Chapitre 6 : Tu n'as pas le choix.

6 minutes de lecture

-Tu cherches quelque chose ? me dit-il d'un ton dur, ses yeux plus froids que la glace elle-même. Tu m'espionnes peut-être ?

-Heu.. Non, je... bafouillai-je.

Qu'est-ce que je pouvais lui répondre de toute façon ? Que j'admirais sa musculature, -qui, soit dit en passant, était tout à fait impressionnante, Kyle était indéniablement bien bâti-, et que mes yeux étaient restés bloqués sur son tatouage ?... N'attendant apparemment pas vraiment de réponse de ma part, il se mit alors à avancer vers moi, lentement comme un prédateur sur sa proie, ce qui le rendait encore plus menaçant et cet instant, encore plus angoissant. Mon souffle était coincé, mon cœur s'emballait. Il s'arrêta juste devant moi, toujours à moitié nu. Il était si près que je pus voir des gouttelettes d'eau tomber de ses cheveux sur ses larges épaules. Une goutte continua son chemin et descendit sur son large torse, mes yeux la suivirent un moment avant qu'un raclement de gorge ne me rappelle à l'ordre et me fasse relever le visage tout d'un coup vers cet homme dangereux qui se trouvait juste devant moi. Mais qu'est-ce qui m'était passé par la tête ?! Ok, je n'avais jamais eu un homme aussi sexy et à moitié nu sous les yeux, et qui plus est, se trouvant être mon fiancé, à quelques centimètres de mon corps dans une maison où je me retrouvais totalement seul avec lui mais quand même ! Il fallait que je fasse plus attention à mes réactions si je ne voulais pas être puni comme la dernière fois... Même si, à ce moment précis, ça semblait un peu mal barré.

-Tu ne dis rien ? me dit-il sur un ton menaçant. Bien, comme tu voudras.

Et sur ces paroles, il m'attrapa par le bras et me traîna dans sa chambre.

-Quoi !? Mais qu'est-ce que vous faites ? demandai-je, commençant à paniquer.

Je l'entendis pousser comme un grognement.

-« Vous » ?... Deuxième erreur, Joshua, dit-il sur un ton à la fois dur et doucereux, ce qui le rendait encore plus effrayant. Il me semble que je t'ai demandé de me tutoyer.

Il me plaqua durement contre le mur, je n'osais pas le regarder, je ne voulais pas l'énerver encore plus que je ne l'avais fait alors je ne bougeais plus. Je sentis son souffle sur ma tempe avant que sa bouche n'y laisse un baiser. Avait-il perçu ma détresse et essayait-il de me rassurer un minimum ? Il y avait toujours ce mélange en lui, de colère et de douceur.

-Nous sommes fiancés, à présent. Je veux que tu te conduises comme tel, Joshua.

Sur ces mots que je ne comprenais pas vraiment, -je ne savais pas où il voulait en venir exactement mais je n'allais pas être perdu bien longtemps-, il me prit la main et la posa sur son large torse.

-Touche-moi, murmura-t-il d'un ton ferme.

-Quoi ? Mais qu'est-ce que vous... tu, me ravisai-je en voyant son regard s'enflammer de colère. Qu'est-ce que tu veux dire ?

Sa main toujours posée sur la mienne, il la fit glisser doucement sur son torse. Ma main effleura son bouton de chair, continua son chemin jusqu'à son ventre plat et ferme, et à ma plus grande gêne, ne s'arrêta pas là puisqu'il la fit descendre plus bas encore, sur la serviette, là où se trouvait son sexe imposant que je sentis dans ma main. Je devins plus rouge qu'une tomate ! Et pendant tout ce temps, il ne m'avait pas lâché des yeux. J'entendais les battements de son cœur qui allaient aussi vite que les miens.

Kyle laissa enfin ma main pour effleurer ma joue alors que son autre main était posée près de ma tête sur le mur. Puis il se pencha et m'embrassa. Son baiser était si doux que je lui répondis et me mis à mouvoir mes lèvres contre les siennes. Sa langue ne tarda pas à demander l'accès que j'autorisais. Il m'embrassait si lentement, semblant savourer l'instant, qu'il me fit gémir. Le son de mon propre gémissent que je n'avais pas senti arriver me surprit tellement que je stoppai le baiser. C'était la première fois de ma vie que je gémissais de manière incontrôlée juste en embrassant ! Je tentai alors de le repousser mais il me plaqua encore plus contre le mur.

-Ho non, je n'en ai pas encore fini avec toi, Joshua, me dit-il. Sache qu'à partir de demain, les choses sérieuses commenceront. Le tailleur va venir prendre tes mensurations pour ton costume de mariage. De mon côté, je vais commencer les préparatifs de la cérémonie avec l'équipe que j'ai engagée. Si tout va bien, nous serons mariés dans moins d'un mois.

Mon visage se décomposa au fil de ses paroles. J'étais totalement stupéfait.

-QUOI ?!... Non, je... Je refuse ! dis-je vivement. Même si tu me forces à aller à cette... comédie de cérémonie, je dirai « non » quand on me demandera si je veux t'épouser ! crachai-je sous le choc.

Il ne pouvait pas me forcer à dire « oui » de toute façon, tentai-je de me rassurer. Il baissa son visage sur lequel se reflétait toute sa colère jusqu'à ce qu'il n'y ait plus que quelques centimètres d'espace entre nous deux. Sa mâchoire s'était crispée à l'écoute de mes paroles. En le regardant, je déglutis difficilement, il était vraiment effrayant lorsqu'il était en colère...

-Tu crois toujours avoir le choix peut-être ? Tu ne l'as pas, affirma-t-il d'un ton glaçant. Si tu refuses de m'épouser, ta mère pourrait bien en payer le prix. Je ferai en sorte qu'elle perde sa maison, je te rappelle que je lui ai payé ses dettes, je peux les lui remettre ainsi que lui faire perdre son travail, je connais le directeur de l'hôpital, je pourrais lui toucher deux mots... Qu'est-ce que tu en penses, Joshua ?

-Non, je... Je...

J'étais totalement déboussolé. J'en voulais toujours à ma mère de m'avoir en quelque sorte vendu et d'avoir décidé du cours que prendrait ma vie, de ne pas m'avoir laissé le choix mais..., elle était toujours ma mère et je l'aimais, je ne voulais pas qu'elle perde tout et se retrouve à la rue à cause de moi ! Je ne pus m'empêcher de voir une similitude entre mon choix d'aujourd'hui et celui de ma mère. Elle n'avait pas voulu que je me retrouve sans rien et moi maintenant, je me retrouvais en quelque sorte dans le même cas. Et c'était cet homme qui était le point commun entre nos deux situations, lui qui pouvait nous aider ou au contraire nous détruire. Mes yeux se mouillèrent de larmes et il dut le voir car je l'entendis soupirer.

-Ecoute, dit-il d'un ton radouci. Je sais que tu ne dois pas être d'accord avec ce que je vais dire mais Joshua, je ne suis pas un homme horrible, je ne vais pas passer mon temps à te faire du chantage, je te rassure. Le mariage est la seule chose sur laquelle je refuse de te laisser le choix car je te veux auprès de moi depuis trop longtemps. Ta mère a dû te le dire, il y aura bien une période d'essai pour savoir si tu pourrais te faire à moi et à ma vie mais ce sera quand nous serons mariés. Je ne vais pas t'enchaîner à moi pour toujours si tu ne le désires pas.

Il marqua une pause durant laquelle il me caressa la joue, puis son pouce toucha légèrement ma lèvre supérieure, me provoquant malgré moi, un frisson. Il reprit la parole.

-Après notre mariage, nous partirons en lune de miel afin de n'être que tous les deux et de... profiter... l'un de l'autre.

Il appuya particulièrement sur le mot « profiter » et en le disant, ses yeux étaient descendus lentement sur mon corps avant de remonter jusqu'à ma bouche. Je déglutis. Que me réservait-il exactement ?

-Puis, quand nous serons rentrés, tu pourras reprendre tes cours si tu le désires. Je compte acheter une maison proche de ton Université, nous y vivrons après notre mariage, dit-il, ses yeux remontant jusqu'aux miens. Fais en sorte de ne pas me désobéir et tout se passera bien.

Je sentais la menace peser dans sa voix alors je ne répliquai rien et hochai la tête. Que pouvais-je faire de toute manière ? J'étais pour l'instant du moins, à sa merci. Il fallait que je prenne mon mal en patience et peut-être que les choses se dérouleraient bien. Il finira peut-être par se lasser de moi plus tôt que prévu. Je pouvais toujours l'espérer en tout cas, me dis-je, peu convaincu. Enfin, je ne pouvais pas faire grand-chose pour l'instant. Sur cette pensée, voyant qu'il m'avait lâché et s'était éloigné un peu de moi, je le contournai et retournai dans ma chambre m'effondrer sur le lit...

Annotations

Recommandations

jean-paul vialard
POETISER

'C’est heureux que tu sois ainsi,

située dans une marge inquiète,

dans une pensée

en naissance de soi.'
18
2
0
3
Djurian R


Une matinée de travail ordinaire,
Des instants qui se succèdent,
Sans queue ni tête.

Midi moins dix minutes.
L’ennui et la faim tenaillent,
Une note retient mon attention.

Un détail oublié,
Un problème à régler.
Qui attendra bien une heure de plus.

L’envie soudaine d’écrire,
Un poème, libre et sans grand intérêt,
Mais qui fait du bien à l’esprit.

Loin des mails mal écrits,
Envoyés à la va-vite.
Je me libère un petit moment.

Tiens, il est l’heure de partir.
4
5
0
0
Défi
Jb Desplanches
En réponse au défi "Un anti-héros au féminin" par Léa.
Très bon sujet qui va me permettre d'étoffer mon écriture des protagonistes féminins ! Avis aux lecteurs de Post Apo (et aux autres bien entendu) je me lance dans le genre.
Bonne lecture !
8
7
63
10

Vous aimez lire Asylene ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0