeux étaient clos et que j'essayais peu à peu de reprendre une respiration normale, je sentis Kyle bouger et j'entendis comme un bruit de tiroir que l'on ouvre. J'ouvris alors les yeux et croisai ceux de Kyle qui étaient remplis de désir... pour moi, pensai-je, toujours pris dans les brumes de l'alcool et de ma jouissance. Et ce fut sans doute ce brouillard agréable dans lequel je me trouvais qui me fit tendre les mains vers son visage afin de quémander un baiser. Je vis son étonnement avant qu'il n'accède à ma demande et pose passionnément ses lèvres sur les miennes pendant que mes mains passaient dans ses cheveux si lisses et soyeux. Alors que nos langues se caressaient, Kyle me souleva un peu les hanches et sa main se dirigea dangereusement vers mon intimité. Je stoppai le baiser et comme pour apaiser mon angoisse soudaine, mon mari posa son front contre le mien.

-Détends-toi, Joshua, je ne te ferai pas mal. Je veux seulement te donner du plaisir, mon amour, me dit-il d'une voix pleine de douceur, ce qui était étonnant au regard de son attitude autoritaire qu'il avait montrée peu de temps auparavant.

Et bizarrement, je le croyais, alors je me relaxai. Je me sentais si bien dans ses bras et sa voix était si douce et rassurante en cet instant. Je sentis un doigt humide pousser doucement contre mon intimité, puis me pénétrer. La sensation était assez bizarre, je ne ressentais ni plaisir ni douleur. Après quelques mouvements de son doigt en moi, il me pénétra d'un deuxième et commença des petits mouvements de ciseaux. Je grimaçai un peu, la sensation était si étrange et désagréable, il écartait mes chairs, l'endroit le plus intime de mon corps. Puis vint le troisième doigt avec lequel il entreprit de profonds mouvements de va-et-vient et au bout d'un certain moment, je me mis à ressentir des sensations agréables. De légers frissons me parcoururent, ma respiration s'accéléra et mon corps bougea de lui-même pour venir à la rencontre de ses doigts. Il finit par les retirer, me laissant une étrange sensation de vide. Kyle se redressa alors et je le vis prendre une petite bouteille de ce qui ressemblait à du lubrifiant. C'était ce qu'il avait dû sortir du tiroir auparavant et mettre sur ses doigts dont j'avais senti l'humidité. Il s'en versa dans la main afin d'en enduire son sexe tendu vers moi. Il se baissa ensuite, m'embrassa tendrement, puis je sentis une pression contre mon entrée. Sans plus attendre, Kyle me pénétra lentement.

-Ha...

Je me crispai, mon intimité était si écartée, c'était vraiment désagréable ! Une fois son sexe en moi jusqu'à la garde, Kyle s'immobilisa afin que je m'habitue à sa présence. Sa bouche parcourut alors mon visage de petits baisers, et quand je fus un peu détendu, il commença de lents mouvements en moi. Au bout d'un moment, de longs frissons de plaisir commencèrent à traverser mon corps et je commençai à gémir sans pouvoir m'en empêcher.

-Tu es si serré..., murmura Kyle dans un soupir extatique.

La danse que produisaient nos corps en sueur devint vite un chaos total et je me perdis complètement dans l'orgasme qui me traversa. Je jouis dans un long gémissement et Kyle ne fut pas long à me rejoindre, la tête renversée en arrière et la bouche entrouverte. Je l'entendis pousser un grognement avant de s'écrouler sur moi. Une fois que nos respirations reprirent un rythme régulier, je le sentis se redresser.

-Joshua..., m'appela-t-il.

J'ouvris péniblement les yeux afin de rencontrer les siens, savourant les tous derniers légers frissons qui parcouraient encore mon corps et voulant dormir.

-Désormais, tu es à moi, Joshua Bowman, affirma-t-il avant de m'embrasser avec douceur mais aussi, possessivité.

A lui ? N'en sois pas si sûr, cher mari... Je n'avais pas la force de répliquer quoi que ce soit pour l'instant, alors je me contentai de mouvoir mes lèvres contre les siennes pour répondre à son baiser, mais je n'allais certainement pas acquiescer à ce qu'il venait de dire... Kyle se mit ensuite sur le côté et me prit dans ses bras, sûr de lui et de son pouvoir sur moi, et je me laissai faire pour le moment, j'étais si épuisé, émotionnellement et physiquement. Je lui avais peut-être donné mon corps, cette nuit mais cela ne voulait pas dire que je comptais lui donner également mon cœur et ma vie. Ho non... Certainement pas. Pas après tout ce qu'il m'avait fait. Et je m'endormis ainsi, épuisé, le corps frissonnant de plaisir mais le cœur bouillonnant d'une nouvelle colère, dans les bras de mon mari...

Annotations

Recommandations

jean-paul vialard
POETISER

'C’est heureux que tu sois ainsi,

située dans une marge inquiète,

dans une pensée

en naissance de soi.'
18
2
0
3
Djurian R


Une matinée de travail ordinaire,
Des instants qui se succèdent,
Sans queue ni tête.

Midi moins dix minutes.
L’ennui et la faim tenaillent,
Une note retient mon attention.

Un détail oublié,
Un problème à régler.
Qui attendra bien une heure de plus.

L’envie soudaine d’écrire,
Un poème, libre et sans grand intérêt,
Mais qui fait du bien à l’esprit.

Loin des mails mal écrits,
Envoyés à la va-vite.
Je me libère un petit moment.

Tiens, il est l’heure de partir.
4
5
0
0
Défi
Jb Desplanches
En réponse au défi "Un anti-héros au féminin" par Léa.
Très bon sujet qui va me permettre d'étoffer mon écriture des protagonistes féminins ! Avis aux lecteurs de Post Apo (et aux autres bien entendu) je me lance dans le genre.
Bonne lecture !
8
7
63
10

Vous aimez lire Asylene ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0