Chapitre 16 : Oui, je te veux... (1ère partie) chapitre non corrigé)

8 minutes de lecture

(Comme indiqué, il s'agit d'un chapitre qui n'est pas corrigé. Il manque des accents sur les majuscules, il y a des virgules en trop, sans doute des fautes et des tournures de phrases à changer. Je préfère prévenir. Bonne lecture tout de même !)

Les yeux écarquillés, j'examinais la chambre dans laquelle j'allais passer la nuit. Elle ressemblait à un appartement ! Je n'étais pas du tout habitué à ce genre d'endroits ! Canapé, fauteuils, tables, meubles, lit à baldaquin, une grande salle de bain avec une énorme baignoire qui me faisait bien envie... Cette chambre en mettait plein la vue à mes yeux émerveillés. Kyle avait raison, je trouvais cette chambre magnifique, il n'y avait pas d'autre mot pour la décrire et elle paraissait aussi classe que confortable. A ma plus grande gêne, je pus également remarquer que des détails romantiques avaient été apportés par le personnel puisque des pétales de roses rouges se trouvaient éparpillés sur le grand lit, ainsi qu'un seau à glace sur une petite table qui contenait ce qui ressemblait à une bouteille de champagne, et deux fines coupes étaient posées juste à côté.

-Alors, mon joli mari, la chambre te plaît ?, me demanda Kyle en passant ses bras autour de ma taille.

-Oui, beaucoup, répondis-je en ne pouvant m'empêcher de poser mes mains sur ses avant-bras musclés qui m'entouraient.

Je me sentais rempli d'émotions. Je réalisais en regardant nos mains et les anneaux s'y trouvant, que j'étais marié, que cette journée était passée... Il n'y avait plus moyen de revenir en arrière et maintenant, une étape de l'après-mariage était en route, une autre épreuve m'attendait... Je n'eus pas le temps d'y réfléchir davantage car Kyle me retourna vers lui.

-Que dirais-tu d'un bain et d'une coupe de champagne pour te détendre ? Tu sembles en avoir besoin, me dit Kyle en me caressant la joue et en plongeant son regard dans le mien.

A mon étonnement, je pus voir que son regard ne contenait pas de moquerie, mon mari semblait même...compréhensif. Je hochai la tête en souriant légèrement, un peu gêné. Il se détacha de moi et je le vis retirer sa veste, la poser sur le dossier d'un fauteuil et se diriger ensuite vers la salle de bain dans laquelle j'entendis rapidement de l'eau commencer à couler. Je fis donc la même chose, je retirai ma veste et la posai à côté de celle de Kyle, puis je me dirigeai jusqu'au balcon. L'air frais me fit du bien et apaisa mes joues rougies par le sous-entendu de mon mari. Evidemment que j'étais stressé ! Et il savait très bien pour quelle raison je l'étais ! Après tout, il menaçait de faire ce qu'il voulait avec mon corps cette nuit, que je sois d'accord ou pas... J'étais si perdu dans mes pensées que je sursautai violemment lorsque je sentis le corps de Kyle se presser contre le mien et ses bras m'entourer.

-Je t'ai fait peur, on dirait... Tu devrais rentrer, tu vas attraper froid, me dit Kyle en m'entraînant à l'intérieur de manière autoritaire. La baignoire est prête, tu peux y aller.

Je hochai la tête sans rien dire, je n'avais pas envie de parler, et je partis donc vers la salle de bain. Une fois dedans, je commençai sans tarder à me déshabiller. Il ne me restait plus que mon sous-vêtement quand la porte s'ouvrit brusquement, laissant passer mon mari.

-Que... Qu'est-ce que tu fais ?!, balbutiai-je, tout gêné.

Un peu plus et j'aurais été nu !

-Je viens prendre mon bain avec toi, cher époux, me répondit-il, ses yeux me mettant au défi de répliquer quoi que ce soit.

Et sans plus attendre, Kyle commença à se déshabiller devant moi qui n'osais plus bouger, sans me lâcher des yeux. Lorsqu'il fut complètement nu,-apparemment, mon époux n'était pas pudique...-, il se dirigea vers moi, l'air plus déterminé que jamais.

-Kyle..., commençai-je en reculant mais ma voix se brisa lorsque mon dos rencontra le mur derrière moi.

Mon mari en profita pour combler la distance qui séparait encore nos deux corps et se ruer sur moi. Il attrapa alors de ses mains, mon visage, et posa ses lèvres fougueusement sur les miennes.

-Humpff...

Alors que je voulus répliquer, ma voix fut étouffée par la bouche de Kyle qui se mit à me dévorer littéralement. Ses mains descendirent rapidement sur mon corps et avant que je ne puisse réagir, mon boxer se trouvait sur mes chevilles. Il se détacha ensuite de moi, les yeux brillants de désir, et me prit la main afin de nous mener à la grande baignoire. Je faisais tout ce que je pouvais pour ne pas détailler son corps, je ne voulais surtout pas l'encourager mais ce n'était pas facile, Kyle était si imposant ! J'essayais également de ne pas trop regarder son tatouage malgré mon envie d'en saisir chaque détail, -il me fascinait tellement-, car je ne voulais pas provoquer sa colère et j'avais bien compris que celui-ci était un sujet très sensible...

Entraîné dans l'eau, je me retrouvai rapidement contre son corps nu, mon dos contre son torse, ses bras m'enlaçant tendrement. Très gêné au départ d'être peau contre peau, sans aucun vêtement pour nous séparer, et sentant certaines parties intimes de son corps pressées contre le bas de mon dos..., je finis tout de même par me détendre dans l'eau chaude, c'était si apaisant après cette journée éprouvante ! Je commençai à somnoler et je me laissai même faire lorsque je sentis que Kyle utilisait l'éponge de douche pour me laver.

-Joshua, ne t'endors pas. La nuit est loin d'être terminée, me murmura sensuellement mon époux à l'oreille, ce qui me fit ouvrir les yeux et me réveilla parfaitement.

Je me redressai alors, il était temps de sortir de cette baignoire et de cette dangereuse nudité !

-Heu... Peux-tu te retourner, s'il te plaît ? Je vais sortir, lui demandai-je.

-Tu n'as pas à être gêné d'être nu devant moi, Joshua. Nous sommes mariés, à présent.

A son regard déterminé, je compris qu'il ne détournerait pas les yeux, alors je pris mon courage à deux mains et me levai. Heureusement, la mousse me cacha un peu, ce qui me soulagea. Je pris une serviette que je posai en haut de la porte de la cabine de douche et je partis me rincer en sentant le regard brûlant de Kyle sur mon corps... Une fois fait et avant d'en ouvrir la porte, je pus me couvrir en serrant la serviette autour de mes reins, puis j'attrapai un des peignoirs blancs mis à notre disposition et l'enfilai avant de la retirer et de la mettre à sécher tout en ignorant sciemment mon mari. Alors que je sortais de la salle de bain, toujours sans un regard pour Kyle, j'entendis qu'il se retirait de l'eau, lui aussi. Je partis m'asseoir dans un des confortables fauteuils se trouvant près de la baie vitrée dont la vue donnait sur les bâtiments et les lumières de la ville. Nous étions tout en haut de ce grand hôtel et apparemment, de là où nous nous trouvions, il y avait peu de chances que quelqu'un puisse nous voir. C'était un peu comme si, dans cette chambre, nous nous retrouvions isolés du reste du monde et c'était assez effrayant...

Le fauteuil dans lequel je me trouvais était vraiment confortable, réalisai-je en posant ma tête contre le dossier. Peut-être que je pourrai dormir dedans. Mais est-ce que Kyle me laissera faire ? C'était peu probable... Je soupirai. Perdu dans mes réflexions moroses, j'entendis la porte de la salle de bain s'ouvrir et je me figeai. Je vis Kyle, vêtu d'un peignoir semblable au mien, se diriger vers la bouteille de champagne, l'ouvrir et en verser le liquide doré dans les deux coupes avant de m'en tendre une. Je l'acceptai volontiers. Peut-être que m'enivrer m'aiderait à supporter cette nuit, me dis-je, amer. Puis, il s'installa dans le fauteuil en face de moi. Je n'avais pas envie de lui parler et le silence se prolongeant, mon mari finit par prendre la parole :

-Joshua, tu as quelque chose à te faire pardonner, me dit soudainement Kyle après avoir bu une gorgée de son champagne.

-Quoi ? De quoi tu parles ?, demandai-je, étonné. J'ai été parfait aujourd'hui, comme tu le voulais !

-Oui, tu as été presque parfait, me répondit-il en appuyant particulièrement sur le mot "presque". Cette journée s'est vraiment bien déroulée, c'est vrai. Tu avais même l'air véritablement heureux par moments.

Je rougis légèrement et je baissai les yeux, gêné, en entendant la fin de sa phrase. Il avait raison, je ne pouvais pas le nier, je m'étais laissé emporter par l'euphorie de la cérémonie.

-Mais tu as commis une erreur, Joshua..., continua-t-il, menaçant. Avec ce Scott...

En entendant le nom de mon meilleur ami, j'écarquillai les yeux. Que venait faire mon Scott dans tout ça ?

-Mais de quoi est-ce que tu parles ? Scott est mon meilleur ami ! Je n'ai rien fait de mal en passant du temps avec lui aujourd'hui ! Heureusement qu'il était là, ça m'a aidé à supporter toute cette mascarade !, m'emportai-je.

Pour toute réponse, Kyle me fusilla du regard.

-Je ne veux plus que tu le vois en dehors de tes cours.

-Quoi ?... Mais... Non, je refuse ! Il est mon meilleur ami, j'ai besoin de lui, on a grandi ensemble ! Tu ne peux pas me le retirer après tout ce que tu m'as déjà pris !, m'emportai-je en me redressant.

-Je ne changerai pas d'avis. Si tu refuses, je t'empêcherai de retourner à l'Université, de cette manière, ce sera réglé.

-Mais pourquoi ?..., demandai-je, la voix cassée.

-Je te trouve trop proche de lui, la manière dont tu l'as pris dans tes bras tout à l'heure devant tout le monde, y compris moi, ton mari, me l'a prouvé. Je préfère écarter toute menace. N'oublie pas ta période d'essai pour savoir si tu pourrais rester avec moi. Je veux que tu aies l'esprit totalement libre afin de faire ton choix.

Scott... Je ne m'y attendais pas... Que devais-je faire ? Je me sentais catastrophé ! Juste quelques mois, Joshua, juste quelques mois. Tu n'as pas vraiment le choix, comme d'habitude avec Kyle... Si tu acceptes, tu pourras au moins voir Scott tous les jours à la fac et tu pourras toujours lui envoyer des sms, les week-ends !, m'encourageai-je. Le regard de Kyle montrait toute sa détermination et le ton de sa voix était inflexible. Pour le peu que je le connaissais, je savais que je n'arriverai pas à le faire changer d'avis. Pas maintenant, du moins, mais peut-être plus tard...

-Si ça me permet de continuer à le voir en cours et à reprendre ma vie comme avant, alors dans ce cas, j'accepte..., répondis-je en baissant la tête, je ne voulais même plus le regarder.

-Bien.

Après cela, le silence reprit et s'éternisa. J'aurais tout donné pour être seul à ce moment précis. Oui, tout...

Annotations

Recommandations

jean-paul vialard
POETISER

'C’est heureux que tu sois ainsi,

située dans une marge inquiète,

dans une pensée

en naissance de soi.'
18
2
0
3
Djurian R


Une matinée de travail ordinaire,
Des instants qui se succèdent,
Sans queue ni tête.

Midi moins dix minutes.
L’ennui et la faim tenaillent,
Une note retient mon attention.

Un détail oublié,
Un problème à régler.
Qui attendra bien une heure de plus.

L’envie soudaine d’écrire,
Un poème, libre et sans grand intérêt,
Mais qui fait du bien à l’esprit.

Loin des mails mal écrits,
Envoyés à la va-vite.
Je me libère un petit moment.

Tiens, il est l’heure de partir.
4
5
0
0
Défi
Jb Desplanches
En réponse au défi "Un anti-héros au féminin" par Léa.
Très bon sujet qui va me permettre d'étoffer mon écriture des protagonistes féminins ! Avis aux lecteurs de Post Apo (et aux autres bien entendu) je me lance dans le genre.
Bonne lecture !
8
7
63
10

Vous aimez lire Asylene ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0