6.2

2 minutes de lecture

Une fois dans sa chambre, Lilly récupéra sa serviette et s’épongea le front et le torse. Elle commença ensuite à préparer son paquetage pour le départ ; ses treillis, quelques sous-vêtements, de quoi se laver et dormir. Les paroles de son supérieur tournaient en boucle dans sa tête. Elle avait du mal à concevoir qu’il avait pu aussi facilement percer à jour ses motivations alors que, même pour elle, elles étaient encore floues.

Elle fut prise d’un accès de colère devant cette veste qu'elle n'arrivait pas à plier correctement. Elle jeta le vêtement à travers la pièce et flanqua plusieurs coups de poings dans la porte de son placard. Elle réprima son cri de rage afin que le reste de son escadron, dans la pièce à côté, ne l’entende pas.

Bien sûr qu’elle était en colère ! Contre sa sœur, contre son père, contre le monde entier qui ne tournait pas rond. Elle détestait tous ces gens qui ne prenaient pas le temps de la connaître, avant de la juger, qui la toisait, la malmenait, l’agressait, même, dans les couloirs de la colonie. Elle haïssait tous ces militaires, ces Cavaliers qui n’avaient rien fait pour éviter que sa famille ne plonge dans un drame.

Et pourtant, je suis devenue l’un d’eux, repensa-t-elle en prenant une profonde inspiration. Elle sentit son rythme cardiaque se calmer et récupéra sa veste sur le sol de la salle de bain.

Au moment de fermer son sac, elle jeta un coup d’œil au bureau de sa chambre et contempla cette lettre qui y était posée depuis qu'elle avait déballée ses affaires, un peu plus tôt dans la journée. Ce fameux papier qui avait été trouvé sur le corps sans vie de son père, que les autorités lui avaient négligemment rendu, lui étant adressé. Elle ne l’avait pas ouvert, se doutant de son contenu. Elle eut la sensation d'être observé par cet objet, comme s'il attendait d'elle qu'elle exécute les dernières volontés de son père. Elle ne voulait pas la lire, au risque d’être obligé de perpétrer un acte qu’elle refuserait de faire, ou de lire des tonnes d'excuses qui n'effaceraient en rien son abandon.

Après l'avoir observée pendant de longues minutes, elle se décida enfin à l'ouvrir, estimant qu'elle ne serait pas obligée de suivre les exigences de son géniteur. Elle contenait les derniers mots de son père.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Cornedor
Blanche et Cornélia n'ont guère l'étoffe des héroïnes. Elles sont fauchées, hirsutes, dorment en pyjama girafe et cohabitent vaillamment avec Greg, leur chat galeux mangeur de patates.

Mais lorsqu'elles rencontrent un jeune sans-abri par hasard, leur vie devient soudain beaucoup plus palpitante. Pourquoi leur offre-t-il ces masques somptueux ? Dans quel but leur confie-t-il un étrange colis ?
Bientôt, leur quotidien déraille pour de bon. Un autre monde colonise le leur : une dimension mystérieuse emplie de tarasques, de dragons orchidées et de lièvres ailés.

Et à cette faune improbable s'ajoutent deux inconnus aussi louches que séduisants, qui manœuvrent dans l'ombre...



[Fantastique / mythologie / humour / drame] - Ceci est la 2e version de Masques & Monstres.
959
1811
1807
455
Défi
Laurent Datünder
Tout est dans les mots clefs. Bonne lecture !

P-S : si le titre change souvent, c'est normal.
1121
649
24
11
Brad Priwin
Ce récit fait suite au tome 1 publié sur ce lien. Lisez-le d'abord ! Si l'histoire vous intéresse bien sûr. https://www.scribay.com/text/167540483/les-chaines-de-la-tyrannie-tome-1

Les chaînes résistent. Les tyrannies ne s'éteignent pas si facilement.

Horis Saiden croyait avoir trouvé sa voie. Jamais il n'a pourtant été aussi perdu.

Nafda a éliminé bon nombre d'ennemis de l'Empire Myrrhéen. Sa quête d'assassin ne fait pourtant que débuter.

Docini Mohild n'endosse plus fièrement son nom. Elle ignore même pour quelle cause se battre.

Jizo imaginait avoir reconquis sa liberté. Aujourd'hui il s'aperçoit qu'il a encore tant de raisons pour lesquels lutter.

À l'ouest, Oranne Abdi, marchande et diplomate de renom, entreprendra la mission la plus risquée de sa vie.

Au nord, Fliberth Ristag assume les conséquences de ses décisions risquées.

(Couverture : Portrait de Horis Saiden, aussi réalisé par Ashaton)
82
94
173
699

Vous aimez lire Teresa Rey ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0