Chapitre 12 : Un fiancé à double tranchant. (chapitre non corrigé)

7 minutes de lecture

(Comme indiqué, il s'agit d'un chapitre qui n'est pas corrigé. Il manque des accents sur les majuscules, il y a des virgules en trop, sans doute des fautes et des tournures de phrases à changer. Je préfère prévenir. Bonne lecture tout de même !)

Le trajet me parut long avant d'entrevoir l'allée menant au manoir. Le chauffeur était loin d'être un bavard ! Il ne parlait pas et ne répondait que par des monosyllabes lorsque je lui posais des questions du genre « Vous travaillez depuis longtemps pour Kyle ? ». D'ailleurs sa réponse à cette question avait été un froid « Oui. » et c'est tout... Mais j'avais l'impression qu'il en savait beaucoup et qu'effectivement, il devait travailler depuis des années pour mon fiancé. Après les très courtes réponses de cet homme énigmatique à mes questions, nous repartions dans un silence pesant, alors, au bout d'un moment, j'avais arrêté d'essayer de commencer une discussion. Pourtant, j'en avais des questions à poser ! Rien que l'allure du chauffeur de Kyle était inquiétante, en quelque sorte. Il était grand, vraiment très grand, et baraqué aussi. Son ton était froid comme ses yeux. Il faisait très professionnel mais en même temps, je sentais qu'il n'était pas là que pour me conduire à l'Université, je pouvais sentir ou deviner qu'il avait bien d'autres compétences...

En l'examinant de manière attentive, je me dis qu'il avait l'air d'avoir la bonne quarantaine. Peut-être avait-il été également au service du père de Kyle avant d'être au sien. Les traits de son visage étaient durs et il dégageait une aura de quelqu'un qui avait vécu des choses vraiment difficiles dans la vie. Je pus découvrir également qu'il avait une petite cicatrice assez épaisse au niveau de sa tempe droite, ce qui illustra mes pensées. Je ne l'avais encore jamais vue car il portait toujours une casquette comme souvent en portent les chauffeurs mais aujourd'hui, il ne l'avait pas mise. Quel genre de vie avait-il ? Qui était-il vraiment ? Pas un simple chauffeur, ça c'était sûr, il n'y avait pas de doutes pour moi...

Alors que j'étais plongé dans mes pensées, la voiture se dirigea vers l'entrée du manoir. En entendant le bruit de gravier, je revins à la réalité et eus la surprise de m'apercevoir que se trouvaient plusieurs grosses voitures noires qui étaient garées dans la cour. Le temps que la voiture s'arrête, la porte de la demeure s'ouvrit, laissant passer plusieurs personnes qui étaient généralement vêtues de la même manière, c'est-à-dire en costume noir, même les quelques femmes que je pouvais voir n'étaient pas en robe mais habillées à peu près de la même manière que les hommes. Je pus remarquer que la majorité était typée comme mon fiancé. Puis, dans tout ce groupement de personnes à l'allure, somme toute, pas très amicale, je vis soudainement deux hommes immenses porter un corps masculin seulement vêtu d'un pantalon noir, et qui était inconscient et... ensanglanté ? Mais qu'est-ce qui s'était passé ici ? Je commençai à paniquer et j'essayai d'ouvrir ma portière pour aller voir mais je découvris avec surprise que celle-ci était verrouillée.

-Qu'est-ce que ça veut dire ?, demandai-je au chauffeur en me tournant vers lui. Pouvez-vous m'ouvrir, s'il vous plaît ?

-Non. Je vous ouvrirai lorsque tout le monde sera parti. C'est pour votre propre sécurité, me répondit-il sur un ton froid en me jetant un coup d'œil à travers le petit miroir.

Ma sécurité ? Je ne répliquai pas, je ne comprenais rien de toute manière mais je pouvais au moins déduire que j'étais en sécurité dans cette voiture aux vitres teintées avec un chauffeur qui avait la carrure d'un garde du corps ! Alors je décidai d'attendre patiemment que toutes les voitures soient parties et me remis à regarder tout ce qui se passait dans cette cour. J'avais l'impression qu'un film se déroulait devant moi, que rien n'était réel, c'était très étrange comme sensation. Je pus voir avec un grand soulagement que l'homme qui avait l'air d'être gravement blessé, était toujours en vie, ses yeux s'étaient rouverts et il avait été mis avec précautions sur la banquette arrière d'une voiture. Ses blessures avaient l'air grave, il semblait être blessé au torse sur lequel se trouvait beaucoup de sang qu'on tentait de comprimer avec ce qui ressemblait à des bandages ou du tissu, je ne voyais pas très bien et tout se passait vite. J'eus le temps aussi d'apercevoir comme des petites blessures sur ses bras, puis la voiture démarra en trombe. Ils allaient sans doute à l'hôpital. Enfin... Peut-être pas dans un hôpital officiel dans lequel les policiers pourraient poser trop de questions... Une fois qu'il n'y eut plus une seule voiture, j'entendis le clic annonçant que la portière était déverrouillée et je me dépêchai d'atteindre la porte et d'entrer dans le manoir à la recherche de mon fiancé.

-KYLE ?, l'appelai-je mais personne ne me répondit.

Je cherchais dans toutes les pièces mais je ne le voyais pas. Où était-il ? Est-ce qu'il allait bien ? Etait-il blessé lui aussi ? Ou pire ?... Mon cœur battait la chamade, je commençais à vraiment m'inquiéter mais en choisissant de ne pas m'attarder sur la déduction évidente que cela pouvait être le signe d'un possible début d'attachement envers Kyle. Je continuais de chercher lorsque j'entendis un bruit de porte qui s'ouvre. Je me dirigeai alors à toute vitesse vers ce bruit quand j'aperçus Kyle, torse et pieds nus, en sueur, un sabre ensanglanté dans sa main droite...

-Kyle ?...

Je n'arrivais pas à parler, aucun mot ne voulait sortir de ma bouche. Cette vision d'un Kyle au regard reflétant une fureur intérieure et portant une arme sur laquelle se trouvait du sang, m'avait cloué sur place. Il sembla s'en apercevoir puisqu'il finit par prendre la parole, ses yeux se radoucissant peu à peu en me regardant.

-Joshua, je suis désolé que tu assistes à cela. Tu devrais me laisser, je vais aller me nettoyer.

Nettoyer ? Mes yeux étaient tellement centrés sur son impressionnant sabre et le rouge qui le tâchait que ce fut seulement là que je m'aperçus que Kyle avait du sang sur lui, ce qui me sortit brusquement de ma torpeur. Sans réfléchir, je me précipitai vers lui et posai ma main doucement sur son bras.

-Tu es blessé ?, demandai-je, mes yeux reflétant mon inquiétude et détaillant son corps.

Je pus remarquer avec soulagement qu'il n'avait que quelques coupures qui saignaient sur ses bras et son torse. Mais qu'est-ce qui s'était passé ici ? Je ne lui laissai pas le temps de me répondre.

-Viens, je vais désinfecter tes blessures, lui dis-je en le tirant doucement par le bras afin de monter et d'aller dans ma chambre et à ma salle de bain, j'y avais déjà vu le nécessaire en pansements et désinfectants.

Kyle se laissa entraîner sans répliquer. Une fois à la salle de bain, il posa son sabre dans la baignoire afin de ne pas mettre de sang partout et de le nettoyer. Ensuite, je le fis asseoir sur le bord et je commençai à nettoyer ses blessures. Il ne dit rien, se contentant de me regarder faire, ce qui me gênait mais je restais concentré sur mon travail. Lorsque les bandages furent faits, Kyle m'attrapa par la taille afin de me rapprocher de lui.

-Joshua, tu as l'air inquiet ou je me trompe ?, me dit-il.

Je remarquai que son regard qui était posé sur moi et le ton de sa voix étaient doux en cet instant. J'avais mes mains posées sur ses épaules et je ne savais pas quoi lui répondre. La vérité peut-être...

-Oui, j'ai eu peur, admis-je.

-Pour moi ?

Je me contentai de hocher la tête. Kyle m'attrapa alors par la nuque et posa ses lèvres fougueusement sur les miennes. Sur le coup, j'en hoquetai de surprise, je ne m'attendais pas à cette réaction. Puis il posa tendrement son front contre le mien, le temps de reprendre notre souffle. Je finis par me redresser et poser la question qui me tournait dans la tête :

-Kyle, qu'est-ce qu'il s'est passé ici ?

Il mit quelques instants avant de me répondre, semblant réfléchir, puis le regard déterminé, il prit la parole :

-Je suis à la tête d'une organisation qui appartenait à mon père. Prenant de l'âge, il m'en a cédé le pouvoir, il y a peu. Je dois donc encore faire mes preuves et mon mariage avec toi, un homme, n'est pas bien vu par tous, même si mes plus proches... collaborateurs n'en ont que faire, finit-il en soupirant.

-Faire tes preuves ?... Mais... quelle organisation? demandai-je, perdu.

-Tu n'as pas besoin de le savoir pour l'instant. Moins tu en sauras et moins tu seras en danger, commença mon fiancé. Un homme a remis mon pouvoir en question. Il m'a défié et je me devais de répondre au défi qu'il me lançait. Il s'agissait d'un combat organisé afin de rétablir mon autorité. Joshua, tu dois comprendre que dans mon milieu, il est impératif de toujours rester le plus fort, ne montrer aucune faiblesse, sinon cela pourrait causer ma perte, continua-t-il sur un ton posé, en voyant mes yeux s'écarquiller au fil de ses paroles. Et ce genre de choses se règle généralement dans un combat.

-Un combat ?, murmurai-je, décontenancé par ce qu'il me disait.

J'étais horrifié par ce que j'entendais. J'avais du mal à réfléchir mais une chose s'imposait dans mon esprit et c'était que Kyle se mettait en danger à cause de moi. Il m'aimait donc à ce point ? Comme pour me répondre, il me caressa tendrement la joue avant de reprendre la parole.

-Oui. Cela peut être toutes sortes de duels qui peuvent aller jusqu'à la mort d'un des deux combattants et en ce qui me concerne, il s'agit de combats au sabre. J'ai été formé par les meilleurs dès mon enfance. Mon père m'a bien préparé, tu n'as pas à t'inquiéter, Joshua, me dit-il en me serrant plus fort contre lui.

Kyle essayait sans doute de me rassurer car j'étais totalement épouvanté et mes yeux devaient le refléter. « Combats », « sabre », « pouvoir »... Avait-il déjà tué ? Mais dans quel milieu est-ce que j'avais atterri ?...

Annotations

Recommandations

jean-paul vialard
POETISER

'C’est heureux que tu sois ainsi,

située dans une marge inquiète,

dans une pensée

en naissance de soi.'
18
2
0
3
Djurian R


Une matinée de travail ordinaire,
Des instants qui se succèdent,
Sans queue ni tête.

Midi moins dix minutes.
L’ennui et la faim tenaillent,
Une note retient mon attention.

Un détail oublié,
Un problème à régler.
Qui attendra bien une heure de plus.

L’envie soudaine d’écrire,
Un poème, libre et sans grand intérêt,
Mais qui fait du bien à l’esprit.

Loin des mails mal écrits,
Envoyés à la va-vite.
Je me libère un petit moment.

Tiens, il est l’heure de partir.
4
5
0
0
Défi
Jb Desplanches
En réponse au défi "Un anti-héros au féminin" par Léa.
Très bon sujet qui va me permettre d'étoffer mon écriture des protagonistes féminins ! Avis aux lecteurs de Post Apo (et aux autres bien entendu) je me lance dans le genre.
Bonne lecture !
8
7
63
10

Vous aimez lire Asylene ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0